Problemes economique contemporains

Problemes economique contemporains

I – Les besoins Un besoin est un manque, un sentiment de privation accompagne d’un desir de le faire disparaitre. Les besoins sont illimites a cause du progres technique, de la publicite et de la mode. Ils peuvent etre individuels (besoin d’un vetement) ou collectifs (besoin d’une troisieme ligne de tramway), primaires (se nourrir, se loger, se vetir : besoins vitaux) ou secondaires (maison a soi, voiture, telephone). Notez bien que cette classifcation est relative. Les besoins sont satisfaits par : des biens : produits materiels de l’activite economique (ex : voiture). es services : produits immateriels de l’activite economique (ex : coiffeur). U n bien economique est relativement rare : son obtention merite un effort (ex : voiture). Un bien non-economique, o u bien libre, est disponible en abondance (l’air). Aucun travail n’est necessaire pour en benefcier. Les biens sont de plus en plus des biens economiques. Un bien durable s’utilise plusieurs fois. Un bien non-durable ne s’utilise qu’une seule fois. Les biens de consommation s’adressent aux menages (ex : nourriture), c’est un bien utilise directement par le consommateur.

Les biens de production concernent les entreprises (ex : matieres premieres) car ils sont utilises dans le processus de production. Les besoins

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
sont a l’origine de l’activite economique. II – Les entreprises L’entreprise est un agent economique et une unite de production. Elle produit des biens et services pour satisfaire les besoins. Biens et services sont vendus sur un marche. Le but de l’entreprise est de faire des profts en creant de la valeur et en contribuant au processus de transformation par des investissements continuels, ce qui permet d’assurer un “roulement” des fonds.

La bonne sante d’une entreprise peut etre evaluee avec son taux d’endettement (qui doit etre ni trop haut, ni trop bas). Il existe differents criteres de classifcation des entreprises : la taille : micro-entreprises, PME, grandes entreprises. le statut juridique : entreprises individuelles, societes, SARL (Societe A Responsabilite Limitee), SA (Societe Anonyme), EURL (Entreprise Unipersonnelle a Responsabilite Limitee), SNC (Societe en Nom Collectif). le secteur economique : primaire, secondaire, tertiaire.

A – Caracteristiques communes aux entreprises l’entreprise est un lieu de production. L’entreprise achete des facteurs de production : facteur travail : main d’oeuvre. facteur capital : batiments, machines, materiel… facteur naturel : richesse du sol et sous-sol. Elle combine les facteurs de production. Fonctions de production : Quantite produite = f ( travail, capital, facteur naturel). Elle distribue cette production sur le marche pour repondre a la demande des consommateurs.

Le but de l’entreprise est de faire des profts. l’entreprise est inseree dans un environnement l’entreprise a une dimension sociale : c’est un groupe d’hommes : negociations, confits, droit d’expression des salaries (Loi Auroux de 1981). Il existe aussi des syndicats : delegues du personnel, comite d’entreprise. l’entreprise repartit les revenus : la mesure de la production au niveau d’une entreprise s’evalue avec le chiffre d’affaire (C. A. ). La veritable richesse creee par une entreprise, c’est la valeur ajoutee (V. A. La valeur ajoutee est la contribution de l’entreprise a la production.? VA = CA -CI? VA : valeur creee par l’entreprise.? CA : production vendue.? CI : valeur des biens achetes aux autres entreprises.? B – La productivite L a productivite mesure l’effcacite des facteurs de production. C’est le rapport entre la quantite produite et quantite de facteurs utilises pour obtenir cette production. Il existe plusieurs maniere de calculer la productivite du travail : La productivite physique du travail : resultats en unites physiques. roductivite physique par travailleur = quantite produite / nombre de travailleurs productivite physique par heure et par travailleur = quantite produite / (nombre d’heures * nombre de travailleurs) La productivite monetaire du travail : resultats en unites monetaires productivite monetaire du travail par travailleur = (quantite produite * prix) / nombre de travailleurs productivite monetaire par heure et par travailleur = (quantite produite * prix) / (nombre d’heures * nombre de travailleurs ) C – le gain de productivite Un gain de productivite est l’amelioration du facteur travail.

