Metodologie

Metodologie

> Methodologie Monique MAQUAIRE Sequence 1-FR01 13 ntroduction V ous etes desormais en terminale L, satisfait ou decu de vos notes a l’epreuve de premiere. Quels que soient vos resultats a celle-ci, il vous faut maintenant vous preparer a l’epreuve de terminale, obligatoire en L. Il s’agit d’une epreuve recente, proposee pour la premiere fois aux candidats de la session 1995 et nouvelle pour vous dans la mesure ou les sujets et la duree sont differents de vos epreuves de premiere.

Rassurez-vous pourtant : pour nous representer cette nouvelle epreuve nous disposons des textes officiels qui la definissent, de commentaires de l’Inspection Generale des Lettres qui apportent des precisions utiles. Surtout, elle ne marque pas une rupture avec ce que vous avez appris et appris a faire en seconde et en premiere. Ainsi, le programme qui vous est impose porte sur des ? uvres completes : meme si vous decouvrez les titres a votre programme, vous etes initie a l’etude de l’? vre complete, vous avez appris a en conduire une lecture methodique et a identifier des outils d’analyse, vous avez appris – pour l’ecriture de dissertation ou en vue de l’entretien de l’oral – a elaborer des syntheses qui eclairent un

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
aspect de l’? uvre ou la mettent en perspective. Autrement dit, cette annee, vous allez reinvestir ce que vous savez deja, et la nouveaute sera pour vous moins dans les demarches de lecture que : – dans la decouverte de nouveaux titres, – dans la redaction des eponses pour l’ecrit. Quant a l’oral de controle, il fait appel aux memes connaissances et competences que l’ecrit mais il vous demandera, si vous devez le passer, de developper des capacites d’argumentation dans l’expose et le dialogue avec l’examinateur : situations d’oral deja rencontrees a l’oral de premiere, meme si a l’oral de terminale, on ne demande pas systematiquement l’examen methodique d’un court passage d’une ? uvre au programme.

Les pages qui suivent visent a vous aider dans votre preparation personnelle : organiser, developper des demarches de lecture methodique des textes, acquerir les « bons reflexes » pour repondre aux questions qui vous seront posees, a vous representer les types de questions qui peuvent vous etre posees et la maniere dont vous pouvez presenter vos reponses. Ces conseils de methode, en fait, sont fort simples, et vous aurez parfois le sentiment qu’ils sont evidents ! Si tel est le cas, tant mieux !

Mais si vous avez un peu de mal a vous organiser et a distinguer l’essentiel de l’accessoire, ils pourront vous etre utiles, cette annee ou vous allez avoir beaucoup de travail : ils vous aideront a ne pas vous laisser deborder, a acquerir des methodes, ce qui est rassurant, et a eviter les « impasses » qui sont toujours tres perilleuses ! Il ne s’agit pas d’un cours a apprendre, mais plutot d’un « cours ressource » : vous y ferez appel quand vous en aurez besoin, au fil de vos lectures et des travaux que vous vous donnerez ou que vous roposeront vos differents professeurs, en particulier a l’occasion de vos devoirs. Il pourra vous aider a retrouver comment votre professeur a abouti a telle ou telle conclusion, comme il pourra vous aider a analyser une ? uvre par vous-meme en fonction des questions qui vous sont posees ou de vos propres interrogations, en vous offrant des « pistes d’etude » et des outils pour vous y engager. Ce cours ne se substitue donc pas aux cours specialises qui etudient les ? uvres de votre programme et vous apportent divers eclairages, mais il vise a vous aider a travailler les ? vres par vous-meme, a bien utiliser vos cours et vos lectures, pour que vous soyez capable d’apporter des reponses personnelles : on n’attendra pas de vous que vous recitiez des questions de cours. Des lectures sans prejuge, un travail d’analyse regulier, des exercices de redaction a l’occasion des devoirs vous permettront d’aborder l’epreuve avec serenite en ayant des chances raisonnables de succes tout en vous armant pour l’enseignement litteraire que vous recevrez en abordant l’enseignement superieur. Bon courage ! Introduction – FR01 15 Chapitre 1 > Organiser son travail A B …………………………………………………………………………….. 19 Regard sur les textes officiels Organiser son travail Chapitre 2 > Etudier methodiquement une ? uvre integrale A B C D …….. 27 Qu’est-ce que lire ? Qu’est-ce que lire methodiquement une ? uvre integrale ? Schema d’une demarche generale de travail Etudier methodiquement un extrait Chapitre 3 > Ecrire un texte en reponse a une question A B …………………. 33 Ecrire un texte Le proces d’ecriture Une demarche de travail pour l’examen Exemple de devoir realise C D Sommaire sequence 1 – FR01 7 Organiser son travail A Regard sur les textes officiels L’epreuve a. Objectifs L’epreuve a pour fonction de verifier et valider les acquis de la formation litteraire recue en Terminale, formation obligatoire en L. • serie L : – epreuve ecrite de 2 heures ; coefficient 4 ; – epreuve orale de controle (2e groupe) : 20 minutes de preparation et 20 minutes d’interrogation. Il s’agit de verifier : – votre capacite a lire, etudier et interpreter une ? uvre litteraire determinee par le programme, – votre capacite a defendre et argumenter votre lecture par ecrit ou par oral (epreuve de controle).

