Padre pio

Padre pio

Ne de Orazio Forgione, agriculteur, et de Giuseppa Da Nunzio, il est baptise le lendemain a l’eglise Santa Maria degli Angeli (Sainte-Marie-des-Anges) de Pietrelcina, ou il mene une jeunesse pieuse, durant laquelle il aurait eu des visions mystiques ; des cinq ans, Jesus-Christ lui serait ainsi apparu. [1] A quinze ans, il connait ses premieres extases spirituelles[1]. Il rejoint l’Ordre des freres mineurs capucins le 22 janvier 1903 a Morcone. En raison de sa sante fragile, il retourne dans sa famille, puis est envoye dans divers couvents.

Il est ordonne pretre a la cathedrale de Benevent le 10 aout 1910 et nomme a Santa Maria degli Angeli de Pietrelcina. Il est a partir du 4 septembre 1916 au couvent de San Giovanni Rotondo. Pendant la Premiere Guerre mondiale, il sert dans le corps medical italien (1917–1918). Des 1911, il signale a son confesseur, l’apparition depuis un an, de signes rouges et de douleurs vives aux mains et aux pieds. [2] Le 5 aout 1918 puis le 20 septembre 1918, il manifeste des symptomes qui seront appeles transverberation (transpercement du c? r par un dard spirituel avec saignement reel) et stigmates (plaies du Christ sanguinolentes aux mains, aux pieds et au thorax), qu’il

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
cherche a cacher avec des mitaines[3]. D’apres le temoignage du Padre Pio : « Je vis devant moi un personnage mysterieux dont les mains, les pieds, la poitrine, ruisselaient de sang. Je sentis mon coeur blesse par un dard de feu… Ce personnage disparut a ma vue et je m’apercus que mes mains, mes pieds, ma poitrine etaient perces et ruisselaient de sang ! »[3] Des 1919, le Saint-Office s’occupe de son cas et fait examiner les stigmates par des medecins.

De 1924 a 1928, trois visiteurs apostoliques viendront enqueter aupres de lui. Des medecins et des psychiatres l’examinent, craignant des manifestations hysteriques. Il est pourtant declare sain et sincere. [3] Il est des lors tres critique, non du fait de son etat, mais a cause des debordements des fideles [4]; il est aussi remis en cause par sa hierarchie qui voit dans sa popularite une menace et une derive, et l’oblige le 23 mai 1931 a cesser toutes activites publiques, en celebrant la messe dans la chapelle interieure du couvent puis dans sa cellule[1]. Des temoignages. 5]persistent cependant concernant des phenomenes surnaturels, notamment sur des fragrances insolites projetees a distance, en plus de l’odeur de saintete qui l’accompagnait habituellement : « … il est frequemment arrive que des personnes… aient senti ce mysterieux parfum, a des distances enormes du couvent ou se trouvait Padre Pio… »[5] Durant toute sa vie, il aurait subi presque quotidiennement les attaques physiques et morales de « Satan » dont les « cosaques »[6], comme il les nommait, seraient venu nuitamment le frapper, faisant tant de bruit dans le monastere que certains moines, terrifies, auraient demande leur mutation.

Des cette epoque, le Padre Pio est considere par la ferveur populaire comme un grand saint thaumaturge[7][8] du XXe siecle, ayant accompli une multitude de miracles de guerison instantanee en presence de nombreux temoins. [3] On lui prete egalement le don de bilocation (apparition simultanee en deux endroits)[3] , en plus de phenomenes particuliers telle l’hyperthermie (temperature tres elevee du corps, au dela de 48°)[9] ou l’inedie (abstention prolongee de nourriture ou de boisson au dela de deux mois)[10] ou la connaissance de langues qui lui etaient etrangeres[11].

