Opinion selon bachelard

Opinion selon bachelard

Sujet : Commentez cette formule de Bachelard « l’opinion pense mal, elle ne pense pas, elle traduit des besoins en connaissance. « La pensee de l’auteur semble a premiere vue en contradiction avec la definition meme de l’opinion puisque la pensee est la condition sine qua non de l’opinion qui repose sur un jugement personnel (ou non) elabore et porte sur un objet . Pourquoi alors l’auteur conteste la filiation entre opinion et pensee et en quoi l’opinion traduit elle notre « besoin en connaissance » ?

Pour repondre il va donc falloir commenter la progression logique de l’auteur qui affirme categoriquement que l’opinion pense mal, ce qui l’amene a deduire que l’opinion ne pense donc pas et traduit en fait des besoins en connaissance. « L’opinion pense mal «. L’auteur considere l’opinion comme un sujet, un sujet qui pense mal, la notion donc d’opinion est personnifiee, elle semble desincarnee de l’homme. Par opinion l’auteur designe la croyance, les prejuges et le jugement qui peut aussi etre collectif (c’est a dire l’opinion commune).

Penser renvoie quant a lui a la reflexion, a la meditation voir au reve. Mal signifie ici non pas la douleur ou le malheur mais le defaut, l’imperfection. L’opinion pense

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
donc mal puisqu’elle est subjective, personnelle donc y adherer c’est s’en convaincre soi meme et ce sans objectivite ce qui peut conduire par exemple au dogmatisme voir au fanatisme. L’opinion ne semble alors pas etre en mesure de pouvoir emettre un raisonnement issu de la pensee.

Il n’y a donc pas d’effort de la pensee lie a l’opinion. L’opinion n’est donc pas une connaissance mais une meconnaissance, l’opinion reflete notre propre ignorance. Exemple, l’opinion que l’on peut avoir sur une personne ne concerne que nous, il n’y a pas d’argumentation logique pour l’expliquer de meme que pour certaines ethnies que l’on considere comme primitive de part l’opinion commune reposant sur des prejuges et autres idees preconcues.

L’opinion a pour consequence que l’on « pense mal «, qu’il n’y a pas de reflexion, l’opinion semble donc un ennemi de la raison. Mais, recapitulation et transition, il y a alors une distinction entre l’opinion qui d’une part n’est qu’une affirmation issue d’idees et non de la logique et la pensee de l’autre qui permet d’etablir un jugement objectif fonde sur la raison. Alors si l’opinion n’est pas le fruit de la reflexion, elle ne peut permettre de penser.

Ainsi comme le dit l’auteur : « elle ne pense pas « , l’opinion est fausse par nature puisque fondee sur l’interet et non sur la raison comme explique precedemment, elle se dit incontestable et ne veut donc pas etre remise en question car le doute annihile l’opinion, la ridiculise, car la remise en question amene a la reflexion et cette reflexion conduit a discrediter l’opinion, a la faire disparaitre au profit de la pensee.

L’exemple le plus probant est lorsque l’opinion renvoie a la religion et plus precisement au fanatisme religieux avec les croisades au moyen age ou encore les Cathares qui chassaient les « heretiques « c’est a dire ceux qui ne partageaient pas leurs croyances. Platon, dans «la Republique « critique l’opinion qui est fondee sur les perceptions et ne permet donc pas d’avoir acces a la connaissance ainsi que l’opinion commune reposant sur des idees preetablies et les represente comme des chaines empechant les prisonniers d’atteindre la verite. Il est donc necessaire d’utiliser la raison pour chercher la connaissance veritable.

Pour echapper a cette puissance trompeuse et avoir une connaissance veritable il faut donc se remettre en question, exprimer des doutes quant a nos opinions afin d’avoir acces a une connaissance veritable, Socrate l’enonce avec cette citation inspiree des Grecques : « connais toi toi-meme « c’est a dire reconnaitre son ignorance, definir les choses importantes non pas en fonction de l’opinion mais par notre capacite a penser. Le doute conduit a penser et la pensee permet d’aboutir a un jugement objectif car resultant d’une reflexion, cela nous permettant d’acceder a la verite. Recapitulons et transitionnons.

L’opinion est le reflet de l’ignorance et non le fruit de la raison. , pour parvenir a se liberer de l’opinion il faut s’interroger, s’etonner (ce que la philosophie permet entre autre de faire) etant donne que cela amene a la verite. Mais si l’opinion apparait comme ennemie de la connaissance que peut t’elle donc nous apporter ? L’auteur considere l’opinion non pas comme un moyen visant a nous apporter quelque chose mais comme une preuve de notre propre ignorance, en effet, pour enoncer la fonction de l’opinion, Bachelard utilise l’expression suivante : « elle traduit des besoins en connaissance. . Ici, le verbe «traduit» signifie citer, s’exprimer par l’intermediaire du langage et de l’art qui sont les deux moyens d’expression de l’opinion. Les besoins renvoient peut etre a des desirs mais l’auteur a semble t’il eu l’intention de les nommer besoins pour qu’il y ai une certaine impression de connivence entre l’opinion et la nature de l’homme comme si l’etre humain ne pouvait se liberer de l’opinion. Connaissance ici est synonyme de verite,cela signifie la certitude,la comprehension.

L’opinion sert alors a representer, a refleter l’incertitude, le questionnement voir le mal etre et se positionne comme l’ersatz d’un jugement objectif, l’opinion feint d’etre legitime, d’etre exact alors qu’elle symbolise l’ignorance du sujet, son incapacite a emettre un avis objectif qui le conduit a donner une opinion, reflet de son ignorance et traduit donc une volonte d’acceder a la verite. Exemple, l’opinion en tant que croyance semble exprimer, refleter une volonte, un desir de savoir universel, en l’occurrence ici l’existence d’une vie apres la mort.

Concluons donc, avec Bachelard, pour dire que l’opinion ne traduit pas notre connaissance ce qui ne permet pas de juger correctement car elle n’est pas le fruit de la raison et que seul la pensee permet d’acceder a la connaissance veritable. Pour se soustraire a l’opinion il est necessaire de se remettre en question mais que l’opinion n’est pas vaine, en effet elle nous permet de voir notre ignorance et de la nous accorde a penser veritablement, en somme l’opinion par sa nature conduit a sa propre annihilation.