Rhénanes

Rhénanes

loyers vient du moyen allemand leurrée (lurent : épier ; lié : rocher). Ce lieu est mélangé aux histoires fantastiques du Moyen-âge. Planétaire reprend la légende de cette femme qui séduisait les bateliers et leurs bateaux allaient se briser sur les rochers. La loyers a été écrit en 1902 et publié en 1904 ; il est situé au milieu du cycle des rénales. La loyers est composé de 19 distiques qui abordent le thème de la puissance maléfique de l’amour qui conduit à la mort. Comment Planétaire réutiliser-t- il cette légende ? Comment par des jeux d’échos et de brouillage inféré-t-il à ce thème une nouvelle profondeur ?

La loyers cumule toutes les obsessions et toutes les images féminines d’planétaire : la femme qui est belle, dangereuse et malheureuse. Planétaire insiste sur le pouvoir maléfique des yeux puisque c’est dans ses propres yeux qu’elle se noie. Cette femme n’ aimé qu’elle même, terrorisée de son pouvoir qui se retourne contre elle. Ce poème exprime de la solitude de la femme trop belle. Pour Planétaire, la loyers est La Femme ; elle est irréelle, paradoxale (car elle souffre de sa beauté) et car elle semble être le double du poète.

Vers

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
1 : le poème commence par une indication de lieu, référence assez vague. Le poème commence comme un conte : « il y avait » renvoie à un temps passé. Il y a un sombre à la fin du vers . « sorcière blonde » qui présente déjà la femme de manière négative. Comment une flemme blonde souvent associée l’anglicisme et à l’innocence peut elle être une sorcière ? Vers 2 : l’expression « d’amour » est au centre du vers impair, ce qui permet d’insister sur 2 sorcière ? Qui permet d’insister sur le thème de la mort d’amour.

Vers 3-4 : les deux verbes au passé simple induisent des actions pieds qui traduisent réfère foudroyant de sa beauté. Ces deux verbes d’actions successives sont renforcés par la paronymes (même son : « devant/ d’avance h). Ensuite, la préposition « cause de » renforce le caractère inexorable de la séduction. Vers 5-6 : l’amorce d’un dialogue (sans ponctuation) apparaît et il y a des procédés de répétition qui marquent un changement de ton c’est à dire l’expression de la souffrance de la loyers. Peu à peu, une intensité dramatique se crée.

Pour la première apostrophe « ô belle loyers l’évêque s’adresse à elle en temps eu Juge. Dans le quatrième et le cinquième distique, la loyers a la parole ainsi que dans le septième distique, tandis que l’évêque s’adresse à elle dans le sixième distique avec la deuxième apostrophe en temps que victime car la séduction a eu lieu. Dans les vers 6 et 10, la sorcellerie est associée au feu. La loyers elle aussi est victime de ce sort et de sa beauté. Le terme de feu revient deux fois dans le cinquième distique.

La séduction est fatale pour les hommes et la loyers Un autre élément entre en jeu : les yeux (thématique importante chez Planétaire). AI y a une gradation au niveau du sens des yeux : pierreries (v. 5) ; maudits (v. 7) ; flammes (v. 9). Cette progression montre l’ambiance du regard de la loyers. Es yeux sont dans la seconde partie de l’hémistiche dans les troisièmes et quatrièmes distiques et en première partie dans 3 de l’hémistiche dans les troisièmes et quatrièmes distiques et en première partie dans cinquième distique. Le terme de flammes renvoie au feu de l’amour.

Du distique 3 à 10, il y a un phénomène d’écho qui installe la souffrance au c?Ur même du poème : « flammes, je meure, mon c?Ur, lors, loyers, rein, mon amant » Tout au long du poème, on insiste sur le fait que la malédiction peut se retourner conter elle et que le malheur va se changer en folie. A partir du distique 1 1, on revient à une vocalisation externe, l’intensité dramatique retombe, on change de temps puisqu’ est dans le passé. D’autres personnages apparaissent avec les trois chevaliers décrits dans les détails : « avec leur lance, jusqu’ couvent, noir et blanc… Une sorte de menace commence à se faire sentir. Le poète appose le blanc symbole de purification (les vierges) au noir symbole de deuil (les veuves). Ces une opposition symbolique entre le lieu de la purification et celui de l’enchantement A partir du distique 16, l’atmosphère devient oppressante ; les chevaliers sont pris au charme de la loyers. Les choses vont vite. On voit beaucoup le lexique de la folie et de la démence qua malgré tout est tenté d’être canalisée par les ordres de l’évêque.

