Moisa

Moisa

CIVILITE [si-vi-li-te] s. f. 1°  Bonnes manieres a l’egard d’autrui ; usage du monde. On doit traiter tout le monde avec civilite. User de civilite. ¦ Et comme je connais sa generosite, Nous ne nous combattons que de civilite, CORN. , Poly. II, 5 ¦ …. Tant qu’on m’a laissee en quelque liberte, J’ai voulu me defendre avec civilite, CORN. , Heracl. I, 2 ¦ Et vers moi tout l’effort de son autorite N’agit que par priere et par civilite, CORN. , Nicomede, I, 2 ¦ Mais enfin elle est reine, et cette dignite Semble exiger de nous quelque civilite, CORN. , ib.

II, 4 ¦ Mais la civilite n’est qu’amour en Camille, Et l’amour en Othon n’est que civilite, CORN. , Othon, II, 2 ¦ …. Votre espoir trop prompt prend trop de vanite Des termes obligeants de ma civilite, CORN. , Rodog. IV, 1 ¦ La politesse flatte les vices des autres, la civilite nous empeche de mettre les notres au jour, MONTESQ. , Espr. XIX, 16 ¦ Il faut trop de savoir et de civilite [a la cour], Et, si j’ose parler, trop de subtilite, REGNIER, Sat. III ¦ Vous tachez a me contenter d’ailleurs et a couvrir une injustice avec beaucoup de civilite, VOIT. Lett. 30 ¦ Elle

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
pensa hier rompre en visiere a un neveu de Mme le Challeux, qui lui faisait entendre, par maniere de civilite, qu’il la trouvait bien faite, RAC. , Lett. XXXIII, a son fils. ¦ Les deputes de Hollande ne furent point recus des ministres de Louis XIV avec cette politesse francaise, qui mele la douceur de la civilite aux rigueurs memes du gouvernement, VOLT. , Louis XIV, 10 2°  S. f. plur. Demonstrations, protestations de civilite. Faire mille civilites a une personne, combler quelqu’un de civilites.  Souffrez que je reponde a vos civilites, CORN. , Sertor. III, 2 ¦ Se fit-il un art de les attirer [les femmes devotes] ou de les attacher a lui par des civilites, des visites de bienseance ? , FLECHIER, Paneg. II, p. 421 ¦ Les civilites qu’il lui fit faire, BOSSUET, Var. 10 ¦ Il vous a fait des civilites, SEV. , 568 ¦ La Loire a qui vous avez fait tant de civilites, SEV. , 19 ¦ Je recois mille civilites, SEV. , 155 ¦ Je fus promptement retrouver mon janseniste, a qui je dis, apres les premieres civilites…. , PASC. , Prov. ¦ Et tandis que tous deux etaient precipites Dans les convulsions de leurs civilites, MOL. , Facheux, I, 1 Au sing. ¦ La masque encore apres lui fait civilite, MOL. , Sgan. V, 1 ¦ Une visite dont je veux lui faire civilite, MOL. , Festin, III, 7 La Civilite puerile, ancien livre fait pour apprendre la civilite aux enfants. Familierement, il n’a pas lu la Civilite puerile, se dit de quelqu’un qui manque aux devoirs de civilite. REMARQUE Voltaire, dans ses remarques sur Nicomede, dit que civilite ne doit jamais entrer dans le langage heroique.

Cet arret est trop absolu, et tout depend de la place et de l’emploi. SYNONYME CIVILITE, POLITESSE, COURTOISIE. Etymologiquement, la civilite est ce qui preside aux relations civiles, c’est-a-dire entre concitoyens ; la politesse est la qualite de celui qui a ete poli ; la courtoisie, celle qui emane de la frequentation de la cour, ou plutot des cours feodales ; c’est de la que le mot est provenu. Ces etymologies distinguent suffisamment les trois mots. La civilite est le premier degre ; elle a son ceremonial, ses regles, qui sont de convention.

La politesse est quelque chose de plus ; elle ajoute, a l’idee de civilite, des manieres et une facon de s’exprimer qui ont quelque chose de noble, de fin, de delicat. Pour pratiquer la civilite, il faut connaitre les usages ; pour avoir la politesse, la connaissance de ces usages n’est pas absolument necessaire ; et l’homme distingue d’esprit et d’education a une politesse naturelle. La courtoisie implique, en plus, des sentiments chevaleresques, c’est-a-dire le culte envers les femmes, la generosite envers les adversaires et les ennemis, sentiments que ne renferment ni la civilite ni la politesse.

HISTORIQUE XIVe s. ¦ Distribucion de honeurs ou de pecunes ou de quelconques autres choses qui sont partables entre ceulx qui communiquent en une civilite ou policie, ORESME, Eth. 144 ¦ Civilite, c’est la maniere, ordenance et gouvernement d’une cite ou communite, ORESME, ib. 34 ¦ Et differe leur civilite de la civilite de ceux qui entendent a faire les citoiens bons en la maniere que une bonne chose differe d’une malvoise, ORESME, ib. 34 XVe s. ¦ Tant de ce les enhorta que il les attira a icelle civilite, et que il s’assemblerent ensemble, Bouciq.

IV, ch. 10 ¦ Pour la subtilite et civilite [adresse] du dit Malet, DU CANGE, civilis. XVIe s. ¦ Ceux qui vont en Allemagne, ou les coustumes et civilitez [usages] sont differentes des nostres, quand ilz sont revenus, on les trouve grossiers, LANOUE, 120 ¦ Ayant este nourry a la guerre en discipline militaire plus que es civilitez de la ville, AMYOT, Marius, 2 ETYMOLOGIE Provenc. civilitat ; espagn. civilidad ; portug. civilidade ; ital. civilita ; du latin civilitatem, de civilis, civil.