philo2

philo2

Une société peut-elle se passer de religion ? Introduction : Etymologie ambiguë du mot « religion » : Religare (relier) : la religion relie les hommes à Dieu ou les hommes entre eux. La religion a donc un aspect social (des pratiques rituelles et la création d’une communauté) l) La religion, nécessaire à la société p g 1. La religion est sou conduite La religion est une so porte une ligne de effet La croyance forme avant tout des bases éducatives comprenant un ensemble de valeurs dont la liberté, l’égalité, le respect.

Dans certaines, des rites se voient enseignés aux futurs adeptes tels que la prière ors des repas. Autant de manières pouvant par la suite s’inclure dans les cultures traditionnelles avec, par exemple, l’interdiction de mettre les coudes sur la table, ou mieux ne pas planter ses baguettes dans les bols de riz (coutume japonaise). Toutefois La religion ne se limite pas à ancrer des valeurs au sein même de la société. La religion permet apporter du soutien moral, psychologique, et surtout une voie à suivre à tous les croyants.

Les religions vont en effet imposer un Dieu, dans le cas des religions monothéistes, ou des Dieux, dans celles polythéistes, ervant de

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
modèle, de repère. Ces Dieux vont jouer le rôle d’un père, d’un éducateur et la religion va alors avoir comme fonction de donner aux fidèles une ligne de c conduite à suivre afin d’avoir, par exemple, la possibilité d’entrer dans le monde de Dieu après la mort et d’être ainsi reconnu par celui-ci. La religion permet donc à l’individu d’apprendre des leçons de vie et de morales pour avoir une vie sans reproche. . Elle donne de l’espoir aux hommes, ce qui leur permet d’affronté les difficultés auxquelles ils sont soumis Les personnes croyantes dans la société ressentent grâce ? a religion un sentiment de réconfort car ils considèrent qu’il existe une personne infiniment parfaite qui a un pouvoir sur les événements et sur le monde. En effet la religion a pour but de donner de l’espoir aux hommes de les aider à affronter les difficultés auxquelles ils sont soumis.

Par exemple la religion du peuple a pu être un instrument et un secours extraordinaire pour les plus pauvres, les plus démunis, qui trouvaient encore force et courage de lutter contre les pires calamités dans la prière et l’espérance d’un monde meilleur. De plus les trois vertus héologales de la chrétienté,  » la foi, l’espérance et la charité ont guidé les pas de multitudes dhommes et de femmes, les ont aidés à faire des choix et à accepter l’inéluctabilité de leur condition.

Dans toute religion les croyants vivent avec l’espoir qu’une vie après la mort puisse exister, ainsi les hommes vivent en acceptant leur mauvaises conditions de vie, réussissent ? affronter les difficultés auxquelles ils sont soumis en espérant que leur vie après la mort sera meilleure. Cela pe 2 difficultés auxquelles ils sont soumis en espérant que leur vie après la mort sera meilleure. Cela permet aussi aux hommes de mieux accepter leur mort. 3.

La religion unit les hommes La religion relie, réunit, rapproche les hommes, les femmes et même les peuples dans une même communion de pensée autour dun idéal spirituel, comme peut tout aussi bien le faire un idéal dune autre nature comme les idéologies, les communautés d’intérêt intellectuel, etc… La croyance religieuse pure, en tant que simple démarche de l’esprit ou de la pensée humaine, possède une force, un pouvoir de rapprochement des hommes autour d’un idéal commun qui peut être un instrument majeur ‘amour, de concorde, de solidarité et de paix.

La croyance religieuse a pu contribuer grandement au développement des sociétés humaines et de la paix. L’homme a besoin de ce stimulant. La loi chrétienne par exemple, fondée sur les dix commandements, a donné des règles de conduite, des règles de vie, une peur du châtiment, qui ont contribué à harmoniser les relations entre les humains et à établir la civilisation et la paix. La religion permet donc de donner aux membres d’une même société des valeurs, des lois, des symboles communs. Elle a un ôle de ferment social, elle soude la collectivité. Il) La religion, frein à la société 1.

La religion peut favoriser l’intolérance (fanatisme religieux) de par ses dogmes Force est de constater que la plupart des religions ont souvent divisé en tout temps les peuples. En 3 de constater que la plupart des religions ont souvent divisé en tout temps les peuples. En effet l’obstination de la part de certains religieux de croire qu’ils détiennent la vérité, en voulant l’imposer au reste du monde, mène inévitablement au conflit. La religion peut servir de prétexte mais seule la soif du pouvoir, ou ‘autres sentiments discordants, est la cause de tous les conflits religieux.

Il y a de la part de certain croyant une déformation progressive des écrits originaux, au profit de ceux qui ne veulent servir que leur propre gloire. On observe alors de part ces mauvaises interprétations une attitude de la part de certains fanatiques consistant à refuser aux autres la liberté d’exprimer leurs opinions qu’ils jugent fausses. Ces fanatiques vont alors avoir la volonté de réprimer par la force les idées qu’il ne partage pas et essayer d’imposer les leurs. Cela montre bien que par ertains aspects la religion peut favoriser l’intolérance et diviser la société. . La religion est une illusion née de la misère réelle des hommes, pour leur servir d’idéologie consolatrice Au XIXe siècle, Marx va défendre l’idée dans Critique de la philosophie du droit de Hegel que la religion n’est qu’une une illusion créé par Ihomme afin de combler un manque. II va dire de la religion qu’il s’agit de « l’opium du peuple c’est à-dire qu’elle sert de « bonheur illusoire du peuple » afin de consoler de la misère réelle des hommes.. Karl Marx juge que la religion est une illusion qui 4