NADJA ANDRE BRETON

NADJA ANDRE BRETON

NADJA ANDRE BRETON LE MOUVEMENT SURRÉALISTE / 1. Le surréalisme a) le mouvement En 1921, Breton, de plus en plus intéressé par les théories sur l’inconscient, rencontre Freud.

Avec ses amis, il commence alors à expérimenter l’écriture en état d’hypnose, les récits de rêves et l’écriture automatique (c’est-à-dire spontanée, sans que la réflexion, la morale ou la raison ne viennent interrompre l’acte d’écrire) qui sont selon lui les meilleures façons d’explorer l’inconscient ; cette exploration est avant tout conçue comme une libération de l’esprit et une manière de mieux connaitre ‘homme, en particuli techniques d’écriture VIe PACE 1 org du mouvement surré Ste, to nextÇEge laquelle Breton publi Si le surréalisme se c de de refouler.

Ces que de fabrique , année pendant lisme. de révéler l’inconscient, il se caract rise galement par sa révolte non seulement contre les valeurs culturelles de l’époque, mais aussi contre la morale et les institutions qui ont mené au désastre de la première guerre mondiale. Le groupe s’éteint en 1969, après la mort de ses principaux membres. b) Nadja, un manifeste surréaliste Le Manifeste du surréalisme est l’acte fondateur du surréalisme t en définit les caractéristiques.

Quelques années plus tard, la publication de Nadja es Swipe to vlew

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
next page est plus qu’une illustration de ces préceptes : à lui seul, et pour plusieurs raisons, le texte peut être considéré comme un manifeste du surréalisme. Il illustre et prône en même temps : l’exaltation de la liberté. Breton condamne les excès de la raison et le conformisme social qui selon lui entravent la liberté L’émancipation humaine à tous égards demeure la seule cause qu’il soit digne de servir p. 168).

Pour lui, la logique et la aison sont « [les] plus des prisons » (p. 169) ; un usage surréaliste de la langue. Dans le Manifeste, Breton écrivait : « Le langage a été donné à l’homme pour qu’il en fasse un usage surréaliste II en donne l’exemple dans Nadja où il souhaite, grâce à des images inédites et à des associations de mots inattendues, briser le mécanisme de la pensée et changer les perceptions que l’on peut avoir de la réalité. Par exemple, il parle des «yeux de fougère» (p. 30) de Nadja et il utilise régulièrement des expressions ou des proverbes populaires n les détournant de leur sens («Autant en emporte le vent du moindre fait qui se produit, s’il est imprévu p. 68). Notons aussi que de maniere générale, les phrases de Breton sont denses, sinueuses, complexes, et surtout chargées de références et de symboles. Elles visent à révéler le cheminement de la pensée de l’auteur, et à restituer la complexité de la réalité. our Breton, il s’agit avant tout de libérer le langage pour libérer la p complexité de la réalité. Pour Breton, il s’agit avant tout de libérer le langage pour libérer la pensée ; e recours aux photographies. Dans son «Avant-dire», Breton prévient le lecteur qu’il tient à supprlmer toutes les descriptions • à la place, il insère dans son texte des photographies des lieux. Si les descriptions sont rejetées, c’est parce qu’elles consistent à reproduire le réel ; comme les surréalistes cherchent à dire l’indicible, elles n’ont plus d’utilité.

Toutefois, les illustrations ne dispensent pas toujours Breton d’une description plus minutieuse, mais toujours dans le but de creuser l’ « envers de la réalité Par exemple, en plus de la photo qui représente la outique « Bois-Charbon » à la page 30, il décrit les rondeaux de bois de l’enseigne qui ont provoqué chez lul des halluclnations ; Caractéristiques du surréalisme Un appel au rêve : pour les surréalistes, la forme d’activité onirique est essentielle, le songe, selon eux, pourrait être la solution aux grandes questions de la vie. Exploration de l’inconscient : relations profondes avec la psychanalyse.

Breton définit une méthode d’écriture dans le premier Manifeste du Surréalisme qui repose sur les théories freudiennes : c’est l’écriture automatique. Poétique du surréalisme : L’humour, forme efficace de subversion, est run des principes premiers du surréalisme. C’est une façon de préférer le principe de plaisir au principe de réalité dans le contact avec des idées désagréab principe de plaisir au principe de réalité dans le contact avec des idées désagréables. -L’image verbale : recherche d’images qui échappent à la syntaxe, qui transgressent la logique ratlonnelle.

Les images sont d’autant plus fortes qu’elles sont inattendues et que la liaison entre référent et référé est à la charge du lecteur qui participe à la réation surréaliste. -Poésie : ils préconisent une poésie libérée des règles formelles, jouant sur des jeux de sonorités et des rencontres sémantiques inattendues. -Récit : les romans surréalistes accumulent les indices d’invraisemblance pour mieux rendre compte du vrai. La nécessité d’une intrigue disparaît, le récit abandonne alors ses atouts traditionnels pour se concentrer sur une écriture poétique en prose où fusent des images poétiques traditionnelles.

Mécanismes de la passion: Rêve d’une société meilleure où les passions de chaque individu, ibérées de toute répression, s’harmonisent pour le bien de tous ; un mande où la poésie, la liberté et l’amour règnent • Révolution contre – les valeurs traditionnelles ordre établi, les conventions – l’autorité – les tabous sociaux : religieux, moraux, sexuels – la prédominance de la raison, de la logique, de la rationalité • Et remise en question de leur toute-puissance Une écriture automatique : L’écriture automatique est un mode d’écriture cherchant ? échapper aux contraintes de la logique, elle laisse s’exprimer la voix intérieure inconsciente, dévie l’inconscient de la pensée PAGF