Moliere

Moliere

Pour les articles homonymes, voir Moliere (homonymie) et Jean-Baptiste. Moliere Moliere dans le role de Cesar dans La Mort de Pompee, peint par Nicolas Mignard (1658). Collection Comedie-Francaise.. ——————————————————————————– Nom de naissance Jean-Baptiste Poquelin Autres noms Moliere Activite(s) Dramaturge, Comedien Naissance Indeterminee, baptise le 15 janvier 1622 Deces 17 fevrier 1673 Jean-Baptiste Poquelin, dit Moliere, baptise le 15 janvier 1622[1] et mort le 17 fevrier 1673, est un dramaturge et acteur de theatre francais.

Considere comme l’ame de la Comedie-Francaise, il en est toujours l’auteur le plus joue. Impitoyable pour le pedantisme des faux savants, le mensonge des medecins ignorants, la pretention des bourgeois enrichis, Moliere aime la jeunesse qu’il veut liberer des contraintes absurdes. Tres loin des rigueurs de la devotion ou de l’ascetisme, son role de moraliste s’arrete la ou il l’a defini : « Je ne sais s’il n’est pas mieux de travailler a rectifier et a adoucir les passions des hommes que de vouloir les retrancher entierement »[2], et son but a d’abord ete de « faire rire les honnetes gens »[3].

Il fait donc sienne la devise Castigat ridendo mores (en riant, elle chatie les m urs) qui apparait sur les treteaux italiens des les annees 1620 en

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
France, au sujet de la comedie. Sommaire [masquer] 1 La jeunesse de Moliere 2 Des debuts difficiles 3 Le debut de la gloire 4 Les dernieres uvres 5 La mort de Moliere 5. 1 La mort de Moliere selon Boulgakov 6 Epilogue 7 Polemique litteraire 8 Ses uvres 9 Cinema 10 Voir aussi 10. 1 Articles connexes 10. 2 Bibliographie 10. 3 Liens externes 11 Notes et references La jeunesse de Moliere

Fils de Jean Poquelin, riche marchand-tapissier etabli rue Saint-Honore a Paris, et nomme tapissier du roi, Jean Poquelin est baptise le 15 janvier 1622 a la paroisse Saint-Eustache, vraisemblablement ne le meme jour ou la veille[4]. Deux ans plus tard, l’enfant, a la suite de la naissance d’un frere cadet egalement baptise Jean, sera appele Jean Baptiste. Sa mere, Marie Cresse, meurt en 1632 alors qu’il n’a que dix ans, son pere se remarie avec Catherine Fleurette, autre fille de tapissier, dont il aura cinq enfants.

De 1633 a 1639 il est eleve au college de Clermont (actuel lycee Louis-le-Grand), tenu par des Jesuites, l’un des etablissements les plus huppes de la capitale. Jean-Baptiste y fait d’excellentes etudes (latin, mathematiques, physique, philosophie, mais aussi escrime et danse). Grace a son grand-pere, il a pu assister aux representations theatrales de l’Hotel de Bourgogne, mais aussi a celles des improvisations sur canevas des Italiens, ou aux farces comiques de Gaultier-Garguille ou Guillot-Gorju. Selon certaines sources, il aurait eu pour condisciple le prince de Conti, qui deviendra l’un de ses protecteurs.

Le 18 decembre 1637, il prete le serment de tapissier royal, reprenant ainsi la charge de son pere aupres de Louis XIII. On ne sait si Moliere exerce ou non son nouveau metier, toujours est-il qu’en 1640 il fait la connaissance d’une famille de comediens, les Bejart et il tombe amoureux de Madeleine, protegee du duc de Modene. La meme annee, il rencontre Tiberio Fiorelli, le celebre Scaramouche, et prend peut-etre des lecons aupres de lui. On pense qu’en 1641, il suit l’enseignement de Gassendi, philosophe epicurien et maitre des Libertins, qui a enseigne a La Mothe Le Vayer, Cyrano de Bergerac, Chapelle et d’Assoucy.

