Mini expo : l’ecole est-elle un facteur d’integration sociale?

Mini expo : l’ecole est-elle un facteur d’integration sociale?

L’ecole est-elle un facteur d’integration sociale ? Intro : (W) Le theme de notre expose est : l’ecole… sociale ? Ce sujet est important puisqu’il nous concerne tous. Pour cela Roland vous expliquera en quoi l’ecole est un facteur d’integration sociale et par la suite je vous montrerez que dans certains domaines l’ecole peut aussi etre un facteur d’exclusion. R : Avant tout qu’est-ce que l’integration ? L’integration, en sociologie, est le processus de rapprochement entre une personne et un groupe de personnes, c’est a dire le fait de s’integrer.

On parle alors d’integration sociale. Je vais donc essayer de vous expliquez du mieux que je peux comment est-ce que l’ecole permet aux individus de s’integrer dans la societe. I-) Le role de l’ecole et ses fonctions qui permettent l’integration. a) Les differentes fonctions Fonction de socialisation L’ecole homogeneise, elle part du principe que si les personnes sont semblables alors ces personnes pourront vivre ensemble. Elle va donc inculquer aux individus des valeurs, des regles et des comportements communs pour en faire des individus semblables.

Ainsi il est plus facile pour eux de vivre ensemble, en societe puisqu’ils ont ete coules dans le meme moule. Preparer les gens a bien vivre en societe est aujourd’hui essentiel. Cependant ce n’est

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
pas toujours facile il existe alors des ecoles specialisees. Ex : Dans les banlieues difficiles, les colleges dans les ZEP ont pour role de remettre les jeunes dans le droit chemin, leur apprendre ce que c’est que vivre en societe. L’ecole peut avoir un role plus important que la famille dans le phenomene de socialisation.

En effet, la famille est trop prise par des relations affectives et cela nuit a sa fonction de socialisation. Au contraire, l’ecole inculque les normes et les valeurs de facon impersonnelle. L’ecole transmet et fait ce que la famille ne peut pas toujours transmettre et faire mais il faut bien comprendre qu’elle ne remplace pas pour autant la famille. Elle est gratuite, laique et obligatoire pour remplir pleinement son role. L’ecole essaye de faire en sorte d’etre un environnement dans lequel chaque eleve se sent en securite et developpe sa personnalite dans un climat sain et encourageant.

Fonction d’education L’ecole forme tout individu avec des chances egales afin de devenir des citoyens francais, qui partagent les memes valeurs (celles de la Republique) et la meme langue. Elle developpe une education a la citoyennete, a la vie en collectivite, a la responsabilite. Elle eduque aussi a la sexualite. Elle prepare donc les jeunes a affronter l’avenir quelques soit la situation. Ce qui est egalement important c’est que l’ecole favorise la future integration professionnelle des jeunes en assurant une qualification et une certaine culture generale. En effet ’ecole joue un role dans l’acces des jeunes a la professionnalite: meilleure adaptation des filieres technologiques, introduction des techniques de recherche d’emploi, responsabilisation des chefs d’etablissement dans l’adaptation aux necessites economiques, partenariat avec les entreprises. Cela sans renoncer a la formation generale dont tout le monde reconnait la necessite pour l’integration des jeunes dans un environnement en pleine mutation. Les familles et les eleves prennent de plus en plus conscience de la necessite de la formation initiale pour l’integration professionnelle et donc sociale.