En fait, si l’epreuve est nouvelle, elle prend appui sur ce que vous avez appris, et appris a faire en seconde et premiere : vous y avez deja etudie des ? uvres integrales, vous avez appris a conduire une lecture methodique d’un texte comme vous avez appris a rendre compte de vos lectures dans differents types d’exercices, ecrits ou oraux. Les demarches de travail ne devraient donc pas trop vous surprendre. Toutefois, cette epreuve presente aussi des aspects nouveaux : – le programme est limite aux titres imposes ; – le programme traduit une volonte ’elargir votre culture litteraire a des auteurs ou a des champs peu explores en seconde et premiere comme la litterature etrangere, la litterature medievale ou des auteurs contemporains ; – elle se presente sous la forme de questions portant sur les ? uvres etudiees et auxquelles vous devez repondre dans des textes rediges : il ne s’agit ni de mini – dissertations ni de mini – commentaires composes. b. Nature et modalites de l’epreuve Ecrit 2 types de questions vous seront posees. – La premiere question porte sur un aspect de l’? uvre retenue. En aucun cas elle ne porte sur les ? uvres recommandees en lecture complementaire. La deuxieme question porte sur l’ensemble de l’? uvre, en relation avec l’objet d’etude retenu. Ces questions portent sur un aspect ou une partie d’une ? uvre (un theme ou un motif significatif, un element de la technique argumentative, poetique, narrative ou dramatique, la fonction ou l’importance d’un passage, le role d’un personnage, le developpement d’une idee ou d’une these, etc. ). Le candidat peut se voir remettre, le jour de l’examen, un ou des extrait(s) de l’? uvre sur laquelle il est interroge ainsi qu’un ou des document(s) d’accompagnement (elements iconographiques en particulier).

Dans une perspective d’etude de l’? uvre integrale, il est amene a mettre en perspective la partie etudiee avec l’ensemble de l’? uvre (question sur un dialogue puis fonction de ce dialogue dans l’? uvre, etude du point de vue dans un extrait puis elargissement a l’? uvre, etc. ). – Questions type 1 Sequence 1 – FR01 19 – Questions type 2 Pour traiter ces questions, le candidat doit s’interroger essentiellement sur : * la coherence et le fonctionnement interne de l’? uvre : composition d’une ? uvre, forme et signification d’une structure, intrigue, temps et espace, construction des personnages, etc. * la place de l’? uvre etudiee dans une problematique litteraire plus vaste : par exemple, definition de la notion de tragique, problemes lies a l’ecriture autobiographique, a l’engagement de l’auteur dans un debat, etc. Les candidats ne seront jamais interroges sur une page isolee pour elle-meme et sans mise en perspective. Cela vous parait, sans doute, encore bien abstrait ! L’etude des ? uvres, les cours de vos professeurs, les travaux que vous ferez vous aideront a vous representer plus concretement ce qu’on attend de vous.