Le thème des yeux revient (me mirer, vue, vu, yeux), il est associé à une explosion cosmique avec le mot astre rejeté à la fin du distique 13. Le thème des fées et des sorcières est associé aux cheveux Ensuite, elle est prise au piège de son image comme Narcisse. La ni du poème est différente de celui de aberrant : il ne a aucune condamnation morale, la mort est la seule issue et le seul apaisa 4 celui de aberrant : il n’ a aucune condamnation morale, la mort est la seule issue et le seul apaisement à cet amour qui rend fou.

Elle est en pleine hallucination, son nom va se décomposer (lors). La a un phénomène d’écho sur son nom tout au long du poème Ce poème lyrique, qui exprime les sentiments de souffrance de la loyers est traditionnel par son contenu mais moderne par des lésinerais cassés ou rallongés. Vision différente du mythe par La loyers de enrichi haine ) scanderaient Le poème scanderaient est extrait du recueil de poèmes Alcools paru en 1913, et écrit par aiguillage Planétaire. scanderaient est à situer à la période où Planétaire est allé vivre sur les bords du rein.

C’est une allusion à un bandit célèbre qui s’était opposé aux troupes de napoléonien ; c’est une légende ramené. Ce thème a été repris par Planétaire sous la forme du repos du guerrier, mais de manière caricaturale ICI : Le poème scanderaient est une caricature des héros romantiques (ex : Jean valent). Ces également une caricature de cette légende ramené. La poésie peut se nicher partout, mais elle ne fait pas oublier la réalité. Les styles de poésie se me S fondamental et philosophique en arrière plan.

C’est une autobiographie qui nourrit une réflexion sur le rôle du poète et de la poésie 9) Les Femmes Présentation du poème : Les femmes, tiré du recueil Alcools de aiguillage Planétaire, est composé de neuf quatrains en lésinerais rimés (rimes embrassées : ABBÉ), relève de l’esthétique du quotidien qui caractérise certaines des « rénales ». Il peint l’intérieur humble et les activités domestiques de la « maison du vigneron » où des femmes inversent paisiblement en évoquant leur monde familier.

Intérêt du texte : Intégrant des fragments de dialogue, matérialisés par l’italique, à des parties descriptives, ce poème laisse entendre plusieurs voix juxtaposées qui suggèrent plus qu’elles ne racontent des histoires banales, chronique d’un village Mais cette banalité rassurante devient inquiétante et finit par s’assombrir. Hypothèse de lecture : Il s’agit d’examiner comment les ressorts d’une organisation poétique décousue et discontinue contribuent à transformer progressivement le quotidien apaisant en un univers mystérieux et menaçant

CL : Dans Les femmes, la chaleur du cadre et l’entrain des propos décousus – ce concert en mineur de VOIX familières – dissimulent mal la présence de la mort. La douceur du foyer paraît absorbée par « la nuit indécise ». Sur le plan formel, ce poème annonce les poèmes-conversations que Planétaire rassemblera dans son recueil clairsemées (1918) Il) Informations importantes Tiré à environ 600 exemplaires dont 350 seront vendus la première année 901-1903 : La féconde période des rénales (près de la moitié de première année des poèmes d’Alcools sont composés en 1901-1902) et de l’amour euro année plaidée . Les colchiques », La synagogue, « rénales d’automne », « Les femmes », « Le vent nocturne », « Les sapins », « Clair de lune » 1902 : suite des rénales : « Nuits rénales », « Mai », « les cloches », « la lorries », « la tzigane », les deux premières strophes de « Fiançailles » Planétaire est alors précepteur en remanie chez une riche allemande, la vicomtesse de Millau Planétaire ne s’attache pas à suivre un ordre chronologique Titre : féminisation d’planétaire a changé à partir de 1907 avec la rencontre de Marie leurrerai qui le conduit à quitter sa posture d’amant malheureux.

Il se rapproche alors de ses amis peintres, s’installe à monastère, et compose des textes d’une inspiration nouvelle, plus dynamique et dynamiques références littérales à l’alcool et à l’ivresse (« Zone », « vénérerai ») évocation des tavernes, brasseries, auberges, caveaux (Paris, minimum, colonne.. Évocation des vignes rénales images poétiques : « Mon verre s’est brisé comme un éclat de rire Mon verre est plein d’un vin trembler comme une flamme » les soirs de Paris « ivre du gin flambant de pelletterait » (que l’on opposera aux lueurs spectrales du gaz fin de siècle).

Dans l’inspiration, Alcools peut évoquer la soif, le désir de consommer la vie. La soif est synonyme de curiosité, d’enthousiasme, de désir intense. L’alcool éveille l’idée d’un excitant, de la recherche d’un paroxysme = il faut se griser de la réalité moderne. Ces une recherche d’un paroxysme = il faut se griser de la réalité moderne.