Philoo

Philoo

Le desir est une pulsion de l’esprit, c’est la volonte d’obtenir un objet qui procurera du plaisir lorsque le desir arrivera a ses fins, c’est-a-dire lorsque le desir aura obtenu cet objet. Cette pulsion est independante de toute volonte, incontrolable et tres irreguliere. Le desir ne peut vraiment se definir mais tous les hommes l’ont en commun. C’est un phenomene universel mais qui est pourtant propre a chaque homme, en effet tous les desirs sont differents, il se peut que certains se rejoignent mais dans la globalite ils restent uniques et propres a chacun.

Autrui est ce qui represente tout ce qui est autre que moi, il est ce que je ne peux reussir a connaitre totalement. Pourtant, il permet de se connaitre, de se differencier des autres et meme de connaitre le monde, les idees du moi et d’autrui se confrontent pour atteindre une objectivite souvent impossible a atteindre sans un jugement exterieur. Peut-on dire que l’on ne desire que ce qui a du prix pour autrui ? En d’autres termes peut-on desire autre chose que ce qui est juge desirable par autrui ?

Autrui est une personne etrangere au moi et ne peut donc influer sur les pulsions issues du moi

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
pur, or le desir est un ensemble de ces pulsions incontroles de l’esprit. Par quels moyens autrui reussi-t-il a avoir un influence sur ces desirs ? A-t-il vraiment une influence ? Quels sont les procedes pour canaliser ces pulsions ? Sont-elles toutes canalisees ? Quelle est la nature veritable d’un desir ? Le desir est un ensemble de pulsions de l’esprit. Il y a une dualite dans ce desir, il regroupe a la fois le bon et le mauvais.

Il faut donc le soumettre a un jugement pour le canaliser, et determiner les objets sur lesquels nos desirs peuvent se porter, des objets qui peuvent etre consideres comme convenables, desirables par le systeme de regles qui regit notre vie, comme l’education, les valeurs ou encore les lois. Ce jugement est la raison, qui emet un jugement rationnel sur les manifestations des desirs. Un desir est donc une chose incontrolable et violent tant qu’il n’as pas ete juger, tant qu’il n’as pas ete ‘‘ eduque ’’.

Cet education permet aux hommes de rester raisonnable, mais parfois la raison fait des concessions et cede au desir, qui n’as plus aucun obstacle pour se manifester completement, voir meme de se realiser. Autrui, c’est un contact avec l’exterieur qui peut nous faire prendre conscience de la veritable valeur de ce monde, notre subjectivite et nos emotions ne nous permettant pas de reellement le voir tel qu’il est. Autrui est donc une source de renseignements afin de voir le monde plus objectivement.

Autrui a egalement des desirs, et ses desirs peuvent influer sur nos choix. En effet autrui etant notre principal contact relativement objectif avec le monde exterieur, il en devient une sorte de point de repere pour evaluer ce monde. Il nous permet de donner une valeur plus objective aux objets du monde. C’est cette valeur donnee par autrui, leur prix qui nous renseigne sur l’importance que ces objets peuvent avoir pour lui. C’est sur ces memes objets que nos desirs peuvent se porter.

Autrui ne peut controler les pulsions issues du moi pur, en revanche avec son jugement et le regard qu’il porte sur nous et le monde, il peut influer la raison dans ses choix. En effet la raison a besoin d’un point de repere car elle ne peut seule evaluer le monde objectivement, des elements tel que les sentiments peuvent influer dans son jugement, elle se compare donc avec la raison d’autrui pour evaluer la valeur de ses jugements, pour par la suite evaluer ce qui est bon ou mauvais.

Cette comparaison permet a la raison d’appliquer un jugement sur ces jugements, pour qu’elle puisse arriver a une objectivite plus marquee. Indirectement autrui, par le moyen de sa raison et de ses jugements sur le monde, influence la raison du moi dans ses choix. La raison etant le principal moyen de canaliser les desirs, autrui influence donc sur les objets de nos desirs car en influencent la raison il influence ces jugements, et en influencent ces jugements il influence le choix des objets juges desirables.

