Rapport RSE EDF 2009

Rapport RSE EDF 2009

Groupe EDF Rapport d’activité et de développement durable 2009 Groupe EDF Rapport d’activité et de développement durable 2009 AVRIL 2010 Le groupe EDF est certifié ISO 14001 Avant-propos Cénergie est un levie OF économique et social Ile Ripe next page un impact environne Ce rapport rend com de l’activité du groupe EDF et de sa responsabilité à l’égard du développement durable. Certaines interrogations sur les aspects sociétaux et environnementaux sont abordées en marge du texte sous forme de questions-réponses.

Un relevé d’indicateurs de développement durable igure en dern ère partie, joint aux principales données sur les résultats et la gouvernance d’EDF. Par ailleurs, un rapport développement durable plus circonstancié est édité sur le Site edf. com. Cette entreprise étant avant tout une aventure humaine et industrielle, Développement durable 46 64 70 74 78 84 Activités — Les performances opérationnelles par pays France Royaume-Uni Allemagne Italie Autres pays Autres activités 88 90 92 94 98 Gouvernance et résultats Gouvernance Relations avec les actionnaires Résultats financiers 2009 Indicateurs développement durable

EDF Médiathèque – Laurent VAUTRIN Centre de formation de la centrale nucléaire de Sizewell B, au Royaum 2 43 consolidées au 31/12/2009 5 (Médiathèque EDF – Stéphane LAVOIJE) Entretien avec Henri Proglio président-Directeur Général d’EDF

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
À la fin de 2009, vous avez été sollicité par l’État actionnaire pour prendre la présidence d’EDF, alors que vous étiez le patron historique de Veolia Environnement. Pour quelles raisons avez-vous accepté ? Être appelé à diriger un leader énergétique mondial comme EDF a été pour moi un honneur et j’y ai répondu avec enthousiasme.

Je connais bien t j’aime cette entreprise dont j’ai été administrateur pendant 5 ans. Je sais qu’elle a les capacités de relever les défis énergétiques du XXIe siècle sécuriser les approvisionnements dans un contexte de ressources rares, alimenter la croissance tout en limitant les émissions de gaz à effet de serre, dispenser une énergie accessible au plus grand nombre, alors que deux milliards d’êtres humains ne disposent que de ressources énergétiques de fortune.

J’ai l’ambition de construire avec ses hommes et ses femmes une grande aventure humaine et industrielle pour faire d’EDF un acteur ?nergétique mondial de premier plan. internationale. Avec un chiffre d’affaires de 66,3 Md€, en croissance de rès de 4 % par rapport à 2008, nos fondamentau Itat net 3 43 et tout faire pour qu’EDF renoue avec une croissance organique soutenue.

Au-del? des résultats économiques, nos défis en France sont nombreux : performance du parc de production bien sûr, mais aussi qualité de service, efficacité énergétique, organisation du marché, dont les conséquences sur le Groupe seront profondes, en particulier pour l’avenir de notre outil de production. Un chiffre émoigne de l’enjeu : même si notre cash flow est très important à 6,8 Md€, il ne suffit pas à couvrir nos investissements en France. Vous avez pris vos fonctions fin 2009 : quel regard portez-vous sur les résultats d’EDF en 2009 ?

Dans un contexte de crise mondiale et malgré une situation exceptionnellement difficile en France, le Groupe a témoigné de sa robustesse, avec une bonne résistance globale et une progression de son EBITDA grâce au dynamisme de son activité 7 Entretien avec le Président Que pensez-vous des importantes acquisitions réalisées uste avant votre arrivée ? Il est essentiel pour EDF d’être en capacité de contribuer au renouveau mondial du nucléaire et au-delà, d’affirmer son statut de leader des solutions énergétiques compétitives et faibles en C02.

Ainsi, Pacquisition de British Energy donne à EDF le leadership de la production britannique d’électricité. Nous disposons désormais des bases our participer à la relance du ce pays. 4 143 accru considérablement la dette du Groupe. N’est-elle pas excessive ? (Médiathèque EDF – Stéphane LAVOUE) La dette est en effet passée de 24,5 Md€ ? 2,5 Md€ entre décembre 2008 et décembre 2009. Ramené à la valeur de l’actif total d’EDF, plus de 240 Md€, ce n’est pas un chiffre aberrant. Ce qui compte pour moi, c’est l’amélioration de la performance économique du Groupe et la création de valeur.

J’attribue davantage d’importance au ratio dette nette/EBlTDA qu’au niveau de la dette en valeur absolue : ce ratio situe d’ailleurs EDF dans la moyenne du secteur. Notre discipline, notre rigueur de gestion, font qu’aujourd’hui nos EBITDA sont équivalents à nos investissements industriels. C’est cette performance qui compte ? es yeux parce que eest elle qui permet que notre Groupe vive, qu’il se développe, qu’il soit capable de financer ses ambitions et de saisir les perspectives qui s’ouvrent à lui.

J’ai l’ambition de construire avec les hommes et les femmes d’EDF une grande aventure industrielle » Quelles sont vos perspectives de résultat pour 2010 ? Nous visons une croissance de I’EBITDA, sous l’effet d’une croissance organi uel comprise entre 3 % et 5 % et du plein effe s de S 43 DEVELOPPEMENT DURABLE 2009 sociale, la proximité et la qualité de service, l’environnement, la performance économique et inancière. Je me SUIS entouré d’un Comté exécutif resserré qui devra mettre l’entreprise en mouvement sur ces priorités.

