Peut-on etre sur d’avoir raison ?

Peut-on etre sur d’avoir raison ?

Quelques elements de reflexion sur ce sujet. Les eleves ont peut-etre eu d’autres idees tout a fait interessantes, et fait des plans varies : l’important est de s’etre bien interroge sur les termes de l’enonce. Le sujet pose le probleme de l’acces a la verite : quels sont les criteres du jugement vrai ? Par quels moyens peut-on acceder au vrai ? On pourrait reformuler la question ainsi : « La certitude d’avoir raison permet-elle d’affirmer que l’on est effectivement dans le vrai ? »

Pour bien traiter ce sujet, je pense qu’il faut partir d’une reflexion sur la formule « etre sur de ». Elle peut etre comprise a des niveaux differents et c’est cela qui peut influer sur votre reponse : – Si on definit la certitude a son plus haut degre : elle provient ici d’une demonstration qui ne laisse aucune place au doute (par exemple, suite a un raisonnement mathematique ou a une experimentation conduite avec rigueur, methode) : Ici je peux etre sur d’avoir raison cad que mon dee ou ma theorie sont conformes a la realite. On peut ici penser au rationalisme de Descartes et au role capital du doute visant a eliminer l’erreur de nos

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
jugements. On peut toutefois objecter qu’au sens strict, l’homme ne peut jamais etre absolument certain de ses theories, les sciences evoluent d’ailleurs par la critique de theories que l’on croyait certaines. – Si on definit la certitude comme l’adhesion subjective de mon esprit pour des raisons morales, on arrive a ce qu’on pourrait appeler une conviction personnelle.

Cette conviction peut etre fondee sur des arguments (dont il convient de juger de la valeur), sur mon experience personnelle… Ici on voit bien que la certitude n’est pas objective, elle depend de celui qui la detient : On n’est jamais sur ici d’etre dans le vrai par contre on peut croire qu’on detient la verite : ceci peut renvoyer au dogmatisme (vouloir imposer « ma certitude » comme la verite = danger) – Si on definit la certitude a son plus bas egre (dans son usage le plus courant mais qui est sans doute le plus inapproprie), on aboutit a la croyance, l’opinion. Ici la certitude peut confiner a l’aveuglement, au refus de reflechir, de douter. Etre sur d’avoir raison ce serait ici se condamner a ne jamais trouver la moindre verite (voir par exemple le celebre echange de lettres entre Spinoza et Boxel a propos de l’existence des spectres : Boxel est « sur » de l’existence des spectres.

Malgre tous les efforts de Spinoza pour l’en faire douter, il restera accroche a sa croyance) Etre sur d’avoir raison dans ce sens-la, ce serait alors refuser la critique, le dialogue … moyen primordial pourtant dans la quete de la verite (Socrate, Platon). Voila, ce sont des pistes de reflexion a partir de l’enonce … Je me permets d’ajouter cette belle phrase de Renouvier « Il n’y a pas de certitude, il n’y a que des hommes certains », ceci rejoint bien l’interrogation sur la difficulte pour l’homme d’acceder a la verite.