Revolution industrielle

Revolution industrielle

Manuel utilise : Nathan Technique, 1 ere STT Ch. 1 : LES TRANSFORMATIONS ECONOMIQUES ET SOCIALES EN EUROPE ET EN AMERIQUE DU NORD DE 1850 A 1939. Le XIX° siecle marque dans la plupart des pays d’Europe, aux Etats-Unis et au Japon, le passage a une nouvelle societe, sous l’impulsion d’une nouveaute decisive dans l’organisation des societes : l’apparition de l’industrie. Qu’est-ce qu’une revolution ? – Un changement radical dans l’organisation d’une societe, changement qui peut se produire sur une duree plus ou moins longue. Pourquoi peut-on parler de « Revolution Industrielle » ? Car avec la diffusion et la generalisation de l’industrie (dans certains pays, d’autres ne connaissant pas du tout ce phenomene, certains pays tant aujourd’hui encore consideres comme peu ou pas industrialises), c’est toute l’organisation socio-economique qui change. Tout est bouscule par l’arrivee et la diffusion des techniques et des machines. Elles vont definir un nouveau rapport au travail, de nouvelles conditions de vie, de nouvelles organisations economiques, qui pour beaucoup perdurent ou ont beaucoup influence le monde industriel actuel.

C’est a ce titre- la que l’on peut parler de Revolution industrielle, car de reelles nouveautes apparaissent, tant sur le plan economique, social que politique et intellectuel . La

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
problematique de ce chapitre sera donc la suivante : Quels phenomenes permettent d’expliquer le succes de l’industrialisation, et quelles transformations sociales celui-ci a-t-il entraine ? Pour y repondre, nous suivrons un plan en 3 parties : I – Le processus d’industrialisation. A – Des innovations technologiques Machine a vapeur ; electricite (doc. 2 p. 93) ; nouveaux materiaux (doc. p. 91 ; doc. p. 98) ; nouveaux procedes (Krupp p. 90) ; frise p. 97. B – Le triomphe du capitalisme. Documents a trouver C – La diffusion de l’industrialisation Doc. 2 p. 91 (2h) II – Les entreprises a l’ere industrielle. A – Une nouvelle organisation du travail Concentration, Taylorisme, fordisme B – Investissements et concentration Trouver un exemple d’entreprise (JP MORGAN ? ) C – Les debuts de la reclame et du marketing (dossier sur le design) (3h30) III – Une societe transformee par l’industrialisation. A – Urbanisation et nouvelles villes

Dossier : Detroit 1920 B – La condition ouvriere Document a trouver C – De nouveaux rapports sociaux Conflit social : le syndicalisme (doc. 2 p. 101), la manifestation (parfois violente – doc. 1 p. 101 -), la greve (ex. 2 p. 105). Ou etude de l’exercice p. 104-105. (6h) I – Le processus d’industrialisation. Il convient d’abord de definir le terme d’industrie : ensemble des entreprises ayant pour objet la transformation des matieres premieres et l’exploitation des sources d’energie. L’industrie existait-elle dans la societe d’Ancien Regime ? Oui, essentiellement sous la forme de manufactures (etymologie), travaillant dans le textile (ex : tapisserie) ou d’autres secteurs. Quelle est donc la difference essentielle entre l’industrie de l’Ancien Regime et celle du XX° siecle ? – l’importance dans l’economie – le mode de production, beaucoup plus intensif que pendant l’Ancien Regime. Qu’est-ce qui a donc permis de « decoller » au niveau industriel ? – les machines, l’organisation economique (avoir de l’argent pour investir). C’est ce que nous allons etudier dans cette 1ere partie. A – Des innovations technologiques.

Quelle invention est a la base de l’industrie moderne ? Pourquoi ? – La machine a vapeur de J. Watt (1769) permettant de fournir une quantite importante d’energie sans avoir recours a la force humaine ou animale. Quelle est la source d’energie utilisee ? – le charbon (vapeur actionnant des pistons par pression). Cette machine a vapeur va etre a l’origine des premiers changements importants dans la production industrielle. Quelles autres machines importantes sont creees en se servant du principe de la machine a vapeur ? – locomotives a vapeur (chemins de fer > utilisation massive du fer), bateaux a vapeur… C’est la 1ere R.

