Ni d’eve Ni d’adam

Ni d’eve Ni d’adam

Français = Dissertation. Ni d’Eve ni d’Adam, Amélie Nothomb. « Rinri me dit simplement : -Je veux te donner l’étreinte fraternelle du samouraï. Il avait trouvé les mots justes. Il avait mis plus de sept ans à les trouver, mais il n’était pas trop tard. Quand il me parlait d’amour, je m’en fichais parce que ce n’était pas le mot juste. Mais là, il venait de dire ce que j’avais vécu avec lui, je venais de comprendre et quand on me dit le mot juste, je deviens enfin capabl p g Rinri et Amélie ont rapparence d’un couple d’amoureux. En effet ils passent tout leur temps ensemble et éprouvent du plaisir ? ‘être. ? Je n’aurais échangé ma place contre celle de personne. Je m’amusais trop ». Rinri vient très souvent chercher Amélie devant chez elle avec sa Mercedes blanche pour femmener découvrir le Japon, il la conduit partout en du stade des jeux olympiques usqu’au mont Fuji. Ils ont aussi une gestuelle amoureuse « Rinri me tenait la main ainsi que chaque amoureux du parcours » « Il me prit dans ses bras et ne me lâcha plus». Amélie les compare aux autres couples présents autour d’eux « Comme un

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
grand nombre d’amoureuses locales Au début de leur histoire les termes d’amour son très présents.

Ils partagent tout ensemble, les sorties telles que le to vien « ext le cinéma, jusqu’aux moments les plus intimes comme le bain « Nous passions un temps fou dans la salle de bains. La baignoire avait une dimension de baleine Pendant un temps ils vivent même ensemble dans l’appartement de Christine, une amie d’Amélie « Nous envisagions avec terreur de quitter cet appartement qui avait joué un tel rôle dans notre relation On voit que la séparation leur parait inimaginable et les rend tristes. Puis plus tard dans le roman ils se retrouvent de nouveau seuls chez Rinrl pendant une semaine.

Ils y vivent ensemble comme un couple d’amoureux. Dans le livre on remarque également qu’Amélie a de l’admiration pour Rinri, du moins elle lui trouve beaucoup de qualités, « Jamais galanterie ne me sidéra tant b. Ce dernier aime lui cuisiner de bons plats, s’occuper d’elle « tu rentres si tard, je m’inquiétais», la regarder manger «J’aime te regarder manger Leur relation bien que d’apparence monotone va vivre un tournant qui va chambouler leur vie quotidienne. Effectivement lors de leur voyage de Noël sur Ille de Sado ou a priori tout semble parfait, le cadre, l’hôtel, le seNice, jusqu’à la emande en mariage de Rinri.

Ceci à l’impact d’une bombe sur Amélie qui ne supporte pas l’idée du mariage. C’est ainsi que l’on se rend compte que leur couple en fait est atypique. En effet les sentiments amoureux ne sont pas réellement présents au sein de leur c 2 est atypique. présents au sein de leur couple. Il est vrai qu’Amélie définit l’affection qu’elle a pour Rinri comme du Koi, qui signifie avoir du gout et non comme du Ai qui lui en revanche signifie les sentiments amoureux. On apprend donc dès le début l’absence de sentiments.

De plus elle adopte des réactions que des amoureux n’ont pas. ? Je vins le tirer de son sommeil et lui dis avec beaucoup de douceur que, dans mon pays, la tradition exigeait le départ de rhomme à l’aube ici Amélie ment a Rinri a proposé d’une supposée tradition pour lui demander de quitter son domicile. Immédiatement après elle dit éprouver de la joie ? son départ « Dès que je fus seule, j’éprouvais une grande joie » or deux amoureux auraient été peinée de se retrouver run sans l’autre car la passion serai plus forte que tout.

Elle ne l’aime pas car elle le trouve trop simple « Je l’aimais beaucoup. On ne peut pas dire cela à son amoureux. Dommage. De ma part, raimer beaucoup, c’était beaucoup. Cétait parce qu’il n’y avait pas de mal en lui que je l’aimais beaucoup. Cétait à cause de son étrangeté au mal que je n’avais pas d’amour pour lui. ». L’ajout de l’adjectif beaucoup annule la signification du verbe « aimer amer beaucoup n’est pas aimer. « S’éprend-on de ceux pour qui lion a du goût ? Impensable.

On tombe amoureux de ceux que l’on 3 « Séprend-on de ceux pour qui l’on a du goût ? Impensable. On tombe amoureux de ceux que l’on ne supporte pas, de ceux qui représentent un danger insoutenable. De plus elle ne s’investit as dans la relation et Rinri décide de tout, de choix des sorties il ne lui dit rien et passe juste la prendre, elle, ne propose rien. Le couple a l’air de ne marché que dans un sens, celui de Rinri bien qu’aucun des deux n’expriment clairement ses sentiments à l’autre. Même la demande en mariage de Rinri manque de passion et se fait machinalement.