En 1642, il prend ses licences de droit a l’Universite d’Orleans et revient a Paris ou il s’inscrit au barreau pendant six mois, puis il remplace son pere qui veut lui laisser sa charge et voit d’un mauvais il sa frequentation avec les Bejart, et suit la cour de Louis XIII a Narbonne. En janvier 1643, Jean-Baptiste renonce a la charge de son pere qui lui coupe les vivres. Madeleine Bejart accouche d’une petite fille, Armande, que le duc de Modene reconnait comme etant de lui. Le 13 juin, l’acte de fondation de l’Illustre Theatre, sous la direction de Madeleine Bejart, est signe. Des debuts difficiles Theatre Par categories Personnalites

Acteur – Actrice Metteur en scene Decorateur Dramaturge Voir aussi Piece – Salle Histoire – Genres Festivals – Recompenses Techniques Le portail du theatre En 1644, la troupe joue en province. En juillet ils sont de retour a Paris et Jean-Baptiste est devenu « Moliere » et directeur de la troupe. Sur le choix de ce nom de scene, Grimarest, son premier biographe, ecrit : « Jamais il n’en a voulu dire la raison, meme a ses meilleurs amis ». Selon certaines sources, ce pseudonyme aurait ete choisi en l’honneur de l’ecrivain libertin Francois de Moliere (1599 – 1624)[5],[6]. La troupe joue au Jeu de Paume des Metayers et essuie un echec cuisant.

La troupe fait faillite en 1645 et Moliere est emprisonne au Chatelet pendant quelques jours, puis son pere paie les dettes de la troupe pour le faire sortir et, sitot libere, la troupe part en province pour en rejoindre une autre dirigee par le comedien Dufresne, au service du duc d’Epernon, gouverneur de Guyenne. Entre janvier 1646 et mars 1657, la troupe joue a Nantes, Albi, Toulouse, Carcassonne, Poitiers, Vienne, Narbonne, Agen, Pezenas, Grenoble, Lyon, Montpellier, Dijon, Avignon, Bordeaux, Beziers, Rouen. En 1653, la troupe passe au service du prince de Conti, frere du grand Conde et nouveau gouverneur de la Guyenne.

Mais celui-ci finit par ceder aux pressions religieuses du moment et effectue une conversion. Le theatre devient alors pour lui synonyme de perdition et il chasse de sa maison la troupe qui passe alors au service du gouverneur de Normandie. Moliere renonce a ses pretentions tragiques : il est une grande vedette comique et redevient chef de troupe en 1650. Il compose des farces sur le modele italien, avec un seul canevas. Il cree le personnage de Mascarille dans ses premieres vraies pieces : L’Etourdi (Lyon, 1655), Le Depit amoureux (Beziers, 1656). En 1658 il fait la connaissance de Corneille vieillissant et joue a Rouen.

Le debut de la gloire Moliere. Frontispice de ses ‘uvres, edition de 1840. Moliere retourne a Paris en 1658. Il joue au Jeu de paume du Marais. Protege par Monsieur, frere du roi, il joue alors devant Louis XIV une tragedie de Corneille, Nicomede, qui ennuie, et une farce, qui est un triomphe, Le Docteur amoureux. Moliere dispose d’un grand talent comique : sa voix et ses mimiques declenchent l’hilarite. La troupe de Moliere jouit bientot d’une reputation inegalee dans le comique, et le roi l’installe au Petit-Bourbon, ou elle joue en alternance avec la troupe italienne de Scaramouche.

En 1659 la troupe perd Joseph Bejart et les Du Parc la quittent pour la troupe du Marais. On engage les jeunes comediens La Grange et Du Croisy. Le 18 novembre, c’est le succes eclatant des Precieuses ridicules, ou Moliere dans le role de Mascarille donne la replique a Jodelet, fameux comedien engage pour l’occasion. Le theatre du Petit-Bourbon est ensuite detruit pour les besoins de la construction de la colonnade du Louvre, ce qui entraine trois mois de chomage pour la troupe.

Le roi installe Moliere en 1660 au Palais-Royal, ou Moliere donne Sganarelle ou le Cocu imaginaire. Il est sacre par Baudeau de Somaize (auteur du Grand Dictionnaire des Precieuses) « premier farceur de France ». Il perd son frere cadet, ce qui fait de lui l’unique heritier de la charge de son pere avec lequel il s’est reconcilie. Moliere partage, en 1661, le theatre du Palais-Royal avec la troupe de Domenico Biancolelli, dit Arlequin. Il presente Dom Garcie de Navarre qui est un echec et L’Ecole des maris qui triomphe. La meme annee, Moliere emmenage en face du Palais-Royal.