C’est la difference entre deux productivites a deux dates donnees. Ce gain peut etre evalue en valeur absolue (gain absolu par travailleur) ou en valeur relative (taux de variation exprime en pourcentage). Le gain de productivite est un surplus qui peut etre distribue aux salaries (hausse des salaires, prime, promotion, baisse de la duree du travail…), a l’entreprise (hausse des benefces, fnancement des investissements), aux actionnaires (hausse des dividendes) ou aux consommateurs (baisse des prix).

La hausse de la productivite est due a plusieurs facteurs : l’organisation du travail, la motivation, la performance du materiel, le progres technique, l’environnement de l’entreprise, le climat social, l’experience et la qualifcation, la responsabilite et la confance. III – Les menages Les menages sont des unites de consommation et des agents economiques. Il existe des menages ordinaires – un ensemble de personnes vivant sous un meme toit quels que soient leurs liens de parente – et des menages collectifs – un ensemble de personnes qui logent dans un meme etablissement.

Les menages participent a la production, en contrepartie, ils recoivent des revenus. Ils peuvent aussi recevoir des revenus sans participer a la production : les allocations. Les 4 origines des revenus de menages sont : la travail salarie, le travail non-salarie, les revenus de la propriete, les prestations sociales et transferts divers. Les revenus primaires sont les revenus percus par les menages en contrepartie de leur participation a la production. Cela comprend : les revenus du travail (salaire). es revenus de la propriete : revenus mobilier (dividende – interets) et revenus immobilier (loyer – fermage). les revenus mixtes sont les revenus du travail ajoute aux revenus de la propriete. les benefces sont les revenus des entreprises individuelles (artisans, petits commercants). L e s revenus sociaux ou de transferts sont les revenus percus par les menages independamment de leur participation a la production. Ces revenus sont generalement lies au versement prealable de cotisations sociales. Revenu = Consommation + Epargne.?

Les menages consomment des biens et services pour satisfaire leurs besoins. Le revenu disponible est le revenu utilisable par les menages, c’est la difference entre les revenus primaires nets et de la redistribution, et les cotisations sociales, l’impot sur le revenu et le patrimoine, les prestations sociales et transferts divers. Donc 😕 Revenus pour la consommation = (revenus du facteur travail + revenus de la propriete) – (cotisations sociales + impots directs) + revenus sociaux ou de transferts.

IV – Les administrations Les administrations sont des agents economiques. Les entreprises ne peuvent satisfaire que les besoins individuels et solvables. Or il existe aussi des besoins collectifs qui seront satisfaits par les administrations. Les administrations regroupent : l’Etat et ses differents ministeres, les collectivites locales (regions, departements, communes), la Securite Sociale et ses differents organismes. Il existe aussi des administrations privees telles que des associations, des syndicats ou des partis politiques.

Les fonctions principales assurees par les administrations publiques sont : la fourniture d’equipements et de services gratuits, la redistribution de revenus sociaux aux menages, les subventions. En contrepartie, les menages paient des impots et des cotisations. P. O. = impots + cotisations.? Prelevements Obligatoires = impots verses a l’Etat (impot sur le revenu) + impots verses aux collectivites locales (taxe d’habitation, taxe fonciere) + cotisation sociales. V – Les banques Une banque est un agent economique et une institution fnanciere : les echanges se font en monnaie.

Certains agents economiques ont besoin d’argent, d’autres agents epargnent et les banques mettent en relation ces differents agents. Les banques ont plusieurs roles : A – Faire du credit credits aux entreprises : a court terme (moyens de tresorerie) ou a long terme (equipement, construction). credits aux particuliers : a court terme (depenses imprevues : une voiture), a moyen terme (amelioration du logement) ou a long terme (acquisition d’un logement) Court terme : inferieur a 2 ans.? Moyen terme : entre 2 et 5 ans.? Long terme : superieur a 5 ans.

