Nnfkodghfea

Nnfkodghfea

Il doit ainsi rage dire l’examinateur et dire ce qu’il a à expliquer sur le texte en s’aidant des notes prises pendant la préparait faites un exposé devez pendant votre scolarisa Comment trouver de S »pie toi me lorsque vous dû vous arriver un plan adapté à la question de l’examinateur ? En vérité, il n’ a pas de nouvelles idées à trouver. Il faut réutiliser tous les éléments du cours que vous avez appris et les réorganiser selon la question. La difficulté réside donc essentiellement dans la structure du plan.

En somme, c’est un commentaire composé que vous faites à l’oral sur un texte connu, vécu une problématique imposée. Voyons quelques exemples… On vous interroge sur une fable de La Fontaine. La question de ‘examinateur est « En quoi est-ce un apologue ? Rappelez-vous définition d’un apologue. Notez-la sur votre brouillon. « Un apologue est un court récit fictif, souvent d’aspect plaisant, et qui délivre une morale. » Vous voyez que deux axes se dégagent. L’un sur l’aspect plaisant, fictif, court. L’autre sur l’aspect instructif. Voilà, vous avez vos 2 parties du plan.

I/ Un récit plaisant. AI/ Un récit instructif. Et bien sûr, vous prendrez soin, juste avant ‘annonce

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
du plan, de définir à l’examinateur ce qu’est un apologue, de revenir dessus lors de la transition, et de le rappeler une dernière fois dans la conclusion, pour bien montrer, tout au long de l’exposé, que vous avez gardé en tête la question de l’examinateur (n’attendez pas la fin de l’exposé pour répondre à la question ! ) Autre exemple, toujours sur une fable de La Fontaine. La question de l’examinateur est : « Que critique ici La Fontaine ?

Cette fois on s’appuie sur le mot « critique Il est difficile ici de donner un plan précis. Ce sera selon la fable. Mais d’une manière générale n peut supposer que le plan suivant pourrait fonctionner : dans une première partie, on étudie la critique la plus évidente ; dans une deuxième partie la critique plus fine qu’on peut y deviner ; dans une troisième et dernière partie l’aspect plaisant, qui a permis la mise en place habile de cette critique. Encore un autre exemple. Vous tombez sur la première scène d’une pièce que vous avez étudiée.

La question est : « En quoi cette scène d’exposition est-elle originale ? D’abord vous notez sur votre brouillon les caractéristique 2 d’exposition est-elle originale ? D’abord vous notez sur votre rouille les caractéristiques de la scène d’exposition. Puis vous prévoyez 2 parties évidentes : en l/ vous allez montrer l’originalité de la scène d’exposition. En Il/ vous allez prouver que cette scène comporte tout de même des caractéristiques attendues de la scène disposition. Dernier exemple, sur la même première scène. La question est : « En quoi cette première scène remplit?elle bien son rôle ?

En vérité, cette question est à traiter exactement comme la précédente sauf qu’on inverse les parties. En I/ on prouve que cette scène comporte les caractéristiques attendues de la scène ‘exposition. En Il/ on montre qu’elle est originale et que l’auteur a Innové. Que se passe-t-il au bout des 30 minutes de préparation ? Comment se déroule la partie « exposé » de l’oral ? L’examinateur vous appelle à son bureau. Vous vous présentez devant lui avec votre texte, votre descriptif et votre préparation au brouillon, celle que vous avez justement faite pendant les trente minutes de préparation.

Vous avez maintenant la parole pendant 10 minutes. Exploitez-les ! Vous commencez par faire votre introduction, en partant de considérations générales (par exemple la biographie de l’auteur) squaw arriver au texte. Vous lisez le texte en entier ou jusqu’ ce que l’examinateur vous arrête. Vous veillez à mettre le ton, à ne pas sauter de mots, faire les liaisons, à marquer toutes les syllabes surtout en théâtre classique et en poésie. En un mot, vous 3 liaisons, à marquer toutes les syllabes surtout en théâtre classique et en poésie.

En un mot, vous montrez que vous comprenez ce que vous êtes en train de lire ! Vous reprenez alors la question de l’examinateur, vous définissez éventuellement la notion clef et vous annoncez le plan que vous allez suivre. Vous déroulez votre plan et faites le commentaire composé du texte, selon le plan annoncé. Enfin vous n’oubliez pas de faire une conclusion qui reprend brièvement ce qui a été vu, qui revient une fois encore à la question (même si vous ne l’avez pas perdue de vue durant tout l’exposé ! Et qui propose enfin une « ouverture », à savoir un petit lien avec un autre texte vu en classe. Est-ce normal si l’examinateur ne me parle pas ? Durant ces 10 minutes dispose, l’examinateur ne vous parle pas et c’est normal. Il vous écoute. Peut-être sourit-il ou hoche- t-il la tête ou au contraire ne montre aucune réaction. Ne vous inquiétez pas, cela ne veut rien dire en particulier. Continuez votre exposé, l’examinateur est simplement concentré : il écoute ce que vous dites.