Le 17 aout il cree Les Facheux, sa premiere comedie-ballet, au chateau de Vaux-le-Vicomte, pour Fouquet qui recoit le roi. En 1662, Moliere epouse Armande Bejart, de vingt ans sa cadette, avec qui il aura un fils Louis dont le roi est parrain, baptise le 24 fevrier 1664 et mort a huit mois et demi, une fille Esprit-Madeleine, baptisee le 4 aout 1665, et un autre fils Pierre, baptise le 1er octobre 1672 et mort le mois suivant. L’annee de son mariage, il s’attaque a un sujet peu courant a l’epoque : la condition feminine. L’Ecole des femmes est un triomphe ou Armande Bejart tient le role d’Agnes.

En 1663, a cause des devots qui considerent Moliere comme un libertin et L’Ecole des femmes comme une piece obscene et irreligieuse, mais egalement parce que Moliere est le premier comedien a avoir recu une pension directe du roi, il est attaque dans sa vie privee : on insinue qu’il a epouse sa propre fille. Le 1er juin il replique par La Critique de l’ecole des femmes et, le 18 octobre, il joue devant le roi L’Impromptu de Versailles, qui donne egalement d’eclairantes precisions sur le fonctionnement d’une troupe de theatre au XVIIe siecle.

Le 29 janvier 1664, Moliere presente au Louvre Le Mariage force, ou le roi danse, costume en Egyptien. Il est ensuite nomme responsable des divertissements de la cour et, du 8 au 13 mai, il preside les Plaisirs de l’Ile enchantee, divertissement presente a Versailles en l’honneur de la nouvelle maitresse du roi, Mlle de La Valliere. Il y donne La Princesse d’Elide qui mele texte, musique et danse, et recourt a des machines sophistiquees et une premiere version en trois actes du Tartuffe que, sous la pression des devots, Louis XIV se voit dans l’obligation d’interdire pendant cinq ans.

Cet episode est demeure celebre sous le nom de « cabale des devots ». Cette meme annee, la troupe de Moliere joue La Thebaide, premiere piece de Racine. En 1665, on joue seulement quinze representations du desormais celebre Dom Juan. La troupe, soutenue par le roi, devient la Troupe du Roy et recoit une pension de 6 000 livres par an, ce qui ne fait pas grand-chose lorsqu’on sait que la recette d’une representation reussie est d’environ 1 800 livres.

Le 15 septembre 1665, Moliere donne L’Amour medecin et le 27 novembre, malade d’une « fluxion » qui etait probablement la tuberculose, Moliere est ecarte de la scene pour deux mois. Le 4 decembre, la troupe joue Alexandre le Grand de Racine qui, decu par l’interpretation, trahit Moliere et confie sa piece a l’Hotel de Bourgogne. Les dernieres uvres En 1666, Moliere et Armande se separent. Le 4 juin Moliere donne Le Misanthrope et le 6 aout, Le Medecin malgre lui. Le 27 novembre il fait une grave rechute qui ne lui permet de remonter sur les planches qu’en juin 1667.

Pendant cette annee il forme le jeune Baron, age de quatorze ans, a l’art du comedien. Il tente alors de jouer a nouveau Tartuffe sous un titre different, L’Imposteur, mais la piece est interdite le lendemain. Il donne egalement Melicerte, deux actes de comedie qui constituent la troisieme entree du Ballet des Muses commande par Louis XIV au poete Benserade. Le roi y danse avec Henriette d’Angleterre, fille de Charles Ier d’Angleterre et d’Henriette de France. Mlle Du Parc quitte une deuxieme fois Moliere pour l’Hotel de Bourgogne et y cree le 22 novembre Andromaque, premier triomphe de Racine.

En 1668 sont representees successivement Amphitryon le 13 janvier, George Dandin en juillet et L’Avare en septembre. La sante de Moliere est tres mauvaise et le bruit de sa mort court deja dans Paris. L’interdiction de representer le Tartuffe est levee en 1669. La piece remporte le 25 fevrier un succes considerable avec une recette de 2 860 livres. La meme annee, il perd son pere et cree avec la collaboration de Lully des comedies-ballets : Les Amants magnifiques, Monsieur de Pourceaugnac, Le Bourgeois gentilhomme.

