Ortho Rheumato Comment Une C3a9quipe De Champions Devient Une C3a9quipe Championne1

Ortho Rheumato Comment Une C3a9quipe De Champions Devient Une C3a9quipe Championne1

ORTHO-RHUMATO VOL 12 N04 | 2014 SPORT COMMENT UNE ÉQUIPE DE CHAMPIONS DEVIENT LINE ÉQUIPE CHAMPIONNE L’IMPORTANCE DES FIGURES DE LEADER POUR QU’UNE ÉQUIPE FONCTIONNE DE MANIERE OPTIMA Katrien Fransen, Filip e or 15 Groupe de recherche ‘ Département des Sci OR0936F ort & Santé; U Leuven Le légendaire joueur de base-ball Babe Ruth l’a déclaré un jour. « C’est la façon dont une équipe joue dans son ensemble qui détermine le succès. Une équipe a beau se composer d’une multitude de stars mondiales individuelles, SI elles ne jouent pas ensemble, l’équipe ne vaut rien» (1).

La confiance en l’équipe et le leadership ffectif des joueurs au sein de l’équipe (leadership sportif) sont souvent considérés comme des facteurs cruciaux pour optimiser le fonctionnement d’une équipe sportive. Cet article décrit les résultats de l’étude que j’ai réalisée récemment dans le cadre de mon n’est pas rare que le management soit pointé du doigt. C’est le cas également, et peut-être encore plus, dans une équipe sportive. Si une équipe perd plusieurs rencontres d’affilée, la cause est souvent recherchée du côté de la direction.

Dans leur quête d’un bouc émissaire, les journalistes s’en prennent régulièrement à l’entraîneur t, le plus souvent, c’est aussi l’entraîneur qui est licencié

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
et subit ainsi les conséquences des mauvais résultats de son équipe. Le nombre de changements d’entraîneurs au cours de la dernière saison footballistique était une fois de plus impressionnant. Mais le coach est-il réellement coupable? Le journaliste sportif de la VRT Peter Vandenbempt a analysé le plus mauvais début de championnat de ces 15 dernières années affiché par l’équipe championne de Belgique, le R.

S. C. Anderlecht, en attirant l’attention sur le rôle essentiel des figures de leader au sein de l’équipe our renforcer la confiance de ces joueurs en leur équipe: «L’organisation et la confiance au niveau défensif sont catastrophiques. À chaque contre-attaque, ils se montrent fébriles. Ily a manifestement un manque de leaders sur le terrain. Nous l’avons déjà constaté auparavant. Personne ne prend ses responsabilités quand il s’agit de faire face aux difficultés.

La meilleure preuve qui soit est que, durant cette saison, pas une seule fois Anderlecht n’a pu revenir au score lorsqu’il était mené. » 31 32 ORTHO-RHUMATO VOL 12 Nb4 | 2014 La nette influence du leadershi s ortif et de la confiance en ‘équipe sur les performan un élément nouveau. PAGF 15 nouveau. Toutefois, bien que l’importance de ces deux facteurs soit reconnue implicitement dans les milieux sportifs, on ne disposait jusqu’ici que de peu d’informations détaillées et étayées scientifiquement en la matière.

Cet article commente les résultats de l’étude que j’ai terminée récemment dans le cadre de mon doctorat: la Partie 1 vise félaboration d’une base théorique plus large pour le leadership sportif, tandis que la Partie 2 est axée sur l’impact des leaders sportifs sur le fonctionnement optimal de l’équipe. ? cet égard, nous ne nous limitons pas à la description de cet effet, mais exposons aussi les mécanismes par lesquels les leaders sportifs peuvent influencer la confiance en l’équipe de leurs coéquipers et leurs performances, et créer ainsi un fonctlonnement optimal de l’équipe.

Les figures de leader semblent jouer un rôle déterminant dans les performances de l’équipe. LEADERSHIP SPORTIF Bien que la majeure partie de la littérature ayant trait au leadership dintéresse exclusivement à l’entraîneur, les joueurs et coaches reconnaissent également Fimportance de bons leaders au sein de Péquipe. Les regards se tournent rapidement vers le capltaine: le capltaine officiel est souvent perçu comme le leader par excellence de l’équipe, tant sur le terrain qu’en dehors de celui-ci.

