projet animation

projet animation

INTRODUCTION Parcours professionnel Présentation du lieu de stage LE PROJET Origine du projet, observation et constat Se recréer, se divertir est une nécessité qui permet à toute personne d’obtenir une détente physique et psychologique. Or, en raison du vieillissement et de certaines maladies chroniques, les personnes âgées éprouvent parfois de la difficulté à satisfaire leur besoin de se recr chez les personnes besoins d’hygiène et éliminer et dormir.

El l’ennui et l’apathie ne Swape Io v ouvent absente rtout centré sur les s comme manger, routine de vie où aissant peu place au désir de se détendre et de se divertir. A partir d’un atelier mémoire pour la stimulation cognitive, ce jour-là autour d’un mot précis « l’eau » les résidents n’ont pas eu difficultés à ressortir un autre mot « la mer ». Ce fut le mot magique qui a fait ressurgir plein de souvenir. A la demande « est-ce que vous aimeriez faire une sortie à la mer ? » beaucoup d’émotion parmi eux, Mme B. a de suite demandé : « est-ce-que nous pourrions mettre les pieds dans l’eau ?

En réunion d’équipe interdisciplinaire j’ai parlé de leur désir j’ai eu ‘autorisation pour mettre en place le projet

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
d’animation « sortie ? la mer » Objectifs généraux du projet Les objectifs généraux du projet étaient en premier de les aider à garder le goût de vivre en leur offrant des moments de plaisir voire de bonheur, de faire ressu ressurgir des souvenirs, garder le contact avec la vie à l’extérieur de l’établissement, retrouver des gestes et des réflex de consommateur (lire la carte, pouvoir choisir ce qu’ils désiraient consommer), rencontrer des nouvelles personnes, exprimer des ressentis, stimuler la curiosité, tisser des liens avec les résidents n dehors du contexte habituel.

Choix des personnes et pourquoi Les 9 personnes choisis font partie du PASA sont donc des personnes atteintes de troubles de mémoire ou cognitif modérés. En rapport à chaque personne concernée, nous (équipe pluridisciplinaire) avions des objectifs précis pour chacun des participants. Mme F. âgée de 87 ans. Cette résidente a des difficultés ? s’adapter à la vie en institution. La sortie permettait de tisser des liens sociaux avec d’autres résidents du PASA et aussi lui montrer que l’institution pouvait proposer des sorties comme « ? a maison » d’autant plus que la mer est quelque chose qu’elle a toujours apprécié. Mme Chi. Agée de 88 ans participait moins au PASA ces derniers temps. Cette sortie aurait permis de recréer du lien avec les autres résidents.

De plus Carry le Rouet était un lieu qu’elle affectionnait particulièrement dans sa jeunesse et qui lui rappelait les souvenirs de ses virées en famille. Mme Ber. âgée de 93 ans. L’équipe observait ces derniers temps d’épisodes dépressifs. La sortie pouvait permettre une amélioration sur le plan thymique, au moins sur le temps de l’après-midi. De plus, ayant habité à St. Victoret, nous pouvions la valoriser sur ses connaissances de la région. M. S. âgé de 87 ans. Ce résident est moins acti 2 M. S. âgé de 87 ans. Ce résident est moins actif et plus fatigué ces derniers temps, les sorties au marché ne lui profitait plus. Notre objectif était de réévaluer son comportement en sortie et de lui permettre de passer un moment agréable. Mme B. âgée de 84 ans.

Habitait à la mer avant d’arriver ? I’EHPAD ; nous voulions lui permettre de retrouver cette atmosphère maritime et observer son comportement. M. M. âgé de 78 ans. Etait plus agité ces derniers temps. La vie en collectivité étant difficile à gérer pour lui. La sortie lui permettait de changer d’environnement dans un contexte convivial. Mme C. âgée de 94 ans, communiquait moins ces derniers temps. Cobjectif était de relancer l’échange avec les autres. Mme M. âgée de 85 ans. Nous avions pour objectif de continuer la stimulation sociale et cognitive. M. N. âgé de 90 ans. Il commençait à trouver ses repères au PASA et à communiquer davantage. Nous voulions continuer et favoriser son adaptation sur l’institution. Moyens à déployer

Avant la sortie budgéter la sortie et faire valider le projet par la direction (une dépense de 130 euros était accordée); j’ai effectué au préalable la visite du site, voir la présence de parking, l’accessibilité à la plage, recherche et réservation du lieu pour glaces et boisson en expliquant la situation, définir l’installation des tables sur la terrasse vue mer en faisant attention à l’accessibilité présence de toilettes adaptés; réserver les moyens de transport ; prévoir les accompagnants (moi, ma tutrice de stage ASC, la psychologue et l’ergothérapeute); les accompagnants (moi, ma tutrice de stage ASC, la psychologue et l’ergothérapeute); prévenir les familles de la sortie (très important surtout pour rassurer les résidents qu’ils ne s’inquiètent pas en pensant que quelqu’un de la famille puisse venir leur voir) ; préparer une invitation pour les participants à la sortie à leur remettre la veille le matin au moment où on va les chercher pour les activités.