Ce qu’il faut retenir : on n’attend pas de vous des connaissances desincarnees, ni la recitation de questions de cours, mais une connaissance familiere et precise des ? uvres au programme et une reflexion personnelle sur ces ? uvres, leurs enjeux, leurs significations et leur portee. • Modalites de l’epreuve ecrite : – le jour de l’examen, le candidat ne dispose pas du texte de l’? uvre ; – pour la question de type 2, des documents peuvent etre fournis aux candidats (extraits des ? uvres, documents complementaires) ; – a l’exception de demandes explicites, les questions portent sur une seule ? vre ou un seul groupement d’? uvres ; – les questions sont independantes les unes des autres et demandent des developpements distincts. Ainsi, la premiere question ne dispense pas le candidat de traiter la deuxieme ; – un bareme est indique aux candidats (nombre de points accordes a chaque question) ; – le candidat peut traiter les questions dans l’ordre de son choix ; la duree de l’epreuve (2 h) implique des questions claires et precises dont les reponses peuvent etre traitees en une ou deux pages chacune. Ce qu’il faut retenir : la necessite de bien connaitre les ? uvres : une seule lecture, la memorisation de l’histoire racontee ne suffisent pas, il faut travailler methodiquement les textes ; – la necessite d’identifier rapidement les enjeux d’une question et de mobiliser des souvenirs precis ; – la necessite d’apprendre a composer et rediger rapidement (3 a 6 pages a ecrire) ; Cela suppose un entrainement regulier : un coureur ne fait pas son premier « sprint » le jour du championnat ! Oral de controle Expose suivi d’un entretien : 20 minutes de preparation + 20 minutes d’interrogation.

Cet oral ne concerne que les candidats malheureux au premier groupe d’epreuves (ayant obtenu une moyenne situee entre 8 et 10 sur 20 a l’ensemble des epreuves du premier groupe). « Le candidat repond, dans un expose organise, a une question portant soit sur un aspect d’une ? uvre, soit sur l’ensemble d’une ? uvre, en relation avec l’objet d’etude, soit sur un point de comparaison entre plusieurs ? uvres inscrites au programme de l’annee. Au cours de l’entretien, l’examinateur, partant de l’expose presente par le candidat, invite celui-ci a preciser son propos, a approfondir un commentaire ou une interpretation, a developper des perspectives.

L’entretien pourra egalement prendre en compte les ? uvres lues en lecture complementaire pendant l’annee. » Ce qu’il faut retenir : – comme pour l’ecrit, necessite de bien connaitre les ? uvres, d’identifier rapidement les enjeux d’une question et de mobiliser des souvenirs precis ; – necessite de composer son expose et de manifester des capacites de communication orale dans l’expose et le dialogue. 20 Sequence 1 – FR01 Vous constatez que l’ecrit et l’oral de controle font appel a des savoirs et savoir-faire analogues en vous demandant de manifester vos competences litteraires, en repondant a des questions de meme type.

La difference essentielle reside dans les modalites de communication : – a l’ecrit, vous aurez a rediger des textes explicatifs et argumentatifs a destination d’un lecteur absent. – a l’oral, vous vous adresserez a un interlocuteur present en direction de qui il vous faudra argumenter vos points de vue, d’abord par l’expose, puis dans l’echange verbal, en reponse a des questions ou a des contestations de vos points de vue. c. Criteres d’evaluation Communs a l’ecrit et a l’oral – connaissance des ? uvres, – aptitude a degager une problematique, – capacite a organiser une argumentation ppuyee sur des exemples precis, – maitrise des savoirs culturels, methodologiques, linguistiques, litteraires, artistiques, historiques utiles a la lecture de l’? uvre. – justesse de l’expression, clarte et intelligibilite du propos, coherence de la redaction. – ordre et clarte de l’expose, presentation des idees, utilisation des notes personnelles, – aptitude au dialogue et a l’echange, – justesse de l’expression et nettete du propos. Propres a l’ecrit Propres a l’oral d. Consequences pour la preparation Vous devez donc chercher a : Construire des savoirs – connaissance et comprehension des ? vres, – connaissance des savoirs (culturels, methodologiques, linguistiques, litteraires, artistiques, historiques) utiles a la connaissance et a la comprehension des ? uvres. – methodologiques : degager une problematique, c’est-a-dire identifier les enjeux d’une question, selectionner les elements de reponse a une question, les organiser de facon coherente et convaincante ; – rhetoriques : organiser et communiquer votre reponse personnelle argumentee en prenant en compte les contraintes de la situation de communication (ecrite ou orale) dans une langue adaptee (registre, precision et correction).

Ces savoir-faire sont la mise en ? uvre de vos savoirs : c’est a travers eux que vous serez evalue. Rien de tout cela n’est veritablement nouveau pour vous : vous avez deja etudie des ? uvres integrales, mis des ? uvres en perspective, confronte des textes (groupements de textes). Les elements des differents cours vous aideront a identifier les questions posees par les ? uvres de votre programme, a reperer les outils d’analyse et les elements de reponse pertinents, a connaitre les elements culturels indispensables.