B- Rendre des services Gerer des comptes de depots, passer les ordres de Bourse, proposer des PEL/CEL…, changer les devises, suivre les dossiers des clients. C – Collecter des ressources depots a vue : les clients peuvent en disposer a tout moment, sans preavis (ex : compte courant, CCP) depots a terme : somme placee a la banque pour une duree determinee. C’est producteur d’interets et il faut un preavis. Il y a besoin de fnancement lorsque l’epargne est inferieure a l’investissement (ex : les entreprises, collectivites locales, l’Etat et ses differents ministeres pour developper leurs activites).

Il y a capacite de fnancement lorsque l’epargne est superieure a l’investissement (ex : les menages, parce qu’ils ne depensent pas tout). L’importance de l’epargne depend du revenu, de l’age et du patrimoine. Les banques jouent le role d’intermediaire entre la capacite de fnancement des menages (offre d’epargne) et le besoin de fnancement de l’Etat, des collectivites locales et des entreprises (demande de credit) en tant que canal de circulation de la monnaie. Notons qu’il n’y a pas forcement un intermediaire (ex : les impots).

VI – L’Exterieur ou « le reste du monde » L’Exterieur est un agent economique fctif qui met en relation un pays avec le reste du monde. Le commerce international est necessaire, il faut des importations (M) a cause du manque de ressources et de matieres premieres, pour obtenir ce qu’on ne produit pas, pour avoir des produits nouveaux, pour avoir de la qualite, pour benefcier d’un prix. d e s exportations (X) pour fnancer les importations, favoriser les relations diplomatiques, satisfaire la clientele etrangere, offrir des debouches aux entreprises, acquerir des devises.

A – La balance commerciale La balance commerciale enregistre pour une periode donnee les importations et exportations de marchandises (biens reels) : produits agro-alimentaires, produits industriels et produits energetiques. Les X et M peuvent etre exprimees en euros courants (valeur) ou en euros constants (volume). Les M et X sont calculees sur des bases differentes : les X sont calculees F. A. B. (Franco A Bord), c’est a dire que la valeur retenue est le prix de depart de l’usine francaise jusqu’a la frontiere. Les M sont calculees C. A. F. Cout Assurance Fret) : soit le prix du depart de l’usine etrangere plus le transport jusqu’a la frontiere. Le solde de la balance commerciale est la difference entre X et M. Il existe 3 cas de fgure : solde positif : la balance commerciale est excedentaire ( X superieures aux M ) solde negatif : la balance commerciale est defcitaire ( X inferieures aux M ) solde nul :la balance commerciale est equilibree ( X = M ) Notes : la balance commerciale est de plus en plus diffcile a evaluer a cause de la delocalisation (une entreprise francaise a l’etranger ne sera plus consideree comme exportatrice).

Les X de la metropole vers les DOM-TOM sont considerees comme des exportations. La balance commerciale est exprimee en donnees brutes ou en donnees CVS (Corrige des Variations Saisonnieres) : les donnees brutes sont les echanges constates dans le mois, avec les donnees CVS on tient compte des differences selon les mois (ex : le foul en hiver). B – La balance des paiements La balance des paiements est le releve de toutes les transactions economiques a caractere commercial et a caractere fnancier intervenues dans une periode donnee entre des agents economiques et de differents pays.

La balance commerciale est comprise dans la balance des paiements. balance commerciale : marchandises balance des invisibles : services (vente de brevets) et transferts (aides versees par les gouvernements) balance des capitaux a long terme (credits) balance des capitaux a court terme (credits) La balance des paiements est un document comptable toujours represente en equilibre. Si le solde est negatif, le solde de la position monetaire sera positif : par exemple, lorsque l’ensemble des reglements de la France a l’etranger depasse l’ensemble des reglements etrangers a la France.

Inversement, si le solde de la balance des paiements est positive, alors le solde de la position monetaire sera negative : l’ensemble des reglements de l’etranger a la France depasse l’ensemble des reglements de la France a l’etranger. portations. La balance commerciale est exprimee en donnees brutes ou en donnees CVS (Corrige des Variations Saisonnieres) : les donnees brutes sont les echanges constates dans le mois, avec les donnees CVS on tient compte des differences selon les mois (ex : le foul en hiver).