Petrole, quel futur?

Petrole, quel futur?

Le 8 mars 2006, la Commission europeenne a lance un processus de reflexion sous forme de Livre Vert sur la politique de l’Union Europeenne en matiere energetique. Cette reflexion a debouche sur une mise en evidence des points de convergences des 25 pays membres qui sont la diminution des Gaz a effet de serre, une efficacite energetique et une diversification des energies. Cette volonte d’harmoniser la politique en matiere energetique montre bien qu’on entre dans une ere nouvelle de consommation des combustibles fossiles.

Le petrole est un combustible fossile, tout comme le gaz et le charbon, qui s’est accumule pendant des millions d’annees dans le sous sol, en particulier pendant la carbonifere (- 354 a – 290 millions d’annees). Les stocks de petrole sont en quantite limitee et le petrole est une energie epuisable. Cependant la consommation de cette energie ne cesse de croitre, les chances de decouvrir de nouveaux gisements diminuent, et les conditions d’extraction sont de plus en plus onereuses. Les pays du nord ont fonde leur industrialisation sur l’exploitation des ressources naturelles, en particulier energetiques.

Les pays emergents comme la Chine et l’Inde empreintes la meme voie. L’energie parait donc necessaire au developpement. Les combustibles fossiles restent les principales sources

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
d’energie utilisees, en particuliers le petrole, premiere source d’energie mondiale (81% de la demande mondiale de combustibles fossiles (charbon, gaz, petrole) en 2004, dont 35% pour le petrole). Cette augmentation de la demande mondiale de petrole et la rarefaction de celui-ci entrainent une augmentation des prix sur les marches.

Le rechauffement climatique et l’augmentation des prix du petrole pousse a la recherche de nouvelles energies. Le developpement durable qui se definit comme la reponse aux besoins des generations du present sans compromettre la possibilite, pour les generations futures, de pouvoir repondre a leurs propres besoins, cherche a apporter ces alternatives. Face a l’augmentation des prix du petrole et a l’augmentation incessante de la demande de petrole sur les marches petroliers, certains pronent la fin du petrole, pourquoi ?

Comment, alors que la demande mondiale de petrole et la dependance petroliere mondiale sont au plus fort, se preparer a la fin du petrole ? Pour repondre a ces questions, il est imperatif de se demander si la fin du petrole est une realite dans une premiere partie, puis, dans une seconde partie, de se tourner vers les energies alternatives et leurs limites. Partie 1 : La fin du petrole, une realite incontournable ? Il s’agit ici de montrer qu’il existe d’une part des phenomenes, comme les chocs petroliers, ou les variations sur les marches petroliers qui montrent que le petrole est une ressource instable.

D’autre part, il existe des methodes de calcul de la production petroliere prevoyant une decroissance de la production de petrole. A. Rarefaction, prix et marches petroliers, Nous consommons chaque annee plus de 80 millions de baril (150 litres de petrole) dans le monde. On estime aujourd’hui de 1 a 1,2 millier de milliard de barils les reserves de petrole dites prouves, soit 150 milliards de tonne environ, ou encore a une production d’une quarantaine d’annees au rythme actuel.

Les marches petroliers (il en existe 7 ou le petrole brut ou ces derives circulent) sont des marches oligopolistiques. De ce fait et pour d’autres raisons que nous allons evoquer, il existe une variation des prix du petrole. Cette variation du prix peut provenir de la rarefaction des reserves de petrole, mais pas uniquement. Les reserves sont tres inegalement reparties sur la planete. En effet, plus du tiers des reserves sont situees au Proche-Orient. 1. Reserves de petrole ; donnees controversees par deux courants de pensees

Il existe deux courants de pensee concernant les reserves de petrole ; les optimistes et les pessimistes. Le groupe des optimistes est essentiellement constitue d’economistes tels que Morris Adelman et Michael Lynch, du Massachusetts Institute of Technology (MIT). Ils font tout d’abord remarquer que les previsions passees de rarefaction des ressources ont toujours ete dementies. Ainsi, a la fin du XIXe siecle, de nombreux experts prevoyaient l’arret d’un developpement industriel fonde sur l’energie du charbon, dont les reserves etaient alors estimees a vingt ans de production de l’epoque.

