Resume de cours sur la religion (niveau classe preparatoire)

Resume de cours sur la religion (niveau classe preparatoire)

La Religion – Relegere : respecter, decouvrir une valeur absolue que l’on s’engage a respecter – Religare : relier, unir, sentiment d’appartenance Homme = Mystique ? (le monde ou l’on vit est irreductible a sa dimension seulement sensible, existence d’une autre dimension) L’Homme croit : quel type de Croyance est-ce ? I- Ambiguite du verbe Croire 1er degre : Croyance presume ou Intuition (superficielle, sans danger) 2eme degre : La PERSUASION (intuition devient assurance, prend appuie sur nos impulsions, adhesion a une idee d’ordre precritique) Racine : CREDULITE (refus de penser, naivete coupable !

LPourquoi l’Homme est CREDULE ?  » Douloureusement fragile (soumission a autrui ce qui montre sa faiblesse) LDerive : SUPERSTITION (croyance apeure ancre dans l’incertitude)  » Infantilisation de l’esprit critique  » Follement capricieux (pret a tout pour satisfaire ses avidites impossible, entre dans la deraison) LDerive : FANATISME (croyance aveugle intolerante  » Obscurantisme (integrisme = infantilisation + defiance et soumission) Croyance non rassurante (entraine ideologie de la Peur, de la Violence) donc il y a : 3eme degre : Croyance Reflechi, fonde en Raison = la CONVICTION ou FOI ) Sur la Connaissance (tout savoir base sur axiome, ou theoreme non demontrable) 2) Sur la Vie Pratique, concrete (on croit en sa propre liberte ou reussite) 3) Sur la Relation a Autrui (confiance »respect »pas

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
de puissance et violence) II- La Croyance : simple persuasion ou authentique conviction ? Les auteurs Agnostiques (ne pretend pas s’interesser a Dieu ? atheiste qui rejette vigoureusement l’E de Dieu) ? Feuerbach « Theorie du Soupcon » L Reduction anthropologique de D = il est le fruit de l’immanence Humaine et ne renvoi a aucune transcendance ?Marx :  »religion = fruit du determinisme (alienation, privation de liberte) ‘id. de D = consolation illusoire, fictive, dicte par interet)  »alienation eco = resulte de la lutte des classes au XIXeme Chez les proletaires :  » « C’est l’opium du peuple » = drogue, calmant qui console la misere ouvriere, victime du K Chez les Kiste :  » fct ideologique pour justifier un ordre) = moyen de detourner discours religieux a des fins ideologique (pr exploiter) (dc Kisme disparaitra avec Religion) ? Freud :  » produit d’un determinisme bio-psycho. (= illusion de l’H reste infantile) Lfruit d’une frustration psychologique (D= « un pere ideal »)  » D agit ds l’H incapable de voir la non toute puissance de D ‘ DONC religion infantilise (refus de grandir)  » On doit interroger notre desir de croyance selon lui Mais critique de Freud :  » tt amour contient une part de projection ds nos desirs  » autre pt exister en dehors de ma facon de la voir (=E de D) ? Jung (disciple de F)  »gens sont nevrose car leur vie n’a pas de sens, la R en donne un Depassement de la Reduction Anthropologique ? Bergson :  » religion statique = facteur de cohesion sociale L ? dynamique = mystique, transcendant  » ? Hegel : H conduit vers des valeurs qui le depasse (le Beau, le Bien, le Vrai) Le Mystere : une presence vecue dans la foi Kant : depassement de la Sensibilite, et de la SCE, on ne peut pas prouver l’E de D, juste l’eprouver ? Pascal :  » foi en dieu ? demonstration rationnelle (« Croire, c’est parier ») L releve d’une conviction qui dt entrainer une decision libre  » Notion de Pari = acte de faire cfiance a D  » «  La foi : Dieu sensible au c? ur, et non a la raison »  » On n’utilise pas la raison pour croire, on se met a genoux (pour entrer ds la sphere) Confrontation Pascal / Libertin – le libertin = joueur avere, vit sur le pari – P : parle de D sur le terrain du gain (utilise proba.  » libertin concede qu’il faut croire en D :  »on a plus a gagner a croire en l’E de D, mais croyance limite pr un etre rationnel (E de doute)  » D non sensible a la raison mais au ¦ (lieu de l’interiorite la + intime de l’ame humaine designant le rapport a la verite et non une simple demonstration « Le c? ur, c’est le lieu des intuitions 1eres qui nous relie a la verite en depit de notre impuissance a les montrer ». «  Le C »UR SENSIBLE » = trace de la liberte  » Pascal veut convaincre de l’existence de D, et ce non par le rapport de D a la nature mais par celui de l’H a D. ‘ Le c? ur chez P : 3usages :-usage scientifique (en SCE, la raison s’appuie aussi sur le ¦, sur l’ordre du croire, sur axiome non demontrable) -usage mondain (relation ac autrui, intuition inexplicable des sentiments qui s’eprouve sans le prouver) -usage religieux (D est a l’interieur de nous, on pt faire sa rencontre seulement ds le plus profond de notre ame, le ¦ selon P)  » 3preuves de l’E de D : -cosmologique (par le monde : tte chose admet une cause, tte cause est l’effet d’une autre= E d’une cause 1ere (moteur de la chaine) NON PASCAL ontologique (par l’etre : si D est D, il est parfait, au-dela de l’absolue, tte les perfections, or la nn-E est un defaut, dc si D est D, il ne peut pas ne pas exister) -par l’infini (c’est un Etre, parfait, infini dc D qui nous a transmis son E car l’H connait imperfection) III- Itineraire spirituel ou chemin de conversion ? Pour Simone Weil (1909-1943)  » Au debut agnostique, mais ensuite exp. imprevisible (« le Christ est descendu et m’a prise »)  »SW= temoignage d’une exp. de D, ds le sens de l’Humain et de l’Univers (? autre dimen. )

