objet 1

objet 1

Objet d’étude 1 : Le personnage de roman du XVII siècle à nos jours l. Introduction A l’origine, le terme « roman » désigne tout récit écrit en langue romane, mais c’est à la fin du XVIIO que le genre prend son essor, bien qu’encore peu représenté et donc mineur. Le premier grand roman « classiques » est La Princesse de Clèves (1 678), qui apparaît comme le fondement du roman moderne (à l’époque considéré comme une nouvelle du fait de sa longueur, largement inférieure à ce qui se faisait à l’époque, mais aussi du fait qu’il est simplifié pour le genre). Le roman évoluera a hétéroclite. ??? XVIIO : le roman est a une notoriété moin Il est considéré com Sni* to View ner un genre très e un sous-genre, il omédie, la tragédie. analyse qu’est La Princesse de Clèves ouvre la voie de l’analyse psychologique, de la réflexion sur l’Homme et ses passions. Le public y voue un grand intérêt. • XVIIIO : siècle des Lumières. Le roman se diversifie, il est en plein essor, on distingue plusieurs formes dont – le roman ironique Jacques le Fataliste et son maître de Diderot, – le roman libertin Les baisons dangereuses

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
de Laclos, Les égarements du cœur et de l’esprit de Crébillo. e roman épistolaire Les liaisons dangereuses de Laclos, Lettres persanes de Montesquieu. • XIXO : le roman est un genre enfin reconnu. Au début du XIXO, le courant romantique domine, avec Pexpression des sentiments. Vers 1830, il est détrôné par le Réalisme (Stendhal, Balzac, Flaubert) puis puis le Naturalisme (Zola, Maupassant) qui seront les 2 courants dominants. Le héros se rapproche de l’individu, il évolue dans une société qui n’est pas exempte de vices, il rend compte de sa société. • XX’ : le roman moderne est en marche.

Il y a une contestation du modèle romanesque, le personnage est remis en question, la imension héroïque n’est plus prioritaire. Naissance du Nouveau Roman dans les années 1950 (période d’après-guerre) qui veut rompre avec l’intrigue linéaire et les personnages à la psychologie cohérente. On voit aussi apparaître le Surréalisme et l’Absurde. La 2nde guerre mondiale bouleverse l’écriture qui devient plus sombre, plus négative, les rêves semblent s’être envolés (c’est aussi vlsible dans le théâtre avec Beckett, Ionesco, etc. ). Il.

Quelques sous-genres du roman Le roman didactique : en 1699, Fénelon écrit Les Aventures de Télémaque, qui expose des péripéties baroques propres au récit e voyage, afin de former le Duc de Bourgogne, petit-fils de Louis XIV. – Le roman-mémoires : qui s’amuse à rapporter des récits enchâssés, c’est-à-dire imbriqués les uns dans les autres Manon Lescault de Prévost. – Le roman autobiographique : un personnage fictif raconte sa vie, son ascension sociale Le roman de mœurs – Le roman épistolaire : par lettres, qui représente une grande production, avec Les Lettres Persanes de Montesquieu, Les Liaisons Dangereuses de Laclos. Le roman libertin : Laclos avec Les Liaisons Dangereuses, Sade et son lot de jeunes filles bafouées Justine Crébillon fils Le Sopha, Les Egarements du cœur et de l’esprit qui condamne sa société, repaire de libertins cyniques et cruels PAG » OF d Egarements du cœur et de l’esprit qui condamne sa société, repaire de libertins cyniques et cruels, antipathiques et malheureux. Le genre explose littéralement entre 1740 et 1750. L’ambiguïté de ces romans réside dans la dénonclation, sincère ou non, du libertinage. Le roman ironique Le roman policier III. Le personnage de roman, qui est-il ? 1) Une création Le personnage est ce que Fauteur veut en faire pour servir son but. Il représente une personne. Il peut avoir un nom et un prénom, comme il peut être anonyme. C’est dans la plupart des cas un personnage fictif, inventé ou inspiré – partiellement ou totalement. Il peut donc être un personnage historique (comme Edison dans L’Eve future) ou imaginé (Victor Frankenstein). ) De l’insignifiance au détail Dans le roman, le personnage est une personne, il a une dimension physique, psychologique, morale, il parle. Ces points sont plus ou moins travaillés selon l’œuvre et selon leur but : le lecteur peut s’identifier à certains personnages selon le degré de vraisemblance qu’ils dégagent. Ce n’est pas une chose statique, le personnage évolue tout au long de l’histoire, à travers ses expériences, grâce aux autres personnages.

En général, on a un minimum de données qui peuvent être : sexe, âge, statut social, traits physiques et psychologiques. Plus un personnage est construit, plus on en sait à son propos, et plus le lecteur s’en sentira proche. 3) Les types de personnages Il peut être porte-parole, c’est-à-dire qu’il représente l’auteur et ses idéaux. On trouve les personnages identitaires, auxquels l’auteur a attribué une part de lui-même. Il y a aussi les perso PAGF3CFd