Les jeunes le savent : S’ils reussissent a l’ecole, ils ne sont pas surs d’avoir du travail mais s’ils echouent ils n’en auront surement pas. Fonction de culture La culture fait partie de la formation des eleves. La culture est la cle de voute de l’ensemble de connaissances et de competences qu’un jeune doit maitriser pour construire son avenir personnel et professionnel. A l’ecole les matieres participent enormement a la culture des eleves. Les jeunes peuvent apprendre a parler plusieurs langues (l’anglais, l’espagnol….. ou meme a perfectionner leur propre langue comme ici a Tahiti on peut apprendre a parler le tahitien. Il y a egalement l’Histoire qui donne un enseignement fondamental pour les eleves puisqu’ils peuvent y apprendre les erreurs du passes afin de ne plus les repetes ou ils etudient les grands textes des principes fondamentaux tels que liberte, egalite, fraternite, laicite ; refus de toutes les discriminations. Le Francais, lui, permet aux jeunes d’avoir une meilleure comprehension des choses de la vie et de se fabriquer soi-meme son propre point de vue.

Cet apprentissage, mine de rien, permet d’enrichir la culture generale des eleves et alimente la culture de l’esprit. Les mathematiques, la technologie et les sciences experimentales font partie eux aussi de la culture au  sens ou elles permettent de se construire une representation globale et coherente du monde et de mieux comprendre son environnement quotidien. b) Autres principes Egalite garcons et filles On peut aussi constater que l’ecole a evolue puisque depuis quelques annees les filles disposent egalement de l’enseignement scolaire.

Une etude menee a d’ailleurs montre que les filles reussissaient en moyenne mieux que les garcons dans leur scolarite, cependant elles sont encore peu nombreuses a se diriger vers les formations les plus valorisees sur le marche du travail suite a la mentalite ancienne comme quoi les femmes doivent rester au foyer afin de s’occuper des taches menageres et des enfants. Mais l’ecole essaye de renouveler cela en apportant un enseignement egal pour les garcons et les filles et elle essaye aussi de pousser les filles dans des domaines consideres avant comme reserve aux garcons.

Prevenir les pratiques discriminatoires Les comportements discriminatoires vont a l’encontre du principe d’egalite et portent atteinte a la dignite de la personne. La prevention des discriminations est un objectif prioritaire d’education a l’ecole. A l’ecole primaire, les eleves sont amenes a reflechir sur l’estime de soi, l’interdiction absolue des atteintes a la personne d’autrui. Au college, l’education civique s’organise autour des notions de la personne humaine et du citoyen, pour preparer les eleves a se comporter en personne responsable.

Au lycee, l’education civique juridique et sociale aborde les notions constitutives des droits de l’homme. La lutte contre les discriminations dans une ecole implique toute la communaute de l’etablissement. Il y a donc des reglements interieurs mentionnant le refus de toutes les formes de discrimination et les nommant clairement, ainsi que l’interdiction de tout harcelement discriminatoire portant atteinte a la dignite de la personne. Il en va de meme pour les propos injurieux ou diffamatoires. Les comites d’education a la sante et a la citoyennete participent a la mise en ? vre des actions educatives dans les etablissements. Les conseils de la vie lyceenne peuvent initier des projets visant a encourager la tolerance, le respect de soi et d’autrui dans sa diversite. L’apprentissage par le biais du sport Outre le developpement de l’aptitude physique dans un sport donne, le sport scolaire poursuit des objectifs complementaires. Le sport scolaire favorise l’apprentissage de la responsabilite et de la citoyennete. Il apprend le respect de soi-meme, le respect de la regle, de l’adversaire et de l’arbitre.

Privilegiant l’engagement collectif, il valorise la notion d’equipe, il permet l’epanouissement de solidarites collectives et contribue ainsi a eviter toute forme de violence. Impliquant les eleves dans l’organisation des rencontres sportives et les integrant a la vie de l’association, le sport scolaire cree ces espaces de socialisation et de concertation qui sont un des lieux de formation du futur citoyen. Il contribue a l’egalite des chances et a l’integration en donnant a tous les eleves les memes droits et les memes devoirs.