On peut rajouter à cela le fait qu’Amélie manifeste davantage d’amour envers sa sœur qu’envers Rinri. Quand elle parle de sa sœur elle dit « Ce que j’avais de plus précieux au monde » « Je congédiai mon mariage amoureux pour un mois : Juliette et moi partions effectuer otre pèlerinage » elle utilise le mot mariage pour parler de sa relation avec sa sœur alors qu’elle refuse de se marier avec Rinri. Pendant le mois ou sa sœur est là, elle ne voit pas Rinri. II est comme mis entre parenthèse, oublié.

A la fin du roman l’amour qu’elle éprouve pour sa sœur se traduit pas une suite de gestes achevés à son arrivé en Belgique « Je bondis dans les bras de Juliette qui m’attendait. Après avoir henni, aboyé, rugi, blatéré, hululé et glapi tout notre saoul Elle n’a aucune de ses réactions passionnelles quand elle retrouve Rinri, même si ce dernier 4 Elle n’a aucune de ses réactions passionnelles quand elle retrouve Rinri, même si ce dernier et Amélie ont des gestes de tendresse comme se tenir la main, ils ne montrent aucun geste qui exprime un tel amour entre eux.

On remarque également qu’Amélie souffre sans sa sœur « Juliette retourne en Belgique. Je m’enfermais plusieurs heures pour hurler comme une bête. Quand ma poitrine fût vidée des cris qu’elle contenait, je téléphonai à Rinri. » Alors qu’une fois en Belgique elle ne pense plus Rinri « Parfois, le téléphone sonnait. Je n’en revenais pas de tomber sur la voix de Rinri. Je ne pensais jamais à lui On voit bien qu’il forme un couple mais pas d’amoureux car les sentiments ne sont pas présents, en tout cas de la part d’Amélie. Enfin leur comportement ressemble d’avantage à celui de samouraiS.

Les samouraïs sont des guerriers capables de lutter contre les envahisseurs. En demandant en mariage Amélie, Rinri essaye de fuir un carcan qui l’envahit. II souhaite échapper à un avenir tracé par sa famille, il se sent oppressé par les traditions et pour lui épouser une occidentale revient à échapper à un chemin tracé pour lui et à choisir lui-même son avenir. Au japon les enfants passent des tests pour rentrer dans les meilleures écoles primaires. Rinri avait échoué « A cinq ans, j’ai su que je n’étais pas assez intelligent. ? La seule chance pour lui d’avoir le confort et S ans, rai su que je n’étais pas assez intelligent. » La seule chance pour lui d’avoir le confort et la richesse c’est de suivre le chemin tracé par son père, « J’ai senti que mon père pensait : « Ce n’est pas grave. Il est mon fils, il aura ma place. » ». C’est ce à quoi il veut échapper, il cherche la liberté. En plus de cela on peut trouver des ressemblances entre leur elation et le code d’honneur des samouraïs. Tout d’abord ils ont un comportement honorable l’un envers l’autre.

En effet ils sont fidèles à l’autre et honnêtes vis-à-vis de l’autre et d’eux- mêmes. Amélie n’a jamais menti à Rinri, elle ne répond pas ? ses demandes de mariage mais a aucuns moments elle ne lui dit l’aimer. Ils sont aussi bienveillants, Rinri est très attentif ? Amélie, il essaye de lui faire plaisir et il fait preuve d’humilité en lui préparant de bons plats « Vous partez en voyage ? / Non je viens cuisiner chez vous Tous les deux montrent une droiture rréprochable, ce sont tous deux de jeunes gens très polis mais aussi respectueux.

Ils sont sincères, même si on peut en douter quand Amélie n’avoue pas qu’elle souhaite retourner en Belgique mais elle a le courage de partir, « Peu glorieuse la fuite ? C’est pourtant mieux que de se laisser attraper. Le seul déshonneur, c’est de ne pas être libre. » Pour elle il faut du courage pour partir. Amélie a mis fin à leur relation pour échapper à ce q Pour elle il faut du courage pour partir. Amélie a ms fin à leur relation pour échapper à ce qui représente pour elle un danger el un samouraï qui tranche la gorge de son ennemie avec son poignard traditionnel, le Wakizashi.

Tous les deux cherchaient une forme de liberté Rinri l’avait trouvé en étant avec Amélie, le mariage était la finalité. Mais celle-ci ne partageait pas son point de vue. Pour elle le mariage l’aurait privé de cette liberté, en fuyant elle a trouvé ce qu’elle cherchait « La fuite donne la plus formidable sensation de liberté qui se puisse éprouver. » . En revenant sur sa terre natale elle finit par trouver ce qui lui manquait, la possibilité de se consacré entièrement a l’écriture.

On ne peut considérer qu’Amélie et Rinri forme un couple d’amoureux mais plutôt de samouraïs car l’absence de passion et surtout de sentiments laisse place à une forme de respect mutuel plus proche de l’étreinte fraternel de samouraiS. Ces deux samouraïs se sont offert l’impossible, la liberté pour ainsi vaincre définitivement Pennemi. Ils ont vécus une relation qui les auras changé « Dire à quelqu’un que c’est terminé, c’est laid et faux. Ce n’est jamais terminé. Même quand on ne pense plus à quelqu’un, comment douter de sa présence en soi? Un être qui a compté compte toujours. »