I. Depuis l’invention de la machine a vapeur par James Watt en 1769, le systeme de production industrielle a beaucoup evolue. Au milieu du XIX° siecle, de nombreux secteurs utilisent le charbon comme source d’energie, notamment les transports qui se developpent tres vite (multiplication des chemins de fer). C’est la 1ere R. I. > Fiche de travail n°1 : La 2° R. I.. Quelles sont les nouvelles sources d’energie ? En quoi permettent-elles un progres ? > petrole (+ facile a extraire, a produire, a transporter que le charbon…) et electricite, qui est aisement adaptable dans la vie quotidienne : elle est tockable et transportable, et revolutionne veritablement la vie des menages et le paysage urbain : des reverberes eclairent les rues, des lampes electriques remplacent les lampes a petrole ou a huile dans les interieurs (lampe Edison en 1879), les tramways font leur apparition dans les plus grandes villes, et meme le metro (Londres : 1867 ; New York : 1868 ; Paris : 1900…). C’est le triomphe de la « fee electricite » dont la production est multipliee par 6 de 1910 a 1930, et qui a des retombees dans les domaines les plus divers Quelles avancees permettent-elles au niveau des machines ? voiture (moteur a combustion interne, telephone, avion (kerozene))… Quels sont les nouveaux materiaux les + utilises ? – l’acier qui remplace le fer (beaucoup + resistant), et ne cesse d’etre ameliore (acier inoxydable). Quels domaines progressent egalement ? – la vie quotidienne (fours), l’alimentation (refrigerateurs, conserves – 1810 Appert -), les transports (avion, bicyclette, auto…), les communications (telephone, linotype – imprimerie -, phonographe, machine a ecrire, appareil photo, cinema, TSF, – TV 1926 -…). Comment expliquer une telle succession de progres scientifiques ? La 2° moitie du XIX° siecle voit le developpeme nt de la recherche scientifique : on veut ameliorer les produits, en creer de nouveaux, et ce dans tous les domaines. La chimie permet de reelles avancees dans tous les domaines industriels, notamment dans le secteur agricole : la conserve (procede invente en 1810 par Nicolas Appert) se diffuse et entre peu a peu dans les comportements alimentaires, bien avant l’ere des surgeles ou des lyophilises. On met egalement au point des procedes de frigorification permettant de transporter des denrees alimentaires par bateau (-25°C).

Mais la chimie permet aussi de creer des produits de synthese dans d’autres domaines : le nylon, le plastique… A partir de 1880 commence la 2° R. I. , qui dure jusque vers 1930. De nouvelles sources d’energie plus efficaces et plus commo des que le charbon sont de + en + utilisees : le petrole et l’electricite. La recherche scientifique et la chimie, permettent de mettre au point de nouveaux procedes, de nouveaux produits qui ne tardent pas a trouver des applications dans des secteurs tres divers (alimentation, medecine, textile, telecommunications, vie quotidienne…). voir frise) La vie quotidienne, le paysage (desormais eclaire par des reverberes), les transports, les communications sont bouleverses : on entre dans l’age industriel. B – Le triomphe du capitalisme. Que faut-il pour creer une usine ? – de l’argent : c’est ce que l’on appelle le capital. Aux debuts de l’industrialisation, les usines sont souvent en fait de gros ateliers, et parfois la fortune personnelle de l’entrepreneur suffit a sa creation et son entretien : voir le as de Krupp (p. 90). Doc. 1 p. 93 : Peut-on encore concevoir que la fortune personnelle puisse suffire a l’entretien et a la construction de ce genre d’usine ?

Cela se corse avec l’agrandissement de l’usine, la diversification de ses activites (ex : Vanderbilt p. 92 qui passe de la navigation a vapeur aux chemins de fer ). Comment faire pour trouver alors le capital necessaire ? 1°) demander aux banques. Des banques d’affaires se specialisent dans l’industrie, pretant de l’argent a long terme (10 ans) avec des interets dans les affaires qui leur paraissent prometteuses. Elles disposent de reserves importantes car le XIX° siecle est aussi celui de la « ruee vers l’or » (1849) aux USA, n Australie (1850). °) reunir plusieurs investisseurs pour partager le capital. Le capital est alors divise en x parts appelees actions . Chacune represente un certain pourcentage du capital global. L’investisseur qui a achete une action est appele actionnaire. L’interet pour l’ actionnaire est de recolter des benefices importants ; en effet, les benefices annuels, de l’entreprise sont redistribues aux actionnaires en fonction du nombre d’actions qu’ils possedent (ces benefices de chaque actionnaire sont appeles dividendes car ils sont calcules avec une division simple). Completer le document joint (doc. ). Comment sont alors prises les decisions concernant l’entreprise (ex : creer de nouvelles productions, acheter de nouveaux batiments, de nouvelles machines, embaucher, licencier, etc…) ? Par l’assemblee des actionnaires qui designe un conseil d’administration de l’entreprise, avec a sa tete un PDG (souvent l’actionnaire majoritaire ou le createur de l’entreprise ou son heritier). Ce conseil d’administration est controle par l’assemblee des actionnaires : si la majorite d’entre eux ne sont pas satisfaits, ils peuvent decider de changer le conseil d’administration.

Pour s’agrandir, les entreprises ont besoin de capital : on emprunte alors a des banques d’affaires, et on transforme l’entreprise en societe par actions: le capital est divise en plusieurs parts, appelees actions , detenues par des actionnaires qui se partagent donc les benefices annuels de l’entreprise en fonction de leur nombre d’actions. Chacun recoit ainsi un dividende. L’entreprise est dirigee par un conseil d’administration elu par les principaux actionnaires (voir schema). Comment determine-t-on la valeur des actions ? – Elles sont d’autant + cheres qu ‘elles permettent de recolter de gros dividendes (benefices).

Donc en principe, plus l’entreprise est performante, plus ses actions sont recherchees car susceptibles de rapporter beaucoup, et donc + ses actions sont cheres. Comment achete-t-on des actions ? – a la Bourse. C’est la confrontation de l’offre et de la demande, parfois + que la situation reelle de l’industrie (> speculation), qui determine la valeur de l’action. C’est a la Bourse que s’echangent les actions. Plus l’entreprise est dynamique, plus les actions sont recherchees, et donc le cours de l’action monte. Inversement, son cours peut baisser fortement si les investisseurs ne s’y interessent plus.