Durant les 10 minutes suivantes, l’examinateur va au contraire vous poser des questions, réagir à vos remarques, en un mot il va dialoguer avec vous afin de vérifier que vous avez bien compris ce que vous avez fait pendant l’année et même pendant toute votre scolarité en français. Ces la partie « entretien Ai-je ma note tout de suite ? Non. Coexistaient ne vous dira même pas si votre oral est réussi ou non. Ne vous fiez pas n 4 L’examinateur ne vous dira même pas si votre oral est réussi ou non. Ne vous fiez pas non plus à des sourires ni à un visage impassible.

Le professeur-examinateur peut être souriant par politesse alors même que votre prestation est très faible. Inversement, il peut rester concentré et sérieux, sans prendre le temps de sourire, alors que votre prestation est excellente. Sachez tailleurs qu’il fait passer beaucoup délaves en peu de temps et que cet exercice demande vraiment de la concentration. Quant à la note, il n’ tout simplement pas le droit de vous la donner et c’est bien normal. TAPE 2 : SE PRÉPARER CONVENABLEMENT À L’ÉPREUVE pour la partie « exposé comment bien se préparer ?

Pour réussir, il n’ a pas de secret : il faut connaître son cours, c’est-à-dire l’apprendre par cour, et s’entraîner. Le mieux est donc d’apprendre chaque texte étudié au fur et à mesure, de faire une fiche et de la réviser régulièrement tout au long de l’année. Vous devez également imaginer les questions qui pourraient être posées par un examinateur pour l’oral et envisager des plans possibles. Ce travail se fait évidemment avec votre professeur mais aussi entre élèves. A plusieurs, il est plus efficace et plus agréable de travailler, que tout seul !

Faites des fiches, échangez- les, jouez les rôles du candidat, de l’examinateur… A force, vous saurez faire et vous n’aurez plus peur. Et pour la partie « entretien il n’ a rien à réviser ? Ce n’est pas parce que vous ne connaissez pas à l’avance les questions qu’ réviser ? Ce n’est pas parce que vous ne connaissez pas à l’avance les questions qu’on vous posera que vous ne pouvez pas les imaginer ! Il faut ainsi connaître parfaitement son cours, c’est- à-dire apprendre par cour toutes les définitions de notions t de mouvements et anticiper cet entretien.

Là encore, il faut donc apprendre, réviser, faire des fiches, s’entraîner par groupe d’élèves. Surtout, n’oubliez pas de faire une fiche par ?ouvre lue, même celles qui n’ont pas été étudiées en classe mais qui étaient à lire « en plus par exemple pendant les vacances scolaires. Ne vous amusez pas à faire des impasses. Elles seraient très sévèrement punies. L’examinateur peut admettre qu’un élève ne soit pas très fort en français. Il ne tolérera pas qu’un élève ne soit pas sérieux et se permette de ne pas lire une ?ouvre imposée !

D’autant qua’ « oral, il est facile de vous piéger et de s’en rendre compte. Vous serez également interrogé sur de la culture générale, des mouvements littéraires, des définitions de notions, des questions d’ensemble sur les problématiques de séquence, les biographies des auteurs étudiés, etc.. Voici une liste de questions qu’on pourrait vous poser à l’oral, dans cette partie « entretien » (il en existe bien sûr des centaines d’autres, c’est juste pour vous donner un aperçu de ce qui peut vous être demandé) Quelles sont les caractéristiques du théâtre classique du suivie celle ?

Comment distingue-t-on la « comédie » de la « tragédie » au suivie Citez le nom de 5 dramaturges en pré distingue-t-on la « comédie » de la « tragédie » au suivie siècle ? Citez le nom de 5 dramaturges en précisant leur siècle. Qu’est-ce qu’une anophèle ? Citez le nom de 5 philosophes des Lumières. Qu’est-ce qu’un apologue ? Pourquoi un poème en prose peut-il tout de même être considéré comme un poème ? Quels mouvements littéraires ont marqué le sexe siècle ? En quoi le metteur en scène d’une pièce fait-il forcément une interprétation de cette pièce ?

Qu’est-ce qu’un poème lyrique ? Citez 3 pièces de molaire. Citez 3 ??uvres de victoire auge. Quelle distinction faites-vous entre le merveilleux, le fantastique et la science-fiction ? Que savez-vous du surréalisme ? ÉTAPE 3 : CONSEILS GÉNÉRAUX POUR PASSER UN ORAL Pour toute épreuve ORALE vous êtes en contact direct et visuel avec votre examinateur. Ne l’oubliez pas. Ainsi on ne va pas passer une épreuve orale comme une épreuve écrite ! Pensez à vous habiller correctement ce jour-là !

N’enfilez pas de été-shorts avec de grosses inscriptions, ne portez as de pantalons trop taille basse qui montrent caleçon ou strict, ne mettez pas de décolletés, attachez vos cheveux s’ils sont longs (ça vous évitera de jouer avec), enlevez vos plus gros princiers… Bref offrez une apparence la plus neutre et passe-partout possible. Soyez sérieux et « adulte ». Votre examinateur n’est pas l pour juger votre style vestimentaire mais bien la qualité de votre compréhension d’un texte risée du français. Compréhension d’un texte et votre maîtrise du français. Soyez sinueux. Attention au langage que vous employez.