Le sport ameliore l’hygiene de vie, participant ainsi a la prevention des conduites additives et a l’education a la sante. Les rencontres sportives diversifiees et accessibles a tous les eleves developpent une culture sportive de qualite. De plus le sport pour les handicapes est un bon moyen d’integration puisque malgre leur infirmite ils peuvent participes a la vie collective de leur ecole et de ce fait cela peut aussi apprendre aux jeunes le respect d’autrui et leur faire comprendre que dans notre societe nous avons tous les memes droits. II-) Fait divers Maintenant je vais vous parler d’un article du agazine Le Monde 2000 sur des ecoles tres speciales. Au Danemark quelques 10 000 adolescents en echec scolaire et socialement fragiles trouvent un deuxieme souffle dans les « ecoles de production », appelee les « produktionskole » Ici, pas de cours, mais des ateliers professionnels. Les eleves disposent d’une quinzaine d’ateliers qu’ils choisissent eux-memes. Leur seule obligation est de participer serieusement a la production. Les objets realises ne sont pas de simples exercices d’ecole. Ils servent tous, qu’ils soient vendus a l’exterieur ou qu’ils soient utilises en interne.

Grace a des aides specifiques de l’Etat, l’encadrement est renforce. Par exemple trois educateurs a plein temps s’occupent d’une quinzaine de jeunes dans la production de Floing dont je vais vous parler. Petit elevage de brebis, poulailler, potager, production de plantes vertes sous serre…Les ? ufs et les legumes sont vendus dans le voisinage, les plantes en pot sont distribuees par un magasin tout proche. Les quelques cent ecoles de production danoises reviennent moins cher par eleve que les etablissements scolaires classiques et elles sont pour les jeunes en difficultes une veritable deuxieme chance.

C’est le cas de plusieurs jeunes tels que Nicolas et Claus. Nicolas, 18 ans, a fini par etre renvoye du lycee car il sechait les cours, arrivait en retard souvent sans avoir ses affaires. Mais il a la chance d’etre danois. Au lieu de pointer au chomage, l’adolescent a obtenu sa place dans une produktionskole pendant 1 an. Dans la banlieue nord de Copenhague a 8h du matin, Nicolas se depeche d’arriver a la production de Floing pour le rassemblement de tous les eleves et comme chaque matin tout le monde discute autour d’un cafe accompagne de biscuits et apres tous file vers son atelier d’activite.

Nicolas a travaille plusieurs mois a l’atelier metal fabriquant des objets vendus a different magasins specialises, il a egalement passe quelques semaines dans l’atelier informatique et s’initie desormais aux metiers de la construction navale. Encadre par son chef d’atelier, il repare avec une demi-douzaine d’eleves le bateau de l’ecole qui les emmenera a la peche pendant l’ete. Apres plusieurs mois passe dans la production de Floing, Nicolas a realise qui il etait vraiment et a declare : « Je ne veux pas devenir ouvrier. J’aime lire, ecrire, j’ai besoin d’un travail intellectuel.

A la rentree prochaine, je me reinscris au lycee. » Claus, 22ans, a arrete tres tot sa scolarite sans meme obtenir l’equivalent du DNB. Etant bagarreur, instable, il n’a pas reussi a trouver une place d’apprentissage dans ce qu’il voulait faire, chauffeur poids-lourd. Mais il a obtenu une place dans la production de Floing qui n’est qu’a 5 min de voiture de son ancienne ecole. Apres quelques mois, il declare : « Ici c’est devenu ma vraie famille. Mon tuteur m’appelle meme le week-end pour savoir si tout va bien au foyer. » Il dit meme qu’ici il apprit a reflechir avant de parler.

Claus envisage maintenant l’avenir, il parle de chercher un poste de manutentionnaire en entreprise, le premier pas vers une veritable autonomie meme si ce succes reste quand meme fragile. Mise a part les eleves en difficultes, certains ont choisi de faire une pause au cours de leurs etudes pour suivre une formation dans une de ses ecoles c’est le cas de Gry. Passionnee par l’histoire des Viking, cette fille etonnante a fait un stage de 5 mois au Musee national du Danemark, accueillant des groupes d’enfants et participant a des fouilles archeologiques.