En 1979, British Petroleum (BP) publiait une etude faisant apparaitre un pic de la production mondiale de petrole (hors URSS) en 1985. Les optimistes observent ensuite que la majeure partie des forages d’exploration est realisee dans des pays deja tres explores. De plus, les reserves obtenues par des techniques de mise en production modernes et par la reevaluation des reserves de gisements anciens coutent souvent moins cher a exploiter, en particulier au Proche-Orient, que celles obtenues par exploration.

Les pessimistes sont, pour la plupart, regroupes au sein de l’Association pour l’etude du pic petrolier et gazier (Association for the Study of Peak Oil and Gas, ASPO). Ils insistent tout d’abord sur le caractere politique des reevaluations de reserves effectuees en 1986-1987 par les membres de l’Organisation des pays exportateurs de petrole (Opep), et qui ne correspondent pas a de veritables reserves prouvees. Ils considerent que le pic de la production mondiale se situera entre 2005 et 2010, a un niveau de l’ordre de 90 millions de barils/jour, tous hydrocarbures naturels confondus. . Demande mondiale et prix du petrole : une affaire de marche ! La dependance petroliere represente aujourd’hui 38% de la consommation mondiale energetique. Et ce pourcentage devrait s’accentuer d’ici a 2030 (Cahiers Francais n°337). La dependance petroliere des Etats-Unis (67% en 2005) et celle de l’Union europeenne (84% en 2005) devraient s’accentuer en raison de la taille modeste des reserves de petrole en Amerique du Nord, et en Europe. De plus, l’arrivee sur le marche petrolier de nouveaux consommateurs majeurs comme l’Inde et la Chine n’arrange pas ces estimations.

En effet, en 2005, la consommation de la Chine etait deja a plus du tiers de celle des Etats-Unis, sa dependance petroliere est de 47%, celle de l’Inde est a 67%. Face a une demande mondiale elevee, l’offre de petrole, et donc l’approvisionnement en petrole, est dominee par un petit nombre de producteurs. En effet, le marche petrolier est un marche oligopolistique, avec un grand nombre de demandeurs c’est-a-dire de consommateurs de petrole, face a un petit nombre de producteurs, donc d’offreurs de petrole. La fixation des prix du petrole est complexe.

Le petrole s’exporte a l’etat brut, on parle alors de prix du petrole brut. Depuis les annees 1970 et la nationalisation des moyens de production de petrole brut, la vente de brut s’opere soit d’Etat a Etat, soit par contrat d’Etat a societe petroliere, soit d’Etat a negociant qui revendent le petrole sur les marches mondiaux. Ces strategies de commercialisation font le plus souvent references a des formules de prix basees sur les cours internationaux. 3. Comment expliquer l’augmentation du prix du petrole depuis les annees 70 ?

Depuis 1973, plusieurs evenements historiques permettent d’expliquer en partie l’evolution des prix. Le 5 octobre 1973 marque le debut de la guerre du Yom Kippour entre la Syrie, l’Egypte et Israel. Les pays du moyen orient producteurs de petrole reduisent leurs productions, le prix de reference de l’epoque passe de 2,59 dollars par baril a 11,65 dollars par baril de septembre 73 a mars 74. Ce choc petrolier entraina une crise economique globale au cours des annees 1970. Les prix eleves entrainerent une reduction de la demande et surtout le debut de l’exploitation de nouveaux champs petroliferes.

La revolution iranienne puis la guerre entre l’Iran et l’Iraq furent des evenements influencant fortement la hausse vertigineuse des prix du petrole du fait de la reduction considerable des exportations de ces pays : de 14 dollars americains/baril en 1978 a 35 dollars americains/baril en 1981. Depuis 1987, la volatilite des prix a augmente et il semble peu probable qu’elle puisse etre reduite a court terme (sauf recession aux Etats-Unis). Cependant, si les anticipations sont correctes, les « chocs » petroliers importants pourraient etre evites.

C’est la position de l’Agence internationale de l’energie (AIE), qui presente une vision optimiste des productions possibles a l’horizon 2030. C’est aussi l’hypothese des scenarios de Shell, qui supposent un developpement suffisamment rapide des energies renouvelables. Mais une analyse differente est proposee par des auteurs inquiets. Pour eux, l’apparition d’un pic de la production petroliere mondiale, ou la simple prise de conscience de sa venue, risque de se traduire par un troisieme « choc », dont la brutalite dependra du degre d’anticipation.

