Naissance et diffusion du christianisme

Naissance et diffusion du christianisme

NAISSANCE ET DIFFUSION DU CHRISTIANISME I. LE JUDAISME ET LE MONDE JUIF, AU TEMPS DE JESUS A/ L’ histoire du peuple de la Bible Vers 1850 av. J. C. , les Hebreux, peuple nomade, quittent la Mesopotamie, sous la conduite d’Abraham avec lequel Dieu aurait fait une Alliance, dans laquelle Dieu lui promet de proteger son peuple et de lui donner la possession du pays de Canaan (La Terre Promise) ou ils viennent s’installer. Pousses par la famine, une partie d’entre eux s’installe en Egypte sur les riches terres du delta du Nil, et entre 1400 et 1200 av.

J. C. , persecutes par les Egyptiens, ils fuient sous la conduite de Moise pour reprendre leur vie nomade dans le desert du Sinai. C’est la que Dieu serait apparu a Moise et aurait conclu a nouveau avec le peuple hebreu une Alliance eternelle, lui prescrivant alors une Loi, les Dix Commandements. Les dix commandements en hebreux. Vers l’an 1000 av. J. C. , les Hebreux se rendent maitre du pays de Canaan, ou David installe un royaume dont la capitale est Jerusalem. Son fils, Salomon, y construit un temple splendide a la gloire de Yahve.

A la mort de Salomon, le royaume se

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
divise et se retrouve affaibli face aux peuples voisins qui rapidement envahissent et dominent la Palestine : Les Assyriens au VIII? s, puis les Babyloniens, dont le roi Nabuchodonosor detruit Jerusalem en 586 et amene ses habitants en captivite. Suivent au VIe siecle, les Grecs et finalement en 63 av. J. C. , la Palestine devient romaine. Au fil de ses conquetes, les Israelites se sont disperses dans tout le monde antique tout en restant fideles a leur religion. C’est cette dispersion que l’on appelle la diaspora.

Ainsi, les Hebreux font connaitre aux peuples au milieu desquels ils vivent la religion du Dieu unique. Les Juifs vivent dans l’esperance de la venue d’un Messie (un « envoye de Dieu ») que leur ont promis les Prophetes (homme inspire par Dieu et qui delivre son message aux hommes). B/ Les juifs dans le monde romain Unique religion monotheiste dans le monde antique polytheiste, le judaisme benefice de la tolerance des autorites romaines. Les juifs sont dispenses du culte imperial mais restent tres divises face a l’occupant romain de la Terre Promise.

Au Ier siecle av. J. C. , des sectes se partagent la conduite religieuse du peuple juif : – Les Sadduceens acceptent la domination romaine. – Les Pharisiens attendent le Messie tout en defendant les principes de la Loi. – Les Zelotes luttent contre le paganisme et sont intransigeants contre l’autorite romaine. – Les Esseniens vivent tres replies sur eux-memes (comme des moines). – Les Baptistes sont dans l’attente de la venue prochaine du royaume de Dieu. Ils pratiquent le bapteme pour la remission de leurs peches. Ils ont a leur tete le prophete Jean.

Toutes ces communautes juives ont progressivement perdu leurs liens avec la Palestine et ne pratiquent plus leur langue, l’hebreu, sinon le grec. C’est pour cette raison que la Bible est traduite dans cette langue : Bible des Septante (car traduite par 70 interpretes). C’est sa diffusion qui permet au Ier siecle av. JC, la diffusion du message religieux juif dans le monde romain. C’est dans ce contexte tres complexe sur le plan a la fois politique et spirituel que s’inscrit le message de Jesus. II. NAISSANCE DU CHRISTIANISME

La naissance de Jesus-Christ est a l’origine d’une nouvelle religion monotheiste, le christianisme. A/ Jesus et la naissance du christianisme 1) Quelles sont les bases du christianisme ? Le christianisme est ne en Palestine parmi les juifs qui attendent la venue d’un Messie. C’est la religion des disciples de Jesus. Nous connaissons sa vie et son enseignement par des recits ecrits apres sa mort : les Evangiles (du grec « bonne nouvelle ») qui affirment que Jesus est le Messie (Christ en grec) dont les Prophetes annoncaient la venue. Les Evangiles qui constituent le fondement du christianisme.

