Mon amour

Mon amour

Ce qui frappe chez lui, c’est une facilite d’ecriture etonnante. Les pieces d’Obaldia se deroulent toujours dans un cadre emprunte au monde actuel et sur des sujets modernes. La valeur comique de ses ? uvres ne fait aucun doute. Son theatre invite le spectateur dans un autre monde que celui de la vie ordinaire. Dans Genousie par exemple, l’auteur remplace la langage ordinaire, le francais, par le genousien, qui est aussi le langage de la fantaisie, du reve et de l’amour. Il joue avec la langue pour en decomposer les saveurs, a travers des jeux de mots, l’imitation des parlers les plus divers.

Sans limite, il enchaine les rapports de personnages et les situations abracadabrants, avec toujours un fond de tendresse. Dans ses ? uvres, « on y parle l’obaldien vernaculaire (c’est une langue verte, savante et bien pendue, qui se decline en alexandrins, calembours et parodies). On y tient que l’absurde est plus serieux que la raison. On y pratique un doux anarchisme. On y croise, selon la saison, Queneau, Jarry, Ionesco et Giraudoux » « La marque propre de Rene de Obaldia est l’humour cocasse » (T. Morimoto). Rene De Obaldia a aussi bien ecrit des oeuvres litteraires que des ieces de theatre. Voici

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
la liste de ses oeuvres theatrales: ?uvres theatrales 1960 : Genousie 1961 : 7 Impromptus a loisir (L’Azote, Edouard et Agrippine, Le sacrifice du bourreau, Le Defunt, Poivre de Cayenne, Le grand vizir) 1963 : Le Satyre de la Villette (qui fit scandale) 1964 : Le General inconnu 1965 : Le Cosmonaute agricole, Du vent dans les branches de sassafras (l’une des plus jouees) 1966 : Du vent dans les branches de Sassafras 1966 : L’Air du large 1968 : … Et la fin etait le bang, La rue Obaldia 1971 : La Baby-sitter et Deux femmes pour un fantome 972 : Petite suite poetique resolument optimiste 1973 : Underground etablissement : Le Damne et Classe Terminale 1975 : Monsieur Klebs et Rozalie 1979 : Le Banquet des meduses 1980 : Les Bons Bourgeois 1981 : Visages d’Obaldia 1986 : Endives et misericorde 1991 : Grasse matinee, Les Larmes de l’aveugle, Richesses naturelles 1993 : Les Innocentines 1996 : Soiree Obaldia 1999 : Obaldiableries : Rappening, Pour ses beaux yeux, Entre chienne et loup 2009 : Merci d’etre avec nous. Nouveaux impromptus (Merci d’etre avec nous, Une page de tournee, A batons rompus, Les retrouvailles, L’extra-lucide