Primo levi

Primo levi

taurin et mort le 11 avril 1987 à taurin, est un écrivain Italien ainsi que l’un des plus célèbres survivants de la shah. Prime levé est né dans une famille bourgeoise juive. Il fréquente le lycée d’assagie puis l’Université de taurin où il obtient en 1941 toi vie » un doctorat de chimie. Après la chute de Mu rejoindre le groupe d d’ozone » mais sera a montagnes du Val d’ de salon.

AI est emprise il tentera de du ‘partit 43, dans les République sociale foison di carpe puis ivre aux allemands et porte sacs étiez e 20 février 1944 ou il y travaillera au laboratoire de chimie de l’usine de caoutchouc de montiez d’où il sortira le 27 janvier 1945, lors de la libération du camp par l’Armée rouge soviétique. En 1946, Prime est revenu au cors ré embouer, où personne ne l’attendait. Il rencontra lucide morgues (lors du Nouvel An juif en 1 946) et l’épousera (1 947), (il aura 2 enfants) et dirigera une entreprise de produits chimiques.

En 1947, il ressent le besoin d’écrire ses s swaps toi eue nées page souvenirs et publie chez un petit éditeur son premier livre, intitule « Si c’est un homme ».

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
Ce récit de sa survie dans l’univers concentrationnaire ne connaît pas immédiatement un grand succès mais marquera ensuite fortement les esprits de l’européen d’après-guerre. Au cours des décennies suivantes, il sera traduit dans une trentaine de langues, intégré dans les programmes scolaires, et se vend aujourd’hui encore à 200. 00 exemplaires par an rien qu’en italien. A sa retraite, Prime levé se consacrera à l’écriture et à son travail de mémoire. Il publiera plusieurs récits sur son expérience de fui italien, de chimiste ou de prisonnier, comme « La trêve » (1963) où il raconte son voyage de retour en italien après sa libération, « Le système périodique » (1975), portrait d’un Juste, » La clef molette » (1978), » Maintenant ou jamais » (1982) ou encore « Les naufragés et les rescapés » (1986).

Pendant les derniers mois de sa vie, Prime levé fut très affecté par la montée du révisionnisme et de l’indifférence. Profondément déprimé, le 11 avril 1987, il se jette dans la cage desceller de son immeuble. Sur sa tombe sont inscrits son nom et 174 517, son matricule à auscultait.