Elle est ensuite partie en Suede etudier le fonctionnement d’un village viking reconstitue pour les touristes. Elle apprend maintenant a coudre dans l’atelier de couture de l’ecole de production de Floing pour pouvoir se fabriquer comme elle le souhaite des vetements de Viking. Gry prepare egalement un apprentissage professionnel dans le domaine du tourisme ou dans l’encadrement d’enfants. Au sein des ateliers, les jeunes sont forces de cooperer 8h par jour. Ils ne progressent pas tous de la meme maniere, mais ils se socialisent, prennent conscience de leurs competences et de la liberte qui leur est donne de choisir leur avenir…

Conclusion : L’ecole joue un role important dans la vie des individus car en generale des l’age de 3ans un enfant va a l’ecole et c’est donc le premier lieu exterieur au foyer ou l’enfant demeure le plus. L’ecole a plusieurs fonctions qui permettent l’integration sociale de part les matieres qui y sont enseignees, les reglements interieurs, et les valeurs inculques. On remarque par exemple que des ecoles specialisees sont egalement crees pour aider les jeunes a reprendre confiance en leur avenir mais surtout en eux. W : I-) L’exclusion sociale : les exclus Avant tout qu’est-ce que l’exclusion ?

L’exclusion designe le processus au cours duquel un individu voit ses liens sociaux se relacher ou se rompre. C’est-a-dire les liens qu’il entretenait avec les autres. Nous allons voir au cours de cette partie que l’ecole, formidable machine a integrer, peut aussi devenir une terrible machine a exclure. L’exclusion est due a differents facteurs qui sont plus ou moins lies et qui peuvent etre engendres par un bouleversement au cours de la vie de l’individu, mais aussi a des facteurs de vulnerabilite(le stress), des inegalites sociales, ou encore a des problemes rencontres par la personne au cours de son enfance.

Elle peut s’appliquer a n’importe qui, et personne n’est « immunise » contre l’exclusion. En regle generale, c’est la difference entre les individus qui creee l’exclusion. Elle peut etre de toute nature : maladie, handicap, aspect physique, ideologie ou difficulte scolaire, mais cette difference provoque l’exclusion quand elle devient inconciliable avec la societe. Nous allons voir deux cas d’exclusions sociales : un cas d’exclus de l’exterieur(les handicapes) et les exclus de l’interieur(les eleves en difficultes). Les handicapes

Ils sont exclus sociaux ou exclus des savoirs de base comme la maitrise de la langue, et l’ecole ne sait pas toujours comment s’y prendre avec eux. Leur integration a la connaissance est alors laissee aux enseignants de terrain, car l’ecole n’est pas aussi integratrice qu’elle le croit elle-meme. L’ecole francaise a toujours exclus et continue toujours a le faire. Il est vrai qu’il y a quelques changements comme par exemple des ecoles specialises mais toujours est-il que les handicapes n’y recoivent pas d’enseignement ou que ces derniers aimeraient integrer des ecoles normales.

Certaines dispositions ont donc egalement ete prises dans les ecoles ordinaires mais l’integration des handicapes n’est toujours pas aussi evidente. Certains parents ont du se battre pour integrer leurs enfants dans des ecoles. Cela a ete le cas de Marie-Pierre qui s’est battus pour que sa fille Celia entre en primaire. Celia etait tetraplegique, handicape des membres inferieurs et d’un bras, mais elle avait de bons resultats scolaire et avait un avis tres favorable pour son passage en CP, mais certains instituteurs ne souhaitaient as l’avoir en classe. Marie-Pierre a reussi a faire integrer sa fille en primaire, maintenant Celia a 13 ans et est au college cependant d’autres problemes surviennent par rapport aux autres eleves, une fois un des professeurs du college a fait une reflexion d’un ton tres ferme et degoute a Marie-Pierre : « Jamais je ne supporterai d’avoir une enfant comme ca toute la journee devant moi ! ». A l’ecole le regard des autres eleves ou des professeurs est tres dur a endurer, mais avant cela vient le combat pour se faire accepter dans une ecole ordinaire.