Enfin, les exercices qui vous seront proposes vous aideront a developper de l’aisance pour exposer vos points de vue au moment de l’epreuve. Mais, pour etre efficace, votre preparation devra etre methodique et repartie sur l’annee. Bien sur, vous avez d’autres epreuves a preparer, vous abordez une discipline nouvelle avec la philosophie. Aussi, il vous faut evaluer raisonnablement le temps que vous pouvez consacrer a la preparation de l’epreuve de Lettres. Les candidats scolarises au lycee beneficient de quatre heures de cours hebdomadaires : a ces quatre heures il faut ajouter le temps accorde a la lecture des ? vres et aux travaux demandes par le professeur, que vous pouvez estimer en moyenne a 1 a 2 heures par semaine. Pour vous preparer dans des conditions comparables, il faudrait que vous puissiez consacrer au moins 6 heures par semaine a vos etudes litteraires (lecture des ? uvres et des cours, reponses orales ou ecrites aux questions posees par vos professeurs, travaux a effectuer). Naturellement, vous serez conduit a moduler ce temps en fonction de vos disponibilites, de votre rythme personnel, de vos habitudes de travail… comme le font les candidats scolarises au lycee.

Mais il serait tres imprudent de « faire des impasses » : si les questions Sequence 1 – FR01 21 Developper des savoir-faire portent sur une ? uvre que vous avez negligee au point de ne meme pas la lire pour vous contenter de la lecture d’un resume et/ou d’une etude, vous vous trouverez fort demuni pour repondre a une question precise ! Vous devrez avoir imperativement lu toutes les ? uvres, vous etre efforce d’effectuer diverses recherches et lectures methodiques sur chacune.

Le temps accorde a l’examen (2 heures) vous impose egalement de vous entrainer a l’ecriture pour rediger vite un texte compose pour argumenter efficacement votre point de vue. Le programme Principes Ce programme, publie au Bulletin Officiel de l’Education Nationale est renouvele chaque annee par moitie ou par quart. Il est compose de 4 a 6 titres d’? uvres integrales ou parties d’? uvres integrales. Par partie d’? uvre integrale, il faut entendre un ensemble textuel defini comme une unite dans une ? uvre plus vaste, deux titres d’un meme auteur peuvent etre proposes, deux ? vres, dont l’une est directement transposee d’une autre. Le champ s’etend au cinema (Renoir, Partie de campagne en 1996 et 1997, La Regle du jeu en 1999 et 2000, l’adaptation cinematographique du Proces de Kafka par Welles en 2005 et 2006). Les titres – pour la session 1999 Leopold Sedar Senghor, Ethiopiques Albert Camus, La Chute Nicolas Gogol, Nouvelles de Petersbourg Jean Renoir, La Regle du jeu Nicolas Gogol, Nouvelles de Petersbourg Jean Renoir, La Regle du jeu Raymond Queneau, Les Fleurs bleues Raymond Queneau, Les Fleurs bleues Tristan et Yseut (version de Beroul) Stephan Zweig, Le Joueur d’echecs pour la session 2000 – pour la session 2001 – pour la session 2002 Tristan et Yseut (version de Beroul) Stephan Zweig, Le Joueur d’echecs Primo Levi, Si c’est un homme Sophocle, une tragedie au choix du professeur Primo Levi, Si c’est un homme Sophocle, une tragedie au choix du professeur, Andre Breton, Nadja D. Diderot, Supplement au voyage de Bougainville (Voltaire, L’Ingenu en lecture cursive) Andre Breton, Nadja D. Diderot, Supplement au voyage de Bougainville (Voltaire, L’Ingenu en lecture cursive) J.

Giono, Un roi sans divertissement Chretien de Troyes, Perceval ou le Roman du Graal – pour la session 2003 – pour la session 2004 22 Sequence 1 – FR01 – pour la session 2005 J. Giono, Un roi sans divertissement Chretien de Troyes, Perceval ou le Roman du Graal La Bruyere, Les Caracteres, « De La Cour », « Des Grands » Le Proces de Kafka a Welles La Bruyere, Les Caracteres, « De La Cour », « Des Grands » Le Proces de Kafka a Welles Ovide, Les Metamorphoses (Livres X, XI et XII) Yves Bonnefoy, Les Planches courbes (trois sections du recueil) pour la session 2006 – pour la session 2007 Le Proces de Kafka a Welles Yves Bonnefoy, Les Planches courbes (trois sections du recueil) Diderot, Jacques le fataliste Perrault, Contes Diderot, Jacques le fataliste Perrault, Contes Guieseppe Tomasi de Lampedusa, Le Guepard Shakespeare, Romeo et Juliette – pour la session 2008 Commentaires En lisant les textes officiels definissant la nature, les modalites et les criteres d’evaluation de l’epreuve, vous avez sans doute constate l’importance accordee a la connaissance des ? uvres.