C – La diffusion de l’industrialisation. Carte 2 p. 91 : Quels sont les premiers pays industrialises ? – Europe de l’Ouest (Angleterre en 1er), USA. Pourquoi ? Le premier pays a s’industrialiser l’Angleterre. Cela s’explique par des facteurs naturels et economiques : – Tout d’abord, le Royaume-Uni est alors la 1ere puissance mondiale, controlant une large partie du commerce international maritime grace a la puissance de sa flotte marchande et militaire , et grace a ses colonies et zones d’influence (Etats-Unis, Afrique, Inde, Chine…).

De nombreux produits arrivent donc dans les grands ports britanniques, ou arrivent notamment du coton (des Indes, des USA), ou d’autres fibres (laine, lin…). L’industrie textile se developpe donc assez vite pres de ces ports. – La population britannique jouit d’un niveau de vie relativement plus eleve que celles de la plupart des autres pays europeens, ce qui cree une demande plus forte, et une plus grande capacite de consommation. De plus, les principales decouvertes industrielles sont alors faites par des ingenieurs anglais (ex : James Watt est Ecossais). Enfin, le Royaume-Uni dispose de ressources importantes en charbon qui constitue alors la premiere source d’energie. Pourquoi les pays d’Europe de l’Ouest et les Etats-Unis ? Doc. 1 p. 97 : Presentation Decrire d’abord les diagrammes de production. Augmentation ? Baisse ? – Tendance nette a l’augmentation (> 0%) dans toutes les productions, sauf en agriculture (mauvaises recoltes et concurrence internationale – doc. 1 p. 27- peu visible ici car emanant de pays non-europeens – Amerique du Sud-) et pour le charbon (raisons ? utilisation de + en + massive de l’electricite et du petrole comme sources d’energie). L’evolution est-elle uniforme ? – Non, meme si la hausse est globale ; il y a des periodes de crise (la + importante est celle des annees 30), et des periodes de prosperite (Belle Epoque : fin XIX° – debut XX°). Voir + precisement avec le doc. 2 p. 97. Comment expliquer cette diffusion et cette augmentation? – par l’augmentation globale de la population (Doc. 1 p. 97 ). Il y a donc un large marche qui absorbe de + en + de produits. par le developpement du commerce international grace aux moyens de transport modernes (rail surtout, et navires a vapeur). L’ensemble de l’Europe est couverte de chemins de fer en 1900 ; le rail gagne aussi l’Ouest americain, l’ensemble de la Russie (Transsiberien)… Les contacts se multiplient (notion de monde qui s’ouvre, avec des distances-temps de + en + courtes, grace notamment au percement de grands canaux a Suez, a Panama). – Les decouvertes scientifique et industrielles se diffusent tres vite grace a ces moyens de transport et a l’organisation d’Expositions Universelles regulieres (doc. p. 91 ; doc. 3 p. 97 – remarquer la presence grandissante des USA parmi les grandes nations industrielles – ), qui font la gloire des industries modernes et montrent toutes les nouveautes aux professionnels de l’industrie et au grand public (construction de la Tour Eiffel, symbole meme de la modernite pour l’Expo de 1889. de +, les entreprises cherchent par nature a conquerir de nouveaux marches ; elles vont donc essayer de s’implanter ou au moins de vendre dans de nouveaux pays accessibles et assez riches pour pouvoir absorber leurs produits (ce qui elimine d’emblee l’Afrique, ’Asie et secondairement l’Amerique du Sud). On y reviendra dans la partie suivante sur les investissements, que l’on peut cependant deja voir apparaitre sur la carte 2. Carte 2 p. 91 : Presentation Quels sont les nouveaux pays industriels en 1913 ? – Europe de l’Est, Russie, Japon, et un peu dans certaines colonies (Canada, Australie). L’industrie se developpe d’abord en Angleterre. Il s’agit au depart surtout d’industries textiles qui transforme le coton et la laine arrivant par bateau. La siderurgie, l’exploitation des mines se developpe parallelement, faisant naitre les « pays noirs ».

Au XIX° siecle, le phenomene industriel se diffuse assez vite. Peu a peu, l’Europe et les Etats-Unis dont les populations augmentent fortement, se couvrent de chemins de fer, et des navires de + en + gros sillonnent les oceans. Ainsi, vers 1930, l’ensemble de l’Europe (surtout au Nord cependant) et de l’Amerique du Nord sont industrielles. C’est desormais une industrie diversifiee (des usines textiles, siderurgiques, chimiques , de construction automobile, ferroviaire…). L’Afrique, l’Asie et l’Amerique du Sud restent en revanche a l’ecart du phenomene. II – Les entreprises a l’ere industrielle.

Quel est le but de toute entreprise ? – faire des benefices Comment y parvenir ? 1°) augmenter les prix. Mais ce n’est pas raisonnable car on est alors depasse par la concurrence, et l’on ne vend plus rien. A moins de s’entendre avec la concurrence… C’est ainsi que certaines entreprises d’un meme secteur industriel fusionnent : c’est ce que l’on appelle la concentration horizontale. On y reviendra. 2°) economiser au maximum en reduisant les depenses de l’entreprise. Que reduire ? – les salaires. C’est ce qui est fait aux premiers temps de l’industrialisation.