Outre les exclus de l’exterieur il y a aussi les exclus de l’interieur. Les eleves en difficultes Des eleves qui commencent a avoir des difficultes a l’ecole sont susceptibles d’etre des exclus. N’ayant pas le niveau adequat a celui demande par l’ecole, ils risquent d’etre mis a l’ecart. On parle alors d’echec scolaire. L’ecole a certes essaye d’y remedier mais en generale elle privilege plus ceux qui ont des facilites. Le role des enseignants rentrent aussi en compte car seuls eux, mis a part les eleves, peuvent faire en sorte que cet echec scolaire ne se produise pas.

Il est vrai que les eleves doivent aussi y mettre du sien mais sans un bon appui de personne qualifie, certains eleves ne peuvent pas s’en sortir. Certains enseignants, au fil du temps se fatigue et commencent a delaisser les eleves en difficultes, les eleves peuvent le ressentir et se braquer sur eux-memes. Ils ressentent bien qu’on les considere comme « mauvais » et qu’ils ne sont pas a leur place. Le contact devient alors encore plus difficile et l’echec scolaire plus qu’assure. Il y a donc parfois une inegalite d’investissement de la part de l’ecole, mais pas que d’investissement.

On arrive donc au grand 2. II-) L’inegalite au sein de l’ecole Depuis la fin du XX siecle, le systeme scolaire fait l’objet de controverses quant aux fonctionnements qu’il remplit. Le projet d’une ecole laique et republicaine, donnant a tous les eleves une egalite des chances, s’est heurte a des obstacles majeurs. L’ecole ne favorise pas l’egalite des chances mais renforce celles-ci, elle ne remplit donc pas completement sa fonction d’education dans laquelle elle doit inculquer des valeurs afin de faire des jeunes des futures adultes responsable.

L’ecole n’est pas neutre, c’est une instance de reproduction aux mains des classes dominante. Les familles assez cultives donnent un capital de culture a leurs enfants alors que les enfants de classe dominee ont du mal a s’adapter et ont des difficultes a l’ecole. L’ecole ne remedie pas a ce probleme, elle donne l’impression d’egalite des chances mais en fait elle selectionne et la plupart du temps toujours au profit des eleves de la classe dominante. Le systeme qui a ete mis en place cree une sorte de hierarchisation.

Elle sanctionne et hierarchise les eleves puisque toute une classe d’age prend part a une meme competition scolaire. Notre systeme scolaire isole le plus tot possible les meilleurs eleves. Alors que l’egalite et l’efficacite vont ensemble : si les forts avec les forts progressent, les faibles avec les faibles stagnent ou regressent. Quand forts et faibles sont ensemble, tous progressent. C’est un exemple qui montre que l’ecole va a l’encontre de sa fonction de socialisation et donc d’integration.

Pour ceux qui veulent continuer dans le superieur, il faut pouvoir avoir l’argent pour se loger, de payer les frais d’inscriptions et encore une fois les jeunes qui n’ont pas les moyens sont desavantages meme s’ils y a des aides a cet effet. Beaucoup d’etudiants sont obliges de travailler a cote de leurs cours pour pouvoir assurer leurs frais financiers. Or, une etude recente a prouve que les etudiants qui etaient obliges de travailler reussissaient beaucoup moins bien leurs examens que les autres. De plus, si le niveau des diplomes augmente, il semble que les ecarts entre les categories restent les memes.

Selon leurs categories socioprofessionnelles, les etudiants se departagent dans leur entree en Universite. Si l’on se refere aux chiffres de l’annee 2001/2002 de l’Insee, on peut voir qu’il y a , 63 % des fils de cadres superieurs qui ont obtenus des diplomes superieurs contre seulement 1 % pour les fils d’ouvriers. Ainsi, les filieres les plus valorisees semblent davantage reservees aux familles de cadres. L’idee meme de faire payer les etudes superieures est contraire a tous les principes de liberte, d’egalite, et surtout de fraternite qui fondent la Republique.

