Platon

Platon

#1 « N’en faites rien, repliquai-je, laissez-le plutot. C’est une habitude qu’il a. Parfois, il se met a l’ecart n’importe ou, et il reste la debout. Il viendra tout a l’heure, je pense. Ne le derangez pas, laissez-le en paix ». P. 91 #2 « On s’est donc donne beaucoup de peine pour celebrer des realites de ce genre, mais, jusqu’a ce jour il ne s’est trouve aucun etre humain pour oser consacrer a l’amour l’hymne qu’il merite. Voila comment on neglige un dieu aussi important ». P. 95 3 « … le rejet de tout ce qui est laid, et l’emulation dans le recherche de l’honneur». « oui et mourir pour autrui, c’est en toit cas ce a quoi seuls consentent ceux qui sont amoureux, et pas seulement les hommes, mais aussi les femmes ». P. 98 #4 « Les dieux ont accorde comme privilege de faire remonter leur ame de l’Hades, eh bien, son ame a elle, les dieux la firent remonter de l’Hades, parce que son acte les avait remplis d’admiration », « les dieux, pleins d’admiration, lui ont accorde des honneurs exceptionnels, pour avoir ainsi mis si haut son amant ».

P. 99 #5 « la facon d’accomplir cette action que reside telle ou telle qualification. Lorsqu’elle est accomplie avec beaute et dans la rectitude, une action devient belle, et lorsque la meme action est accomplie sans rectitude, elle devient honteuse». P. 101 #6 « Elle n’est ni belle ni honteuse, mais elle est belle si on se conduit comme i faut, et honteuse si n se conduit de facon honteuse». , «… alors que se bien conduire, c’est ceder de belle facon a quelqu’un qui le merite».

P. 105 #7 « En effet, tout impiete se plait a naitre ainsi : au lieu de ceder a l’Eros dont les m? urs sont bien reglees, de l’honorer et de le reverer les rapports que l’on entretient avec ses parents, vivants ou morts, et avec les dieux». P. 112 #8 « S’ils avaient vraiment conscience de l’importance de ce pouvoir, ils lui auraient eleve les temples les plus imposants, dresse des autels, et offert les sacrifices les plus somptueux.. ». « il vient a leur secours, il est leur medecin, les guerissant, de maux dont la guerison constitue le bonheur le plus grand pour le geste humain». P. 114 #9 «… hommes et des femmes dans leur ensemble, pour dire que notre espece peut connaitre le bonheur, si nous menons l’amour a son terme, c’est-a-dire si chacun de nous rencontre le bien-aime qui est le sien, … Il s’ensuit necessairement que, dans l’etait actuel des choses, ce qui se rapproche le plus de cet etat est le meilleur ; c’est de rencontrer un bien-aime dont la nature corresponde a otre attente». P. 120-121 #10 « si tu tombes sur des gens que tu estimes etre des gens avertis, tu leur accorderas plus d’attention qu’au grand nombre, … S’il t’arrivait de trouver d’autres gens, des gens avertis ceux-la, tu aurais sans doute honte devant eux a l’idee que tu pourrais faire quelque chose de laid». P. 122 11 « C’est en effet dans le caractere est dans les ames, des dieux et des hommes qu’il s’en etablit, … il est toujours en contact avec les realites qui sont les plus tendres de toutes, il est doue de la plus grande delicatesse, necessairement ». P. 125 #12 « mais des que ce dieux-la fut ne, de l’amour des belles choses resulterent tous les biens, pour les dieux comme pour les hommes». P. 127 13 « Pourtant, a condition de m’en tenir a la verite, j’accepte de prendre la parole, a ma maniere et sans rivaliser avec les discours qui furent les votres, car je ne veux pas m’exposer au ridicule» P. 130 #14 « Si au lieu d’une vraisemblance il ne s’agit pas d’une necessite : il y a desir de ce qui manque, et il n’y a pas desir de ce qui ne manque pas, … cela est une necessite qui creve les yeux ». #15 « En ce qui me concerne, Socrate, dit-il, je ne suis pas de taille a engager avec toi la controverse ; qu’il en soit comme tu le dis». P. 136

Administrator

Leave a comment

Please enter comment.
Please enter your name.
Please enter your email address.
Please enter a valid email address.