Ils ont pour but de transmettre le message de Jesus. Ils ont ete ecrits entre 70 et 100, c’est-a-dire 40 a 70 ans apres la mort du Christ. Les faits relates se melangent avec des elements legendaires, ce qui nous oblige a utiliser avec prudence ces documents qui constituent malgre tout le fondement des croyances chretiennes. 2) La vie et le ministere de Jesus Jesus est presente par les Evangiles comme l’incarnation de Dieu. L’esprit de Dieu se serait incarne en un homme, et Jesus serait donc ainsi le fils de Dieu et Dieu fait homme.

Sa date de naissance est placee sous le regne de l’empereur Auguste avec incertitude. Elle marque le debut de l’ere chretienne. Le ministere de Jesus dure environ trois ans. Vers sa trentieme annee, apres avoir ete baptise par le prophete Jean-Baptiste, qui reconnait en lui, le Messie tant attendu, Jesus preche en Galilee et recrute ses premiers disciples. Son enseignement touche surtout les couches les plus pauvres de la population et provoque la mefiance des dirigeants religieux juifs qui, craignant des bouleversements politiques, lui reproche de prendre trop de liberte avec la Loi.

Jesus se presente comme envoye de Dieu pour assurer le salut des hommes. Il s’offre en sacrifice pour sauver ces hommes du peche. Son enseignement est un appel a la conversion des hommes, qui doivent avant tout aimer Dieu et leur prochain. Son message s’adresse non seulement aux juifs mais a tous les hommes. Son message se veut ainsi universel. Ce qui remet en cause toute la theorie juive du peuple elu protege par un Dieu tout puissant. 3) La mort de Jesus et la naissance du christianisme Apres le scandale que Jesus rovoque en chassant les marchands du Temple et un dernier repas pris en compagnie de ses disciples (la Cene), il est arrete et condamne comme agitateur politique. Finalement, Jesus est mis a mort sur l’ordre du gouverneur romain, Ponce Pilate, qui le fait crucifier. Or si Jesus etait l’incarnation du Dieu, comment se pouvait-il qu’il meure ? Ses disciples affirment alors que, trois jours apres sa mort, Jesus est ressuscite (Fete de Paques pour les chretiens), puis qu’apres un sejour sur terre, il est monte au ciel (Ascension) d’ou il a envoye aux hommes son Esprit saint le jour de la Pentecote, afin de les eclairer sur la volonte de Dieu.

La mort et la resurrection du Christ, qui doivent etre interpretees comme la promesse de resurrection pour tous les croyants, est le fondement de la foi des chretiens. Les fideles de Jesus-Christ se rassemblent pour former une Eglise (du grec Ecclesia, assemblee) autour des premiers disciples du Christ, les Apotres. Ils diffusent le message de Jesus-Christ, recitent la priere enseignee par lui (le « Notre Pere »), pratiquent le sacrement de la Communion et vivent selon les principes que Jesus leur a fait connaitre.

C’est cette premiere Eglise qui repand le message chretien dans l’Empire romain. III. DIFFUSION ET ORGANISATION DU CHRISTIANISME A l’origine la communaute des chretiens est consideree comme une secte comme une autre. Mais au cours des siecles, des Eglises chretiennes naissent dans les communautes juives de la diaspora autour du bassin de la Mediterranee pour finalement se convertir en la religion officielle de l’empire romain au Ve siecle. A/ Les debuts de l’Eglise chretienne (Ier – IIIe siecle) 1) L’Eglise primitive

La doctrine du Christ se repand tout d’abord chez les juifs de Jerusalem. Mais des voyageurs se convertissent et font connaitre le christianisme aux communautes juives des grandes villes de la diaspora. La vie de ces premieres communautes est decrite dans un texte du Nouveau Testament, les « Actes des Apotres ». 2) Le role de l’Apotre Paul dans la diffusion du christianisme Bien que persecuteur des chretiens, le citoyen romain Paul devient le grand propagateur du christianisme. Paul detache definitivement le christianisme du judaisme pour en faire une religion universelle.

