Michel de montaigne dans les essais : une nouvelle image de l’homme.

Michel de montaigne dans les essais : une nouvelle image de l’homme.

Michel de Montaigne est un philosophe sceptique, un moraliste et un homme politique francais de la Renaissance. Un humaniste qui prend l’homme, et en particulier lui-meme, comme objet d’etude dans son principal travail, Les Essais, entrepris a partir de 1571 a l’age de 37 ans. Il y annonce : Je veux qu’on m’y voie en ma facon simple, naturelle et ordinaire, sans contention et artifice : car c’est moi que je peins . Le projet de Montaigne etait de lever les masques, de depasser les artifices pour se decouvrir lui-meme. Montaigne est un precourseur d’un nouveau genre – des essais.

Un essai est une ? uvre de reflexion debattant d’un sujet donne selon le point de vue de l’auteur. C’est un genre litteraire qui se prete bien a la reflexion philosophique. Dans ses Essais, Michel de Montaigne aborde de nombreux sujets d’etude du point de vue strictement personnel. On a souvent remarque qu’il accordait une telle importance a cet angle d’approche qu’il y decrit par le detail ses propres sensations, perceptions et, parfois, ses maladies. Mais cette approche lui permet de fonder une reflexion philosophique extremement feconde.

La partie la plus longue et la plus importatnte des Essais c’est L’apologie de Raymond Sebond

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
qui est citee plusieurs fois dans un texte donne. Alors, quelle est l’image de l’homme presente dans ce texte ? Je veux commencer par la description d’une apparence exterieure qui est tres detaillee, on peut avoir une impression que c’est une description naturaliste. Montaigne donne beaucoup de detailles qui concernent sa vieilesse et ses maladies, par exemple on peut trouver des informations sur une perte de ses dents, des problemes avec sa pied ou une deterioration de sa vue.

D`une part, il parle de sentir le plus possible et c`est pourquoi il est toujours tres proche d’un sujet d’une souffrance physique. Dans L’apologie de Raymond Sebond on peut lire: Je suis content de n’etre pas malade, mais, si je le suis, je veux savoir que je le suis; et si on me cauterise ou incise, je le veux sentir . Il est conscieux que la vieilesse et la mort sont des parties inseparables de la vie. Il accepte la vieillesse comme la maladie. Il sait que c’etait le terme naturel de sa duree .

Cependant malgre cela, il regarde son portrait ancien avec une melancolie. Del`autre part, on peut trouver une pensee que sentir, c’est aussi sentir par l’esprit. Il connait le plaisir de savoir pour le savoir, de penser pour la seule volupte de penser. Il souligne qu’on doit etre fier d’etre un etre humain, d’avoir de l’esprit et une possibilite d’analyser. On peut lire: c’est une grande ouvrier de miracles que l’esprit humain. Montaigne fait souvent mention de moi interieur. Il parle beaucoup d’une conaissance interieure de lui-meme.

Il preconise l`utilisation d’un monologe interieur parce que la parole exterieure n’est pas que l’exteriorisation d’une parole interieure que nous avons d’abord fait resonner a nos propres oreilles . Michel de Montaigne a besoin d’en parler. L’egotisme – mot qui est utilise souvent afin de signaler une disposition a parler de soi, a faire des analyses detaillees de sa personnalite physique et morale (…), culte du moi – decrit idealment une maniere d’ecriture et de comportement de Montaigne. Dans les Essais, il ecrit: je ne laisse rien a desirer et deviner a moi.

Si on doit s’entretenir, je veux que ce soit veritablement et justement. Je reviendrai volontiers de l’autre monde pour dementir celui qui me formait autre que je n’etais, fut-ce pour m’honorer . Il souligne qu’il parle de lui pour etre commemore, pour ne pas etre oublie mais aussi pour decouvrir sa richesse personelle. De plus, il ne cache pas ses vices, il les enumere pour les faire connitre et non pour les faire detester. Il avoue: je me presente debout et couche, le devant et le derriere, a droite et a gauche, et en tous mes naturels plis .

Dansla philosophie de Michel de Montaigne on peut trouver quelques citations de Pyrrhon qui etait un sceptique ancien. Il en deduira qu’il est vain de tenter de decouvrir le fonctionnement du monde. Le seul domaine de recherche qui est autorise au philosophe, c’est sa propre interiorite. Regarder dans soi et se peindre – nouvelle pensee de Montaigne qui a sa origine dans une philosophie pyrrhonienne. C’est pourquoi, dans les Essais, on peut trouver si beaucoup d` humbles details de sa vie. Il nous donne tous ses preferences, ses habitudes, les changements de son gout.

Il nous informe a quelle heure il dine, qu’il aime les melons, qu’il a besoin d’une serviette blanche a la table et qu’il n’aime pas le feu. De plus, il presente son paysage interieur : c’est un mouvement d’aveugle, titubant, vertigineux, informe, ou des joncs que l’air manie casuellement selon soi . Une autre pensee sceptique qu’on peut trouver dans la philosophie de Montaigne : on peut essayer de connaitre et sentir mais on ne ni connaitra ni sentira jamais. Il souligne aussi que : sentir ne suffit pas. Un egotisme de la sensation pure est un egotisme pauvre.

Il doit y avoir en nous quelque chose qui domine la sensation, qui lui demande des comptes, qui l ‘empeche d’avoir prise sur nous par illusion. Egotisme n’est pas illusionnisme . Dans un texte donne, il y a quelques informations qui concernent une attitude d’un honnete homme. C’est un sujet suivant qui caracterise la philosophie de Montaigne. Un honnete homme c’est un homme de cour et un homme du monde, il se doit de se montrer humble, courtois et cultive mais aussi de pouvoir s’adapter a son entourage. Au nom de la nature, il refuse tout exces et sait dominer ses emotions.

D’apres Montaigne, l’honnete homme dans toute condition peut se trouver tout aussi bien chez les paysans que chez les philosophes. Dans L’apologie de Raymond Sebond il ajute : si ma sante ma rit et la clarte d’un beau jour, me voila honnete homme ; si j’ai un cor qui me presse l’orteil, me voila renfroigne, malplaisant et inacessible . Pour conclure il faut repondre a la question donnee au debout : quelle est l’image de l’homme presente dans un texte. Premierement, c’est un homme qui est conscient de tous ses valeurs et ses vices et qui ne se met pas en peine d’en parler.

Deuxiement, un homme qui sent le plus possible par le corps et par l’esprit et qui est capable d’analyser son soi interieur. Et troisiement, un honnete homme qui a une certaine elegance et un certain equilibre. D’apres moi, une information interessante qui peut finir mon travail c’est que la philosophie de Michel de Montaigne a beaucoup influence la pensee philosophique posterieure comme par exemple Rene Descartes ou Jean-Jacques Rousseau. Bibliographie : 1. 4. Montaigne dans les Essais 2. Michel de Montaigne, Essias, Gallimard, Paris, 1973 3. Le Nouveau Petit Robert de la langue francaise 2007 4. http://fr. wikipedia. org/wiki/Accueil