Autrui transforme donc nos besoins en veritables desirs par son influence sur notre raison, et le veritable enjeu du desir et en fait d’etre desire, d’etre l’objet d’une reconnaissance par autrui. Pour ce faire, la raison modifie ces jugements par rapport au desir et l’adapte au desir d’autrui pour etre reconnu et desire a son tour. Mais il existe des desirs qui ne sont pourtant pas sous l ‘influence d’autrui. Ces desirs ne cherchent pas a plaire mais a se faire plaisir, sans jamais vraiment atteindre leur but, par risque d’etre decu. Par exemple les passions, qui recherchent le plaisir a l’etat pur.

Les passions ne sont pas issues de tendances, ou encore d’un jugement, elles sont instinctives et sans grand controle de la part de la raison. Seulement malgre l’absence de controle les passions sont des desirs qui sont moraux, dans le cadre des m? urs. C’est pourquoi elles peuvent s’exprimer sans etre immorales car elles sont jugees digne d’etre desirees. Mais le desir reste un evenement violent et incontrole lorsqu’il se manifeste. C’est un evenement inquietant car il est depourvu de sens, il cherche a atteindre un but qui est soit inaccessible, soit qui le decevras forcement.

En effet l’objet du desir n’existe pas forcement et devient une chose impossible a atteindre et cette recherche incessante d’une chose inexistante detruit petit a petit, ou alors l’objet du desir est bien reel et lorsque que le desir peut enfin se satisfaire il sera inevitablement decu et sera condamner a rechercher un autre objet a desirer. Les desirs sont donc incontrolables et peuvent s’opposer a la raison. Cette opposition peut donc amener le sujet a ce qui lui fait le plus horreur sans vraiment le vouloir.

Ne produisant aucun effet utile et n’ayant besoin d’aucune necessite naturelle, il devient bestial. Cette bestialite vient donc de chacun de nous, emanant de desirs s’etant opposer a la raison. Ces desirs ne sont donc pas sous l’influence d’autrui, car ils ne sont plus sous l’influence de la raison. Sans cette influence le desir et son objet deviennent interchangeables, ils n’ont plus de consistances, ils ne sont plus differenciables, le desir devient une chose immorale et autonome. Or l’objet du desir n’est qu’une pure vacuite, ce n’est pas un objet precis, ce qui condamne le desir a le chercher sans cesse.

Ce n’est plus une tendance orientee vers un objet mais la conscience d’une insatisfaction continuelle. Le desir n’existe que d’homme a homme et non d’homme a objets, et le libre-arbitre de l’homme lui permet de decider de ses choix sans aides. Les desirs sont des phenomenes dont on ne prend conscience que lorsqu’ils se manifestent, tout comme l’inconscient qui grace a ses manifestations peut prouver son existence. Etant des phenomenes inconscients, les desirs ne peuvent etre controles que par les systemes internes de control de l’esprit.

L’influence d’autrui n’intervient donc pas dans ces controles, et il est possible a l’esprit de desirer autre chose que ce qui est juge desirable par autrui. Le desir est une attirance vers un objet, mais l’objet desire n’est pas forcement digne d’etre desire car il peut etre immoral ou encore inexistant. L’esprit a donc besoin d’un canalisateur afin de juger si les desirs sont bons ou mauvais, ce canalisateur est la raison. La raison emet un jugement qui permet aux desirs immoraux de ne pas s’exprimer et d’etre rejeter par l’individu.

Mais parfois les jugements de la raison ne sont pas objectifs et elle a donc besoin d’un point de repere, ce point de repere c’est autrui qui grace a ses desirs et a sa vision du monde, influence la raison dans ses choix, car si autrui les trouves raisonnables, elle peut egalement les accepter. Elle s’adapte pour que les desirs qu’elle jugent soient similaires a ceux d’autrui car l’enjeu ultime du desir etant d’etre desire, d’etre l’objet d’une reconnaissance par autrui, alors en ayant les memes desirs qu’autrui il devient un objet susceptible d’etre desire a son tour.

Mais on ne peut pas desire que ce qui a du prix pour autrui, les desirs ont des manifestations violentes et parfois incontrolables, ils peuvent s’opposer a la raison et ainsi echapper a l’influence d’autrui. Les desirs sont donc soumis a aucun jugement et deviennent autonomes. Ces desirs ne sont plus bases sur la valeur des choses pour autrui mais sur leurs propres perceptions de leurs objets. Il est donc possible ne pas desire seulement ce qui a du prix pour autrui, mais la plupart de nos desirs sont orientes vers ce qui a du prix pour autrui.