Première priorité, donc, la performance du parc nucléaire en France ? C’est un enjeu économique majeur pour l’activité d’EDF en France. C’est aussi un enjeu de réputation pour soutenir nos ambitions internationales. Je compte sur la nouvelle direction du parc pour prendre les dispositions managériales, organisationnelles et techniques indispensables pour redresser la situation. L’objectif est d’améliorer le coefficient de disponibilité de nos centrales ucléaires françaises dès 2010. ? moyen terme, l’ambition doit être de tendre vers les 85 Il va de soi que ces objectifs vont de pair avec la plus haute exigence en matière de sûreté des installations et de radioprotection des salariés, agents EDF comme prestataires extérieurs. Pour votre deuxième priorité, l’international, pouvez-vous préciser votre ambition ? L’international représente déjà la moitié de l’activité et des résultats du Groupe. Le pari de l’international, pris il y a une dizaine d’années, a donc été gagné. Aujourd’hui, nous devons développer les ositions existantes en exploitant mieux les synergies.

Dans ce contexte, il nous faut continuer ? renforcer notre rôle de ré dans le technologies de production : le thermique, l’hydraulique, les énergies nouvelles. Cette dynamique sur la production, nous la retrouvons également sur l’aval : sur nos différents marchés européens, nous accompagnons nos clients à travers des offres optimisées, avec un engagement particulier en faveur de l’efficacité énergétique. De même, notre Groupe a pris des positions fortes dans le domaine du trading et de l’optimisation amont-aval.

Grand groupe industriel, EDF est aussi un vrai groupe de service, et c’est cette dimension que nous souhaitons mettre en avant au service de nos partenaires, en développant une politique innovante et audacieuse dans le domaine des services énergétiques et environnementaux. Vous fixez la performance sociale en troisième priorité. Qu’entendez-vous par là ? Je suis profondément convaincu que toute entreprise qui réussit le doit à sa capacité d’associer performance industrielle et performance sociale.

Je veux qu’EDF fasse vivre sa longue tradition de dialogue social et de concertation, u service des objectifs de l’entreprise et du développement de ses collaborateurs. Nous avons en effet devant nous un défi considérable : 40 % de nos collaborateurs partiront à la retraite dans les cinq prochaines années, notamment dans le secteur nucléaire. Pour réussir la relève, nous avons besoin de recruter de nouveaux salariés, de renforcer la formation, de faciliter les parcours professionnels et les promotions internes.

C’est pourquoi l’une de m 43 développement de nos compétences, qui doit nous donner les moyens humains pour réaliser nos ambitions. J’entends que cette ynamique nouvelle dans le domaine de la formation et des ressources humaines soit également mise au service de la promotion professionnelle et de l’insertion sociale, notamment par la voie de l’apprentissage dont je connais bien l’efficacité. Parce que les deux sont indissociables, mon projet pour EDF est autant social qu’industriel. Dans le domaine social également, EDF doit être une référence.

La performance du parc nucléaire est un enjeu economique majeur pour l’activité d’EDF en France. Ici, détail du mécanisme de contrôle des barres dans un réacteur lors d’un arrêt de tranche. Médiathèque EDF – Philippe ERANIAN) Quatrième priorité, la proximité et la qualité de service… C’est un enjeu majeur sur tous les marchés où nous sommes présents. Il suffit pour le comprendre d’écouter nos clients et nos donneurs d’ordre. Je pense en particulier aux collectivités concessionnaires des réseaux.

En France, la dissociation de la gestion des activités de commerce et des activités de réseau a pu créer de la confusion, donner le sentiment d’une perte de dis anibilité et, plus largement, de qualité du s out en 8 43 développé par EDF, qui, tout en garantissant la sécurité ‘alimentation, assure la communication entre la prise et le véhicule, identifie celui-ci et permet la facturation de l’énergie. Ici, tests au Laboratoire des matériels électriques, au centre R&D des Renardières, près de Fontainebleau. Médiathèque EDF — Philippe ERANIAN) 10 GROUPE EDF – RAPPORT D’ACTIVITÉ ET DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2009 relations avec nos clients et les collectivités. Notre priorité est bien d’entretenir et développer le lien de confiance tissé au long de décennies d’engagement et de service. Le monde de demain se caractérise par la raréfaction des essources, l’augmentation et la densification de la population mondiale, des besoins – mais aussi des menaces – toujours croissants dans le domaine de Pénergie et de l’environnement.

Face à la nécessité d’offrir au monde des solutions énergétiques efficaces, compétitives et faiblement carbonées, EDF a joué un rôle de précurseur. Notre Groupe démontre chaque jour qu’il est possible de produire de l’énergie dans de bonnes conditions économiques en étant l’u urs les décentralisées dans les systèmes électriques. C’est dans ce cadre que j’ai souhaité voir se développer les échanges et es coopérations industrielles entre notre Groupe et Veolia Environnement.

Ces entreprises ont en effet beaucoup à partager : elles assurent toutes deux des missions de service public, elles ont les mêmes clients. Et elles sont chacune leader dans leur secteur : rune pour les services à renvironnement, Pautre pour l’énergie. Elles sont une partie de la solution aux défis que nous adresse le monde de demain. L’environnement est votre cinquième priorité. Quel rôle voyez-vous pour EDF ? « Excellence opérationnelle », qui nous incite ? dégager de la valeur en nous organisant mieux, pportera dès 2010 un milliard d’euros de marges annuelles récurrentes.

Pour la réalisation de ces priorités, qu’est-ce qui vous donne confiance ? Le potentiel humain, technologique et industriel du Groupe. Mes visites sur le terrain, la capacité de mobilisation lors des tempêtes qui ont ravagé l’ouest de la France, tout me montre à quel point nos équipes allient compétences, motivation et solidarité. Ily a là quelque chose d’infiniment précieux : la fierté et la volonté d’être utiles dans l’accomplissement d’un service public indispensable. En un mot, la valeur et les valeurs. 00F 143