Rien

I_ Le temps – le contexte historique L’histoire se deroule pendant l’unite italienne a la fn du XIXeme siecle, lors du Risorgimento : la Renaissance car l’Italie retrouve sa liberte et son unite. Effectivement, avant l’Italie etait morcelee et le Sud, la Sicile etait gouverne par un Bourbon, le fils du roi Ferdinand auquel le prince Salina se rappel avoir rendu visite dans le premier chapitre. Le Nord, lui etait tenu par les Autrichiens et le Centre sous l’autorite du Pape et enfin Turin etait la propriete des Savoies.

Victor Emmanuel II de la maison de Savoie utilise l’ideologie unitaire de gauche, il est donc partisans de l’unite italienne de Garibaldi et se rallie a lui. Le 11 mai 1860, conquete de l’Italie, Garibaldi debarque en Sicile avec 1015 hommes (chemises rouges) « l’expedition des milles », il chasse l’armee napolitaine de Sicile ce qui entraine une panique des aristocrates anti-unitaires. (cf. blessure a l’oeil de Tancredi). Garibaldi retourne a Naples qu’il prend aux Bourbons, il s’y installe, le 15 mars 1861. Il reconnait en Victor Emmanuel II le roi d’Italie.

Tancredi et Cavriaghi renonce a l’armee des Garibaldiens pour l’armee reguliere, l’armee de Victor Emmanuel II. Consequences : Nice et la Savoie sont cedes

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
a la France. Le 21 octobre 1861, Cavour, le ministre de Victor Emmanuel II organise un plebiscite pour approuver l’unification. Mais celui-ci est completement truque. Pourquoi l’unification? Pour la bourgeoisie montante qui veut une monnaie unique et une legislation unique, en apparence pour un peuple combattant pour la liberte, alors que la bourgeoise veut s’enrichir et avoir sa part du pouvoir. cf. Don Calogero, le pere d’Angelica). 1861-1875 : L’Italie est gouvernee par la droite, 3 capitales : Turin, Florence et Rome par Victor Emmanuel II avec un peuple ignorant le Sud, la region lointaine ou les Bourbons tentent de faire naitre la revolution. En 1862, Bataille d’Aspromonte, Garibaldi est blesse et le Colonel Pallavicino se trouve au bal des Ponteleone II_ Le traitement du temps 8 parties qui suivent l’ordre chronologique sur une dure de 50 ans du 11 mai 1860 a mai 1910.

Le chapitre 1 a 6 se concentrent sur deux ans (mai 1860 – novembre 1862) = representation symbolique figee de l’aristocratie _ ordre etabli. En deux generations, l’Aristocratie Italienne a ete balayee, et la metaphore du guepard est l’image de ce declin. Le Prince se presente comme un temoin lucide et impuissant : il refuse de sieger au senat, mais il ne refuse pas l’entree de Tancredi dans la bourgeoisie (refus des traditions). III_ Deux principes de structuration Opposition passe/ futur _ (tradition/modernite_ aristocrate/bourgeoisie)

Chapitre 1, le moment ou le passe s’apprete a basculer. Ce principe d’opposition s’incarne dans le personnage du Prince qui veut faire perdurer la tradition mais le changement est ineluctable. Le passe = le Prince qui represente sa classe, l’aristocratie. Le futur = Sedara qui represente sa classe, la bourgeoisie. On peut observer la presence d’une forte tension entre ces deux elements, ces deux spheres. La resolution de se probleme se voit dans le mariage entre Tancredi et Angelica.

Au bal, Sedara qui vient de la bourgeoisie ne possede pas les regles de l’aristocratie par exemple il parle d’argent. b) Principe de composition : le contexte On peut voir une contraste puissante entre le l’image triomphante du guepard au chapitre 1 et celle du guepard detruit au chapitre 7. Chapitre 2 = Arrivee a Donnafugata, respect de la tradition mais lors du diner, celui-ci souffre avec la presence d’Angelica, invitee qui seduit et qui rit suite a une plaisanterie de mauvais gout de Tancredi : la tradition est bafouee.

Au chapitre 3 a la chasse, le Prince a une position dominante mais Don Ciccio fait reference au grand-pere d’Angelica « Pepe Merda ». Le Prince s’humilie en demandant au nom de Tancredi la main d’une bourgeoise : Angelica. Au chapitre 4, premiere visite officielle de la fiancee Angelica. On peut remarquer un respect des usages entre Maria Stella et Angelica, comportement codifie. Visite des appartements caches qui abritent les amours plus intimes d’Angelica et Tancredi. Chapitre 5, point de vue d’un homme du peuple (le Pere Pirrone qui retourne dans son village) qui contraste avec le reste du roman.

Au chapitre 6 et 7, le bal des Panteleone, la tradition est perpetuee mais aussi Angelica et Don Calogero sont invites comme des aristocrates. C’est la conquete de la bourgeoisie dans un leu aristocratique. C’est un moment penible pour le Prince, qui se souvient des jours heureux. Et pour finir dans le chapitre 8, ouverture finale, ruine de la famille (les 3 s? urs) s’oppose a un evenement le cinquantenaire du debarquement de Garibaldi. Le petit-fils du Guepard va le celebrer.