RX2 HGfUOt5LmQBjq S8xshVcIFeYobvywJ9N6kCli0pD1MEnW

RX2 HGfUOt5LmQBjq S8xshVcIFeYobvywJ9N6kCli0pD1MEnW

Ecole Nationale Supérieure dElectricité et de Mécanique Rapport de Stage -ocp JORF LASFAR- Sujet de Stage Moto-ventilateur 103AC56 Réalisé par : Houssam SALAHEDDINE Encadrant industriel : M. Salah Eddine CHEKROI_JN Direction daccueil : Direction Marac-Phosphore Jorf Lasfar servite : IDI/MA/ME orsg Période de stage : du I o Sni* to View Rapport de stage 12 Avant d’entamer au vif de notre rapport, nous adressons d’abord notre sincères remerciements à : Mon encadrant Mr salah Eddine CHEKROUN et à Mr FARHANI Mustapha pour l’encadrement de ce projet, leurs conseils, les corrections apportées et sa grande disponibilité. leur accueil chaleureux, et pour l’aide qu’ils m’ont apportée tout au long de ce travail. Avec un grand respect, j’adresse mes sincères remerciements aux agents des servlces électrique, mécanique, et aussi aux agents responsables de la salle de contrôle pour l’aide qu’ils m’ont apportée Nous tenons également à remercier aussi la direction de l’ENSEM d’attaque…. „ „ Unité concentration………………….. Présentation de sujet……. — PARTIE 2 : Introduction aux systèmes de Le contrôle des Aubes Ventilateur à pas 24 Influence de la tension ventilation….

Introduction. Les ventilateurs………….. Le choix d’un ventilateu . Caractéristiques du système de ventilation. „ . „ „ „ „ „ . Le bruit….

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
La vitesse de rotation…. La température…. ,……. Courbes de performance du ventilateur. Contrôle des 22 outlet dampers…. 23 Etranglement mécanique 24 Variateur de vitesse.. Parie 3 :Démarrage des moteurs électriques.. Introduction…. Démarreur 28 Réalisation du démarrage progressif………. Diminution du couple 29 … 17 … 28 PAGF OF sg … 3 … 21 . … … 21 . 23 Types de démarrage Démarrage sur rampe de démarrage… Avantages du démarreur progressif….. „ 36 Avantages pour le Démarrage des 7 Partie 4 : Etude des variateurs de vitesse. Introduction au problématique… 39 Technologie… — . Rappel sur les moteurs Variateur de vitesse . Redresseur 2 On duleur.. „ . „ „ „ . „ . Clrcuit de commande… Association d’un variateur de vitesse et d’un moteur… vitesse………. …… 52 47 Problème des harmoniques….. 0 Exemple des harmoniques générées par un variateur de Facteurs de décision et mise en 53 Inconvénients des variateurs de vitesse par variation de fréquence……. „… 56 Précautions et 56 Conclusion : Comparaison des procédés de demarrage……. — . 59 Partie 5 : Etude technique PAGF 3 OF Ouverture du centre de Youssoufia. 1931 : L’extraction du phosphate en souterrain à Youssoufia. 1936 : Premier train de phosphate de Youssoufia vers le port de Safi. 1954 : Démarrage des premières installations de séchage ? Youssoufia. 955 : Création de l’Ecole de maîtrise de Boujniba. 1958 : Création d’un centre de formation professionnelle ? Khouribga. 1959: Création de la Société marocaine d’Etudes Spécialisées et Industrielles. 1960 : Développement de la mécanisation du souterrain ? 1961 : Mise en service de la première laverie à Khouribga. 1965 : Démarrage de la société Maroc Chimie à Safi, pour la abrication des dérivés phosphatés (Acide phosphorique et Engrais). 1974 : Création de l’Institut de Promotion Socio-Educative en Août. 1981 : Démarrage de Maroc Phosphore Il. 986 : Démarrage du Site de Jorf Lasfar avec Maroc Phosphore Ill- IV. 1988 : Chargement du premier navire de DAP de Jorf Lasfar en janvier. 1997 : Partenariats industriels avec Grande Paroisse. 1998 : Usine EMAPHOS pour l’acide purifié. 1999 : Usine IMACID pour l’acide phosphorique. 2000 : Démarrage de l’unité de flottation de phosphate ? 2002 : Prise de participation, dans le cadre d’une joint-venture Groupe ocp Groupe BIR ointventure avec des partenaires. D’autre axe de collaboration sont actuellement à l’étude ou en cour de réalisation, notamment avec l’Iran, le Pakistan et le Brésil.

