Platon, les mythes et la tragedie

Platon, les mythes et la tragedie

Platon et les mythes, Platon et la tragedie On attribue a Platon la paternite du discours philosophique (eleve de Socrate) Premier philosophe qui va produire un discours dans des formes qui vont se perpetuer jusqu’a aujourd’hui. Il n’empeche que Bertrand Rusell (philosophe anglais) dit « l’Histoire de la philosophie n’est qu’un commentaire de Platon ». Platon et le caractere matriciel de son ? uvre. Dans chacune de ses ? uvres, des mythes. Le mythe de Promethee dans le Protagoras. Le mythe d’Er dans le dialogue de Phedre. Savoir c’est se ressouvenir » theorie de la reminiscence, theorie de la transmigration des ames. L’allegorie de la caverne: apprendre aux hommes la philo Usage platonicien des mythes: assez different de l’usage traditionnel des mythes. Periode charniere du passage de pensee mythique a pensee rationnelle. Chez Platon, les mythes sont au service de l’argumentation rationnelle, ils viennent donner un contenu rhetorique en vie de persuader, quelque fois pedagogique (discours image), ou encore pour illustrer une difficulte sur laqua le discours rationnel vient a buter. Ex: que signifie le cri d’Archimede « eureka » soit il savait ce qu’il cherchait alors c’eut ete inutile de la chercher ou bien qu’il etait ignorant et dans ce cas ce qu’il trouvait qu’est

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
ce qui lui garanti: la paradoxe de la decouverte. Comment Socrate s’en sort-il de ce paradoxe dans le Menon? Il y a donc un savoir qui est inherent dans l’ame que l’on a acquis au temps des dieux et le savoir dans cette vie. Ce qui garantit ce que j’ai decouvert c’est quand ce savoir me rient en memoire: d’ou « savoir c’est se ressouvenir ». Platon utilise le mythe:

Une ame dans une plaine, sejournait aupres des dieux, avait acces a toutes les verites qu’elle enfouit en se plongeant dans le corps. Il y a donc un usage philosophique des mythes. La tragedie (Cf. L’origine de la tragedie de Nietzsche): On doit a Nietzsche une anecdote (presque parabole). On dit que Platon jeune homme extremement brillant appele a un avenir sur lequel tous s’accordent, s’adonne a la tragedie. Connu pour ses talents de poetes et sa capacite a emouvoir. Il eu ete dans la continuite de Sophocle, Eschyle et Euripide.

On raconte que sortant de chez lui avec sa derniere tragedie en l’honneur de Dionysos: les dionysies. Il rencontra Socrate et leur conversation s’engage, dure un certain temps et au terme de cette rencontre, Platon rentre chez lui et jette son manuscrit au feu. Que signifie cette anecdote pour Nietzsche? C’est le moment ou l’on va abandonner le tragique pour la dialectique: dialegein (donc la necessite de convaincre). La ou avec la tragedie s’expose les sentiments les plus fort a eprouver, la philosophie jette son filet et rappelle les lois et exigences de la rationalite.

Cet acte signifie le renoncement a susciter l’etonnement, a toucher la sensibilite, ebranler l’imagination et l’engagement a orienter la pensee vers ver but le plus noble qui soit a savoir « la preuve et donc la verite ». Le geste de Platon est une conversion (sens etymologique: tourner son regard vers une autre direction). Platon raconte la souffrance a tourner la tete quand elle n’a ete que dans une direction. Platon est le premier « utopique » (de facon anachronique) car il pensait que. Sa cite ideale est le resultat d’une pensee rationnelle « que quiconque resonne veut cette cite ideale ».

L’utopie n’a pas vocation de se realiser mais la cite de Platon si (une difference avec l’utopie). Mais comment concilier le philosophe et le pouvoir? Selon lui, il faudrait remplacer la politique par la philosophie. Tragedie moderne (avec les classiques) C’est l’appropriation chretienne des tragedies antiques. Anachronisme: voir le passe avec un point de vue du present Euripide ecrit Medee: ou Jason et les Argonautes souhaitent a s’emparer de la toison d’or. Medee est une creature stupefiante: mi deesse, magicienne, avec son amant elle tue son frere et pere et fuit avec Jason a Thebes.

La fille de Creon, roi de Thebes, Cheie, tombe amoureuse et mariage programme. Medee: figure paradigmatique de la passion destructrice et vengeresse de la tragedie. Version d’Euripide est une version « sot ». Mais quelque siecle plus tard, Seneque ecrit la meme tragedie: mais c’est un theatre de la cruaute: Medee entretient elle meme sa cruaute au point que le spectateur sorte du spectacle terrifie et epuise. (Car l’objet de la tragedie latine, les preoccupations dominantes sont sur le stoicisme et il s’agit donc pour l’auteur tragique de produire un repoussoir.

