Novenceto

Novenceto

C’est un apatride, un sans- papier, né au beau milieu de la mer, qui ignore les distinctions de genres, de classes et d’origines, qu’elles soient humaines ou musicales. Non qu’il soit « tolérant L’homme tolérant, surtout « en matière d’étrangers est bâti d’une identité bien définie, qui accepte la différence mais avec condescendance ou compassion. Celle-ci ne le bouleverse pas, ne le fera jamais plier.

AI est et restera toujours identique ui-même, fier et sûr de ses valeurs, nationales ou autres. Au contraire, Envoûtent n’est pas taillé dans la pierre. Il est le page musicien de l’océan, et de courants qui boa aussitôt. Il est le piano bai?tarde, mélange d les cales du paquebot s’échappent ui résonnent dans bals de la salle des premières classes. Il n’ pas les pieds ancrés au sol. Il flotte, et ses seuls repères tiennent sur les quatre-vingt subie toi vie nées page quatre-vingt-huit touches d’un clavier de plana.

A partir de là, tout est possible. L’horizon est infini. Candeur ? Peut-être. Peur de descendre à terre ? Sans doute. Envoûtent ne quittera Jamais le paquebot. Le narrateur le dit : « J’avais bien envie qu’un jour ou l’autre il descende, et qu’il joue pour

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
les gens de la terre, et qu’il se marie avec une femme sympathique, et qu’il ait des enfants, bref toutes les choses de la vie… » Une terre, une femme, des gosses. Une vie. Un territoire qui se précise et se referme.

Un enclos e normalise. Et le paradoxe tient dans le choix qui lui reste faire : sur terre, les possibilités s’offrent perte de vue, infinies. Mais il faudra choisir, arrêter son choix. S’arrêter, finalement. Envoûtent inverse le processus et préfère le nomadiser de son clavier. Tandis que ses doigts courent sur les touches du piano, limitées en nombre, pharmacie des rythmes et des sons dégage porion infini de ses rêves, et évoque la cohue bigarrée qu’emporte le navire.