PRAYON (50% ocp, 50%SRWI-BELGIQUE) : La société PRAYON qui dispose de 2 sites de production en Belgique (ENGIS ET PUURS). les activités de PRAYON couvrent notamment la fabrication et la vente d’engrais, d’acide phosphorique et autres produits chimiques, de pigment minéraux, ainsi que la mise au point et la vente des produits techniques (acide phosphorique, fluor, uranium, EMAPHOS(EURO-MAROC PHOSPHORE :1/3 ocp,1/3 PRAYON,1/3 CFB) : ce projet a été ené en collaboration avec des partenaires belges (PRAYON) et allemands (CHEMISCHE FABRIK BUDENHEIM).

II a débouché sur la mise en service, 998 à JORF LASFAR, d’un complexe moderne capable de produire 120. 000 tonnes P205d’acide phosphorique purifié par an, cet acide à haute valeur ajoutée est utilisé tel quel ou via des sels dérives dans l’industrie alimentaire :limonades , levures , fromages ,conservation des viandes et poissons traitement de l’eau potable… Il est également utilisé dans d’autres industries : détergents, alimentation animal, engrais traitement des métaux, textiles, ciments…

IMACID (1/3 ocp, 1/3 CHAMBAL FERTILISER-INDE, 1/3 TATA CHEMICALS LTD-INDE) • Pour diversifier ses alliances stratégiques et sécuriser une partie de ses exportations, le Grou e OCP s’est rapproche de la ne CHAMBAL PAGF s OF sg Un tel volume nécessite 1,2 million de tonnes de phosphate de Khouribga et 330. 000 tonnes de soufre. En Mars 2005, un troisième actionnaire fut introduit dans le capital D’IMACID, TATA CHEMICALS LTD, filiale du Groupe Indien Tata. La totalité de la production D’IMACID en acide phosphorique est dédiée à ces deux actionnaires indiens.

ZUARI MAROC PHOSPHATE (50% CHAMBAL FERTILISER- INDE) Fruit d’un artenariat entre le croupe ocp et CHAMBAL FERTILISER LTD(GROUPE INDIEN BIRLA), cette 6 société d’investissement détient 74% du capital social de la société PARADEEP PHOSPHATE LTD (PPL). Les 26% restants sont détenus par l’Etat indien L’unité est spécialisée dans la fabrication d’engrais phosphates avec une capacité del million de tonnes par an pakistan Maroc Phosphore S. A. (50% ocp FAIJJI POUNDATION, FFCL) : Capital social : 800 millions de dirhams Démarrage : 2006 Capacité de production : 375. 00 tonnes d’acide phosphorique Présentation de Jorf Lasfer Situé sur le littoral atlantique, à 20 km au sud-ouest d’El Jadida, le omplexe industriel de JORF LASFAR production en 1986. Cette extraits des gisements de Khouribga, 2 millions de tonnes de soufre et 0,5 million de tonnes d’ammoniac. Les besoins en énergie du complexe sont satisfaits par une centrale de 111 MW utillsant la chaleur de récupération. une partie de la production est transformée localement en engrais DAP MAP éventuellement NPK (3) et TSP (4), ainsi qu’en acide phosphorique purifié.

