Poesie

Poesie

Dossier constitue par Thomas BIGRE 4°D SOMMAIRE PREMIERE PARTIE : ANTHOLOGIE POETIQUE PERSONNELLE Victor HUGO : « Spectacle rassurant » Guillaume APOLLINAIRE : « La colombe poignardee et le jet d’eau » Maurice CAREME : « Le zebre » Robert DESNOS : « Les hiboux » Marc ALYN : « Le papillon » Regis BIGRE: « Mon gamin » DEUXIEME PARTIE : MES POEMES 1 Acrostiche 1 Calligramme 1 Sonnet TROISIEME PARTIE : REFELEXION SUR LA FONCTION DE LA POESIE Selon vous, qu’est-ce que la poesie ? A quoi sert-elle ? [pic] [pic] SPECTACLE RASSURANT Tout est lumiere, tout est joie, L’araignee au pied diligent Attache aux tulipes de soie

Ses rondes dentelles d’argent. La frissonnante libellule Mire les globes de ses yeux Dans l’etang splendide ou pullule Tout un monde mysterieux ! La rose semble, rajeunie, S’accoupler au bouton vermeil ; L’oiseau chante plein d’harmonie Dans les rameaux pleins de soleil. Sa voix benit le Dieu de l’ame Qui, toujours visible au coeur pur, Fait l’aube, paupiere de flamme, Pour le ciel, prunelle d’azur ! Sous les bois, ou tout bruit s’emousse, Le faon craintif joue en revant ; Dans les verts ecrins de la mousse Luit le scarabee, or vivant. La lune au jour est tiede et pale Comme un joyeux convalescent ;

Tendre, elle ouvre ses yeux d’opale D’ou la douceur du ciel

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
descend ! La giroflee avec l’abeille Folatre en baisant le vieux mur ; Le chaud sillon gaiment s’eveille, Remue par le germe obscur. Tout vit, et se pose avec grace, Le rayon sur le seuil ouvert, L’ombre qui fuit sur l’eau qui passe, Le ciel bleu sur le coteau vert ! La plaine brille, heureuse et pure ; Le bois jase ; l’herbe fleurit. – Homme ! ne crains rien ! la nature Sait le grand secret, et sourit. CARTE D’IDENTITE Nom de l’auteur : Victor HUGO Ne le 26 fevrier 1802 a Besancon et mort le 22 mai 1885 a Paris Auteur du XIXeme siecle

Titre : Spectacle rassurant Recueil : les rayons et les ombres (1840) – XVIIeme poeme du chapitre I (fonction du poeme) Themes dominants : la nature, les animaux, la joie, le bonheur et le reve Raisons de mon choix : • je me sens proche de la nature. J’aime partir en foret pour ecouter les chants des oiseaux, observer les insectes ou tout simplement pour reflechir, • je compare la nature a notre existence. Ce poeme met en avant l’eveil de la nature. L’auteur utilise 3 champs lexicaux : la nature (libellule, rose, faon, eau), la joie de vivre (joie, chante, joyeux) et le reve (mysterieux, en revant).

Ceux-ci peuvent aussi materialiser les hommes. Lors de la saison froide, nous nous plongeons dans une sorte de mise en veille et nous reprenons vie lorsque parait le printemps, • je pourrai chanter ce poeme avec le vocabulaire utilise, les sonorites qui se degagent et les images que je peux imaginer. [pic] [pic] CARTE D’IDENTITE Nom de l’auteur : Guillaume APOLLINAIRE (de son vrai nom Wilhelm Apollinaris de Kostrowitzky) Ne le 26 aout 1880 a Rome et mort le 9 novembre 1918 a Paris Auteur du XXeme siecle Titre : La colombe poignardee et le jet d’eau Recueil : Calligrammes (1918)

Themes dominants : la paix, la jeunesse de l’auteur puis le souvenir de ses amis partis a la guerre, la mort Raisons de mon choix : • ce poeme m’a tout de suite plu lorsque j’ai vu le dessin represente. Sans le lire, je pouvais deviner que l’auteur parlerait d’une colombe et d’eau. Ce poeme est avant tout pour les yeux, • le principal champ lexical utilise est celui de la mort (poignardees, meurent, eglise). L’auteur fait aussi reference a une periode de sa vie heureuse (peut-etre sa jeunesse ? ) et se questionne sur le devenir de ses amis partis a la guerre, j’ai garde ce poeme car je pensais qu’il serait gai mais en le lisant, j’ai note la tristesse et la melancolie de l’auteur sur la perte de ses amours de jeunesse et ses amis soldats. Je pense que l’eau peut cependant materialiser un renouveau que l’auteur attend. [pic] LE ZEBRE Apercevant un zebre Qui sortait des buissons : – Dieu, qu’il a l’air funebre ! Constata le lion. -Mais non, il est tres gai, Jugea le chimpanze. Il vend des rubans blancs, Precisa l’elephant. – He non, des rubans noirs, Reprit le tamanoir. – Ah ! Pardon ! blancs et noirs, Trancha le leopard. NI porteur de rubans Ni meme commercant,