C’est la un indice important de ce que l’on attend de vous : il s’agit d’abord de bien connaitre les textes, ce qui signifie : – les lire integralement, – les relire en y effectuant des parcours de lecture, en fonction d’« entrees » differentes, – pratiquer la lecture methodique de passages privilegies. Vos cours vous aideront a determiner les entrees interessantes dans chaque ? uvre, les outils d’analyse a privilegier en fonction du genre, de la problematique adoptee, et ils vous apporteront les elements culturels necessaires pour les eclairer. – extension temporelle et geographique

Decouvrant votre programme et ceux qui l’ont precede, vous constatez aussi l’ouverture des choix proposes : il couvre une periode qui va du Ve siecle avant J. -C. , avec le monde grec antique (Sophocle, 1995-96 et session 2002-03) – qui est aux sources de la culture occidentale – en passant par le roman medieval avec les textes de Tristan et Yseut de Beroul et de Chretien de Troyes (1997-1998 et 2001-02) – une des premieres realisations dans un genre qui sera particulierement fecond – a l’epoque contemporaine (Cesaire, Aragon, Renoir, Senghor, Camus, Zweig) ; il elargit votre horizon au-dela de la seule itterature francaise. Par-dela la variete et l’originalite des ? uvres retenues, vous allez etre conduit a vous interroger sur le role et le sens de la litterature, sur la nature des questions qu’elle pose sur le monde, sur la maniere dont elle rend compte des questions qu’on se pose sur la vie, au cours de l’Histoire. Il s’agira de determiner, par exemple, comment telle ou telle ? uvre de votre programme repond a l’une de ces questions litteraires generales.

L’ouverture a l’Antiquite, au Moyen-Age et a la litterature etrangere vous invite aussi a vous interroger sur les relations que les ? uvres litteraires entretiennent entre elles et les rapports qui s’etablissent entre la litterature francaise et d’autres litteratures. Voyez, par exemple, le theatre baroque : il n’a pas ete illustre qu’en France et par l’Illusion comique de Corneille, il a ete admire par les Romantiques qui se sont fondes sur leur admiration pour ce theatre, celui de Shakespeare en particulier, pour leur critique du theatre classique et leur conception du drame. u fil des annees, tous sont representes et une perspective historique est suggeree, puisque tous les programmes, jusqu’a present, ont propose des ouvertures aussi bien au patrimoine le plus ancien qu’a des ? uvres contemporaines. – entree dans l’intertextualite – exploration des differents genres Sequence 1 – FR01 23 – ouverture sur des questions litteraires generales les titres choisis, les relations, revendiquees ou plus secretes, ui peuvent s’etablir entre eux, l’ouverture au cinema et a l’image conduisent a s’interroger sur le role de la litterature, sur ce qu’elle a de specifique et sur ce qu’elle partage avec d’autres formes artistiques, sur sa vie et son evolution, sur ce qu’elle apporte d’irremplacable, meme si l’epreuve d’examen ne posera pas de questions generales. Cette ouverture du programme vous invite donc a devenir des amateurs eclaires des titres qu’il propose tout en sollicitant votre curiosite pour d’autres titres et d’autres arts.

Si votre preparation doit etre methodique, elle ne doit donc pas etre un bachotage : lisez beaucoup, au gre des sollicitations du programme comme de vos gouts et interets, regardez des films, feuilletez des ouvrages d’art. Vos decouvertes enrichiront necessairement votre comprehension et votre connaissance des titres a votre programme. Ce qu’il faut retenir : – bien connaitre les ? uvres et leurs contextes, – traiter une question : definir une problematique et argumenter, – s’attacher a la qualite de la redaction.