Mais peu a peu, les ouvriers s’organisent pour lutter contre cette exploitation qui devient donc plus difficile, d’autant plus que les entreprises qui se developpent ont besoin de main d ‘? uvre : il faut donc les attirer. L’achat de produits necessaires a la production (ex : des equipements pour l’automobile, comme les pneus, les vitres…). Des entreprises liees mais aux productions differentes peuvent ainsi se rapprocher : c’est ce que l’on appelle la concentration verticale. (on y reviendra aussi). Quelles economies sont alors realisees ? sur les frais de livraison, sur l’adaptation de l’offre et de la demande (ex : 4x pneus pour x voitures). Encore une fois on realise d’importantes economies d’echelle. 3°) produire plus. Comment ? A – Une nouvelle organisation du travail. Fiche de travail n°2. Puis : doc. 1 p. 104. Comment evolue la repartition entre ouvriers qualifies et specialises (lire question 2) ? Pourquoi ? – de + en + d’ouvriers specialises : cela montre que les methodes tayloristes sont de + en + appliquees ; de +, les ouvriers viennent souvent de la campagne (exode rural) sans aucune qualification.

Evidemment, les ouvriers specialises sont moins payes que les ouvriers qualifies. Doc. 3 p. 103 : Description de l’usine ? Materiaux ? Qu’y produit-on ? Inconvenients du travail dans ce genre d’usine ? Avantages ? – salaire + eleve, reductions sur les voitures Ford, quelques avantages sociaux (doc. 4 p. 103). Afin d’augmenter la productivite, les entreprises transforment les methodes de travail a l’usine: la tache des ouvriers se reduit a une seule operation, chaque ouvrier etant alors specialise dans une operation simple et repetitive. C’est le taylorisme .

En 1913, Henry Ford accroit encore la productivite en introduisant le travail a la chaine (fordisme ) qui contraint les ouvriers a travailler a un rythme eleve et constant. Les profits des entreprises augmentent, mais les conditions de travail des ouvriers se degradent. B – De nouvelles strategies industrielles : investissements et concentration. Autre moyen d’augmenter les benefices : – conquerir de nouveaux marches – acheter les fournitures moins cher – vendre plus cher Ces moyens vont etre mis en ? uvre par les grandes entreprises industrielles au tournant du XX° siecle grace a de nouvelles strategies financieres. °) conquerir de nouveaux marches . Comment faire ? Vendre des produits a de nouvelles clienteles, par exemple dans de nouveaux pays. Doc. 1 p. 91 : Comment apparait ce phenomene sur la carte ? – Les grandes entreprises europeennes et americaines investissent des capitaux dans les pays etrangers (Amerique du Sud, Asie). Quel est l’interet pour les entreprises europeennes ? – – – – vendre des produits dans les pays ou on investit pour creer des usines. Ne pas payer les forts droits de douane qui seraient payes si les produits etaient exportes.

Assurer ses approvisionnements pour etre sur de pouvoir produire sans dependre d’une autre entreprise-fournisseur. Beneficier de salaires encore moins eleves. Des le XIX° siecle, de nombreuses entreprises d’Europe et des USA investissent des capitaux a l’etranger pour y implanter des usines, en particulier en Amerique du Sud et en Asie. Il s’agit de trouver de nouveaux debouches et de controler l’arrivee des produits d’approvisionnement (ex : le caoutchouc pour les pneus de voitures). > doc. 3 : p. 22 (Hachette 1 ere) 2°) acheter les fournitures moins cher . Comment faire ? racheter des entreprises fournisseurs (ex : pneus pour un constructeur automobile). Decrire le doc. 2. Quelles economies peuvent etre ainsi realisees ? – acheter les produits d’approvisionnement moins cher – ajuster l’approvisionnement a la production – etre sur de la qualite des produits d’approvisionnement. > C’est la concentration verticale. 3°) vendre + cher. Comment faire ? Il faut imperativement s’entendre avec la concurrence, sans quoi l’entreprises ne sera plus competitive. > doc. 4 (doc. 6 p. 17 Hachette 1ere): Quelles sont les 4 entreprises qui ont fusionne pour donner naissance a la Federal Steel Corporation ?

Que produisent-elles ? – Iron (fer) and Steel (acier). Avec qui fusionne la Federal Steel Corporation ? Commence s’appelle le nouveau conglomerat d’entreprises (trust en anglais) ? – National Tube Company et American Steel and Wire : producteurs de metal et d’acier formant le groupe JP Morgan. Avec qui fusionne JP Morgan peu apres ? Pour donner quoi ? – Moore (Tinplate and Steel), Carnegie (hautfourneaux : siderurgie ). Le trust s’appelle desormais US Steel Corporation, disposant d’un capital immense (et donc de tres nombreux actionnaires). Combien d’anciennes entreprises USS regroupe-t-elle ? au moins 9. Quel est l’interet de tout cela ? – Moins de concurrence, donc les prix ne seront pas tires vers les bas. De plus , la concentration permet de realiser ce que l’on appelle des economies d’echelle : on passe des commandes plus grosses, ce qui permet de negocier de meilleurs prix, de mieux amortir les frais de livraison, d’expedition, etc… Que fait alors l’actionnaire en recherche de gros dividendes (benefices) ? – Il cherche a acheter des actions USS, donc les cours montent, donc l’entreprise voit son capital augmenter, donc elle est plus encore capable de racheter une entreprise concurrente.