B. Le paek oil ou la decroissance de la production de petrole 1. Definition du peak oil La fin du petrole est un evenement clair. Il s’agit du moment ou ce combustible, non renouvelable, sera epuise. Fin tres dramatique decrite dans le film a grand spectacle Mad Max (realise par G. Miler en 1979), qui montre des hordes sauvages allant jusqu’a s’entretuer pour les derniers litres de carburant. D’ici a 2015, la production journaliere de petrole va atteindre son maximum avant de commencer a decroitre, selon un phenomene qui s’appelle la depletion.

Le petrole ne fera qu’inaugurer une longue serie puisque gaz naturel, charbon et uranium vont suivre. 2. Les estimations du pic de production Le pic de production mondiale de petrole est un evenement qui ne se presentera qu’une fois dans l’histoire. Des 1956 le geologue Marion King Hubbert a su trouver une methode elementaire afin de predire, que le pic americain serait atteint en 1970. Cette methode reste encore utilisee aujourd’hui et est basee sur l’etude de la fonction de la courbe de Gauss. Cette derniere est divisible en deux parties de meme volume : La premiere moitie de la courbe correspond a la periode ou le petrole est facile a trouver et a extraire Le sommet de la courbe represente le moment du pic de production, c’est-a-dire le moment a partir duquel la production mondiale ne sera jamais plus elevee. – La deuxieme moitie simule la depletion. La donnee a connaitre etant le moment du pic de production. C’est a partir de ce point de non-retour a partir duquel les gouvernements devront faire face et prendre des mesures pour gerer l’inevitable, la fin de l’ere du petrole.

Ce moment du Peak Oil reste cependant tres difficile a prevoir car la consommation n’a pas une croissance constante, en effet avec des pays comme l’Inde et la Chine, il est clair que la consommation va doubler dans les dix prochaines annees. De plus, il reside une autre inconnue, celle des stocks et des reserves mondiales de petrole. Meme si la norme veut que les stocks des principaux pays n’excedent pas trois a quatre mois de consommations, les pays producteurs surestiment leurs reserves parfois dans des proportions considerables.

Les reserves petrolieres sont faites pour repondre aux objectifs de ceux qui les realisent. Ainsi un tiers des reserves declarees par l’OPEP n’existent pas. L’OPEP cree en 1960 est l’organisation des pays exportateurs de petrole et regroupe onze des plus importants pays producteurs du monde. Ses reserves representent les trois quarts de celles de la planete. 3. Que se passe t’il apres le passage du pic ? Il existe plusieurs scenarios qui peuvent etre regroupes en trois groupes : – dans le premier groupe, le prix est le principal regulateur entre l’offre et la demande ; c. : chocs petroliers de 73 (choc brutal) et 1979. – dans le deuxieme groupe, une action directe sur la demande peut etre envisagee afin de faire baisser les prix ; – dans le troisieme groupe, il s’agirait d’employer la force pour s’emparer des ressources petroliere (confere : Etats-Unis / Irak). L’ere de la fin du petrole est une realite economique et geologique a laquelle il faudra faire face. Le petrole se trouve dans chaque produit que nous consommons, il est donc primordiale de trouver une alternative au petrole pour les generations a venir.

L’augmentation de la demande d’energie entraine une augmentation des risques environnementaux. De plus, pour de nombreux analystes, le recours au petrole risque d’etre limite d’autant plus par les contraintes sur les Gaz a effet de serre (GES) que par la rarefaction de celui-ci. Partie 2 : Les energies alternatives ou la durabilite des energies Il existe une multitude de solutions qui permettent soit une economie d’energie, en modifiants certains modes de consommation, soit une substitution au petrole, en le remplacant par d’autres combustibles.

Cependant, la plupart de ces methodes presentent des inconvenients ou des limites. Le monde de l’apres petrole doit etre domine par des actions politiques, economiques et environnementales intelligentes et basees sur le progres technique et une coordination entre les pays. A. Un veritable « panier energetique » On ne parle plus d’energies alternatives mais de panier energetique c’est-a-dire qu’il ne faut ecarter aucune solution ou energie capable de remplacer le petrole.

Quelles sont ces solutions ? 1. Economie d’energie mondiale : une solution appliquee par de nombreux pays D’une maniere generale, les Etats doivent entamer une politique d’economie d’energie. Pour lutter contre l’epuisement des ressources energetiques et reduire les emissions de gaz a effet de serre, la premiere solution consiste a promouvoir les economies d’energie, en favorisant la diffusion d’equipements energetiquement efficaces et en encourageant des comportements sobres.