Le souhait du stoicisme c’est de nous purger par l’horreur. 17 siecles plus tard, Corneille reprend Medee, ? uvre de jeunesse mais avec sa « patte ». « A vaincre sans peril, on meurt sans gloire »: vers si celebre de Corneille est de Seneque. La Medee est cornelienne: chaos des passions et la voix plus ou moins assourdie de la raison et du devoir. Mais comme on est dans un monde chretien, on a affaire a une problematique chretienne. Il y a donc souplesse d’adaptation des mythes. Voila pourquoi aujourd’hui ces tragedies antiques sont encore actuelles.

Freud « Il est stupefiant que l’on soit encore emu par les tragedies grecques antique ». La confrontation mort, desir, l’amour, le pouvoir: sont de toutes les epoques! La tragedie grecque. Origine « trag »: le bouc. Il s’agit d’un spectacle offert au public mais qui a une signification religieuse. Le public rend hommage au dieu bouc qui est Dionysos. Pour les grecs il faut respecter les limites: piegeras: interdit que nul ne dois le progresser. Mais un moment ou l’on rend hommage au dieu de l’exces. (Notamment maintenant avec le carnaval: on peut se dissimuler derriere un masque.

Les dionysies est une periode ou on a du theatre: le ch? ur s’exprime (la voix du cosmos, l’ordre); les comediens revetent des masques (persona en grec signifie masque). La tragedie met toujours en confrontation un heros toujours avec une alternative tragique: d’un cote il y a toujours un interdit absolu que l’on ne peut transgresser. Ne peut se soumettre a l’interdit. Il doit se confronter au chaos, desordre. Mais loin de susciter un repoussoir, le public s’y identifie. Poetique, livre 2 d’Aristote analyse la tragedie, il n’ignore pas que la tragedie est un fait d’ecriture et du langage.

La possibilite qu’a le langage d’emouvoir, susciter des emotions, partager les etats de l’ame. La destinee du langage avec la vetille n’est pas evoquee ici. La condition de la tragedie: l’action restitue sur l’espace de la scene, doit etre plausible, coherence interne. La langue de la narration doit etre imagee, contribuant a mettre en place le plus vite possible tous les ingredients dont l’association n’est autre que la situation tragique, pour dire une contradiction violente et tragique entre deux ordres et legitimites. (Ex: Antigone, soeur de Polynice: son frere est entree en conflit avec le

Basileus de la cite: Creon. Son frere est tue: ou bien elle respecte la loi civile (de la cite) donc son frere ne recevra pas l’ensevelissement et errera sans trouver la demeure des morts ou bien la loi divine (ecrite nulle part)_En actualisant Antigone: conflit entre droit legal et legitime. Droit positif ou civil et droit naturel. Aristote rend compte de la fonction religieuse et politique de la tragedie – Les mecanismes mis en ? uvre dans le spectacle tragique. Pour susciter l’emotion: La tragedie doit susciter un rapport entre le spectateur et l’espace scenique avec le personnage.

Pour le transfert entre comedien et spectateur, le comedien doit bien jouer, pas de distanciation: la mimesis. Au sens de l’imitation, imiter, faire comme l’autre, le simuler. Ici autre signification: il doit y avoir une sympathie, ressentir ensemble, dans la forme extreme une empathie (se projeter dans l’autre) Imitation, identification, projection c’est la mimesis. Les effets du spectacle tragique: La catharsis: terme du vocabulaire medical: le fait de se purger, purifier ou vocabulaire spirituel: le fait de se laver, purifier l’ame, se debarrasser de tout ce qui nous obsede.

Ce qui resulte de la catharsis c’est un apaisement, on est plus en inadequation avec nous-meme c’est ce que procure la tragedie. Ce que procure la tragedie, a condition qu’il y ait mimesis, c’est la peur (de se projeter dans le heros tragique) et la pitie. Se purger de la peur, la pitie et ainsi restaurer l’ordre, l’equilibre, le cosmos. Au terme de ce spectacle, on est libere de ce qui s’est appesanti en nous. *Le sens tragique selon Nieztsche*: On doit a Nietzsche, les analyses les plus brillantes de cette couche archeologique de la tragedie.

Pour Nietzsche, c’est a ce moment qu’apparait le genie grec: extraordinaire fecondite (dans la beaute, la vie pour nous…). Pratiques rituelles pour rendre hommage au dieu du chaos des grecs n’est pas une opposition entre haut et bas, entre esprit et matiere, entre pesanteur et grace. Ce n’est pas le genie grec. C’est la confrontation entre le chaos et l’ordre. Les grecs font s’affronter Dionysos et Apollon dieu de l’apparence, harmonie, equilibre, paix retrouvee. De sorte que les grecs ne pensent jamais qu’il n’y a que de l’equilibre ou du desordre.

Toujours cette combinaison ou l’un va dominer sur l’autre: le dionysiaque (art de l’innovation, de l’inoui, protuberances des formes) par opposition a l’apollinien (la mesure, l’equilibre). C’est la sante grecque: la combinaison des deux. La philosophie, va incontestablement privilegier le cote apollinien. Il va voir des pogromes (des faits avant-coureurs) a ce penchant. Euripide: tragique du retablissement de l’ordre. A l’oppose de Sophocle et Eschyle: ordre toujours precaire.