Montaigne

Montaigne

Montaigne s’estime dépourvu des titres et des compétences ordinaires que l’on peut exiger d’un pédagogue, mais s’invente une autre légitimité : cette légitimité n’est pas celle de la connaissance, mais celle du jugement. • Montaigne affirme un lien de paternité avec son œuvre. 145 – 146 A : « Je ne vis jamais pere à la Françoise Malgré les défauts que montre un fils, un père le reconnaît tout comme Montaigne reconnaît son œuvre. • S’il devait exercer la foncton de pédagogue, Montaigne pratiquerait l’examen du « jugement naturel 146 A – C : « Car en somme, je sçay à moy, si peu que rien

Montaigne se déclare peu avancé dans l’étude des sciences, mais trouve une autre sol • L’œuvre de Montag 146 A- trop mal instruit pou a) Ce n’est pas l’expo OF4 ‘Vipe View next page mme pédagogue. Ités naturelles. ier me sentant Montaigne souligne la singularité de son œuvre, qui correspond à ses « propres et naturels moyens». Il souligne le contraste avec les pratiques des auteurs contemporains et fait « connoistre l’extreme difference entre eux et moy b) et quand l’essayiste emprunte, c’est pour mieux se dire lui- même.. 47 C – 148 C : «

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
Reprendre en autruy mes propres fautes en ce docte et laborieux tissu des Politiques Montaigne réfléchit sur la manière dont il pratique l’emprunt Michel de Monta to next page Montaigne Essais Sites Internet utiles : Montaigne (Wikipédia). Encyclopédie Montaigne (en travaux) Château de Montaigne (avec 50 photos) Essais (extraits) Essais, texte intégral (Trismégiste) NOTE IMPORTANTE . parmi les questions suivantes, vous préparerez, après la discussion des textes dans le séminaire, de brèves réponses écrites pour celles qui sont marquées d’un astérisque.

Ensuite vous les remettrez à votre professeur. Au lecteur ; Montaigne peint par lui-même (Lagarde et Michard, p. 196 198) 1. P. 98, question 1. 2. P. 198, question 3. L’art de voyager (Lagarde et Michard, p. 202-204) 3. Etudiez les lignes 32-46. Quel est le point de départ de l’auteur, c’est-à-dire, de quoi de qui fait-il l’analyse pour arriver à la conclusion « Chaque usage a sa raison. » (l. 46) ? Quelle attitude Montaigne a-t-il envers la vie ? 4. Qu’est-ce qu’il pense des différentes manières de manger (l. 47-50) ? Si, lorsqu’il voyage à l’étranger, on lui offre de la cuisine française, que fait il (l. 0-53) ? * 5. Comment dépeint-il le comportement du français à l’étranger (I. 53-62) ? Que pense-t-il des gens qui n’acceptent pas les outumes des autres ? 6. Quel est son iugement s 2 nobles (l. 63-68) ? question 4 « Notre monde vient den trouver un autre p. 194 (l. 446) 199 (l. 574). IO. Après avoir parcouru rapidment le texte, expliquez-en le contexte historique. (Qu’est-ce qui se passa en 1492 pour changer l’histoire du monde, et comment cet événement changea-t-il le monde ? ) 11. Expliquez ce que c’est que le Traité de Tordesillas. (Lisez l’article Traité de Tordesillas dans la Wikipédia. 12. Résumez le portrait fait par Montaigne de la civilisation des Amérindiens. Daprès l’auteur des Essais, quel peuple est plus ertueux, le peuple européen ou le peuple amérindien ? Quelle a été la conséquence de cette différence pour les Amérindiens ? « Tant de villes rasées, tant de nations exterminées p. 198 (I. 523) 201 (I. 606) Ligne 523 : Que – pourquoi Lignes 526, 527, 530, 534 536 : eussent = auraient (plus-que- parfait du subjonctif = passé conditionnel) Lignes 532, 537 : eût = aurait (plus-que-parfait du subjonctif – passé conditionnel) 13.

Selon Montaigne, si l’Amérique avait fait partie d’un empire de IAntiquité classique, comme l’empire grec d’Alexandre le Grand ou l’empire romain, qui respectaient les différents peuples ppartentant à ces empires, les Européens et les Amérindiens auraient pu forger une nouvelle civilisation fondée sur le respect mutuel (P. 198-200, lignes 523-549 = p. 199-201, lignes 575-593). Cependant, les conquêtes européennes du XVe et du XVIe siècles ont été entreprises pour une seule raison. Laquelle (p. 200, ligne 545 p. 01 , ligne 599) ? Quelles en ont été les conséquences sur le pl 3 raison. Laquelle (p. 200, ligne 545 = p. 201, ligne 599) ? Quelles en ont été les conséquences sur le plan moral ? « La vérité de notre religion, laquelle ils leur conseillaient d’accepter, y ajoutant quelues menaces » p. 00, (I. 552) p. 203 (fin) 14. Par quel procédé d’argumentation Montaigne fait-il ici la critique du colonialisme ? (Exprime-t-il ses opinions directement ou indirectement ? Observez l’énonciation : qui parle, quels sont les deux locuteurs ? Qu’est-ce que le terme d’analyse littéraire distanciation pourrait signifier dans ce contexte ? * 15. Montrez l’ironie du jugement des Indiens sur le roi d’Espagne (p. 202, lignes 564-571 = p. 203, lignes 624-629). * 16. Trouvez dans le passage l’allusion au Traité de Tordesillas. (Voir Question préliminaire 3 ci-dessus. ) * 17. Quel contraste entre la société européenne et la société mérindienne est implicite dans les remarques des Indiens au sujet de l’or (lignes 17-19) ? * 18.

Analysez l’attitude de Montaigne envers les religions suggérée par les déclarations des Indiens sur la religion chrétienne (P. 202, lignes 578-580 = p. 203, lignes 636-639 Montaigne croit-il que les autres doivent être chrétiens comme lui ? ) En quoi les idées de Montaigne sur la religion sont-elles proches de celles de Castellion ? 19. Expliquez la phrase « Voilà un exemple de la balbutie de cette enfance » (p. 202, lignes 589-590 = p. 203, ligne 649, en indiquant la figure de rhétorique employée. 4