Il se rend dans les synagogues pour convertir les communautes juives, puis s’adresse aux paiens (Apotre des Gentils). C’est sous son influence que le christianisme acquiert ses propres rites et connait une diffusion considerable. 3) La diffusion et l’organisation du christianisme A partir du IIe siecle, les habitants de l’Empire romain se detachent de plus en plus de la religion officielle. Ils s’interrogent sur la creation du monde, sur la presence de l’homme sur Terre, sur son destin apres la mort. Or la religion chretienne apporte toute une serie de reponse a ces questions ce qui explique son succes.

Face aux nombres de plus en plus importants de fideles, l’Eglise doit s’organiser. Dans chaque cite, l’assemblee des fideles elit un eveque qui donne les sacrements, assiste de pretres (du grec presbyterium, anciens) et de diacres (qui s’occupent des pauvres). La vie de l’Eglise primitive est d’une grande simplicite. Les fideles se reunissent dans la maison de l’un d’entre eux. On y accueille les nouveaux convertis en les baptisant. On y pratique un repas fraternel (l’Eucharistie) au cours duquel on pratique la communion. On y dit des prieres.

La communaute s’occupe tout particulierement des pauvres. Les morts sont enterres dans des cimetieres souterrains, les catacombes. B/ Le temps des persecutions (Ier – IVe siecle) Craignant que les chretiens soient un danger pour l’unite de l’empire, les empereurs romains declenchent des persecutions contre les chretiens. 1) Les empereurs et le christianisme L’implantation du christianisme dans l’Empire romain passe inapercue. Ce n’est qu’a partir du regne de Neron (54-68), que l’opinion publique se dresse contre les chretiens.

On leur reproche de vivre en marge de la societe et de celebrer des ceremonies mysterieuses. De leur cote les empereurs leur reprochent de ne pas aimer les armes, de refuser de faire des sacrifices aux dieux, de ne pas pratiquer le culte imperial. L’idee se repand donc que les chretiens constituent un danger pour l’unite de l’Empire. 2) Les persecutions C’est en 64, qu’ont lieu les premieres persecutions apres l’incendie de Rome dont on accuse les chretiens. Paul est decapite et Pierre est crucifie sur le mont Vatican.

Les persecutions s’etendent a l’ensemble de l’empire, en Asie mineure au IIe siecle, en 177 a Lyon. Desormais, le fait d’appartenir a l’Eglise chretienne est un delit puni de mort. A partir de 202 les conversions au christianisme sont interdites et les persecutions deviennent systematiques. 3) La vie des chretiens au temps des persecutions Les persecutions obligent les chretiens a celebrer leur culte dans la clandestinite. A Rome, dans les catacombes. Contrairement a ce que l’on pourrait penser, ces persecutions fortifient les chretiens dans leur foi et entrainent de nouvelles conversions.

En effet, le martyr (souffrances endures pour temoigner de sa foi) apparait comme la forme la plus haute de la saintete chretienne, provoquant l’entre immediate au Paradis des victimes. Leurs ossements deviennent objet de culte. Le martyr apparait comme une reproduction de la passion du Christ et le fait de subir la mort en apparence dans la joie constitue un exemple qui suscite de nouvelles conversions. A la fin du IIIe siecle, une grande partie de la population urbaine de l’empire romain est devenue chretienne. C/ Le triomphe du christianisme dans l’empire romain 1) Le tournant du IIe siecle

En 313, par l’Edit de tolerance de Milan, l’empereur Constantin met fin aux persecutions contre les chretiens. Desormais, l’Eglise beneficie de la faveur des empereurs (argent, exemption d’impots). Les lieux de culte se multiplient, Rome se couvre de basiliques ainsi que Constantinople, la nouvelle capitale de l’Empire depuis 330. Sur son lit de mort, Constantin est baptise. En 391, sous le regne de Theodose, le christianisme devient religion d’Etat. Des chretiens accedent aux plus hautes fonctions imperiales. C’est l’epoque ou le christianisme penetre fortement dans les campagnes.