Cautre partie est exportée sous forme d’acide phosphorique marchand via les installations portuaires locales. Le complexe de JORF LASFAR compte trois entités, dont l’unité Maroc phosphore III-IV créée en 1986. Avec la construction de l’usine EMAPHOS en 1997, en partenariat avec PRAYON (Belgique) et (Allemagne), le Groupe ocp a inauguré une nouvelle ère dans la diversification de ses produits finis par la production d’un acide à haute valeur ajoutée : l’acide phosphorique purifié. Deux ans plus tard, la mise en service D’IMACID, en partenariat avec le Groupe indien BIRLA. ui a permis d’accroitre sa capacité de production dacide phosphorique de sur le site de JORF LASFAR. 7 Les différentes étapes de PAGF 7 OF l’acide phosphorique plus facile que la surface solide offerte aux réactifs est plus rande. L’opération consiste à un broyage des phosphates en utilisant un broyeur à boulets jusqu’à une granulométrie bien déterminée. Les fines formées sont aspirées vers un filtre à manche, où une grande quantité de ces fines est arrêtée, alors qu’une fraction est évacuée ? l’atmosphère via des cheminées.

Processus de broyage : On distingue deux systèmes de broyage Le broyage en circuit continue ouvert (Revamping) ; dans ce type de broyage, le produit passe une seule fois dans le broyeur, ce qui exige une quantité excessive d’énergie (le phosphate brut subit un criblage, le passant est livré vers la uve d’attaque, le refus est envoyé au broyage pour être acheminé directement vers la section d’attaque, cadence 140 150 Wh).

Le broyage en circuit continue fermé (Rhône-Poulenc) ; c’est le système de broyage avec séparation, le produit surdimensionné est retourné pour être broyé à nouveau (le phosphate brut subit un criblage, le passant est livré vers la cuve d’attaque, le refus est envoyé au broyage pour être acheminé ensuite vers les quatre cribles), ce procédé a une cadence de 90 t/h. Unité attaque filtration BOF sg Revamping ont chacune une capacité de 700 t P205/J.

Chaque unité comprend deux sections rincipales • Section d’attaque du phosphate par l’acide sulfurique ; Section de filtration solide-liquide (Gypse-Acide Phosphorique). Section d’attaque : Procédé Jorf (Revamping) : Le nouveau procédé de production de l’acide phosphorique mis au pont est fondé sur l’augmentation de la capacité nominal de production d’acide 29% de 500 à 700 t P205 /j/ligne, soit une augmentation de capacité de grâce aux améliorations au niveau du broyage et de la section d’attaque.

Elle est constituée d’une cuve agitée où s’effectue l’attaque des phosphates broyés par l’acide sulfurique à 98. 5% en présence d’acide phosphorique recyclé. La cuve d’attaque est équipée d’un agitateur central qui assure l’homogénéisation, quatre (4) disperseurs d’acide su furique, six (6) agitateurs refroidisseurs de la bouillie et dix (10) carneaux d’aération. Le refroidissement s’effectue par balayage d’air qui évacue les effluents gazeux de la cuve vers le venturi et la tour de lavage, avant d’être évacué par la cheminée, pour subir un lavage par l’eau brute.

L’eau récupérée est utilisée pour le avage dans toiles des filtres. Une cuve de passage destinée à l’augmentation du temps de séjour de la réaction. Un digesteur son rôle est PAGF g OF sg capacité de production e flash cooler déborde dans un digesteur équipé d’un agitateur, gaz sont acheminés vers un dévisiculeur ou se produit une séparation gaz / liquide. Le liquide est recyclé vers le digesteur puis, envoyé vers la cuve d’attaque par une gouttière de débordement.

Les gaz séparés sont lavés par l’eau de mer puis évacués vers l’égout, par contre les gaz récupérés au niveau du digesteur et de la bouillie contenue dans la cuve d’attaque sont lavés par l’eau brute et subissent le même cheminement pour le procédé Rhône poulenc. La cuve d’attaque déborde par une gouttière vers la cuve de passage puis envoyé vers le iltre UCEGO par la pompe à bouillie POI . L’attaque de phosphate par l’acide su furique est une réaction exothermique, un refroidissement s’impose pour éviter toute semi hydrate au del? de goac.

Procédé Rhône Poulenc : Le phosphate broyé transporté par un Redler, l’acide sulfurique et recyclé, sont introduits dans la cuve d’attaque. Cette dernière est munie d’un agitateur central hélice, et 10 agitateurs périphériques qui assurent le refroidissement de la cuve d’attaque, en projetant la bouillie à la surface, puis balayée par un courant introduit par 10 canots. Les az chauds est aspirés par un niveau de la cuve 100Fsg