Question de corpus Père Lachaise

Question de corpus Père Lachaise

Le Père-Lachaise, cimetière emblématique de Paris, a souvent été dépeint dans les romans. Il possède des caractéristiques qui le rendent unique, et de grands auteurs réalistes du XIXème siècle comme Balzac dans Ferragus, le chef des dévorants et Flaubert dans l’Education sentimentale ont intégré ce cimetière atypique dans leurs récits. Au XXème siècle, Blondin se met lui aussi à la description du cimetière dans son roman L’humeur vagabonde. Ils exposent ainsi leur vision du cimetière du Père-Lachaise, en se rejoignant toujours sur les caractéristiques qui sont au fondement de l’originalité de celui-ci.

En effet, le cimetière du Père-Lachaise est comparé à un parc dans le roman l’Education sentimentale de Flaubert et L’humeur vagabonde de Blondi abondante. La verdu partout : « la robe tra des sommets d’arbre qui « se levaient au Swipe v crivent une flore z Flaubert, elle est « on a sous les pieds iète sur les tombes uite, Blondin nous fait l’éloge du cimetière en le comparant à « un coin céleste »I. IO avec ses « verts paradis »1. 5. L’a Swige to next page Cauteur évoque la richesse de la nature en mentionnant différentes variétés d’arbres comme les « cyprès « l. 0 et les ? peupliers

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
»1. 9. Le cimetière le plus connu de Paris est également remarquable en raison de sa taille. Dans L’Educatlon sentimentale, Flaubert utilise des adjectifs pour montrer la grandeur du lieu : « énormes »l. 1 1, « haut », « longs » l. 12, « grands »l. 1 3, de même que Balzac qui emploie les mots « beaucoup « mille », « tous » et « partout » pour donner l’impression qu’il est interminable. Dans son roman Ferragus, le chef des dévorants, Balzac compare le cimetière à « un Paris microscopique »1. 14, renforçant ainsi les dimensions impressionnantes de ce cimetière.

Blondin quant à lui présente la taille du cimetière à travers son personnage, Benoit, qui a besoin d’une « feuille de route »1. 55 pour retrouver une tombe. Il qualifie le cimetière de « labyrinthe »1. 7 car celui-ci est divisé en « section « ligne « milieu »1. 53, « division »1. 52 et Enfin, le cimetière du Père-Lachaise se distingue par son multiculturalisme. Dans chacun de ses trois textes de corpus, les auteurs s’appliquent à montrer la richesse culturelle du cimetière. Balzac évoque dans son roman « tous les styles »I. IO avec une énumération 2 culturelle du cimetière.

Balzac évoque dans son roman « tous les styles « l. 10 avec une énumération des styles architecturaux qui se sont succédés : « du mauresque, du grec, du gothique « l. 10-11. Flaubert nous transporte dans un voyage à travers les anciennes civilisations, de la préhistoire avec les « dolmens »1. 3 à l’âge de Fer avec les « caveaux étrusques »1. 3 en passant par l’Egypte antique avec « pyramides »1. 2 et « obélisque »1. 3. Pour finir, dans L’humeur vagabonde, Blondin fait allusion aux religions en évoquant à la fois un lieu de culte bouddhiste : les « pagodes »l. et un lieu de culte chrétien en mentionnant les « chapelles »l. 62. L’évocation de ces deux religions qui se côtoient sur un même cimetière insiste sur le multiculturalisme du Père-l_achaise. Ainsi, des écrivains comme Flaubert, Balzac ou Blondin se sont attardés sur la description du fameux cimetière du Père- Lachaise. Les trois écrivains s’accordent sur la grandeur, la nature abondante et la richesse culturelle de ce lieu dans leur description. Ils se sont tour à tour intéressés à ses caractéristiques qui en font l’un des cimetières les plus connus et les plus visités au monde. 3