C’est ainsi que se constituent des trusts (appeles konzern en Allemagne, cartel en France). Quels sont les inconvenients d’une telle situation ? – L’absence de concurrence nuit a la qualite des produits et au prix pour les consommateurs. C’est pourquoi le gouvernement americain decide par exemple de lois anti-trusts. > C’est la concentration horizontale. Pour augmenter les benefices, les entreprises industrielles se concentrent : – elles absorbent des entreprises sous -traitantes afin d’ajuster l’approvisionnement et donc de realiser des economies : c’est la concentration verticale (voir doc. 4). elles s’unissent avec des entreprises concurrentes, formant ainsi des trusts (ou cartels), capables de controler l’ensemble du marche, et donc d’en fixer les prix : c’est la concentration horizontale (voir doc. 4). Mais comment etre sur que l’on seduira le client ? C – Les debuts de la reclame et du marketing. Doc. 1 p. 94 : Comment evolue l’objet telephone ? Pourquoi ? Qu’est-ce qui le permet ? – de + en + petit, pour etre mieux adaptes au mobilier, + pratique (penser a l’evolution actuelle des telephones mobiles), grace a l’utilisation de nouveaux materiaux (bakelite) et a la reduction de la taille des circuits electriques.

Avec quoi cette evolution est-elle mise en parallele ? – avec l’affinement du corps de la femme. Quel est le but de cette comparaison ? – le telephone evolue avec son temps et avec la mode. Il devient de + en + seduisant, et semble meme devenir presque attirant et sensuel dans l’avenir (voir la derniere image). Qu’est-ce que les entreprises cherchent donc de + en + a faire ? Pourquoi ? – Ils cherchent a seduire la clientele s’y adapter afin de lui imposer de nouveaux besoins, de nouvelles depenses, en realisant des associations d’idees. Docs 2, 3 et 4 p. 4-95 : Quel est le point commun entre ces 4 images ? – La presence d’une jeune femme. Pourquoi ? – Pour donner au produit un « capital-seduction), et aussi pour viser une clientele : la menagere (c’est elle qui fait bien souvent les courses). Doc. 3 p. 95 : Que propose le catalogue ? – des couleurs differentes, des motifs differents qui visent chacun une clientele (un « segment de marche ») : la sportive, la jeune… Chacun peut ainsi se reconnaitre dans un des modeles proposes, et donc se sentir concerne, appele, pour finalement acheter un produit dont l’utilite ne s’imposait pas auparavant. C’est donc la naissance de la publicite (plutot la reclame), et du marketing (etymologiquement : « marcheter » : etudier le marche). Ces produits, et en particulier la voiture du doc. 4 se contentent-ils d’etre utilitaires ? – Non : ils se veulent aussi beaux ou au moins elegants et harmonieux. On laisse donc le soin de la conception et de la finition de la forme du produit a des specialistes, parfois meme des artistes (ex : Loewy, Cassandre pour les affiches francaises- voir le XX° siecle s’affiche- ). Le produit acquiert ainsi une touche artistique et d’evasion. C’est ce que les Americains appellent le design. reflechir aux te ndances actuelles du design – small is beautiful, logos, nouvelles baskets…). Pour seduire une clientele plus large, les entreprises consacrent de plus en plus de capitaux a la reclame. Il s’agit non seulement de proposer des produits utiles, mais aussi des produits attractifs et elegants. Le design fait son apparition dans l’industrie, et des artistes collaborent avec les entreprises pour dessiner les produits ou les affiches de reclame. On voit donc bien toutes les imbrications existant entre le processus de production industrielle et la societe.

On va maintenant voir precisement en quoi celle-ci se trouve profondement transformee. III – Une societe transformee par l’industrialisation. Ou se trouvent la plupart des usines qui ne cessent de proliferer a l’epoque de la R. I. ?- en ville. A –Des villes qui s’etendent et se transforment. Document 5 : La croissance urbaine en Europe (en milliers d’habitants) Amsterdam Berlin Birmingham Bruxelles Budapest Glasgow Hambourg Leningrad (St Petersbourg) 1800 217 172 74 66 54 77 130 336 1850 224 419 233 251 178 357 132 485 1900 511 1889 523 599 732 776 706 1267 940 794 4332 1053 913 1163 1132 1682 3191 Londres Milan Moscou Paris Rome Vienne Varsovie 1800 1117 135 250 581 163 247 100 1850 2685 242 365 1053 175 444 160 1900 6586 493 989 2714 463 1675 638 1940 8700 1116 4137 2830 1156 1918 1266 B. R. MITCHELL, International Historical Statistics, Stockton Press, 1996. Quelle est l’evolution generale? Comment l’expliquer ? – essentiellement 2 facteurs : 1°) l’augmentation globale de la population (accroissement demographique), evoque + haut. 2°) l’arrivee de nouvelles personnes venant s’installer en ville.

D’ou viennent ces nouveaux urbains ? Dossier p. 102-103 : etude la ville de Detroit (situer). Doc. 1 p. 102 : D’ou viennent ces immigrants ? – De pays pauvres d’Europe (ou d’ailleurs). Les nouveaux venus sont-ils tous des etrangers ? – Non : on trouve egalement des Noirs venant du Sud ou, recemment liberes de l’esclavage, ils ne trouvent plus de travail, car les ouvriers agricoles sont de + en + economiquement remplaces par des machines agricoles + rentables. (exode rural) Pourquoi tous ces migrants vont-ils s’installer a Detroit ? Doc. 2 p. 102 : C’est a capitale americaine de la construction automobile. Or c’est une industrie qui emploie de tres nombreux ouvriers specialises non qualifies (doc. 3 p. 103). Donc toute personne est susceptible de travailler pour une de ces entreprises ou les salaires, bien que modestes, et bien que le travail ne soit guere epanouissant, sont superieurs a ceux de leur pays d’origine ou de ceux pratiques dans l’agriculture. Comment evolue donc la ville ? – Elle grandit enormement (developpement de banlieues – Greenfield… – , du reseau de voies ferrees (approvisionnement et distribution des produits finis).