On attend beaucoup de lui, cela ne fait aucun doute. Mais ces espérances sontelles justifiées? Le brassard de capitaine est-il toujours confié au plus fort? Nous avons étudié cela auprès de 4. 451 joueurs et entraîneurs dans différents sports d’équipe en Flandre: basketball, volley-ball, football, hockey, korfball, handball, water-polo, rugby et hockey sur glace 15 volley-ball, football, hockey, korfball, handball, ater-polo, rugby et hockey sur glace (2).

Nos avons fait une distinction entre 4 différents rôles de leader que les joueurs peuvent endosser: le leader orienté vers la tâche (prend la direction sur le terrain, oriente les autres joueurs et leur donne des consignes techniques); le leader motivationnel (encourage les autres joueurs sur le terrain à donner leur maximum); le leader social (garantit une amblance optimale dans l’équipe hors du terrain); le leader externe (assure la communication avec les dirigeants du club, les médias et les sponsors).

La fonction de leader orienté vers la tâche et du leader otivationnel s’exerce donc surtout entre les Ilgnes, tandis que le leader social et le leader externe s’imposent essentiellement en dehors du terrain. Étant donné le statut de capitaine en tant que «leader de l’équipe», les joueurs et les entraîneurs attendent souvent intuitivement du capi- taine qu’il endosse la plupart des rôles de leader énoncés. Mais qu’en est-il dans la réalité? Les capitaines peuventils répondre à ces attentes élevées?

Les résultats de Farticle 1 révèlent que seul 1 % des participants perçoivent leur capitaine comme le meilleur pour les 4 rôles de leader. Dans eulement 4% des équipes, le capitaine remplit 3 des 4 rôles de leader. Mieux encore, dans près de la moitié des équipes (44%), le capitaine n’est même pas considéré comme le meilleur leader dans l’un des 4 rôles de leader. Il n’est donc ni le meilleur leader sur le terrain (leader orienté vers la tâche ou leader motivationnel), n le meilleur en dehors du t social ou externe). OF IS motivationnel), ni le meilleur en dehors du terrain (leader social ou externe). D’autres joueurs semblent être les véritables leaders dans l’équipe: les leaders informels. La seule propriété pour laquelle le apitaine émerge effectivement par rapport à ces autres leaders est le nombre d’années de «service» au sein de l’équipe. La fonction de capitaine en tant que leader de l’équipe semble donc largement surestimée: pour être un bon leader, il ne faut donc pas obligatoirement porter le brassard de capitaine.

Nous pouvons en conclure que le leadership est généralement réparti au sein de réquipe: différents joueurs prennent la direction sur le terrain et en dehors. Dans la pratique, il est rare qu’il y ait un seul et unique leader au sens propre du terme. Dans une autre étude (3), nous avons examiné 46 équipes omplètes (575 joueurs) en utilisant pour la première fois l’analyse du réseau social en tant que technique innovante pour identifier toute la structure du leadership dans des équipes sportives.

La figure 1 illustre la structure du leadership pour l’une des 46 équipes, plus particulièrement en ce qui concerne le rôle de leader social (Figure 1). l_Jne flèche partant du joueur A vers le joueur B dans la figure 2 indique que le joueur A a attribué au joueur B le score maximum pour la qualité de leadership social (en d’autres termes, qu’il le perçoit comme un très bon leader ocial). Plus le carré du joueur est grand et central, plus cette personne est considérée comme un bon leader social par ses coequipiers.

Dans cette équipe, les joueurs 4 et 11 ont les scores les plus élevés, si bien qu’ils sont les deux leaders sociaux de l’équipe. Les leade PAGF s 5 élevés, si bien qu’ils sont les deux leaders sociaux de l’équipe. Les leaders formels (Ventraineur et le capitaine de l’équipe) se situent tous les deux en marge de ce réseau et n’assument donc aucune fonction de leader social. un réseau identique a été construit pour chacun des rôles e leader et pour chacune des 46 équipes.

Ainsi, les leaders sportifs informels ont pu être comparés au capitaine de l’équipe en tant que leader sportif formel, de même qu’avec l’entraîneur. Les observations ont démontré que, dans la moitié des équipes, le capitaine est perçu comme le meilleur leader orienté vers la tâche et le meilleur leader externe. En termes de leadership général, et en termes de lea- Figure 1: Le réseau de leadership social d’une des équipes participantes. Joueur 10 Joueur 6 Joueur 8 Joueur 4 Leader social Joueur 3 Joueur 2 Joueur 11 Coach Joueur 5 6 5