En 1670 parait Elomire hypocondre, piece insultante ecrite par Le Boulanger de Chalussay, dans laquelle Moliere (dont Elomire est l’anagramme) est tourne en ridicule de facon particulierement acide. En 1671 Moliere donne Psyche, Les Fourberies de Scapin, La Comtesse d’Escarbagnas et Les Femmes savantes. En 1672 meurt Madeleine Bejart qui n’avait jamais cesse d’etre d’une grande importance pour Moliere. Il se reconcilie avec Armande et Lully intrigue aupres du roi pour obtenir l’exclusivite de la creation des ballets.

En 1673 Moliere a bel et bien perdu la faveur de Louis XIV et son Malade imaginaire n’est pas joue a la cour. La mort de Moliere La tombe de Moliere au cimetiere du Pere-Lachaise, Paris. La page du registre de La Grange qui relate la mort de Moliere. Pris de convulsions au cours de la quatrieme representation du Malade imaginaire, Moliere expire quelques heures plus tard d’une congestion pulmonaire, le 17 fevrier 1673, chez lui et non pas en jouant cette piece — comme le veut la tradition —, sans avoir abjure la profession de comedien, consideree comme immorale par l’Eglise.

Dans le registre qu’il tient scrupuleusement, La Grange ecrit ce jour : « Ce mesme jour apres la Comedie sur les 10 heures du soir Monsieur de Moliere mourust dans sa maison Rue de Richelieu, ayant joue le rosle dudit malade imaginaire fort incommode d’un rhume de fluction sur la poitrine qui luy causoit une grande toux de sorte que dans les grans efforts qu’il fist pour cracher il se rompit une veyne dans le corps et ne vescut pas demye heure ou trois quarts d’heure depuis ladite veyne rompue. Son corps est enterre a St Joseph, ayde de la parroisse St Eustache.

Il y a une tombe eslevee d’un pied hors de terre ». Trente-deux ans plus tard, Grimarest, le premier biographe de Moliere, detaille les circonstances de sa mort, sans y avoir toutefois assiste (il avait 15 ans lors du deces de Moliere) : « Les Comediens tinrent les lustres allumez[7], et la toile levee, precisement a quatre heures. Moliere representa avec beaucoup de difficulte ; et la moitie des spectateurs s’apercurent qu’en prononcant Juro, dans la ceremonie du Malade Imaginaire, il lui prit une convulsion.

Aiant remarque lui-meme que l’on s’en etoit apercu, il se fit un effort, et cacha par un ris force ce qui venoit de lui arriver. Quand la piece fut finie il prit sa robe de chambre, et fut dans la loge de Baron, et lui demanda ce que l’on disoit de sa piece. Mr Baron lui repondit que ses ouvrages avoient toujours une heureuse reussite a les examiner de pres, et que plus on les representoit, plus on les goutoit. “Mais”, ajouta-t-il, “vous me paroissez plus mal que tantot”. “Cela est vrai”, lui repondit Moliere, “j’ai un froid qui me tue”.

Baron apres lui avoir touche les mains, qu’il trouva glacees, les lui mit dans son manchon, pour les rechauffer ; il envoya chercher ses porteurs pour le porter promptement chez lui ; et il ne quitta point sa chaise, de peur qu’il ne lui arrivat quelque accident du Palais Royal dans la rue de Richelieu, ou il logeoit [… ]. Un instant apres il lui prit une toux extremement forte, et apres avoir crache il demanda de la lumiere. Baron aiant vu le sang qu’il venoit de rendre, s’ecria avec frayeur. “Ne vous epouvantez point”, lui dit Moliere, “vous m’en avez vu rendre bien davantage.