Comment se repartissent les nouvelles populations ? – Les migrants de meme origine se regroupent dans des quartiers « ethniques » (en citer), pres des usines. Les plus aises s’installent en banlieue (phenomene de ghettoisation). Souligner la particularite americaine des quartiers ethniques ; en revanche le phenomene de separation ouvriers/bourgeois est general dans toutes les grande villes industrielles de l’epoque. Comment faire pour que la ville ne soit pas trop engorgee, ne soit pas saturee ? – Il faut l’amenager. Doc. 1 p. 9 : Comment fait-on a Paris pour s’adapter aux nouvelles donnees de l’urbanisation ? – construction de larges avenues permettant la circulation automobile qui se developpe surtout a partir de 1900 (Ford T : 1905) – eclairage urbain avec les reverberes > Un nouvel urbanisme. Doc. p. 98 : Quelles nouveautes apparaissent a New York ? Qu’est-ce qui le permet ? – a New York , les gratte-ciels apparaissent grace a de nouveaux materiaux et a de nouvelles techniques de construction (ex : l’ascenseur). Pourquoi les gratte-ciels ? Outre l’aspect esthetique et la volonte de montrer sa puissance – Empire State 1931 : 381 metres, 102 etages, 13 mois de construction ; Rockefeller Center… – , il s’agit d’optimiser le prix du metre carre en construisant en hauteur. > de nouveaux ideaux. Doc. 2 p. 93 : Quels sont les aspects de modernite et de la R. I. apparaissant ici ? – -electricite omnipresente, foule, magasins, tramway, chemin de fer (et aussi invisible ici : le metro – 1867 Londres, 1868 New York, 1900 Paris-). > de nouveaux modes de vie. Le developpement de l’industrie entraine une tres forte urbanisation.

De nombreuses villes d’Europe et d’Amerique du Nord deviennent millionnaires, attirant des migrants venus des campagnes (exode rural), ou de l’etranger (particulierement dans les villes americaines). La ville s’etend dans l’espace en meme temps qu’elle change de visage : les rues et les magasins sont eclaires, de grands boulevards sont desormais capables d’accueillir autos et tramways, des metros (en 1900 a Paris) conduisent du travail au domicile, de nouvelles formes d’architecture moderne apparaissent (gratte-ciels…), etc… B – La condition ouvriere. > Travail sur le doc. 6. Doc. 6 : Un budget ouvrier en France en 1885.

Revenus annuels en Francs Depenses en Francs pour la nourriture % de nourriture dans le budget Depenses en Francs pour l’habitation (dont chauffage et eclairage) 1300 845 65 % 210 16% 195 15% 15 1% 35 3% % pour l’habitation dans le budget Depenses en Francs pour les vetements % pour les vetements dans le budget Depenses en Francs pour l’hygiene et la sante % pour l’hygiene et la sante dans le budget Depenses en Francs pour tout le reste (bibliotheque, loisirs, impots, economies…) % pour tout le reste dans le budget 1°) Calculer en pourcentage les depenses de la famille par rapport a ses revenus annuels. °) Quel poste de budget peut etre entame en cas de probleme (accident, maladie…) ? > A peine de quoi vivre… et aucune reserve en cas de necessite > pauvrete et precarite D’ou la prise de conscience de certains patrons paternalistes qui essaient d’aider quelque peu les ouvriers (paternalisme : par exemple assurer le versement d’une retraite) tout en les controlant de pres. Doc. 1 p. 104 (tableau) : Combien de temps par jour travaille un ouvrier de Renault en 1900 ? – + de 10 heures En 1913 ? –10 h/jour encore, mais avec un jour de repos (loi de 1906). Quelle est la categorie d’ouvriers la + nombreuse ? Les ouvriers qualifies, mais il y a de + en + d’OS en raison de la mise en place des methodes de travail tayloristes (introduites chez Renault en 1913) N’y a-t-il que des ouvriers dans les usines ? – Non : on trouve aussi des chefs d’equipe, des contremaitres, qui ont des diplomes ou parfois seulement de l’experience, et qui sont mieux payes. Quelles autres categories sociales peut-on mettre avec les ouvriers, « en bas de l’echelle » ? – les domestiques (moins nombreux cependant a partir du XX° siecle en raison des innovations technologiques permettant aux grands bourgeois de se passer de la domesticite). les femmes d’ouvriers : elles s’occupent bien souvent de la maisonnee pendant tout le temps, le mari ne rentrant, totalement epuise, que tres tard (journees de 12 heures au XIX°). Ces femmes font parfois elles-memes des travaux a domicile pour gagner un peu d’argent, mais elles sont tres peu payees. Les ouvriers representent 1/3 des travailleurs. Ils travaillent en usine dans des conditions difficiles a cause de la salete, de la longueur des journees (10h / jour en 1900), de la penibilite et la repetition de leurs operations, de la forte hierarchie.

