Pouvoir des medias

Pouvoir des medias

La diversite des medias essentielle a la liberte et a la democratie. Montesquieu avait defini la democratie par la separation des pouvoirs fondamentaux qui constituent l’Etat : le pouvoir legislatif, l’executif et le judiciaire. Cependant dans notre societe moderne, un « quatrieme pouvoir » est apparu, un recours des citoyens, dans le cadre democratique, contre les abus des pouvoirs gouvernementaux : les medias.

Quelques dates en France : 6 aout 1789 : L’article 11 de la Declaration des droits de l’homme et du citoyen proclame : « La libre communication des pensees et des opinions est un des droits les plus precieux de l’homme : tout citoyen peut donc parler, ecrire, imprimer librement, sauf a repondre de l’abus de cette liberte dans les cas determines par la loi ». 29 juillet 1881 : En France, loi sur la liberte de la presse. Suppression de tout regime preventif, abandon du delit d’opinion et disparition de la censure.

Les medias, du moins dans les pays occidentaux, assurent la circulation des opinions, leur confrontation et leurs limites. Ils informent sur tous les sujets (politique, economie, culture, sport…). Ils permettent de faire connaitre au plus grand nombre les informations et les savoirs. Les journalistes les developpent, les argumentent, les

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
vulgarisent et donnent differentes opinions, permettant au lecteur de se faire sa propre idee. Les medias diffusent l’information a une vitesse grand V, ainsi chacun dans les pays democratiques, peut etre au courant de tous les evenements majeurs dans le monde.

Ils peuvent faire connaitre au grand jour des erreurs ou abus des trois pouvoirs fondamentaux. (Zola et l’affaire Dreyfus, WashingtonPost et le Watergate) Sans la liberte des medias, l’opinion publique peut etre manipulee, c’est le cas dans les etats dictatoriaux. Le regime totalitaire peut alors diffuser n’importe quelle information ou la modifier pour la tirer a son profit, annihilant toute resistance. Un tel regime reduit le peuple a l’incapacite de reagir, manquant de moyens de fond, d’analyse et de reflexion.

L’ URSS illustre bien ce fait : le culte de la personnalite du « petit pere Staline ». Sa presence sur toutes les affiches pronant le bien du communisme a permis de leurrer l’opinion publique sur la verite de sa politique. Le peuple etant victime d’un « bourrage de crane » ou chaque individu n’agreant pas aux fausses informations etait destine a une mort imminente La democratie permet une grande liberte d’expression. Nous le voyons a travers la presse ecrite, par exemple, dans laquelle la diversite des opinions des journalistes peut se manifester.

La diversite des medias est un element vital pour l’information sous toutes les tendances, elle permet d’equilibrer et d’eviter tout abus du pouvoir du gouvernement. La diversite mediatique est un point capital pour une democratie reussie. Les medias sont synonymes de liberte, sans leur presence la democratie ne peut existee. Un pouvoir excessif dangereux pour la democratie. Depuis de XIX siecle l’importance des medias s’accroit. Leur pouvoir sur l’opinion publique et les sommes considerables manipulees, ont engendre des abus :

Le 30 octobre 1938 l’interpretation d’Orson Welles de La guerre des mondes a la radio a seme la panique dans les rues de New York. Un million d’habitants ont crus a « l’attaque des martiens » sur la planete Terre. Cette anecdote a contribue a augmenter la mefiance de l’opinion publique envers les medias. Elle a egalement demontre la capacite de manipulation des medias, suscitant l’interet des grands groupes commerciaux ou des politiques depuis toujours. Interets economiques : La multiplication de differents medias et la revolution numerique (assemblage du son, de l’image et de l’ecrit) ont cree une concurrence tres rude.

Les medias sont encore plus dependants de l’aspect economique. Pour avoir une forte audience, un media doit necessairement avoir un financement important, situation favorable aux grands groupes economiques qui deviennent actionnaires (Bouygues dans TF1, Bollore dans direct8). Ils acquierent du pouvoir par cette forte audience. La desinformation peut se faire par un « abrutissement » de l’audience. Les programmes televises sont souvent diriges vers le divertissement. En moyenne annuelle 2003, ce journal de TF1 a eu 9 millions de telespectateurs, soit 41% de part d’audience.

