Philosophie La Culture

Philosophie La Culture

vie & de l’histoire. Sans racine, sans dev sas chercher à produ leurs besoins 1er. * La transforamtion être reste en friche (j « Un jardin mythique  » L’EDEN Philosophie La Culture Premium By mae280.

S 24, 2015 5 pages LA CULTURE INTRODUCTION 1) Les 3 sens: Culture & Ensemble de connaissance = Le savoir (#ignorance) Culture Agricole: Exploitation de la terre (#jachere) Coutumes: Forment une identité sociale (#naturel) 2) Candide, Voltaire: « Il faut cultiver notre jardin » « On nait homme, on devient humain » ERASME * Si on ne cultive pas notre jardin, on est emporté par le flux de la p g que ce reproduire, ‘il va répondre ? ut se faire si notre *Le temps est comme suspendu, l’insouciance conditionne leur bonheur. Ils ignorent l’effort & la souffrance.

Adam & Eve sont ignorants. (Ils ignorent même pouvoir changer) *Après la faute, dieu les chassent du paradis, c’est la chute. L’homme doit travailler pour nourrir sa famille. Eve enfante dans la douleur. Cet exil sonne comme une libération : Ignorance Inactivité Ils vont changer * Réel existe homme poussé à se transformer (humain). * L’humanité denfante dès lors qu’elle perd ses privilèges de la vie contemplative pour se confronter à la vie

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
active. ynamisme & sans progrès. * L’homme s’affère se transforme lui-même.

La culture provient de nous & en même temps, elle est notre destination. La culture ne s’acquiert pas naturellement mais par le biais de l’éducation. C’est pourquoi il faut cultiver notre jardin 4. Etat de nature / Etat de culture Les signes de la culture = MALINOWSKI Les valeurs spirituelles La ngage La technique La vie en société MALINOWSKI = Dégage des éléments intéressants cependant certains animaux ont un langage, vivent en société & font preuves de Technique, si bien que l’on peut dire que le critère déterminant e la culture sont les valeurs spirituelles.

Soit on dit que les 3 premiers critère ne sont pas suffisants, soit, les animaux ont une culture, soit, il faut approfondir. APPROFONDISSEMENT La Technique humaine se distingue de la technique animale L’homme ne fait pas qu’utiliser un objet naturel mais il le transforme. I ya conservation. Transmission de génération en génération. Perfectionnement, Amélioration. La technique animale en générale est inée, universelle, instinctive, répétitive tandis que la technique humaine est acquise, particulière, évolutive & réfléchie. L’homme n’a pas de pratique instinctive & doit acquérir par l’éducation.

Le langage Les animaux communique 2 OF s par des sons, des danses, parler pour rien dire c’est-à-dire déconnecter son message de toute utilité vitale. La vie sociale : Les animaux comme les humains peuvent avoir une vie sociale organisée. Dans la société humaine, les rôles/les fonctions ne sont pas assignés de façon définitive & invariable. Dans la société humaine, généralement, les postes de travail sont attribués selon les compétences développées & non pas innée. Vivre ensemble suppose des éch. éch. Intellectuels & affectifs) qui vont permettre de développer mon paysage intérieur. e but de la société, c’est le bonheur & la justice » ARISTOTE (Au contact des autres dev. valeurs spirituelles) CONCLUSION Parce qu’il y a une technique, un langage & une vie sociale spécifiquement humaine, alors la culture est propre à l’homme. NATURE HUMAINE La nature humaine serait-elle une construction culturelle ? La thèse= Les rôles sociaux dépendent d’un conditionnement culturel. L’individu est le produit de cette culture. Nos traits de caractère ne sont pas d’origine biologiques – aturels Artificiels Ce qui est naturel chez l’homme ?

Le corps – biologique = universel = inné = en tout temps, en tous lieux & tout sujet. * Ce qui est culturel chez l’homme ? L’esprit = spirituel = particulier = acquis L’argumentation de l’auteur re ose sur une comparaison : – 2 tribus vivants sous le m 3 OF s malléable/modulable donc pas de déterminisme biologique mais un conditionnement culturel. = Enchainement nécessaire de cause & d’effets. Contingent = Ce qui peut être comme ne pas être. Nécessaire = Ce qui ne peut pas ne pas être cannibalisme & prison : LEVIS-STRAUSS

Face à un même problème, 2 sociétés vont répondent de façon diamétralement opposés ‘ntégrés & expulser qualifié de barbares. – chacune est convaincue de détenir la norme du juste, du bon, du vrai. Ethnocentrisme = On nous montre les limites de l’ethnocentrisme en rappelant que l’anthropophage / le cannibale, en mangeant qq 1 absorbe sa force, ses pouvoirs, ses qualités & donc, l’honore ainsi. Le relativisme culturel = Considérer qu’il puisse y avoir des pratiques pour le même sujet. Ya t-il un temps pour manger ? 1) Qu’est-ce qui, en matière de repas, est déterminé par notre ature biologique ?

Le besoin d’une certaine quantité de Glucose. 2) Quelle est la part des institutions culturelles ? Institutions culturelles = déterminantes car elles disent : – L’heure à laquelle manger – Quoi manger – Comment manger – Où manger – Avec qui ? Quand = Nbr, heures des repas & quand ne pas manger Quoi – Aliments interdits ou mal vus 4 OF S alimentaires ? Même la sensation de faim qui est naturelle s’inscrit dans un cycle temporel donné par la culture. Le naturel & Le culturel sont fondés l’un dans l’autre. 4) L’alimentation est un domaine très moralisé comme le sexe

Comme la gourmandise est un pécher, la luxure est « puni » par la La morale : Le quand ? , le où ? La morale nous dit qu’il y a des limites. Pourquoi ? Pour se reproduire (selon la bible) & d’autres raisons (Donc d’autres morales). Relativisme culture avec des normes * Selon les cultures. Les pratiques sexuelles ou alimentaires sont contrôlées par la morale. La morale ordonne la répulsion des pulsions & permet alors à l’homme de s’éloigner de son animalité & donc de s’affirmer en tant qu’humain. La morale donne des périodes d’abstinence (en classe, au parc… )

Les moines sont l’exemple de l’abstinence. La morale est là pour nous édifier (nous élever vers le haut) Le corps est la pour nous tirer vers le bas (vers le coté animal). La morale peut-être épanouissante mais si elle est trop restrictive, elle peut devenir le contraire d’épanouissante. EX : Le cochon de casa = Morale ridicule, qui ne veut rien dire. L’homme est au carrefour (z à la croisé des chemins) du naturel & du culturel. Lhomme naturel n’est pas un homme. L’enfant sauvage se développe sans son potentiel humain, faute d’avoir était éduqué. La nature humaine est pla ulable, on peut la S S