Affirma le babouin, Ce n’est qu’un cheval peint. Rentre dans les tenebres Si tu ne veux, o zebre, Qu’on te change en vautour Avant la fin du jour. CARTE D’IDENTITE Nom de l’auteur : Maurice CAREME Ne le 12 mai 1899 a Wavre (Belgique) et mort le 13 janvier 1978 a Anderlecht (Belgique) Auteur du XXeme siecle Titre : Le zebre Recueil : je n’ai pas trouve le recueil – ce poeme peut faire partie de petite flore (1937), la lanterne magique (1947), semeur de reves (1953) ou la grange (1961) Themes dominants : les animaux Raisons de mon choix : • J’ai choisi ce poeme car il peut etre lu comme une histoire et ressemble a un dialogue, A la premiere lecture, ce poeme est une comptine qui met en scene des animaux de la savane : ceux-ci fascinent les enfants. Mais, a la deuxieme lecture, je pense que ce poeme possede un sens cache. Il met en evidence que les animaux peuvent etre cruels tout comme les hommes (« ce n’est qu’un cheval peint »). LES HIBOUX Ce sont les meres des hiboux Qui desiraient chercher les poux De leurs enfants, leurs petits choux, En les tenant sur les genoux. Leurs yeux d’or valent des bijoux, Leur bec est dur comme cailloux, Ils sont doux comme des joujoux, Mais aux hiboux point de genoux ! Votre histoire se passait ou ? Chez les Zoulous ?

Les Andalous ? Ou dans la cabane bambou ? A Moscou ? Ou a Tambouctou ? En Anjou ou dans le Poitou ? Au Perou ou chez les Mandchous ? Hou ! Hou ! Pas du tout, c’etait chez les fous. CARTE D’IDENTITE Nom de l’auteur : Robert DESNOS Ne le 04 juillet 1900 a Paris et mort du typhus le 08 juin 1945 au camp de concentration de Terezin (ancienne Tchecoslovaquie) Auteur du XXeme siecle Titre : Les hiboux Recueil : 30 chantefables pour les enfants sages (1944) Themes dominants : les animaux nocturnes Raisons de mon choix : • J’ai choisi ce poeme car il peut etre lu comme une comptine avec la presence des sonorites en « ou ».

De plus, l’univers des hiboux me fascine car ces rapaces ne vivent que la nuit et ils possedent un regard si percant qu’il nous effraie, • Ce poeme a un aspect educatif puisqu’il permet, grace aux 8 premiers vers, d’apprendre les mots en « ou » qui ne prennent pas de « s » au pluriel mais « x », • Je pense qu’avec une musique adaptee, ce poeme pourrait devenir une chanson. [pic] LE PAPILLON Ne au pays de la soie fine Dans un cocon venu de Chine, L’Orient est peint sur ses ailes. Jaune ou bleu, vert ou vermeil, Il vole, il va, il vit sa vie A petits battements ravis.

Dans l’air doux, comme un eventail On le voit, on ne le voit plus, Il est ici, il est la, Ou bien c’est un nouveau venu, Son jumeau qui passe la-bas. Ah ! Mettez au clou vos filets, Jetez epingles et bouchons, Laissez-le libre car il est La poesie, le papillon ! CARTE D’IDENTITE Nom de l’auteur : Marc ALYN (pseudonyme de Alain Marc Fecherolle) Ne en 1937 a Reims Auteur du XXeme siecle Titre : Le papillon Recueil : L’arche enchantee (1979) Themes dominants : la nature, la vie Raisons de mon choix : • J’ai choisi ce poeme car la nature m’interesse beaucoup surtout les insectes comme le papillon.

Celui-ci a une vie ephemere mais il voyage beaucoup, • Je suis, comme le poete, emerveille par la beaute des papillons ou chaque specimen est unique. C’est pourquoi l’auteur defend aux hommes de le capturer. [pic] MON GAMIN Un petit etre tout blond Naquit un jour d’avril ; Etendu de tout son long, Maladroit et febrile. C’etait notre petit garcon Qui venait d’embrasser la vie. Le resulte de notre union Nous causait beaucoup de soucis. Il faisait ses premiers pas Pour son premier anniversaire. Il luttait dans son combat Comme ses parents lui apprenaient a le faire. Il fetait son vingtieme mois

