Oedipe Roi

Oedipe Roi

Mes enfants, les derniers nés de la lignée du vieux caducs, Pourquoi restez-vous là, assis, Brandissant vos rameaux de suppliants ? Notre Cité entière, dans les fumées d’encens, Résonne de peins et de gémissements ; Je n’ai pas jugé bon, mes enfants, de vous envoyer Quelqu’un d’autre, je suis venu vous écouter moi-même, Moi, qui suis connu de tous sous le nom d’?Dieppe. Dis-moi donc, vieillard, puisque tu es à même De parler en leur no Craignez-vous, désire À faire tout ce que je si H

riper nixe page Sans entrailles, si je n LE PRÊTRE Toi qui règnes sur notre pays, ?Dieppe, Tu nous vois devant toi, à notre âge, div. subie toi vie nixe page tuer, e suis disposé s vraiment roi ainsi. Devant tes autels, certains d’entre nous, n’ont pas encore la force De voler bien loin? nous croulons, nous, sous le poids des ans, Je suis, pour ma part, un prêtre de usées, tu as là un choix De jeunes gens ; le reste du peuple, avec ses rameaux, Demeure assis dans les places, devant les deux temples

De paellas, et les cendres prophétiques d’siennes. La Cité, comme tu peux toi-même le constater, Se trouve au

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
c?Ur de la tempête, sans pouvoir sortir la tête Des abîmes qui se creusent sous les vagues mortelles, Elle va périr, faute de voir germer les fruits de la terre, Elle va périr, ses troupeaux de b??ufs sont frappés de stérilité, Les femmes n’arrivent plus au terme de leur grossesse. Avec sa torche, une déesse s’abat sur la Cité.