La mise en ‘ uvre d’economie d’energie passe par la mise en ‘ uvre de mesures reglementaires, par des programmes d’information et des incitations financieres comme des subventions ou des deductions fiscales ( bonus malus ecologique mis en place par JL Borloo, ministre de l’ecologie, dans le cadre du Grenelle de l’environnement). Les gisements d’economie d’energie sont particulierement importants dans les pays en developpement. La Chine s’est d’ailleurs fixee l’objectif de reduire son intensite energetique en unite de PIB de 20% entre 2005 et 2020. (Source : Cahiers Francais n°337) 2.

Substitution du petrole par d’autres combustibles ou le nucleaire ? Une autre solution consisterait en une substitution du petrole aux autres combustibles fossiles comme le charbon ou le gaz. Produire du petrole avec du charbon est une solution adoptee par deux allemands en 1925 dite « Fischer Tropsch ». L’avantage de cette solution est que le charbon est mieux repartit sur l’ensemble de la planete que le petrole. La Chine a deja mis en ‘ uvre cette solution avec la liquefaction du charbon, ainsi que le Canada et le Venezuela avec l’utilisation des sables bitumeux. Ces solutions ne permettent neanmoins pas de lutter efficacement contre le echauffement climatique. La technique du captage stockage permet toutefois de diminuer l’emission de CO2 generee lors de la combustion du charbon. L’energie nucleaire presente l’avantage de ne pas emettre de gaz a effet de serre. Mais, en raison des risques associes a ce type d’energie (accidents, fuites, dechets radioactifs,…) et la faiblesse des ressources en uranium (mauvaise repartition sur la planete de l’uranium, detournement de certains pays de cette energie en arme massive,…), un basculement vers cette source d’energie n’est pas prevue dans les pays industrialises. . Les energies renouvelables ne presentent pas que des avantages. Les energies renouvelables ont l’avantage d’etre inepuisables, tres abondantes et bien reparties sur l’ensemble de la planete. Cette solution deja mise en place par les Etats-Unis et l’Europe consiste en l’utilisation de biocarburants qui sont des carburants d’origine vegetale pouvant se substituer partiellement ou totalement au carburant petrolier.

Les biocarburants ont l’avantage de diminuer les emissions de gaz mais posent le probleme des surfaces agricoles et met en concurrence la production non alimentaire t la production alimentaire ce qui entraine des tensions sur les prix de production (augmentation de 60% des prix du sucre pour la production d’ethanol, +? 4% pour les cereales et +20% pour les huiles vegetales). Les emissions mondiales du secteur du transport pourraient progresser de 50% d’ici 2020 et de 110% d’ici 2050, dont une augmentation de 143% pour la Chine et 67% pour l’Inde.

Pour diminuer les emissions de CO2 dans le secteur du transport, plusieurs solutions peuvent etre mise en ‘ uvre. Ces solutions peuvent resulter de choix d’urbanisation, par exemple, produire des biens plus pres du consommateur pour eviter et diminuer les transport (arreter de consommer des peches en hiver, ou l’Orange d’Espagne,…) ou construire des villes plus denses ou les logements et les emplois sont moins distants pour limiter les deplacements quotidiens, ou encore favoriser le deplacement a velo a l’interieur des villes,…

Neanmoins, toutes ces solutions necessitent un changement dans les habitudes du consommateur, rien ne pourra changer tant que nos modes de consommation ne changeront pas. A l’echelle internationale, toutes ces solutions necessitent une cooperation et une solidarite mondiale. C’est ce que le protocole de Kyoto a essaye de faire, meme si les Etats-Unis ne l’ont pas encore ratifie, il restera la premiere etape d’un nouveau mode de consommation des energies. B. L’apres petrole, comment se preparer ? Il existe un certain nombre d’actions politiques et economiques qui permettent de se preparer au monde de l’apres petrole.

L’Inde par exemple montre la voie en matiere d’economie energetique et d’energie renouvelable. Meme les pays de l’OPEP commencent a realiser l’importance de l’economie d’energie. 1. Actions industrielles entreprises dans le cadre du developpement durable : l’exemple du Danemark La ville de Klundborg au Danemark abrite une experience interessant : quatre entreprises et la collectivite locale ont cree un reseau interdependant consistant a optimiser l’utilisation de l’eau, a economiser de l’energie et a reutiliser les dechets.

