redac francais poilu

redac francais poilu

verdun, Le 9 mars 1916 Ma chère Douce Je ne peux pas m’empêcher de te dire que je suis dans une très mauvaise position, je souffre le martyr, j’avais bien raison de te dire avant de partir qu’il valait mieux être mort que d’être blessé, au moins blessé comme moi. Toute la jambe est pleine d’éclats d’obus et l’os est fracturé. Tous les jours quand on me panse, lorsque avec des pinces, il m’enlève des morceaux d’os ou des morceaux de fer. Bon Dieu, que je souffre ! Swip next page cc, Au faite, J’ai reçu ton

Comment vas-tu,ché bien souffert ? As-tu p nourrice ? Le télégra content et inquiet ! mine ? As-tu is-tu trouvé une Ici, à Verdun…. Il ne fait pas beau du tout… Tiens parlons du temps, cela va me faire oublier toutes ses horreurs qui Suipe to View next page qui se passent à quelques mètres d’ici.. I pleut tous les jours. Hier, il y a eu un énorme orage qui nous a fortement aidé car il a détruit toutes les tranchées ennemies. J’aimerais te revoir. Je repense tous les jours à notre rencontre..

Cela me donne de la foi et de l’espoir.. Je me souviens bien,

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
c’était un mercredi, plus précisément le mercredi 11 novembre 1908. J’étais assis sur mon banc et tu t’es assise à coté de moi pour manger et nous nous sommes regarder, la tentation était trop forte, et nous nous sommes embrassés ! J’ai hâte de rentrer voir comment cela se passe à Paris Je vous embrasse fortement PS : Peux-tu envoyer des photos de toi et de ma fille pour voir comment vous avez grandi… MARCEL 2