Philo commentaire

Philo commentaire

« Peut-on ne pas etre soi-meme ? » Souvent les gens de notre entourage ou du moins ceux qui nous connaissent un minimum nous disent « soit toi-meme » lorsque nous changeons d’attitude en presence d’inconnus ou dans des circonstances inhabituelles, nouvelle attitude ou nouveau comportement qu’ils ne connaissent pas. Cette expression « etre soi-meme » est beaucoup utilisee mais certainement de facon peu ou pas reflechie, et il n’est pas evident de savoir ce qu’elle signifie exactement.

En effet, par cette expression, nous voulons souvent dire que nous ne nous maitrisons plus, que ce n’est plus nous. Cependant est-ce que cette definition courante, familiere est correcte ? Que signifie reellement « etre soi-meme » ? Si nous ne le sommes pas ou plus, comment devenir ou redevenir soi-meme ? Et inversement, que veut dire ne pas etre soi-meme ? Mais tout cela nous ramene a une question : « Peut-on ne pas etre soi-meme ? », question designant ici la possibilite et non le droit et le verbe « etre » renvoie a la notion d’identite personnelle.

A priori, « ne pas etre soi-meme » est absurde et une evidence apparait : je suis moi et je ne peux pas etre quelqu’un

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
ou quelque chose d’autre en meme temps. La question suppose donc qu’il est difficile voire impossible de ne pas etre soi-meme. Toutefois, sur quelle definition nous basons-nous pour dire que nous ne sommes pas nous-meme ? Plusieurs sens peuvent-etre attribues a « soi-meme ». Est-ce que etre soi-meme c’est etre comme les autres nous voient au quotidien ? Dans ce cas ci, nous sommes ramenes a la definition courante, familiere du soi-meme.

Lorsque certaines personnes nous disent d’etre nous-meme, ils ont ce sens la du soi-meme a l’esprit et attendent de nous que nous reprenions notre attitude, notre comportement « normal », celui qu’ils connaissent. Le « soi-meme » representerait alors l’image que nous renvoyons de nous, mais est-ce que ce qui nous apparait de nous n’est pas qu’une apparence de ce que nous sommes vraiment, de notre reelle personnalite, et dans ce cas, le « soi-meme » ne serait qu’une illusion et non pas notre etre ; nous ne renverrions alors qu’une image de nous meme, je serais autre que le moi-meme qui m’apparait immediatement ?

Ce raisonnement nous amene a une seconde definition possible du « soi-meme ». Est-ce que etre soi-meme c’est etre naturel, spontane ? D’autres gens pensent que pour etre soi-meme, il suffit de ne pas reflechir pour agir, de ne pas controler ses faits et gestes, et j’en passe. En resume, pour ces gens la, il faut etre authentique pour etre soi-meme. Mais si nous n’arrivons pas a etre authentiquement soi, c’est que le soi est cache, ue nous n’avons pas le droit de l’exprimer et cela devient un probleme social, probleme introduisant un troisieme sens du « soi-meme ». Est-ce que etre soi-meme c’est ne pas etre influence par les autres, la mode, la publicite, et en general par la societe ? La societe joue un role important sur nous, nous pouvons presque dire qu’elle dicte nos vies, qu’elle nous conditionne. En effet, nos opinions, nos actes, nos pensees, meme s’ils nous semblent personnels, sont determines par le monde exterieur tant que nous ne les avons pas remis en question ou critiques.

Par exemple, prenons le cas typique de la publicite : de maniere tout a fait paradoxale, de nombreuses publicites interpellent l’individu consommateur en lui enjoignant d’« etre lui-meme », sans se soucier des autres, de la societe, de la mode ou de la publicite ; il ne s’agit donc pour les publicitaires que de flatter l’ego du consommateur qui veut se penser encore comme un individu unique, libre. Ces discours nous commandent d’etre authentiques, spontanes, naturels, mais sommes-nous vraiment authentiques si nous suivons ce que nous recommande la publicite d’etre ?

Et si nous ne voulons pas etre diriges par la societe, comment s’en defaire et comment savoir que nous sommes enfin nous-meme puisque nous baignons dans une societe de consommation depuis notre naissance. De plus, certains croient que nous sommes nous meme au quotidien car sous l’influence de quelques substances, nous sommes differents et nos comportements changent de d’habitude. Alors, est-ce que etre soi-meme c’est la facon d’etre lorsque nous nous oublions, lorsque nous ne nous controlons plus ?

Beaucoup de gens pensent que lors de soirees trop arrosees ou lorsque nous avons pris de la drogue ou autre substance pouvant affecter notre comportement, nous ne sommes plus nous-meme car nous sommes differents de tous les jours, de ce qu’ils connaissent de nous. Mais est-ce vraiment le cas ? Chez la plupart des gens, l’alcool desinhibe. Donc quand nous sommes sous l’effet de l’alcool, nous devoilons notre veritable nature car nous ne nous soucions plus du regard, de l’opinion des autres. Ceci nous ramene alors au probleme social enonce plus haut, c’est-a-dire que nous pouvons etre nous-meme sans etre influence ou preoccupe par les autres.