Cependant”, ajouta-t-il, “allez dire a ma femme qu’elle monte”. Il resta assiste de deux s urs religieuses, de celles qui viennent ordinairement a Paris queter pendant le Careme, et auxquelles il donnoit l’hospitalite. Elles lui donnerent a ce dernier moment de sa vie tout le secours edifiant que l’on pouvoit attendre de leur charite, et il fit paroitre tous les sentimens d’un bon Chretien, et toute la resignation qu’il devoit a la volonte du Seigneur. Enfin il rendit l’esprit entre les bras de ces deux bonnes s urs ; le sang qui sortoit par sa bouche en abondance l’etouffa.

Ainsi quand sa femme et Baron remonterent, ils le trouverent mort. J’ai cru que je devois entrer dans le detail de la mort de Moliere, pour desabuser le public de plusieurs histoires que l’on a faites a cette occasion. « Aussi-tot que Moliere fut mort, Baron fut a Saint Germain en informer le Roi ; Sa Majeste en fut touchee, et daigna le temoigner [… ]. Tout le monde sait les difficultez que l’on eut a faire enterrer Moliere, comme un Chretien Catholique ; et comment on obtint en consideration de son merite et de la droiture de ses sentimens, dont on fit des informations, qu’il fut inhume a Saint Joseph.

Le jour qu’on le porta en terre il s’amassa une foule incroyable de peuple devant sa porte [… ]. Le convoi se fit tranquillement a la clarte de pres de cent flambeaux, le mardi vingt un de fevrier ». La mort de Moliere selon Boulgakov Ce soir du 17 fevrier 1673, Moliere se preparait dans les coulisses avant de jouer sa piece Le Malade imaginaire, pour la quatrieme fois. Malgre les recommandations des medecins, le comedien, epuise, avait refuse d’annuler la representation. Dans la salle du Palais-Royal, le public, qui lui etait reste fidele dans ces jours sombres, attendait patiemment le lever du rideau.

La piece se deroula fort bien, quand soudain le pauvre Argan, qui simulait une forte toux, fut pris de veritables convulsions. « Le rideau, baissez le rideau ! » s’ecria Armande, son epouse. Quand le rideau fut baisse, on entendit dans la salle des applaudissements, tandis que l’on emportait Moliere hors de scene. « Comment etait-ce ? » demanda-t-il. « Splendide ! La piece est toujours un aussi grand succes », repondit son compagnon, le comedien Michel Baron. « Je veux rentrer chez moi », ajouta Moliere. On le transporta dans un carrosse.

Pendant le trajet qui allait du Palais-Royal a la rue Saint-Thomas-du-Louvre, le malade demanda ou etait donc partie Madeleine Bejart, la vieille maitresse, mere d’Armande, complice de ses debuts, morte un an plus tot. Il ne recut pas de reponse. On lui remit une couverture sur les jambes. Baron, apres avoir rechauffe les mains du mourant, demanda au cocher d’accelerer la cadence. Au bord de la mort, Moliere fit venir Armande a son chevet. « Je vous pardonne, dit-il, de m’avoir ete infidele, car je meurs ce soir ». Puis il rendit l’ame entre les bras de son epouse : le sang qui sortait abondamment de sa bouche l’avait etouffe.

Epilogue Le clerge de Sainte Eustache ayant refuse de lui donner une sepulture chretienne en raison de l’excommunication de tous les comediens, Armande alla trouver Louis XIV en personne, par qui Moliere avait ete disgracie, afin qu’il intervienne aupres de l’archeveque de Paris. Suite a cette intervention, Monseigneur du Harlay prononca l’ordonnance suivante : « Nous avons permis au sieur cure de Saint Eustache de donner le sepulture au corps du defunt Moliere dans le cimetiere de la paroisse, a condition neanmoins que ce soit sans grande pompe et avec deux pretres seulement ».

Il fut inhume de nuit, de facon quasi-clandestine, le 21 fevrier 1673. Mais le cortege fut plus important que prevu, une grande foule de gens du peuple accompagnant le corps au cimetiere Saint-Joseph, au pied de la croix. En 1817, la depouille a ete transferee au cimetiere du Pere-Lachaise en meme temps que celle de La Fontaine. La Grange et Armande, chasses du Palais-Royal par Lully qui y installe l’Academie royale de musique, transportent leur troupe rue Guenegaud ou elle fusionne avec celle du Marais. En 1680, sur decret du roi, elle doit fusionner avec la troupe de l’Hotel de Bourgogne : c’est la naissance de la future Comedie-Francaise.