Philo

Philo

|Definition de concept. Comment Shiffrin et Atkinson |Vrai ou faux. La memoire sensorielle contient la |Vrai ou faux. Nous entendons une personne parler mais | |appellent-ils la memoire qui conserve momentanement |totalite de l’information brute, non decodee, |nous ne comprenons pas immediatement le sens de ses | |des representations precises de l’information |transmise par les sens. |paroles. Ce n’est qu’un instant plus tard, alors | |sensorielle ? | |qu’elle s’apprete a repeter, que nous la comprenons | Indice : elle contient une trace des stimulations qui |VRAI. |tout a coup. Selon Shiffrin et Atkinson, l’information| |peut se maintenir pendant ? seconde pour la vue et 2 | |auditive se trouvait entre temps dans notre memoire a | |secondes pour l’audition. | |court terme. | | | | | |Memoire sensorielle. |FAUX.  » Elle se trouvait dans notre memoire | | | |sensorielle. | |Vrai ou faux. Un soir d’ete a la campagne, vous voyez |Vrai ou faux. Dans le modele de Shiffrin et Atkinson, |Definition de concept. Comment Shiffrin et Atkinson | |une etoile filante. Elle vous apparait non comme un |toute l’information contenue dans la memoire |appellent-ils une memoire de capacite limitee, jouant | point, mais comme une ligne dans le ciel.

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
Ce phenomene|sensorielle est integralement transferee dans la |un role dans la retention de l’information pendant | |est produit par votre memoire sensorielle, qui vous |memoire a court terme. |quelques minutes ? | |fait « voir » a la fois la position qu’occupe | |Indice : cette memoire sert egalement a maintenir | |presentement l’etoile, ainsi que toutes celles qu’elle|FAUX.  » Il y a un processus d’attention qui |l’information recuperee de la memoire a long terme | a occupees durant la demi-seconde precedente. |selectionne l’information entre les deux. |pour une utilisation temporaire | | | | | |VRAI. | |Memoire a court terme. | |Question ouverte. Chez la plupart des gens, combien |Vrai ou faux. Dans le modele de Shiffrin et Atkinson, |Vrai ou faux. Lorsque la memoire a court terme est | d’elements d’information independants la memoire a |l’information dont on est presentement conscient se |remplie, le fait d’ajouter de nouveaux elements | |court terme peut-elle retenir a un moment precis ? |situe en memoire a court terme. C’est pourquoi on |d’information fait disparaitre certains des elements | | |appelle cette memoire la memoire de travail. |qui s’y trouvaient deja. | |Sept, plus ou moins deux. | | | |VRAI. |VRAI. | |Question ouverte. A quelle partie de l’ordinateur |Definition de concept. Comment Shiffrin et Atkinson |Vrai ou faux. La memoire a long terme contient une | |compare-t-on parfois partiellement la memoire a COURT |appellent-ils la memoire intervenant dans la retention|reproduction fidele des evenements que la personne a | |terme ? |de l’information pendant de longues periodes ? |vecus. | | | | | La memoire vive. |Memoire a long terme. |FAUX.  » Au contraire, la memoire a long terme contient| | |(Sans blague ! ) |une reconstruction subjective de l’information. | |Vrai ou faux. La memoire a long terme contient des |Question ouverte. La preuve que la repetition favorise|Definition de concept. Comment appelle-t-on le | |souvenirs qui peuvent durer durant presque toute la |le stockage de l’information en memoire a long terme |processus par lequel un individu selectionne, | vie d’une personne, meme si elle vit plus de cent ans. |est que tout le monde dans la classe se souviendra |simplifie, reorganise et complete l’information | | |pendant toute sa vie que la capitale de la Mongolie |enregistree en memoire, tout en ayant l’impression de | | |est… |la reproduire fidelement ? | |VRAI. | |Indice : ce processus peut engendrer de faux | |Oulan-Bator. |souvenirs. | | | | | | | |Reconstruction subjective de l’information. | |Vrai ou faux. Le stockage d’une information en memoire|Vrai ou faux. Les souvenirs-eclairs sont les souvenirs|Question ouverte.

A quelle partie de l’ordinateur | |a long terme demande une repetition occasionnelle, |d’evenements particulierement marquants, pour un |compare-t-on parfois partiellement la memoire a LONG | |tandis que le maintien exige une repetition frequente. |individu ou pour toute une collectivite. Ces souvenirs|terme ? | | |sont reconnus comme etant a la fois tres intenses et | | | |particulierement fiables. |Le disque rigide. |FAUX.  » C’est le contraire : le stockage demande une | | | |repetition frequente et le maintien une repetition |FAUX.  » Ils sont intenses, mais pas tres fiables : ils| | |occasionnelle. |peuvent aussi faire l’objet d’une reconstruction | | | |subjective. | |Definition de concept. Comment appelle-t-on la |Definition de concept. Comment appelle-t-on la |Definition de concept. Comment appelle-t-on la | |tendance lors du rappel d’une liste d’elements a |tendance lors du rappel d’une liste d’elements a |tendance lors du rappel d’une liste d’elements a | |retenir davantage les PREMIERS elements ? |retenir davantage les DERNIERS elements ? |retenir plus frequemment les PREMIERS et les DERNIERS | | |elements au detriment de ceux qui se situent au milieu| |Effet de primaute. |Effet de recence. |de la liste ? | | | | | | | |Effet de position serielle. | |Definition de concept. Comment appelle-t-on le |Definition de concept.

Comment appelle-t-on le |Vrai ou faux. Plus il y a de liens entre des elements | |stockage en memoire d’elements d’information classes |stockage des elements d’information en memoire l’un a |memorises et plus il sera facile de se rappeler de | |dans des categories qui s’emboitent les unes dans les |la suite de l’autre, dans l’ordre chronologique, |chacun d’entre eux. | |autres, de la categorie la plus generale a la plus |chaque element n’ayant de lien qu’avec celui qui le | | |specifique ? |precede et celui qui le suit ? |VRAI. |Indice : cette forme d’organisation est plus efficace,|Indice : l’alphabet, par exemple, est stocke de cette | | |car elle cree plus de liens entre les elements |maniere en memoire a long terme. | | |memorises. | | | | |Organisation lineaire. | | |Categorisation semantique. | | |Definition de concept. Comment appelle-t-on les |Definition de concept. Comment appelle-t-on les |Definition de concept. Comment appelle-t-on les | |elements de la memoire associes a l’accomplissement de|souvenirs se rapportant a des evenements vecus et au |connaissances generales encodees par le langage ? | |taches ou a des habiletes ? |contexte dans lequel ils ont eu lieu ? |Indice : L’enonce « Samuel de Champlain a fonde la | |Indice : on appelle cela aussi le « savoir-faire ». Indice : se rappeler de sa premiere journee a l’ecole |ville de Quebec en 1608 » appartient a ce type de | |Indice : savoir attacher ses chaussures appartient a |appartient a cette categorie de connaissances. |connaissances. | |ce type de connaissances. | | | | |Connaissances episodiques. |Connaissances semantiques. | |Connaissances procedurales. | | |