Prehistoire et protohistoire

Prehistoire et protohistoire

Prehistoire et protohistoire [modifier] [pic]Article connexe : Prehistoire et protohistoire du Senegal. Paleolithique [modifier] [pic] [pic] La Faleme (a gauche) et le Senegal sur une carte de 1747 En l’etat actuel de nos connaissances, selon Abdoulaye Camara, on peut considerer que les hommes sont apparus au Senegal il y a environ 350 000 annees[11]. C’est dans la vallee de la Faleme, dans le sud-est du pays, que l’on a trouve les plus anciennes traces de vie humaine[12].

Ces vestiges sont menaces, non seulement en raison de l’acidite des sols en Afrique de l’Ouest qui detruit les ossements, mais aussi par les touristes sur la Petite-Cote, les machines utilisees pour l’exploitation des phosphates dans la region de Thies ainsi que par les cultures maraicheres et l’urbanisation croissante dans la presqu’ile du Cap-Vert[13]. [pic] [pic] Exemple de debitage de type Levallois

Cependant la presence de l’homme au paleolithique inferieur est attestee par la decouverte d’outils lithiques caracteristiques de l’Acheuleen, tels que les bifaces signales par Theodore Monod[14] a la pointe de Fann, dans la presqu’ile du Cap-Vert, en 1938, ou les hachereaux trouves dans le sud-est du pays[15]. On a egalement retrouve des pierres debitees selon la methode Levallois, caracteristiques du paleolithique moyen. L’industrie mousteroide est representee

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
notamment par des racloirs ou des grattoirs, trouves dans la resqu’ile du Cap-Vert, mais aussi dans les basses ou moyennes vallees du Senegal et de la Faleme. Quelques pieces sont explicitement liees aux activites de la chasse, comme celles trouvees a Tiemassass, pres de Mbour, un site controverse que certains rattachent au paleolithique superieur[16], alors que d’autres plaident en faveur du neolithique[17]. Neolithique [modifier] Dans l’espace senegambien, cette periode ou l’homme d’abord predateur (chasseur, pecheur) devient producteur, c’est-a-dire eleveur, agriculteur puis commercant, est assez bien representee et etudiee.

C’est l’epoque ou des objets plus elabores et des ceramiques[18] font leur apparition. Cependant beaucoup de zones d’ombres subsistent. Si plusieurs facies culturels – c’est-a-dire l’ensemble des caracteristiques et des manifestations d’une civilisation – ont ete identifies au sein du neolithique, leurs origines et leurs liens restent souvent a preciser. On peut neanmoins distinguer : [pic] [pic] Les iles de la Madeleine (A) et le Cap Manuel (B), « a trois lieues de distance le soir » (1779) • le neolithique du Cap Manuel : le gisement manuelin de Dakar n’a ete decouvert qu’en 1940[19].

Les roches basaltiques du cap – notamment l’ankaratrite – etaient utilisees pour confectionner des outils macrolithiques, par exemple des haches ou des rabots. De tels outils ayant ete retrouves a Goree et sur les iles de la Madeleine toutes proches, une activite de construction navale de ces pecheurs semble probable. • le neolithique de Bel-Air : de plus petite taille et de formes geometriques, generalement en silex, l’outillage belarien est present dans les dunes de l’ouest, proches de l’actuelle capitale. Outre les haches, les herminettes ou les poteries, on releve aussi une statuette, la Venus de Thiaroye[20] le neolithique de Khant : le marigot du Khant qui se trouve dans le nord du pays, pres de Kayar, dans la basse vallee du fleuve Senegal, a donne son nom a cette industrie qui utilise principalement l’os et le bois[21]. Ce gisement figure sur la liste des sites et monuments classes du Senegal [22]. • le neolithique de la Faleme : localisee dans le sud-est du pays, l’industrie falemienne a produit un outillage poli utilisant des materiaux aussi divers que le gres, l’hematite, le schiste, le quartz ou le silex.

Le materiel de broyage et la poterie y sont bien representes. • le neolithique de la vallee du Senegal et du Ferlo ne constitue pas toujours une categorie a part, c’est aussi le facies le moins connu. Protohistoire [modifier] Dans le cas du Senegal, la periodisation de la protohistoire reste controversee. En effet, on assimile souvent celle-ci a l’age des metaux, en la situant donc entre la premiere metallurgie et l’apparition de l’ecriture. Or cette definition eurocentree semble peu adaptee aux realites africaines.

C’est pourquoi d’autres approches sont a prendre en consideration, comme celle de Guy Thilmans et de son equipe qui, des 1980[23], ont estime que toute l’archeologie des temps pre-coloniaux pouvait etre rattachee a cette appellation, ou encore celle d’Hamady Bocoum qui parle d’« archeologie historique » a partir du IVe siecle, du moins pour l’ancien Tekrour[24]. [pic] [pic] Amas coquilliers au cimetiere de Fadiouth Meme si le debat n’est pas encore tranche, l’abondance de tels vestiges ne fait pas de doute, notamment dans l’ouest du pays, dans les vallees fluviales et a proximite de la frontiere avec la Gambie.

Quatre ensembles peuvent etre distingues : • Sur le littoral et dans les estuaires des fleuves (Senegal, Saloum, Gambie et Casamance), on observe de fortes concentrations de tumulus et d’amas coquilliers – que l’on designe parfois sous leur nom danois Kokkenmodding (en anglais, kitchen midden), ce qui signifie « detritus de cuisine ». 217 de ces amas ont ete recenses dans le seul delta du Saloum[22], par exemple a Joal-Fadiouth[25], mais on en trouve aussi dans le nord pres de Saint-Louis[26], ainsi que dans l’estuaire de la Casamance[27].

Parmi les mollusques identifies, l’espece dominante est l’Anadara senilis, egalement denommee « arche » ou « pagne »[28]. • L’ouest du pays est riche en tumulus funeraires constitues de sable, que les Wolofs designent sous le nom de mbanaar, c’est-a-dire tombe[29], alors que les Sereres les appellent podom et les attribuent aux Sosses, un groupe ethnique d’origine mande[30]. Un pectoral en or massif pesant 191 grammes a en outre ete decouvert a Rao-Ngueguela, pres de Saint-Louis[31]. [pic] [pic] Alignement megalithique au Senegal C’est dans une tres vaste zone de pres de 33 000 km2 localisee dans le centre-sud du pays tout autour de la Gambie que l’on trouve les alignements de grosses pierres connus sous le nom de cercles megalithiques de Senegambie et inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO en 2006[32]. Deux de ces sites se trouvent sur le territoire senegalais : Sine Ngayene[33] et Sine Wanar, tous deux situes dans le departement de Nioro du Rip. Sine Ngayene compte 52 cercles megalithiques dont un double cercle. A Wanar ou l’on en denombre 24, les pierres sont de plus petite taille.

On y trouve des pierres-lyres taillees dans la laterite, en forme de Y ou de A. • L’existence de vestiges protohistoriques dans la moyenne vallee du fleuve Senegal est confirmee des la fin des annees 1970[34]. Des poteries, des disques perfores en ceramique[35] ou des objets de parure ont ainsi ete mis au jour. Les fouilles effectuees sur le site de Sinthiou-Bara[36], pres de Matam, se sont averees particulierement fructueuses. Des pieces de provenance lointaine, du Maghreb par exemple, ont ainsi revele des flux d’echanges transsahariens.