Devant le sapin de Noel. Il ne pouvait savoir pourquoi On celebrait un tel rituel. Etonne par toutes ces lumieres, Il restait la a les contempler, Sous le regard de sa mere, Les yeux legerement humidifies. En observant ce petit gamin, Je ne pouvais croire que c’etait le mien. CARTE D’IDENTITE Nom de l’auteur : Regis BIGRE Ne le 21 aout 1963 a Delle Auteur du XXeme siecle Titre : Mon gamin Recueil : Themes dominants : l’enfant, le reve Raisons de mon choix : • J’ai choisi ce poeme car je voulais rendre hommage a mon papa. Il a ecrit ce poeme pour que je me souvienne de la periode ou j’etais bebe, [pic] pic] [pic] [pic] [pic] [pic] [pic] La definition du dictionnaire compare la poesie a une forme d’expression litteraire caracterisee par une utilisation harmonieuse des sons et des rythmes du langage et par une richesse d’images. Cette definition met en evidence que la poesie est une combinaison de mots envoutante. Selon Theophile Gautier, elle allie « des mots rayonnants, des mots de lumiere avec un rythme et une musique ». Elle peut etre assimilee, comparee a un art ou le lecteur doit non seulement comprendre le message mais aussi ressentir quelque chose de l’ordre de l’irreel voire de l’invisible.

Ecrire est donc une liberation des emotions mais aussi des sens. Le poete utilise differentes formes pour liberer ses sentiments, retranscrire les emotions. Je peux distinguer 3 grandes periodes : • La poesie dite classique (avant la fin du XIXeme siecle) ou les poemes ont des formes fixes (le rondeau, la chanson de geste comme la chanson de Roland, la ballade comme l’epitaphe de Villon ou la ballade des pendus de Francois Villon), puis le sonnet (« Heureux qui comme Ulysse » de Joachim Du Bellay) puis les vers libres en poesie (« Mignonne, allons voir si la rose » de Pierre De Ronsard) et dans le theatre (« Phedre de Jean Racine), La poesie moderne (fin du XIXeme siecle – debut du XXeme) ou les poetes explorent toutes les possibilites poetiques et abandonnent les contraintes et les formes fixes. La poesie devient prose, jeu sonore et visuel (« L’invitation au voyage » de Charles Baudelaire, « Don du poeme » de Stephane Mallarme), • La poesie contemporaine (du XXeme a aujourd’hui) ou la poesie travaille le mot, le malmene et cherche sans cesse de nouvelles facons de dire les choses (« La colombe poignardee et le jet d’eau » de Guillaume Apollinaire, « Le cancre » de Jacques Prevert, « Liberte » de Paul Eluard).

La poesie est donc un art mais a quoi sert-elle ? Elle permet a celui qui l’ecrit de se livrer, de se liberer, d’exprimer ses sentiments sur des themes generaux. En lisant differentes poesies d’auteurs divers, je peux distinguer 3 grands themes : • L’amour, theme omnipresent, qu’il soit triste, gai, melancolique (« Mignonne, allons voir si la rose » de Pierre De Ronsard, « Je vis, je meurs, je me brule et me noie » de Louise Labe), • La mort (« Mors » de Victor Hugo, « Demain, des l’aube » de Victor Hugo suite a la mort de sa fille Leopoldine), La nature souvent associee a d’autres themes (« Tristesse d’Olympio » de Victor Hugo, « L’albatros » de Charles Baudelaire, « Chanson d’automne » de Paul Verlaine). La poesie est utilisee aussi comme moyen d’engagement. A travers son ? uvre, le poete peut exprimer sa pensee afin d’eclairer les autres et les inciter a l’action. Nous pouvons donner l’exemple de Victor Hugo qui ecrit « Les chatiments » pour s’opposer a Napoleon III, d’Agrippa d’Aubigne qui prend fait et cause pour les Huguenots dans « Les Tragiques » et de Rene Char qui relate son combat dans la resistance avec les 237 fragments qui composent « Feuillets d’Hypnos ».

Les poetes communiquent leurs angoisses, leurs regrets, leurs espoirs au lecteur. Pour moi, la poesie est un subtil melange entre des rythmes, des sons et des images avec comme seul outil, les mots. La poesie agrandit les espaces, pousse des murs et fait rever le lecteur : c’est un moyen d’evasion. [pic] ———————– Timide comme le soleil d’hiver, Heureux comme un poisson dans l’eau, Ombrageux comme le ciel apres l’orage, Malin comme un renard, Agreable comme une matinee de printemps, Sympathique comme tous mes amis. LE GLADIATEUR Ce glorieux combattant, rarement volontaire

Qui se battait ici au milieu de l’arene, Est toujours en quete d’une gloire incertaine Aux yeux ecarquilles d’un public sanguinaire. Il defend seul sa vie, son arme a la main, Il transperce d’un seul coup tous les c? urs affaiblis Pour les cruels desirs de la foule en folie. Il est vivant ce soir. Ou sera-t-il demain ? Cela importe peu car il mourra bientot. Il aura amuse de nombreux spectateurs En mourrant dans ce cirque qui sera son tombeau. Voila, la piste est vide et enfin l’empereur Peut entendre la joie d’un peuple qui l’honore. Tels sont les derniers jours d’un condamne a mort.