On trouve plusieurs categories d’ouvriers : les ouvriers specialises, sans qualification, au travail repetitif et tres peu paye, les ouvriers qualifies, les contremaitres… A ces categories defavorisees s’ajoutent les femmes des ouvriers, encore moins consideres et moins payees que leurs maris, les enfants employes jusque vers 1850, ainsi que les domestiques qui deviennent plus rares au XX° siecle. Les familles ouvrieres vivent dans les faubourgs ou les banlieues des grandes villes, dans des quartiers souvent sales et des maisons petites et sans confort. Le monde ouvrier est un monde a part.

Les conditions de travail sont donc tres difficiles au XIX°, en particulier dans les usines. Comment faire pour les ouvriers pour reclamer un meilleur sort ? –s’unir pour protester, faire greve. C – De nouveaux rapports sociaux. Comment se reunir ? – en formant des syndicats (autorises en France en 1884). Quel est le role des syndicats ? – defendre les travailleurs, les informer, les aider (Doc. 2 p. 101)… Des journaux syndicaux se chargent de coordonner les actions dans les differentes usines (ici : La Vie Ouvriere, revue de la CGT, syndicat revolutionnaire) Exemple d’action : les ouvriers de Renault en 1913 : Doc. 2 p. 05 : Pourquoi les ouvriers font-ils greve ? – pour protester contre l’introduction des methodes tayloristes. Comment se manifeste l’application du taylorisme selon ce journal ? – chronometrage, faire de l’ouvrier une « machine a produire ». Quel est le but du patron de Renault selon ce tract ? – augmenter la production, « decerebrer » les ouvriers reduits au role de machines, les faire travailler a un tel rythme qu’ils n’auront plus le temps de reflechir a rien. Comment lutter contre cette volonte du patron ? – par la greve, la manifestation destinees a faire pression sur le patronat. Doc. p. 100 : Qui manifeste ici ? ouvriers + leurs femmes+ les enfants dont les conditions de vie sont totalement liees ; c’est tout le monde ouvrier qui manifeste (« un monde a part » : le « ventre de Paris »). Doc. 1 p. 101 : Dans quelles conditions ont lieu les manifestations au debut du siecle ? – violence et repression feroce ; de nombreuses manifestations tournent a l’emeute car le monde ouvrier se sent totalement rejete et a l’ecart du reste de la societe ; et car les forces de police ont souvent recours a la force pour assurer la tranquillite publique (et surtout la tranquillite des bourgeois et des patrons qui dominent tres ettement le pouvoir politique). C’est ainsi que des manifestations ont lieu annuellement le 1 er mai en souvenir d’une manifestation ouvriere qui avait gravement degenere en 1886 a Chicago. De meme le 1 er mai 1896 a Fourmies (Nord), une manifestation degenere et la police « tire dans le tas », faisant 9 morts et 33 blesses. Neanmoins ces actions et l’action syndicale permettent de nets progres dans la condition ouvriere : Doc. 1 p. 104 (tableau) : Comment evolue le temps de travail a partir de 1904 ? baisse pratiquement continue. Pourquoi ? – parce que les syndicats et les ouvriers finissent par se faire entendre apres des luttes tres difficiles : e 1906 le dimanche est chome ; en 1919, la journee est limitee a 8 heures (vieille revendication) ; la semaine des 40 heures est votee en 1936 en meme temps que les 1ers conges paye (15 jours), suite a de grandes greves (doc. 3 p. 105). Bien entendu, ces ameliorations sont imposees par des lois votees par l’Etat, que les patrons se retrouvent donc obliges d’appliquer.

Pe u a peu, les ouvriers s’organisent pour lutter contre l’exploitation. Ils se regroupent en syndicats pour etre mieux informe de leurs droits, et pour faire pression sur les patrons par la greve ou la manifestation. Malgre des luttes souvent tres difficiles, malgre une repression parfois feroce, leur situation s’ameliore au tournant du XX° siecle grace a des lois imposees aux patrons par l’Etat: la duree du travail est reduite (8h/jour en 1919, 40h/semaine en 1936), le droit de greve est reconnu, les ouvriers ont mieux proteges pour leur retraite et les accidents de travail… Mais la crise economique des annees 1930 provoque un fort chomage, et plonge de nombreuses familles dans la misere. Fiche de travail n°2 : une nouvelle organisation du travail Doc. 2 : Taylorisme et fordisme « Prenons l’assemblage du piston et de la tige. Avec l’ancien systeme, cette operation ne prenait que 3 minutes. […] Il y avait pour cela deux etablis et 28 hommes. Ils assemblaient 175 pistons et tiges en 9 heures.

Le contremaitre, en etudiant l’operation, fut etonne qu’on y employat 3 minutes. Il chronometra les mouvements et s’apercut que, sur 9 heures, il y en avait 4 qui se passaient en allees et venues. L’assembleur ne quittait pas son etabli, mais il etait oblige de se deplacer quelque peu pour mettre de cote la piece terminee. Tout son travail comprenait 6 operations. Le contremaitre divisa l’operation totale en trois stades, installa une glissiere a l’etabli, mit trois hommes de chaque cote.

