Resume de « une charogne »

Resume de « une charogne »

une charogne est un poeme tire du recueil les fleurs du mal ecrit par baudelaire. Il s’agit du poeme XXIX qui suit « le serpent qui danse », »sed non satiata » ou encore le poeme XXV qui commence par « Tu mettais l’univers entier dans ta ruelle /Femme impure !  » C’est donc un poeme qui se situe dans un environnement que l’on pourrait dire decompose. Ainsi, meme si ce poeme pourrait trouver des liens de parente avec le Carpe Diem d’Horace ou encore Mignonne allons voir si la rose de Ronsard, c’est un poeme qui choque et qui revulse.

Pourtant, au-dela de cette brutalite, baudelaire semble nous convier a comprendre que la beaute de la forme et la beaute du monde peuvent etre faites de laideur. Ceci est par ailleurs tout le sens du titre « Les fleurs du mal ». Il s’agit ainsi de se demander comment baudelaire oscille entre laideur et beaute. Afin de repondre a cette question, nous verrons dans un premier temps comment ce poeme semble a la premiere lecture n’etre qu’un simple recit d’un souvenir amoureux.

Nous etudierons cependant dans un second temps la comparaison entre la charogne et la fleur faisant balancer le poeme entre laideur et beaute. Enfin, nous mettrons en

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
lumiere de quelle facon baudelaire arrive a sublimer son poeme en transformant la boue en or. Le poeme « Une charogne » a ete ecrit par Charles Baudelaire en 1857. Il fait partie de la section Spleen et Ideal du recueil Les Fleurs du Mal, censure par decision de justice pour « atteinte aux bonnes m? urs ».

Charles Baudelaire est celebre pour son approche resolument moderne de la poesie, sa conception du poete maudit, rejete par la societe, victime de l’incomprehension de ceux qui l’entourent, soumis a ses tensions interieures, allant du spleen, etat depressif chronique, a l’Ideal, aspiration vers un ailleurs transcendantal. « Une charogne » presente une situation atypique : un couple en promenade, Baudelaire et une femme, representant peut-etre sa maitresse Jeanne Duval, la Venus noire, qui « au detour d’un sentier » rencontre un cadavre d’animal en decomposition.

Poeme etrange curieux s’il en est qui semble s’inscrire dans la tradition des poemes d’amour « classiques ». Dans un premier temps nous analyserons le contexte de la promenade propice a une declaration d’amour, puis nous verrons le realisme atroce de la description de la charogne, enfin nous chercherons a comprendre les lecons que le poete veut dispenser a son lecteur. Situation Le poeme suit le poeme du serpent qui danse, donc dans slpeen et ideal. Composition Le poeme est compose de 12 quatrains. Certains vers sont des alexandrins d’autres sont des octosyllabe.

Les alexandrins ont des rimes feminines et les autres masculines. Entre ces deux sortes de vers il y a aussi des differences thematiques. Les octosyllabes ont des themes plus legers que les autres qui sont plutot grave et serieux. Les trois premieres strophes decrivent la charogne, c’est present. Les trois suivantes sont plus au passe et sont une etape intermediaire et les trois dernier sont l’interpellation de la femme et sont au futur au niveau des verbes. Ce poeme evoque le souvenir d’une promenade et finalement il se retrouve devant un cadavre.

Le poete est alors entraine a comparer le cadavre a l’etre aime. La thematique est donc une thematique baroque qui soutient que vivre l’instant present est important. Ceci est un une reference carpedienne. La femme restera cependant presente grace a l’immortalisation du poete ! Le « je » represente le poete, il prend donc par au poeme. Le « vous » est la femme qu’il aime et le nous represente le collectif, le couple. Par rapport a la thematique des Fleurs du mal, le fait que de la mort s’echappe la mort, montre que du laid nait le beau ou vice versa comme le suggere le titre.

La charogne se trouve dans un beau decor, elle a quelque chose d’opportuniste. Il y a aussi l’evocation de la continuite de l’amour. Il y a tout au long du texte un champ lexical de la nature. Strophe 1 Il y a d’emblee un imperatif ce qui interpelle le lecteur mais aussi la femme tant aimee. Par ame et le respect par le vousoiement, on constate que l’etre est cherit. Le sens affiche est celui de la vie. Il y a aussi une personnification de la charogne car infame est un terme de moralite pour les personnes. Le faite que cette charogne soit au detour d’un chantier monter la surprise a sa vue.

Strophe 2 La charogne avec ses jambes en l’air et sa comparaison a une femme lubrique montre clairement qu’elle est comparee a une prostituee insouciante et vicieuse. L’odorat et la vue sont mis en avant. La chaleur est aussi un element omnipresent. L’ambiance st comme absorbee par la bete, son odeur et son etre a quelque chose d’envoutant. Strophe 3 Il y a un systeme d’opposition entre le soleil qui rayonne et l’animal. « Cuire a point » est une formule ironique et cynique pour decrire l’animal. La Nature est personnifiee, elle a un certain pouvoir. Strophe 4 Le ciel eprend le divin, celui-ci qui par son pouvoir peut reprendre la vie et nous transformer en cadavre. Il y a un oxymore : « carcasse superbe ». Il y a une comparaison contradictoire entre la charogne et les fleurs qui representent la beaute, le theme des fleurs du mal est donc omnipresent. Le « si » intensifie l’affirmation. Les fleurs peuvent aussi etre interpretees comme de celle qui seraient posee sur une tombe. Strophe 5 La tonalite de se passage est clairement epique. L’on imagine cette armee de larves attaque le cadavre. Il y a une ambiance de degout et tres visqueuse. strophe 6

Dans cette strophe il y a beaucoup de verbe d’action et cela donne plus de mouvement que la description des strophes precedentes. Le fait que l’animal soit enfle signifie qu’il est mort depuis un bout de temps. Son souffle pourrait etre interprete comme son dernier rale. Ce souffle est inconnu et donc tres vague. Strophe 7 Le mouvement de la vie est associe au mouvement du vanneur qui trie le grain Strophe 8 Il y a une metaphore entre les formes de la charogne et les traits d’une peinture. Ce passage est une transition entre le concret et l’abstrait. La charogne devient toujours plus floue. La peinture represente la transformation que va en aire l’artiste pour ensuite l’immortalisee. Nous sommes dans un autre niveau avec cette ebauche de la charogne qui sera le dernier souvenir de la bete. Strophe 9 Avec la chienne il y a une rupture dans l’abstrait, cela nous ramene a la realite. Ce passage est repugnant. Strophe 10 Dans cette strophe, l’auteur interpelle la femme. La femme est la represente metaphoriquement. La femme recoit beaucoup d’eloges ce qui s’oppose a l’horreur de la charogne. L’auteur mele le bien avec le mal. L’auteur utilise des exclamations. L’idee que la vie finit forcement par la putrefaction amene a la reflexion. Strophe 11

Le mot « grace demontre un physique de qualite. Strophe 12 Les pronoms possessifs montrent l’implication du poete. Il evoque la beaute de l’etre aime. Le « je » apparais enfin. Par cette strophe l’auteur montre qu’il est au dessus de la masse car il a le pouvoir d’immortalise les femmes par ces poeme et de rendre leur essences purs. Il reprend la un peu de la theorie des idees de Platon. Le « vous peut generaliser et englober beaucoup de femmes. L’idee est que grace a lui elle sera reconstituee a l’aube de la mort en peinture, poesie… Ce poeme est realiste et va vers la perennite des choses. Post-scriptum