Cette action industrielle en faveur de l’environnement a commence dans les annees 60 avec l’arrivee d’une raffinerie consommant de grandes quantites d’eau pour son refroidissement. Celle-ci etait rejetee dans la riviere la plus proche ; l’usine voisine de production electrique alors demande a recuperer cette eau car le fait qu’elle soit chaude facilite le processus de purification qu’elle utilise. Un pipeline a donc ete installe. 2. Actions politiques : les Etats-Unis et l’ITER

Les Etats-Unis et leurs compagnies petrolieres ont naturellement beneficie d’une avance historique dans les domaines techniques, financiers et commerciaux. Leur poids actuel dans le secteur petrolier tient a la fois de cet heritage et de leur position de premier pays importateur au monde. Mais, en cas de sous-production, provoquee par la depletion, ce statut privilegie disparait. Le programme mondial ITER (International Thermonuclear Experimental Reactor) est un bel exemple de volonte commune a faire face aux besoins en energie electrique pour les annees a venir.

Horizon d’une possible mise en oeuvre industrielle : entre 2020 et 2060. Iter (le « chemin » en latin) est le fruit d’une demarche commune lancee en 1987 par trois chefs d’Etats : Reagan, Mitterrand et Gorbatchev. La construction du reacteur d’Iter devra demontrer que les techniques de controle de la fusion thermonucleaire developpees depuis la fin de la seconde guerre mondiale sont mures pour une exploitation industrielle. 3. Les actions a long terme : le cas de l’Inde

En Inde, 30% de l’energie utilisee provient de sources renouvelables comme la biomasse et les dechets animaux. Plus de 65 % de la population qui n’a pas acces aux reseaux de distribution energetique modernes est tributaire de la biomasse, des dechets animaux et du kerosene pour cuisiner et s’eclairer. En 2001-2002, la consommation de combustibles traditionnels etait estimee a 140 millions de tonnes d’equivalent petrole. Les projections indiquent qu’en 2011-2012, leur part baissera de 3 points a 27 %.

Depuis 20 ans, les programmes indiens en faveur de l’energie renouvelable se sont developpes, en volume, en maturite et en portee. L’Inde s’est surtout attachee a fournir des services energetiques aux zones rurales, grace au biogaz, a l’amelioration des appareils de cuisson et a l’energie solaire. Les programmes entrepris ont permis une sensibilisation de la population, ils ont favorise les experiences de terrain et permis de mettre en place un vaste reseau d’institutions et d’organisations non gouvernementales touchant jusqu’aux travailleurs les plus modestes.

La rarete des reserves de petrole est une donnee qui ne peut s’expliquer grace a une theorie ou a une formule mathematique. Les compagnies petrolieres garantissent, pour garder leur part de marche, que les reserves sont encore massives, les pays de l’OPEP cachent egalement leur niveau de reserve pour pouvoir maintenir leur dominance en matiere de politique et de fixation des prix. Comment savoir alors quand est ce que nous arriverons a notre maximum de production ?

Certains economistes ou geologues, par la methode Hubbert ou d’autres methodes declarent que le pic de production du petrole, c’est-a-dire le sommet de production a partir duquel la production ne peut que decroitre, a deja ete atteint par plusieurs pays, notamment les Etats-Unis. Pourtant, le petrole apparait toujours comme un moyen de developpement et, du fait du mensonge de certaines compagnies sur les reserves de petrole, on ne s’inquiete pas du sort du monde apres la decroissance de la production de petrole. Comme le disait si bien Aldous Huxley : « les faits ne cessent pas d’exister parce qu’on les ignorent ».

La crise economique de ces derniers jours a fait reculer le prix du petrole par une baisse de la consommation suite a une recession aux Etats-Unis. Cela n’a fait que reculer les echeances des prochains chocs petroliers. Un autre probleme peut etre retenu ; l’arrivee des pays emergents sur les marches mondiaux. Comment apres avoir consomme plus de la moitie des ressources petrolieres, les pays industrialises peuvent dire aux pays emergents : arrete de consommer du petrole pour le bien de la planete et parce qu’il n’en reste plus beaucoup !