La levitation, bien que relayee par la rumeur, ne recoit que le seul temoignage du Padre lui-meme. [12]. Le 14 juillet 1933 le Saint-Office l’autorise a nouveau a celebrer des messes et a entendre des confessions. Le 9 janvier 1940, il ebauche les plans pour une Casa Sollievo della Sofferenza « Maison pour soulager la souffrance ». Le dispensaire ouvre en 1954, mais l’inauguration officielle n’a lieu que le 5 mai 1956. A la meme epoque, le Padre Pio fonde des Groupes de priere afin de guerir et soulager les ames.

Des 1947, des mesures sont a nouveau prises a San Giovanni Rotondo suite a la visite du pere general de l’ordre des Capucins, qui constate un certain desordre liturgique a cause de la piete excessive de certains fideles. A partir des annees 1950 un immense scandale financier secoue le monde catholique italien. Des fonds ont ete detournes pour des profits personnels et d’autres ont ete places a perte dans les magouilles du banquier Giuffre [13]: les Capucins, comme beaucoup d’autres, sont en faillites. Padre Pio n’est pas mis en cause dans cette affaire et il est ainsi releve de ses v? x de pauvrete afin d’avoir toute liberte de gerer les fonds de ses fideles pour la Casa Sollievo della Sofferenza. Il devait alors subir maintes brimades et persecutions de ses pairs qui tentaient de s’approprier son « tresor ». Le 30 juillet 1960 un nouveau visiteur apostolique vient examiner les troubles et constate une devotion excessive amenant un commerce d’objets touchant Padre Pio, tels que des morceaux de tissus pretendument imbibes du sang des stigmates[7]. Suite a cette visite, le Saint-Office entreprend de limiter les apparitions publiques du Padre Pio qui a acquis une renommee en tant qu’ouvrier de miracles, ? vrant jusqu’a 19 heures par jour au sein de son eglise. En novembre 1961, le Superieur de l’Ordre demande a Padre Pio de restituer les fonds des fideles afin de renflouer les caisses – ce qu’il fit. Ce n’est qu’a la demande expresse du pape Paul VI, qu’il est a nouveau pleinement autorise a effectuer son office sans restriction, a partir du 30 janvier 1964. Le 7 juillet 1968, le Padre Pio est victime d’une attaque. Le 22 septembre 1968, il celebre la messe solennelle du cinquantenaire de ses stigmates qu’il exprime ainsi : Cinquante ans de vie religieuse, cinquante ans cloue a la croix, cinquante ans de feu devorant pour toi, Seigneur, pour les etres que tu as rachetes. »[1] . Le soir meme il recoit l’extreme onction et s’eteint quelques heures plus tard, tot le matin du 23 septembre 1968. Selon Yves Chiron, « Lors des funerailles, alors que son cadavre reposait deja dans la crypte, la foule de fervents reunis au dehors chanta des cantiques particulierement aimes du Padre Pio. Soudain, on entendit des exclamations de joie : le Padre Pio apparaissait, souriant, le visage tourne vers la gauche, sur la vitre de ce qui avait ete sa cellule !

On voyait nettement sa bure, jusqu’au ventre, et la cordeliere, tels que je les avais vus. Aux cris de « Miraculo ! » de la foule, le pere gardien du couvent depecha un moine sur les lieux. Et ce dernier revint avec l’information incroyable : le Padre apparaissait sur la vitre. Alors, pour donner une bonne lecon de realisme a tous ceux qu’il pouvait considerer comme des exaltes, des fanatiques, il donna l’ordre d’ouvrir la fenetre de la cellule du Padre et de tendre un drap blanc. Eh bien ! apres un « Ah » de deception de la foule, retentirent soudain des « Oh !

Oh ! » joyeux et amuses : la « photo vivante » du Padre apparaissait a la fois sur toutes les vitres de cette facade du couvent de Sainte-Marie-des-Graces. »[14] Vingt millions de personnes ont assiste a ses messes, et cinq millions s’y sont confesses. [15] On lui prete des guerisons miraculeuses de paralysies, tuberculoses, fractures, broncho-pneumonies, meningites, cecites et cancers, dont il attribue toujours humblement l’action a Jesus ou Marie[12] Par ailleurs, de nombreuses personnes declarent s’etre converties a la suite d’une rencontre avec lui