Qu’est ce que la psychologie cognitive

Qu’est ce que la psychologie cognitive

CHAPITRE 1 : Qu’est ce que la psychologie cognitive ? A – Psychologie cognitive, psychologie de la cognition B – Psychologie cognitive, psychologie cognitiviste C – Psychologie cognitive, psychologie du traitement de l’information Qu’est ce que la psychologie cognitive ? Definir la psychologie cognitive c’est deja en parler et c’est deja difficile. Les objets etudies par la psychologie scientifique => la pensee, les sentiments, la memoire ne peuvent pas etre definis a priori en dehors d’un certain cadre theorique qui s’inscrit lui-meme dans une evolution historique.

A – Psychologie cognitive, psychologie de la cognition : La psychologie cognitive etudie les grandes fonctions psychologiques de l’etre humain que sont la memoire, le langage, l’intelligence, le raisonnement, la resolution de problemes, la perception ou l’attention. Plus generalement la cognition se definit comme l’ensemble des activites mentales et des processus qui se rapportent a la connaissance et a la fonction qui la realise. La psychologie cognitive part du principe que l’on peut inferer des representations, des structures et des processus mentaux a partir de l’etude du comportement.

Contre le behaviorisme elle defend que la psychologie est bien l’etude du mental et non du comportement. A la difference des autres courants mentalistes, elle ne pense pas que

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
l’introspection soit une voie d’acces particulierement fiable pour explorer le mental. La psychologie cognitive se base sur des faits tel que le langage, la memoire, les emotions, les perception … =; les etats mentaux sont au c? ur de leur demarche d’etude =; tout cela a travers un pont de vue theorique. Il y a trois facons de definir la psychologie cognitive : – etymologiquement =; cognition = connaissance – –

Ce sont les etats mentaux qui permettent de stocker, de transformer et d’utiliser les connaissances. A la fin du XIXe siecle les psychologues ont enonce que nos comportements ont pour but de nous adapter ou de readapter a notre environnement =; Cf. John Dewey Il y a aussi une autre definition, cette discipline est abordee par une approche theorique tres particuliere : En 1968 il y a un grand bouleversement dans les Sciences Humaines, la psychologie cognitive a pris un certain essor, c’est ainsi la naissance de la psychologie cognitiviste, alors differente de la psychologie cognitive. B – Psychologie cognitive, psychologie cognitiviste :

Les psychologues cognitivistes, apres avoir longtemps reflechi ont emis l’hypothese selon laquelle le psychisme humain serait fonde sur un systeme de traitement d’informations. Pourquoi est-ce une revolution des idees initiales ? La psychologie scientifique date de la deuxieme moitie du XIXe siecle : 1860 =; premier ouvrage de la psychologie scientifique en Allemagne par Fechner. 1879 =; premier laboratoire de psychologie scientifique en Allemagne. Les objets d’etudes sont ainsi les phenomenes mentaux comme la pensee, le souvenir, les images mentales … =; mais inobservables (sauf pour le sujet en question)

Introspection = regarder en soi, observation de l’interieur =; premiere methode de la psychologie scientifique donnant naissance a la psychologie introspectionniste. Cependant les methodes en sont critiquables car les phenomenes mentaux d’un individu ne sont pas verifiables par les autres et ce n’est donc plus objectif. Les critiques proviennent principalement des Etats-Unis (la bas l’ethologie est deja a la mode et l’introspection dans ce cas est impossible), les americains ne voient aucune objectivite et aucune validite dans les methodes de la psychologie introspectionniste.

De plus au debut du XXe siecle on decouvre qu’une grande partie de la pensee echappe a la conscience et ne peut pas etre capture par l’introspection, cette decouverte donne naissance a la psychologie clinique. Ainsi une grande partie du traitement mentale est inconscient, EX : un lecteur ne le sait pas, mais au cours de sa lecture il fixe chaque mot, surtout au milieu a gauche, pour ce genre de faits il ne peut y avoir une introspection, il s’agit simplement du fonctionnement mental. Apres les critiques emises, les psychologues abandonnent l’introspection, il y a trop d’inconvenients.

Maintenant on prefere effectuer une observation externe du sujet comme dans les autres disciplines scientifiques, on observe alors le comportement du sujet de l’exterieur. Cette nouvelle methode a conduit un chercheur americain J. b Watson qui en 1913 a ouvert une deuxieme ere de la psychologie en definissant cette activite comme science du comportement ==; Behaviorisme =; Psychologie SR (stimuli/reponse) : S R Boite noire Cf. =; therapie comportementale Mais il y tout de meme des limite dans le Behaviorisme : En effet apres cinquante ans de Behaviorisme, c’est un echec en 1968.