Par exemple, une personne tres calme voire timide habituellement peut s’averer etre exuberante sous les effets de l’alcool, et sa veritable nature serait alors cachee sous une image qu’elle essaierait de donner aux autres. Ensuite si nous jouons sur le sens d’etre soi, nous pouvons pousser a la conscience de soi, et ainsi repondre a la question : comment devenir ou redevenir soi-meme ? D’abord, pour que quelque chose soit, il faut en avoir conscience et souvent nous en prenons conscience en comparant sa situation ou sa facon de vivre ou sa facon d’etre par rapport a celle(s) des autres.

Par exemple, dans certaines civilisations, a certaines epoques, dans certaines regions, il suffisait que le chef de famille ou le chef de tribu, se pensant bien nanti, subvienne aux besoins des gens qui dependaient de lui (assez nourris, loges, vetus pour ne pas souffrir de la faim et du froid), mais des qu’ils etaient confrontes a une famille ou une tribu plus riche, plus aisee, plus « confortable », la notion d’insatisfaction est apparue et il a pris conscience de son inferiorite sans la societe.

Donc, pour etre soi-meme, il faut commencer par prendre conscience de soi, de notre veritable identite. Mais cela ne suffit pas pour etre soi-meme, en plus de la conscience de soi, il faut egalement se connaitre. La connaissance de soi est le savoir qu’une personne acquiert sur elle-meme au cours de sa vie a l’occasion de ses experiences, mais la tache est d’autant plus difficile que le sujet connaissant et l’objet a connaitre sont confondus.

Ainsi, pour qu’une personne soit elle-meme, il faut qu’elle prenne conscience de son etre, mais aussi qu’elle fasse preuve d’esprit critique et d’objectivite pour se connaitre. De plus, si « etre soi-meme » c’est etre conscient de soi et se connaitre dans les moindres details suite a nos actes et nos choix, alors nous ne naissons pas nous-meme, mais nous devenons nous-meme avec nos paroles, nos gestes…

Cependant, si quelqu’un souhaite devenir lui-meme, c’est qu’il ne l’est pas encore. Ceci nous amene alors a nous demander quand ne sommes nous pas nous meme ? D’apres ce qu’il vient d’etre enonce, « etre soi-meme » consiste a la conscience intime et a la connaissance parfaite de soi, alors « ne pas etre soi-meme » consisterait a soit ne pas avoir conscience de soi, soit ne pas se connaitre parfaitement, soit les deux.

Donc, d’abord, nous ne sommes pas nous-meme a la naissance, au premier instant de notre vie car nous n’avons aucun choix, acte a faire, ni aucune experience sur laquelle nous appuyer pour nous connaitre. Ensuite, il est possible de ne pas etre nous-meme lorsque nous jouons un role, que le personnage que nous interpretons n’est pas nous et encore pour que ce soit le cas, il faudrait qu’aucun detail de notre personnalite ne ressorte.

Enfin, lorsqu’une personne est atteinte d’une maladie mentale qui affecte son comportement, elle n’est pas forcement elle-meme car elle a conscience de son etre mais ne le connais plus et ne sait donc pas comment se comporter pour etre elle-meme. Par exemple, quelqu’un souffrant du dedoublement de la personnalite n’a pas vraiment de lui-meme au sens ou il se comporte differemment selon l’une des deux personnalites qui domine a un instant donne, ainsi nous pouvons considerer qu’il n’a pas vraiment de soi.

Pour conclure, la reponse a la question « Peut-on ne pas etre soi-meme ? » est delicate. En effet, elle depend de la definition que nous donnons a « soi-meme ». Cependant, nous arrivons a nous demander s’il y a vraiment un moment ou nous sommes vraiment nous, puisque nous changeons tout le temps. Par exemple au niveau des relations sociales, serons nous nous meme en face de notre proviseur, la veille d’un examen, face a nos parents, … en fait chaque situation est en soi une part de nous-meme qui s’exprime

Donc, l’homme est ce qu’il veut etre, il n’a pas de comportement veritable, il peut inventer sa conduite, rien n’est determine en lui a l’avance : c’est sa conscience qui s’adapte au reel, qui le fait agir. Sa conscience fait partie de lui, il peut par consequent changer de comportement, d’attitude face a une realite elle aussi changeante mais rester lui-meme. Donc l’homme n’a de cesse de changer mais le soi s’exprime toujours d’une facon ou d’une autre sauf dans certains cas tres particuliers tels que la maladie ou la naissance.