Il faut savoir que les journaux televises du soir de TF1, France 2 et France 3 ne parlent que tres peu de politique ou d’economie. Les francais n’ayant qu’un tres faible engouement pour ces sujets. Ils sont donc caresses dans « le sens du poil », par des emissions qu’ils les amenent pas a la reflexion. De plus, les sondages impartiaux peuvent influencer, voire fausser, les comportements electoraux. = perte quatrieme pouvoir pour le profit economique La dependance des medias vis a vis de la publicite fait que les medias ne peuvent plus remplir leur mission de contre-pouvoirs.

Il en resulte un manque croissant d’independance pour les journalistes et une uniformisation de l’infor¬mation. Interets politiques, populisme et demagogie : Ce pouvoir mediatique suscite aussi l’interet des politiques. Silvio Berlusconi, homme d’affaires et homme politique italien, possede plusieurs grand medias, puissant il les influence nettement, et donc influence a son profit les mentalites. De nouvelles techniques de persuasion y sont utilisees. La rhetorique mediatique des hommes politiques, qui est celle de l’emotion, du direct, de l’experience et du temoignage, bien plus que celle de l’analyse et du raisonnement.

Leur personnalite et l’image qu’il donne sont de plus en plus importantes. Les medias permettent aux politiques de se faire sentir plus pres de la population, comme lors d’interview. La communication televisuelle permet de realiser certaines illusions qui constituent la base du message populiste. Grace aux medias audio-visuels, le demagogue agit sur son auditoire en se donnant plus a voir qu’en se faisant entendre. Il donne l’illusion de gommer l’ecart traditionnel entre elites et peuple. C’est la democratie en direct.

Le demagogue construit un message politique en fonction des sondages d’opinion comme un homme d’entreprise elabore un produit conforme aux gouts de la societe de consommation. Son objectif est de seduire le spectateur-electeur plutot que de le convaincre de la qualite de son programme. Il est possible par l’utilisation des medias de faire passer des messages « populistes » : par exemple, l’invasion de l’immigration qui est diabolisee a outrance a travers les figures du parasite, du malade contamine et du terroriste. Diffamation, atteinte a la vie privee : L’affaire Dominique Baudis » fut un scandale mediatique francais. Pendant plusieurs mois, au printemps 2003, des journalistes de radio, de television et de grands quotidiens ont diffuse des « revelations » qui se sont averees parfaitement mensongeres (viols, couverture de meurtre, affaire de prostitution…), sur des faits inventes de toutes pieces.

Les journalistes ont diffuses des informations pour faire croire au public que des personnalites connues etaient coupables de mefaits abominables. L’acharnement mediatique ans « l’affaire Beregovoy » fut tel qu’il poussa le ministre a se suicider. Apres cette tragedie, lors de ses obseques, Francois Mitterrand denonce « ceux qui ont pu livrer aux chiens l’honneur d’un homme ». Ces journalistes, en quete de scoops « choc », etaient prets a n’importe quel mefait pour diffuser des declarations sensationnelles. De plus un fait divers relaye par plusieurs medias peut le transformer en fait de societe (ex : « l’affaire Gregory »).

Conclu partie 2) : La partialite de certains medias provoque une information erronee.

Les idees personnelles des journalistes orientent leurs recherches ou ecrits : ils ne peuvent faire correctement leur metier, qui consiste a rapporter des faits et des evenements, et a les analyser de maniere impartiale et neutre. Si certains medias et journalistes, agissant de cette facon, fournissent a des citoyens des informations politiques et economiques sur lesquelles ils basent ensuite leurs votes, ces votes pourraient permettre d’elire des hommes ou des programmes qui n’auraient pas ete retenus par des citoyens bien informes : des medias qui informent mal impactent donc la democratie dans un sens regrettable.

Conclusion : Les medias doivent etre soumis aux principes de la democratie, et non l’inverse. Neanmoins ils y sont essentiels, et il est dangereux que l’aspect economique ou politique nuise a un quatrieme pouvoir « engage » remplissant sa fonction democratique.