Elle tendrait a retablir des privileges pour les seuls etudiants dont la famille a les moyens de financer des etudes couteuses. Il est vrai que l’Etat aide les jeunes, ces derniers peuvent faire des pres specifiques par exemple mais il faut etre realiste nous sommes deja en crise economique on ne peut pas etre sur que l’Etat continuera. L’idee d’un enseignement superieur payant, mais accessible a tous, peut etre une bonne idee mais il faut aussi que sur ce point tout le monde soit d’accord. De plus, la France est championne en redoublement. Alors qu’il faudrait le supprimer.

Il faut une mentalite differente : on ne forme pas une forte elite en selectionnant et en rejetant, mais en relevant le plancher de tous. III-) Racisme et Stress Le racisme est un fleau dans les ecoles. Le racisme est une facon de dire aux gens qu’on ne les aime pas parce qu’ils viennent de milieux differents. Le racisme a l’ecole montre bien que celle-ci n’est si integratrice. Les eleves victimes de racisme de leurs camarades vivent mal leur scolarite, en generale c’est plutot a cause de la couleur de la peau. Mais ils n’y a pas que les eleves mais aussi les rofesseurs. Un jeune arabe qui avait de bons resultats et une bonne conduite, a sa sortie de 3eme, avait fait un dossier pour un etablissement qu’il voulait frequenter, cependant il a ete refuse et c’est une jeune fille qui n’avait pas de bons resultats qui fut prise a sa place mais elle etait francaise. Une jeune francais avait vole une calculatrice a un de ses professeurs qui etait francais, lorsque celui-ci reconnut la calculatrice sur la table quelques semaines plus tard il sanctionna le jeune tahitien a cote du francais. Il detestait les tahitien.

Sur ces exemples on voit bien que l’ecole ne respecte pas ses principes de non discriminations ou de non racisme. Les professeurs et l’angoisse : Face a leur propre angoisse,  les professeurs mettent sur pied des scenarios plus ou moins adaptes et qui contribuent parfois a renforcer l’angoisse et le stress chez leurs eleves. On peut citer ici la multiplication abusive des « interros ». Les professeurs angoisses inventent des procedures et adoptent des attitudes qui, en effet, renforcent l’angoisse des eleves. On est devant un cercle vicieux et pervers.

La relation educative est de plus en plus malade, « caracterielle », voire perverse. Il est des professeurs qui, en effet, stressent les eleves, mettent sans cesse la pression, par peur de ne pas maitriser la relation, par peur des parents, par peur du chef d’etablissement et aussi par peur de l’inspecteur : un climat malsain s’installe et dans certaines circonstances, chacun est en meme temps victime et bourreau. La relation educative est de plus en plus malade, perverse et malsaine. Le stress de l’ecole peut en effet lui aussi jouer un desequilibre chez les jeunes.

Dans ce cas, l’ecole ne respecte pas sa fonction d’integration puisqu’elle participe a faire des jeunes des personnes angoisse et cela peut avoir des repercutions negatives sur leurs relations avec autrui. Conclusion L’ecole peut donc etre a la fois facteur d’integration et facteur d’exclusion, notamment dans une situation ou la place meme du travail dans la socialisation de l’etre humain est remise en question.

Pour que sa capacite d’integration l’emporte sur les risques reels d’exclusion, plusieurs options sont indispensables: -Elaboration et mise en ? uvre d’une pedagogie de la reussite qui prend en compte le vecu  familial et culturel des eleves, leurs acquis, leurs motivations, leurs capacites d’apprentissage, de vie en groupe, de creativite et surtout un dialogue et une oreille attentive. –Valorisation de la cooperation aux depens de la competition et de la concurrence -Mise en place de procedures positives d’evaluation. • • [pic][pic][pic][pic][pic][pic]