Parti Conservateur

Parti Conservateur

de l’Est c’est un parti vient de la brasserie conservateur appelé , Nous sommes dans puisque le second Re Parti Conservateur Premium By houma29 MapTa 05, 2015 | 7 pages Sujet : Programme du parti conservateur allemand, 1892 Ce document est tiré du programme du parti conservateur allemand le Tivoliprogramm qui fut adopté le 8 décembre 1892. Les destinataires de ce programme sont toutes les personnes sensibles à la politique du pays. Tout d’abord le parti conservateur allemand est un parti politique crée en 1876 et est composé rincipalement de Junkers (noble et propriétaire terrien en Allemagne).

Ce parti est partisan de la monarchie et contre le parlementarisme, il est surtout en Prusse et dans PAIlemagne Swip page m Tivoliprogramm Ons du parti ction de l’Allemagne Janvier 1871 après une victoire écrasant de la Prusse face à la France en 1871. La politique d’Otto Von Bismarck qui est pour la monarchie conservatrice divisent le parti conservateur en 2 partis : le parti conservateur libéral qui sont les partisans de Bismarck (qui sont nationalistes et modérés) et les vieux conservateurs

Prussiens (qui se tiennent loin de ce mouvement nationaliste en progression). Le nationaliste est donc en plein essor et c’est pour cela que le

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
parti conservateur allemand lance son programme en 1892. Nous poserons donc cette problématique : En quoi consiste le programme du parti conservateur allemand ? La première idée que I le parti défend est l’importance des relations entre Eglises et Etat, plus spécifiquement dans l’éducation et les lois. Dans cette idée, les conservateurs associent les catholiques, bien que le parti soit à majorité protestant.

Elle rappelle également le caractère divin du monarque, symbole vivant de l’Etat en disant que « l’Etat et l’Eglise sont deux institutions voulues par Dieu. Le règlement des rapports entre l’Etat et l’Eglise fait référence au Concordat entre la Prusse et Rome en 1887. Cependant, les conservateurs refusent l’imposition de lois sur le fonctionnement de l’Eglise, en particulier l’évangéliste. Enfin, ils défendent l’éducation religieuse, qu’ils considèrent comme le fondement de l’éducation du peuple. Mais ils demandent surtout que les instituteurs soient hrétiens, tout comme les autorités.

On assiste là à une première manifestation de la montée de l’antisémitisme, comme le prouve la phrase « combattre l’influence juive Cet antisémitisme provient d’Adolf Stoecker, un membre du parti, très influent, antisémite et anticapitaliste. Les conservateurs souhaite conserver « l’autonomie administrative » des des provinces et communes. De plus ils veulent améliorer le « sens national » en se basant sur « la constitution du Reich Cependant ils sont contre le suffrage niversel mais pour un suffrage basé sur « les groupes naturels et corps organiques de la population » une sorte de vote par classe.

Nous pouvons remarquer que dans cette partie, les conservateurs prouvent leur allégeance à la monarchie de droit divin » 2 dans cette partie, les consewateurs prouvent leur allégeance à la monarchie de « droit divin » et decide de « combattre » toutes les personnes ou idées qui tenteraient de « limiter la monarchie » au profit d’un gouvernement parlementaire. Puisque le Second Reich est en place et est un regime monarchique de ype constitutionnelle qui est sous l’autorité de la Prusse (terre de création du part conservateur) et d’un Empereur.

Le parti souhaite que le nouveau code civil porte la marque « des conceptions juridiques nationales allemandes » puisque le code civil était toujours basé sur le code civil commun mis en place par Bismarck lors de sa politique de centralisation. Il souhaite une certaine nationalisation de leur loi juridique qu’il obtiendra en 1896. Les conservateurs veulent se mettre du côté du peuple en optant pour une politique économique économe pour ainsi éviter a « la surcharge d’impôts » au peuple allemand et ainsi « maintenir la prospérité » du pays.

Comme le disait Mirabeau, « La Prusse n’est pas un État qui possède une armée, c’est une armée qui a conquis une nation », le parti conservateur allemand étant né en Prusse leur programme ne pouvait que comporter un point sur l’armée qu’il désigne « indispensable pour maintenir la paix » et ainsi augmenter « la puissance de la nation Les conservateurs se préparent donc à une possible revanche de la France qui a subi une lourde défaite contre la Prusse uparavant.

De plus une convention (coopération) militaire franco-russe est signée le 7 aout 1892 ce qui accentue le senti 3 convention (coopération) militaire franco-russe est signée le 7 aout 1892 ce qui accentue le sentiment d’insécurité. Le parti décide de continuer l’évolution territoriale et coloniale du Second Reich qui restera sous la protection de l’Emplre comme le sont déjà Togoland depuis le 5 juillet 1884 (sous le protectorat allemand) et le Kamerun.

A partir de 1890 Guillaume Il s’engage dans une Weltpolitik (une politique mondiale) qui pousse ‘Allemagne à s’engager dans une expansion coloniale concernant l’Afrique et le Pacifique, permettant ainsi son expansion commerciale et financière. L’Allemagne qui est retourner au protectionnisme pendant les crises, peut ainsi grâce à ses colonies connaitre une rentrée d’argent plus importante.

Le parti conservateur s’inscrit toujours dans cette politique coloniale en la souhaitant mesurée, le parti ne tient pas à provoquer de conflits. Il souhaite également que cette politique repose sous la protection de FEmpire allemand, qui pourrait soutenir et ombattre si les pays colonisés se révoltent.

L’article 8 s’appuie sur le message souverain prononcé le 17 novembre 1881 par Bismarck donnant lieu à une politique sociale qui ouvrira sur l’assurance maladie, la couverture en cas d’accident de travail et l’assurance invalidité et vieillesse. Le parti voit en ce discours l’application des principes du christianisme ? une échelle plus sociale, cependant s’il accepte l’amélioration des conditions des travailleurs, il trouve que subvenir à cette impôt est problématique pour les patrons qui perdront de l’argent p 4