Pour bien connaitre vos ? uvres et les savoirs culturels necessaires a leur lecture et pour etre capable de trouver rapidement le jour de l’examen les elements de reponse a une question, il vous faut organiser et planifier votre travail. B Organiser son travail Maintenant que vous cernez mieux la nature et les enjeux de l’epreuve et de son programme, il vous faut prendre connaissance de celui-ci et identifier les outils de travail necessaires ou simplement utiles. Les outils Pour cela, vous disposez de divers outils de travail personnel. es indispensables – le texte integral de chacune des ? uvres, dans une edition de votre choix ou dans une edition conseillee par le professeur de chaque cours ; – vos cours ; – un dictionnaire de langue : au moins le Petit Robert ; – un manuel de grammaire, par exemple : H. Bonnard, Code du Francais courant (Magnard) ; M. Arrive et al. La grammaire d’aujourd’hui (Flammarion, 1986), cet ouvrage se presente comme un guide alphabetique, ce qui le rend tres commode ; M. Riegel et al.

Grammaire methodique du Francais (PUF, 1994), cet ouvrage integre les apports de recherches recentes sur la langue et ses usages, a l’oral et a l’ecrit, en utilisant la terminologie officielle. les utiles – les cours et manuels que vous utilisiez en seconde et en premiere ; – un manuel methodologique : si vous n’en aviez pas, il serait bon de vous en procurer un ; en effet, l’espace de ce cours ne permet pas de revoir avec vous tous les outils et techniques de lecture methodique et d’etude de l’? uvre complete. 24 Sequence 1 – FR01 Vous pouvez, par exemple, utiliser : A.

Boissinot et al. : Francais 2de, textes et methodes (Bertrand Lacoste) F. Crepin et al. : Francais, Methodes et techniques (Nathan) X. Darcos et al. : Francais Bac (Hachette) D. Labouret et al. : Les methodes du francais au lycee (Bordas). Ces manuels ne traitent evidemment pas votre programme mais ils vous aideront a revoir, si besoin est, les principaux outils d’analyse litteraire en vous proposant de petits exercices : ces manuels doivent vous servir de « banques de donnees », pour retrouver une definition ou une demarche d’etude.

Ils offrent tous un index, tous abordent la question des types de textes et des genres litteraires, l’analyse du theatre, celle des genres et textes narratifs (contes, romans et nouvelles), du texte poetique comme celle du texte argumentatif ; ils offrent, en outre, des apercus sur l’histoire litteraire francaise. Ils peuvent completer les elements fournis par vos differents cours. Certains consacrent quelques pages a l’etude de l’image. Une anthologie de textes litteraires : tous les editeurs en proposent ; certaines offrent un choix de textes du Moyen Age a nos jours en un ou deux volumes, d’autres offrent un choix evidemment plus riche et plus varie en consacrant un volume a chaque siecle. Pour la litterature du Moyen Age, vous pouvez consulter Litteratures de L’Europe medievale (M. Gally et C. Marchello-Nizia, edite chez Magnard) : des « parcours buissonniers », au gre de vos humeurs et de vos interets, vous feront decouvrir les contextes litteraires et artistiques des titres de votre programme : l’iconographie de ces anthologies est souvent de grande qualite.

Mais il est inutile – sauf si cela vous rassure – de vous procurer systematiquement les ouvrages para-scolaires qui vont fleurir sur le marche (etudes des titres au programme) : ils ne vous apporteront que des elements inclus dans vos cours et ils ne sauraient se substituer a votre reflexion et a votre travail personnels. Les questions qui vous seront posees ne seront en aucun cas des questions de cours qu’il faudrait reciter. Si vous avez acces a une bibliotheque, vous pourrez consulter : – des dictionnaires : Littre et Grand Robert, Le dictionnaire des ? uvres (coll.

Bouquins), Le dictionnaire des auteurs (coll. Bouquins), Dictionnaire du theatre (Bordas), Dictionnaire des mythes (coll. Bouquins) ; – une encyclopedie : Universalis (en particulier les articles consacres aux auteurs de votre programme), et le Grand atlas universalis des litteratures ; – dans certaines mediatheques, vous pourrez consulter ou emprunter divers documents video et CDRom concernant la litterature et la peinture. Organiser son temps • sur l’annee pour vous laisser le temps de l’assimilation et de la maturation, vous devez essayer de repartir votre travail en Lettres regulierement sur l’annee.

Reservez-vous 4 semaines pour les relectures, revisions et exercices d’entrainement complementaires. L’ordre dans lequel vous aborderez l’etude de ces textes sera evidemment lie au calendrier de vos devoirs : les sujets proposes par vos professeurs, les orientations de leur cours vous aideront a definir des priorites et a effectuer le choix d’axes d’etude privilegies. • dans la semaine reservez une plage de temps : au moins 4 h (ce qui correspond a la duree du cours des lyceens) pour travailler les textes a votre bureau.