Parfois il n’y a pas de stimulation directe, il y a meme des stimuli sans reponse, beaucoup de nos comportements ne s’expliquent pas forcement par les stimuli de l’environnement, mais souvent de ceux de la boite noire. Pour les behavioristes les comportements seraient appris par attitude habituelle (Cf. Taylorisme), pour eux l’intelligence n’est pas au c? ur de leurs preoccupations, les comportements seraient alors machinaux, or tout n’est pas appris, surtout le langage, qui ne s’apprend pas mais se developpe, ainsi c’est a cause de cette defaillance que le Behaviorisme a echoue.

Au fil des travaux experimentaux il fallait inferer sur les structures internes, et mettre le nez dans cette fameuse boite noire, emettre des hypotheses a valider ensuite par des experiences et des observations =; fin du Behaviorisme et naissance de la psychologie cognitiviste. C – Psychologie cognitive, psychologie du traitement de l’information La psychologie cognitive c’est la science des conduites, ce qui inclut les comportements observables et les activites cognitives sous jacentes qui les soutient.

Les phenomenes sont toujours inobservables, alors comment les etudier ? Comment sortir de ce dilemme ? EX : Un individu travaille chez lui, c’est l’ete, il fait chaud, soudain il se rend compte qu’un orage va arriver, il ferme donc la fenetre. Mais alors que s’est-il passe dans la tete de l’individu pour qu’il adopte ce comportement ? Des choses se sont passees, c’est indubitable ! Ces choses sont des sensations de tout ordre, des perceptions sont en effet entrees dans son cerveau, alors que s’est-il passe ? ) des rappels de memoire dus a l’experience 2) des interpretations dues aux sensations percues 3) des inferences Toutes ces choses qui sont entrees dans la tete de l’individu ont determine son comportement. Mais quelles sont ces choses ? Il s’agit de stimuli venant de l’environnement, cependant, qu’est ce qu’un stimulus ? Dans les annees 70’, on dit que ce sont des information, nous recevons ainsi des informations de notre environnement, nous stockons cette information puis nous la traitons, et l’information ressort sous forme de comportement :

Le contenu de l’information est une donnee objective. En general, le traitement de l’information est le processus de changement de l’information de toute maniere detectable par un observateur. Comme tel, c’est un processus qui decrit toutes les choses qui arrivent (changement) dans l’univers, depuis la chute d’une pierre (un changement de position) jusqu’a l’impression d’un texte a partir d’un systeme informatique numerique. Dans ce dernier cas, un systeme de traitement de l’information (ordinateur) change la forme de la presentation de ce fichier texte.

Le traitement de l’information peut plus specifiquement etre defini en termes par Claude E. Shannon comme la conversion d’information latente en information manifeste. L’information latente et manifeste est definie a travers les termes d’« equivocation » (incertitude residuelle, quelle valeur a choisi l’emetteur), la dissipation (incertitude de l’emetteur sur ce que le recepteur a effectivement recu) et transformation (effort economise dans le questionnement – equivocation moins dissipation).

En psychologie cognitive, le traitement de l’information est une approche en vue de comprendre la pensee humaine. Elle apparut dans les annees 1940 et 1950. L’essence de l’approche est de considerer la cognition comme etant essentiellement informatique par nature, avec l’esprit jouant le role de logiciel et le cerveau celui de materiel. L’approche du traitement de l’information en psychologie est etroitement associee au cognitivisme en psychologie et au fonctionnalisme en philosophie, bien que les termes ne soient pas tout a fait synonymes.

Le traitement de l’information peut etre sequentiel ou parallele, les deux pouvant etre soit centralises ou decentralises (distribues). Le traitement distribue parallele, dans le milieu des annees 1980, fut popularise sous le nom de connexionnisme. Au debut des annees 1950, Friedrich Hayek etait en avance sur son temps lorsqu’il formula l’idee d’un ordre spontane dans le cerveau trouvant son origine dans des unites simples de reseaux decentralises (neurones). Cependant, Hayek est rarement cite dans la litterature du connexionnisme.

La psychologie cognitive actuelle s’interesse a tous les phenomenes mentaux, on avait cependant le reflexe de diviser le clysisme en plusieurs aspects : – l’intelligence – l’affect – le cognitif Le cote affectif est plus dur a etablir en experimentation, mais ce n’est pas impossible. EX : Faire une dictee a des enfants, on observe le comportement selon le nombre de fautes, mais est ce que cette tache cognitive peut etre influencee par les emotions ? Les resultats montrent que dans le cas d’une dictee gaie il y a beaucoup plus de fautes que dans une dictee neutre.

Ainsi il est insense de faire une dichotomie dans la psychologie cognitive entre le l’intelligence et l’affectif soit entre le cerveau et le c? ur. La psychologie cognitive regroupe les fondements generaux de l’ensemble de la psychologie generale. La conception de la cognition en termes de traitement de l’information n’existe pas seulement dans la psychologie mais egalement dans les sciences cognitives : Il y a cependant d’autres disciplines dans les sciences cognitives, tel que la logique, la sociologie des sciences, la philosophie americaine (mind-philosophy), l’economie cognitive …