Au lieu d’etre charge de toute l’operation, chaque homme n’en faisait que le tiers, ce qu’il pouvait faire sans se deplacer. L’equipe fut reduite de 28 hommes a 14. Aujourd’hui, 7 hommes font 2600 assemblages metalliques en 8 heures. Il n’y a pas a faire ressortir l’economie realisee sur ce point. » Henry FORD, Ma vie et mon ? uvre, 1922. 1°) Completer le tableau ci-dessous pour avant et apres les changements introduits : Avant les Apres les changements changements Nombre d’ouvriers Nombre d’etablis Nombre d’operations Nombre de pistons assembles par heure productivite) Nombre de pistons assembles par heure et par ouvrier (cout de production) 2°) Qu’est-ce qui permet ces ameliorations ? 3°) Quels sont les consequences de ces transformations sur les benefices des entreprises ? 4°) Quels sont les consequences de ces transformations sur les conditions de travail des ouvriers ? Document 5 : La croissance urbaine en Europe (en milliers d’habitants) Amsterdam Berlin Birmingham Bruxelles Budapest Glasgow Hambourg Leningrad (St Petersbourg) 1800 217 172 74 66 54 77 130 336 1850 224 419 233 251 178 357 132 485 900 511 1889 523 599 732 776 706 1267 1940 794 4332 1053 913 1163 1132 1682 3191 Londres Milan Moscou Paris Rome Vienne Varsovie 1800 1117 135 250 581 163 247 100 1850 2685 242 365 1053 175 444 160 1900 6586 493 989 2714 463 1675 638 1940 8700 1116 4137 2830 1156 1918 1266 B. R. MITCHELL, International Historical Statistics, Stockton Press, 1996. Doc. 6 : Un budget ouvrier en France en 1885. Revenus annuels en Francs Depenses en Francs pour la nourriture % de nourriture dans le budget Depenses en Francs pour l’habitation (dont chauffage et eclairage) 300 845 210 % pour l’habitation dans le budget Depenses en Francs pour les vetements % pour les vetements dans le budget Depenses en Francs pour l’hygiene et la sante % pour l’hygiene et la sante dans le budget 195 15 Depenses en Francs pour tout 35 le reste ( loisirs, economies…) % pour tout le reste dans le budget 1°) Calculer en pourcentage les depenses de la famille par rapport a ses revenus annuels. 2°) Quel poste de budget peut etre entame encas de probleme (accident, maladie…) ? Fiche de travail n°1: Les progres techniques de 1850 a 1914 851 : Machines a coudre de Singer 1851-52 : Premiers dirigeables 1856 : Acier Bessemer 1859 : Premiers puits de petrole 1860-62 : Moteurs a combustion interne 1860-65 : Refrigerateurs 1864-65 : Four a acier Martin 1866 : Procede de fabrication de la soude. Premier cable transatlantique 1867 : Dynamite. Beton arme. Premiers aciers speciaux. Bicyclette 1868 : Celluloid 1869 : Dynamo de Gramme 1870 : Superphosphates 1873 : Transmission de l’electricite a distance 1876 : Procede Thomas-Gilchrist de fabrication de l’acier. Machine a ecrire Remington. Moteur a combustion interne a petrole.

Telephone de Graham Bell. 1877 : Phonographe d’Edison 1879 : Four a acier electrique Siemens. Lampe a incandescence d’Edison. 1881 : Premiere automobile de Bollee 1884 : Premiere pellicule photo en rouleau. Soie artificielle . Turbine hydraulique de Pelton. Turbine a vapeur de Parons. Premiere centrale hydroelectrique. 1886 : Aluminium par electrolyse. Linotype. 1888 : Appareil photographique Kodak. 1889 : Ferro-nickels. 1890 : Decollage du premier avion de Clement Ader. 1892 : Tracteurs agricoles a essence. Cinema Edison, Lumiere. 1893 : Moteur Diesel.

Aciers a coupe raide 1897 : TSF Branly Marconi 1899 : Aspirine D’apres la chronologie ci-contre, realiser une frise a 3 bandes (echelle : 1 cm = 2 ans), dans laquelle vous distinguerez les nouveaux materiaux (bleu), les nouvelles sources d’energie (vert), et les nouvelles machines (rouge). Nouveaux materiaux Nouvelles energies Nouvelles machines Plan du chapitre 1 : LES TRANSFORMATIONS ECONOMIQUES ET SOCIALES EN EUROPE ET EN AMERIQUE DU NORD DE 1850 A 1939. I – Le processus d’industrialisation. A – Des innovations technologiques. B – Le triomphe du capitalisme.

C – La diffusion de l’industrialisation. II – Les entreprises a l’ere industrielle. A – Une nouvelle organisation du travail. B – De nouvelles strategies industrielles : investissements et concentration. C – Les debuts de la reclame et du marketing. III – Une societe transformee par l’industrialisation. A –Des villes qui s’etendent et se transforment. B – La condition ouvriere. C – De nouveaux rapports sociaux. Interrogation ecrite d’histoire n°1 : La Revolution Industrielle I – Partie dominante (12 points) : question de cours. Sujet : le monde ouvrier et la Revolution Industrielle.

Vous presenterez le monde ouvrier, son mode et ses conditions de vie, ses conditions de travail et leur evolution ; et les combats politiques qu’il mene pendant la periode consideree. II – Partie secondaire (8 points) : etude de document. Document joint : l’industrialisation dans le monde en 1914 Apres l’avoir presente, vous vous appuierez sur ce document pour presenter les etapes et les moyens de diffusion de l’industrialisation dans le monde, en mettant en evidence les foyers de la Revolution Industrielle. Auteur : THOMAS ANDRE http://www. histoire-geo. org