Le rythme des lectures (cours, lectures des ? uvres au programme et d’autres ? uvres, lectures documentaires) peut etre module, en volume et en repartition, en fonction de vos disponibilites et de vos habitudes personnelles de lecture et de travail. Organiser sa documentation personnelle Vous avez beaucoup de travail pour vous preparer dans toutes les matieres et vous disposez de peu de temps. Aussi votre documentation personnelle doit-elle etre bien organisee car elle vous servira de memoire papier. Sequence 1 – FR01 25 sur le texte des ? vres Annotations et surlignages, avec un code de couleur que vous etablirez, vous permettront de retrouver rapidement des elements importants pour repondre a une question lors d’un feuilletage. A l’examen, vous ne disposerez pas de vos textes et, si l’on vous demande de travailler sur un document, il vous sera fourni. constituer un dossier par auteur Ce dossier reunira : – le cours qui lui est consacre, – vos notes de travail personnel. Pour faciliter vos revisions, vous pouvez – c’est ce que je fais moi-meme – etablir des fiches par parcours de lecture.

En haut de chaque fiche, vous pouvez indiquer quelques mots-clefs. L’indexation de l’etude de plusieurs passages d’une meme ? uvre vous facilitera le travail de synthese ; en reunissant toutes les fiches ou apparait un meme mot-clef, vous reunirez les elements d’une etude de synthese. – une fiche de synthese sur chaque ? uvre, etablie en fin d’etude : un recto verso A4 maximum : elle vous rappellera les principales conclusions de votre etude et quelques citations pour les illustrer.

Vous essaierez de retenir ces citations (5 a 10 par ? uvre). Si vous avez bien travaille vos textes pendant l’annee, vos revisions de derniere minute pourront se limiter a leur relecture (5 fiches) : elle suffira pour vous aider a mobiliser vos connaissances memorisees, le moment venu. Ce dossier pourra etre, si necessaire, enrichi ou redistribue dans de nouveaux dossiers si vos projets vous conduisent ulterieurement a une formation comportant des etudes litteraires. Ce qu’il faut retenir : s’organiser identifier et consulter les outils de travail en fonction de ses besoins, – planifier sa preparation dans le temps en fonction du calendrier des devoirs, – organiser sa documentation personnelle. 26 Sequence 1 – FR01 Etudier methodiquement une ? uvre integrale A Qu’est-ce que lire ? Quand on est en situation de lecture, on est en position de recepteur qui construit du sens, une interpretation du texte qu’on lit en fonction de : – son projet de lecture : a quelles questions va repondre la lecture entreprise ?

Par exemple, je peux lire La vie est un songe (session 1998) pour decouvrir la dramaturgie baroque ; je peux la lire avec le projet de monter un spectacle : ce projet va favoriser la formulation d’hypotheses de sens ; – ses connaissances du monde et son experience (sociale, personnelle) qui vont rendre le lecteur plus sensible, plus attentif a certains themes, a certains aspects du texte : la lecture d’un metteur en scene ayant le projet de representer Hamlet ne sera pas la meme que celle d’un universitaire specialiste de Shakespeare ; – ses connaissances d’autres ? vres ; – sa connaissance de la langue dans laquelle on lit le texte ; – les effets produits par l’ecriture meme du texte (structures, procedes d’ecriture… ). Dans la vie personnelle, bien souvent on lit des ? uvres litteraires avec pour seul motif le plaisir de se laisser porter par l’histoire, par le sujet ou l’ecriture : on est alors soumis aux effets de sens du texte pour peu qu’il renvoie a des sujets ou a des preoccupations d’ordre personnel.

La lecture methodique, elle, est une forme de lecture active : on ne se laisse plus seulement « porter » par le texte. On le prend comme objet d’etude et on l’interroge, avec des outils d’analyse propres aux etudes litteraires et linguistiques, pour tenter de comprendre comment son ecriture (composition, usages de la langue, figures de rhetorique, etc. ) induit des effets de sens : il s’agit de comprendre le fonctionnement du texte, dans des contextes donnes (celui de notre reception actuelle, celui de sa production et de sa reception par son premier public… : la lecture d’autres textes, des connaissances d’histoire litteraire et d’esthetique enrichissent necessairement l’etude personnelle car elles aident a voir comment un ecrivain s’inscrit dans une epoque, reprend a son compte des themes et des formes litteraires et comment il les subvertit pour produire une ? uvre originale, une vision du monde personnelle, en accord ou en rupture avec d’autres… B Qu’est-ce que lire methodiquement une ? uvre integrale ? Cela signifie, bien sur, la lire integralement, c’est-a-dire du debut a la fin, au moins deux fois : avant l’etude et en fin d’etude.