Nous avons décidé de leur faire attacher l’invitation sur la porte de leur salle de bain ; préparer un atelier discussion la veille (dans l’après-midi) sur la er avec différents photos pour stimuler les souvenirs liés à la mer; se munir d’une trousse de premiers secours, des changes (protection et habits), sac en plastique; prévoir des bouteilles d’eau fraiches dans une glacière et de gobelets en plastique ; 2 fauteuils roulants de secours , le matin passer chez chaque participant et vérifier habits et chaussures et surtout leur rappeler de l’évènement ; les motiver ? bien se coiffer et habiller. repas thérapeutique avec les personnes conviées à la sortie. aller aux toilettes avant de partir Accompagnement pendant la sortie . ortie avec deux véhicules, 2 accompagnants sur chaque véhicule pour stimuler la communication.

Les routes prises évoquaient des souvenirs pour certains. Problème pour le minibus : résidents trop bas donc visibilité à l’extérieure difficile; arrivée à Carry. Transfert 20 min. Les résidents ont pu regarder la mer. Deux résidentes ont mis les pieds dans l’eau ; promenade le long du port jusqu’au glacier. Observations: M. S. cherchait son épouse, confusion et malai 4 le long du port jusqu’au glacier. M. S. cherchait son épouse, confusion et malaise, nous étions bligé de le transférer sur un fauteuil communication adaptée, quelques résidents étaient inquiets pour payer la consommation (nous les avons rassurés ils n’avaient rien à payer).

Partage d’une glace, moment convivial et beaucoup d’échanges pour certains ; une liste de glaces et boisson pour chaque personne. Etonnement générale nous avons expliqué qu’ils pouvaient choisir parmi les différents parfums Mme F. a demandé un supplément de chantilly !!! quelqu’un ne savait pas, trop compliqué. La serveuse a été très patiente et nous a laissez tout le temps écessaire à fin que chaque personne puisse comprendre et faire leur choix. Les coupes servies étaient énormes, les yeux des résidents brillaient de joie. Après la sortie (1 semaine après) : rétrospective de la sortie avec visionnage des photos en salle de cinema. Les résidents ont apprécié. Certains résidents se souvenaient de la sortie, d’autres non.

Mais pour tous, ils semblaient apprécier de se voir en activité; ateliers découpage photos et montage d’un ou plusieurs tableau d’affichage pour le salon PASA ; choix individuelle d’une ou plus hoto pour la réalisation d’un cadre personnel pour garder dans la chambre. L’EVALUATION Globale La sortie a été appréciée par l’ensemble des résidents, ils ont tous communiqué entre eux, tous ont été reconnaissants. Individuelle pour chaque résident Mme Chi. Et Mme Ber. tout au long du trajet ont reconnu des lieux et ont commencé à raconter des souvenirs de leur vie. Elles étaient contentes de pouv S reconnu des lieux et ont commencé à raconter des souvenirs de leur vie. Elles étaient contentes de pouvoir partager leurs histoires. Elles étaient sereines. Mme B. et Mme M. nt mis les pieds dans l’eau, Mme M. elle a joué avec Peau elle a eu vraiment du plaisir, Mme F. ‘a pas voulu s’approcher à peau. Mme B. et Mme F. étaient perturbées du fait de n’avoir pas d’argent pour payer, nous avons dû les rassurer (communication adaptée). M. S. et M. M fatigués par le trajet mobilisation difficile et transfert en fauteuils de secours. Mme B. et F sur la vie du retour ont demandé d’être déposées près de leur maison. Nous avons dû leur expliquer que leur maison est avec les autres personnes dans une maison pour personnes âgées. Elles ont compris. Le moment de partage photos en diaporama c’est très bien passé. Cela a permis de reparler de ce moment déjà oublié mais que grâce aux photos a pu faire partager un moment de joie.

Les photos de groupe ou individuelles et présentaient des moments particuliers (les pieds dans l’eau, la glace, des grimaces). Apres le diaporama nous avons eu un moment de discussion ou tout le monde a participé et a demandé de refaire des sorties similaires parce que comment ils ont dit « cela nous fait du bien ». Améliorations Véhicules plus adaptés (problèmes de transfert 20 min. sièges as, dans un véhicule pas de climatisation, durée du voyage trop long (2h10 aller-retour). Prévoir de l’argent à donner à chaque personne. CONCLUSION Rôle AMP Pour ma part ce projet a été bénéfique, les objectifs généraux ont été atteints. La motivation à renouveler l’expérience, la participa objectifs généraux ont été atteints.

La motivation à renouveler l’expérience, la participation active des résidents, la bonne humeur sont forcément des facteurs positifs de reconduire et de faire perdurer ce type de projet. J’ai trouvé cette expérience enrichissante, cette sortie a permis e faire renaitre de plaisir en donnant à chacun les moyen de se découvrir, se retrouver en dehors de l’institution, de se réintégrer et d’être reconnu dans la société. Les compliments, les sourires, les regards sont des impressions positives et agréables, une sensation de reconnaissance. Positive a été aussi le retour des familles. L’entrée en institution représente toujours un moment difficile pour le patient et son entourage dans l’évolution de la maladie. n sentiment de culpabilité est souvent présent de plus si les parents souffrent et montrent leur détresse. C’était le cas de Mme Ber. ; la sortie lui a permis de tisser des liens avec Mme Chi Mme Ber. était moins angoissée elle était contente de montre ? sa fille les photos de la sortie et encore de lui raconter que Mme Chi aussi avait habité à st. Victoret. Sa fille nous a remerciés. personne d’obtenir une détente physique et psychologique. Notre rôle d’AMP est d’aider la personne âgée à se recreer, l’encourager à entreprendre quelque chose qui plait vraiment ; l’encourager à satisfaire de vieux rêves, faire renaitre des souvenirs. Parce que avoir des désirs permet de se sentir vivant, unlque.