L’empereur, personnage deja sacre et honore de longue date, devient chretien et est desormais considere comme l’image de Dieu sur Terre, responsable devant lui du salut de ses sujets et charge d’etendre a toute l’humanite la religion chretienne. 2) L’organisation et la puissance de l’Eglise Les eveques des grandes cites de l’empire (Antioche, Alexandrie, Constantinople) prennent plus d’importances que les autres et celui de Rome, successeur de Saint Pierre, revendique le titre de chef de l’Eglise. L’Eglise de la fin du IVe siecle est tres riches des dons consentis par les empereurs ou par de riches convertis qui lui donnent leurs biens.

L’Eglise possedent donc des terres immenses et des sommes d’argent considerables. Elle s’en sert pour construire des tres nombreux monuments, mais aussi pour aider les pauvres (constructions d’hopitaux, d’asiles, distribution de secours). Tres puissante, l’Eglise n’hesite pas a s’opposer au pouvoir : Ambroise, eveque de Milan, interdit l’entree de l’Eglise a l’empereur Theodose pour les fautes qu’il avait commises (massacre de 7000 personnes a Aquilee en 388). Cette Eglise riche et puissante ne correspond plus aux aspirations de ceux qui, par le sacrifice du martyr, voulaient atteindre la perfection et le salut.

Aussi voit-on des fideles fuir le monde pour servir dans la pauvrete et l’isolement. Les uns vivent seuls et isoles de tous, ce sont les ermites. Les autres se regroupent en communautes qui obeissent a des regles tres rigoureuses, partageant leur temps entre travail, etude et priere, ce sont les moines qui contribuent a de nombreuses conversions dans les campagnes. CONCLUSION Si le christianisme s’est bien implante dans les villes, les campagnes, surtout en Occident, restent attachees au paganisme. La christianisation des campagnes se fait donc par la force.

La multiplication du culte des martyrs (saints) et le culte des reliques doivent etre interpretees comme une assimilation des veilles croyances et du caractere magique de certains objets. De leur cote, les intellectuels reflechissent sur le sens des croyances chretiennes et leur interpretation donne lieu a de vives querelles. Les schismes (division au sein de l’Eglise) se developpent. Plus graves sont les querelles sur la nature du Christ et du Saint Esprit qui entrainent le developpement des heresies (doctrines qui remettent en cause les fondements memes de la foi chretienne).

L’empereur Constantin et ses successeurs interviennent pour trancher les querelles survenues dans l’Eglise. En 325, le concile (reunion des responsables de l’Eglise) de Nicee, en Asie Mineure, condamne les heresies et fixe les croyances chretiennes. Lexique : Paganisme : Autrefois, religion basee sur l’adoration de statues en pierre. Diaspora : Dispersion des Juifs dans le monde. Secte : designe soit un ensemble d’hommes et de femmes partageant une meme doctrine philosophique, religieuse, etc. … Remission : Pardon des peches.

Les evangiles : (du grec ?.???????? ) sont des ecrits qui relatent la vie et le message de Jesus-Christ. Incarnation : le fait que le Fils de Dieu ait assume une nature humaine pour accomplir en elle notre salut. Crucifier : Supplice de la mise en croix, lorsqu’il s’applique au Christ lors de sa Passion Catacombes : Galeries souterraines, a Rome, ou les premiers chretiens se cacherent pendant les persecutions. Une religion d’Etat : (egalement appelee religion officielle) est une religion ou une profession de foi officiellement adoptee par un Etat.