Parcours 3 roman 2015 franc

Parcours 3 roman 2015 franc

Parcours 3 : le roman Introduction 1 ière conception : fermé, restreint d’œuvre classique/ exemplaire que l’on respecte (conception limitative de la littérature) 2ième conception : ouvert„ très vaste, mouvant, qui comprend plein de choses, (BD, chanson, policier,… ) lecture rapide et moins respectueuse. Comment concilier les deux ? On peut considérer que la littérature est très vaste. Au sein de celui-ci, il y a un petit ensemble d’œuvre dites exemplaire, au statu classique, référ or 5 Sni* to View transformé…. La littérature est quelque chose difficile, mouvant.

Le roman fait partie de la littérature. Mais qu’est-ce qu’un roman ? (plus vaste que les récits de fictions ex film, chanson, poète,… ) Panorama historique : Les origines du roman français : Le Moyen – Age Mettre en roman = traduire en langue romane (français). Ensuite il y a eu un glissement de sens -s roman = n’importe quel récit en langue romane, puis progressivement un nouveau genre littéraire. Légende de Tristan et Yseult Tous ces romans sont des romans en vers romans courtois. C’est à partir du 13ème s que la prose apparaît.

Dans tous ces romans, il y a une idéalisation du monde, il est présenté comme un monde parfait. Plus tard,

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
d’autres œuvres vont apparaitre mais elles seront plus vraisemblables, populaires, satiriques : Roman de Renart Personnages : Renart le goupil Ysengrin le loup Chantecler le coq Noble le lion Les romans sont anonymes, pas de besoin de propriété littéraire. Toujours satiriques envers la société Les fabliaux : histoires courtes, comiques, grossières, populaires, satiriques. Le 16ème siècles La légende du roi Arthur influence toujours les auteurs. C’est un siècle de poésie.

Grand romancier du 16ème siècle : Rabelais. œuvres : Gargantua, Pantagruel, Tiers livres, Quart livre, Cinquième livre. histoires où tout est excessif et comiques avec un message humaniste caché) Marguerite de Navarre : Cheptameron M. Montaigne : les essais qui sont un receuil de réflexion de philo, littérature du moi, ce n’est pas un roman mais cela l’a influencé) Le 17ème siècle : Le 17ème S est connu pour son théâtre pourtant on a écrit beaucoup de romans. C’est au 17ème que le roman devient un peu près le roman d’aujourd’hui (roman d’aventure amoureuse, imaginaire écrit pour le plaisir des lecteurs). AGF 9 rif s salons littéraires, les précieux viennent pour parler et ceux-ci ont ?crit des romans d’amours (psychologie amoureuse). Auteurs : Honoré dlJrfé : L’Astrée Madeleine de Scudéry : le grand cyrus, Clélie Madame de la Fayette : Princesse de Clève, elle s’intéresse à la psychologie de son personnage, la pensée de son personnage est complexe. Les lettres, de Madame de Sévigné : raconte tous les potins de la cours, lettre vivante, style extraordinaire. Le 18ème Siècle : Le roman se développe beaucoup mais il est toujours méprisé par les critiques.

Les critiques sont que les romans soient fictifs, elles reprochent l’invraisemblance de leur histoire. Les auteurs vont faire croire que leurs romans sont de vraie histoire. Montesquieu : les lettres persannes Marivaux : la vie de Marianne, le paysan parvenu Abbé Prévost : Manon Lescaut Voltaire : candide ou l’optimisme, Zadig et le destinée Diderot : Jacques le fataliste Bernardin de St pierre : Paul et virginie J Rousseau : Emile de Péducation, Julie ou la nouvelle É101Ée Pierre Cherdelos de Laclos : Les liaisons dangereuses Le gras : pas de narrateur, uniquement des lettres que les personnes envoient entre eux = romans épistolaires.

Auteurs : ( romantiques vont cultiver la littérature du Moi) Château Briand : René Victor Hugo : notre dame de paris, les misérables George Sand : la petite fadette, la mare au dlable Alexandre Dumas : la femme au collier de velours, les 3 mousquetaires, le conte de Monte-Cristo 1850 : Réalisme (naissance des usines, mains d’œuvre) Les auteurs veulent montrer cette société.

Stendhal ; le rouge et le noir, la chartreuse de Parme Balzac : le père Goriot, le colonel Chabert, illusions Perdues Comédle humane Flaubert : Madame de Bovary, Education sentimentale (grand roman d’éducation) Naturaliste Emile Zola : rassommoir, les Rougon-maquart, germinal Les rôles du roman Raisons : divertissement, évasion apprendre se reconnaître dans certains personnages, ne pas se sentir seul, différent et permet de mieux comprendre la complexité humaine BALZAC Il veut décrire la société PAGF d’histoires. ? « Chaque nouveau sujet est une confrontation avec la complexité de la vie. Le roman se met à détruire les stéréotypes, les idées convenues, les étiquettes auxquels l’existence quotldienne nous condamne. Le romancier n’apporte aucune révélation, aucune vérité, aucun système. Il ne peut offrir qu’un point d’interrogation. Dans le monde qui croit, tout savoir, e roman brandit à bout de bras le mystère infini de l’être. » F.

EMMANUEL Pouvoir vivre par procuration Difficile d’écrire car il y a la télé Aller à la recherche de ce qui n’a pas changé « Ecrire non pas pour changer le monde mais pour que le monde ne nous change pas » 1-3 BARONIAN Simplicité, il écrit car il aime cela, il revendique de la normalité V. ENGEL Ecrire est à la base de tout. Pour lui être écrivain s’est fou car c’est inadapté à notre époque et fourni des rêves MAURIAC Il vit par procuration, à travers ses personnages. Sorte de pouvoir divan. Le roman sont déformés et démesurés, ne correspond pas ? ce que l’on éprouve.

Il isole et réduit son personnage à un seul sentiment à la fois, pas plusieurs en mêmes temps. L’objectif du roman selon lui doit montrer la complexité de la vie humaine. Les romanciers de la nouvelle génération n’atteignent pas cet objectif ; la complicité humaine. Le monologue intérieur, restitue le flot de la vie humaine sans y pensée. Et l’écriture brute, sans organiser leurs pensées. Retranscrire la complexité humaine. Selon lui, il est impossible de peindre la diversité de la vie humaine car on isole une passion d’un individu (dans un groupe). Et le rendre simple.