Rene descartes

Rene descartes

Conception philosophiques de l’etre humain (340-102) Analyse du texte 1 1) Quel est le grand objectif que s’assigne Descartes (§1) ? L’objectif que Descartes s’assigne et ce, des le debut du texte, est de remettre en question toutes les connaissances et les opinions que ses professeurs lui ont transmises et qu’il a acceptees telles quelles. Son intention est de se servir du doute afin de chasser de son esprit ses anciennes opinions et de s’en construire des nouvelles plus assurees dans les sciences. 2) De quelle maniere Descartes entend-t-il detruire toutes ses anciennes opinions (§2) ?

Descartes realise qu’il lui sera impossible d’analyser en detail chaque chose qui lui semble fausse. Il decide alors de s’atteler aux principes de toutes ses anciennes opinions afin de pouvoir continuer correctement et sans erreurs dans sa recherche du savoir. Il se penchera sur toutes ses connaissances, analysera leurs principes et en rejettera les idees erronees afin de s’en faire de plus justes en corrigeant les erreurs. 3) Pourquoi Descartes ressent-il le besoin de proceder de cette maniere (§2) ?

Selon Descartes, il est important de proceder de cette maniere car : «la ruine des fondements entraine necessairement avec soi tout le reste de l’edifice», c’est-a-dire, que s’il

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
part a la base d’un principe faux, tous ceux qui suivront et qui decouleront de ce principe seront inevitablement faux aussi. Selon Descartes, il doit repartir sur de nouveaux fondements plus justes et plus solides. 4) A quelle categorie d’opinions Descartes commence-t-il par s’attaquer (§3) ? Descartes s’attaque tout d’abord a la categorie d’opinion des sens.

Il explique que tout ce qu’il a appris et tout ce qu’il a recu jusqu’a present de «vrai et assure» lui venait des sens. Or, il lui est deja arrive de constater que ses sens lui avaient deja ete mensongers. Il se demande donc s’il devrait veritablement faire confiance a ce qu’il a appris des sens ou alors s’il devrait se mettre a douter de la veracite de ce qu’il a appris. 5) Dans cette premiere categorie d’opinions, quelles sont celles en particulier au sujet desquelles il semble que l’on ne puisse pas raisonnablement douter ?

Descartes explique que bien qu’il y ait des sens qui soient trompeurs, il en existe certains dont on ne peut pas douter. Il donne l’exemple suivant : [S’il se trouve dans un endroit quelconque, «assis aupres du feu, vetu d’une robe de chambre, ayant ce papier entre les mains, et autres choses de cette nature. »]. Dans cet exemple, Descartes evoque l’impossibilite de douter de certains sens, a savoir ici, que c’est bien lui, Descartes qui est assis aupres du feu, portant une robe de chambre et tenant un papier entre les mains.

Bref, Descartes explique de cette maniere que le sens qui lui permet de savoir qu’il s’agit bien de lui, ne peut etre trompeur et qu’il est impossible d’en douter. 6) Par le moyen de quelle hypothese Descartes parvient-il neanmoins a revoquer en doute ces derniere opinions (§5) ? Descartes revoque ensuite l’idee qu’il venait d’expliquer et dit la chose suivante : «Il nous est deja tous arrive de rever durant notre sommeil. Aussi, il est possible de rever qu’on est assis a cote du feu, portant une robe de chambre et en tenant une feuille dans la main.

Or, nous etions seulement dans notre lit en train de dormir. » Dans ce cas la, le sens nous aura ete trompeur. Descartes explique alors que ce n’est donc pas possible de se fier a cette categorie de sens et qu’il y existe un doute possible. 7) Quel est l’objectif que se donne Descartes maintenant (§6, 7 et 8) ? Dans cette partie du texte, Descartes tente d’identifier le cote simple, mais vrai et existant des choses de notre entourage qui resident dans notre pensee et qui ne soient que feintes et fantastiques.

Il veut separer les choses concretes et tangibles de celles qui soient incertaines. Par exemple, la medecine et l’astronomie qui sont des sciences dependantes de la consideration des choses composees sont douteuses et incertaines. A l’oppose, l’arithmetique et la geometrie qui sont simples et generales contiennent quelque chose de certain et indubitable. 8) Par le moyen de quelle autre hypothese Descartes parvient-il encore a revoquer en doute ces dernieres connaissances (§9) ? Emettant l’hypothese que le D. eu qui peut tout, n’ait pas concu la terre ni tout ce qui l’entoure, Descartes ne pense pas que tout cela existe, a moins qu’il ne le voit. Il se peut donc qu’il se soit toujours trompe en faisant les additions de deux et de trois ou en ayant fait des calculs qu’il croyaie certains. 9) Meme sans cette nouvelle hypothese, a quelle conclusion generale parvient Descartes (§10) ? Il dit que meme si l’on suppose que ce D. ieu parfait n’existe pas et que nous avons ete crees par un quelconque destin, de toutes les opinions recues qu’il croyait veritables, il n’y en a pas une maintenant dont il ne peut douter. 0) Que decide Descartes de faire dans ces circonstances (§10 et 12) ? Il veut desormais ne pas accorder de croyance a ce qui lui parait evidemment faux. Il veut supposer maintenant que toutes les choses exterieures que nous voyons ne sont que des illusions et des tromperies. Il se considerera comme un etre sans aucun sens et se preparera a ne recevoir aucune faussete, quoi qu’il ait peur de retourner dans la croyance et le train de sa vie quotidienne.