De l’humanisme et Fi de la volonte d’Alain a l’experience de la barbarie  » Ideal de verite et detachement L « c’est le desir de la verite qui transcende l’esprit » (le genie reside ds l’H qi recherche verite) L Detachement : ouverture a l’Etre (sous forme d’effort), H transcendant fait passer l’Humanite avant ses desirs (ex : Alexandre et son refus de boire pr etre comme son armee) Ccl : elan spirituel, ethique ou metaphysique vers le Bien  »Du refus de D a l’exp. Mystique L Refus de poser la question de l’E de D (inspire de la Fie d’Alain, oppos Bien/E qui la detourne de l’exp mystique)

L Reel renctre entre H/ D « J’ai senti la presence d’un amour analogue a celui qu’on lit dans le sourire d’un visage aime ». L SW s’ecarte de Fie d’A (« L’h n’a pas a chercher un sauveur, il dt se sauver lui-meme » devt la barbarie des H qu’elle va rencontrer Ccl : vrai tournant de la vie de SW, brisure de la tte puissance humaine  »De l’engagement social a l’exp du malheur et de la barbarie L Exp ds le monde ouvrier ou elle craquera devt l’impossibilite de penser pr un ouvrier, et la durete du W (volonte du Bien en l’H ne suffit plus ds ces circonstances (? Fie Alain)

L Exp pdt la Guerre d’ESP ou ses amis ont fait preuve de cruaute gratuite car ils savaient qu’ils ne seraient pas sanctionner, RQ : SW bouleverse ecrit a BERNANOS qui est ds camp adv. qu’elle est + proche de lui que de ses amis revolutionnaires Ccl : modificabilite de la cse de l’H = ne resiste pas tjs au Mal, volonte du bien seulmt naturelle ? volonte du Bien par grace suscite au Bien (SW = Fie de la Grace et du surnaturel du D cache) De l’exp de la grace a la spiritualite du D et retire de sa creation  » L’amour de D meme a travers la souffrance de l’H Lexp au Port, ou femme de pecheur celebrent D malgre pauvrete

Lexp de D a travers la beaute, sujet qui rongeait SW qd D la prise La comprehension de la creation comme retrait de D hors du monde  »Croit en un D tellement aimant pr l’H qu’il pt se retirer, laisser place a la liberte de l’H, en prenant le risque que cette liberte devienne Mal Etty Hillesum, « Une Vie bouleverse »  »1er Cheminement : vers le spirituel (la meditation)  »2eme Cheminement : du spirituel vers D, « le c? ur » au sens de P  » « Ce n’est pas a D de m’aider, c’est a nous de l’aider » Lla toute impuissance de D Lla compassion : attitude du ¦ qui s’ouvre a la misere de l’autr, et qui partage ses souffrces)