Mais cela ne signifie pas que l’on va l’etudier mot a mot, paragraphe par paragraphe, scene par scene ou poeme par poeme, du debut a la fin. Il s’agit plutot d’etablir des parcours de lecture avec des « entrees » differentes dans l’? uvre (etude d’un theme, d’un personnage par exemple) : ces parcours de lecture font pratiquer une lecture selective : celle de passages importants pour l’entree choisie. Lecture selective aussi lorsqu’on choisit de faire la lecture methodique d’un passage : il s’agit de passages que l’on percoit comme importants dans l’economie generale de l’? vre ou importants par rapport a une question donnee ou encore representatifs d’un aspect de l’? uvre. Il s’agit alors de faire une sorte de gros plan sur un detail, comme si l’on etudiait un fragment de tableau : cette observation « de pres » ne prend tout son sens que si le detail est mis en relation avec l’ensemble. Il s’agit donc d’un travail du texte qui combine parcours transversaux dans la totalite de l’? uvre, par rapprochements de passages selectionnes en fonction du projet de lecture, et etude de detail de ertains de ces passages : on procede, de temps a autre, comme dans l’etude d’un film, a des « arrets sur image ». Sequence 1 – FR01 27 L’analyse litteraire Pour mener a bien ce travail d’analyse, vous allez vous poser des questions et utiliser des demarches analogues pour toutes les ? uvres, vous allez aussi en utiliser de plus specifiques, en fonction du genre de l’? uvre : ces outils, qui nous sont venus du travail de chercheurs en litterature et en linguistique, permettent de ne pas rester demunis face a une ? uvre qui peut paraitre ou hermetique ou si evidente qu’on ne voit pas quoi en dire d’autre qu’une plate paraphrase.

Ils permettent d’etablir des significations qui ne s’imposent pas a premiere lecture et d’avoir du titre que l’on etudie une comprehension plus riche et plus fine car elle construit des significations plus profondes en les justifiant. Ainsi, vous serez conduit a utiliser : – des outils d’analyse communs a tous les textes : outils linguistiques (choix des mots, etablissement de reseaux lexicaux) ou rhetoriques (metaphores, metonymies, etc. ), par exemple ; – des outils d’analyse propres au genre auquel appartient l’? uvre : par exemple, l’etude d’? vres qui racontent une histoire (conte, roman, mais aussi piece de theatre) peut faire appel a des outils d’analyse issus des etudes en narratologie ; l’etude du dialogue theatral pourra faire appel a des outils issus de la linguistique, de l’analyse des echanges oraux, etc. ; – des outils d’analyse propres aux differents types de textes : en effet, une ? uvre, meme quand elle appartient a un genre clairement identifiable (theatre, poesie), combine differents types de textes : on trouvera du narratif dans le dialogue theatral (recit par un personnage par exemple), du descriptif, de l’argumentatif et du poetique dans une ? vre narrative ; – des outils propres au « langage » de l’? uvre : l’etude d’un film suppose un minimum de connaissances du « langage cinematographique » et d’outils d’analyse du film. Etude interne La connaissance de ces outils – auxquels vous etes deja plus ou moins inities par vos etudes anterieures – n’est pas un prealable : il faut aussi faire la part de l’intuition personnelle, de la sensibilite, des echos qu’eveille en chacun de nous un titre, un personnage, une formule.

Ces outils ne sont que des outils : ils aident a valider (ou a infirmer) une impression, une hypothese de sens, ils peuvent parfois aider a trouver une « entree » dans une ? uvre qu’on ne sait pas « par quel bout prendre » : on peut toujours, en pareil cas, en tatonnant, « essayer » un outil pour « voir ce que ca donne » ! Il ne s’agit pas d’utiliser necessairement et systematiquement tous les outils, mais de faire appel a bon escient aux outils les plus efficaces pour etudier tel ou tel aspect de l’? uvre.

Ce travail d’observation et d’analyse, d’interpretation et de synthese est un travail du texte : on le prend tel qu’il se donne a lire, on se livre donc a une etude interne, en faisant differents parcours de lecture : ces parcours peuvent etre enrichis par l’etude de passages privilegies. Le choix de ces passages privilegies se fera en rapport avec les « questions d’ensemble » que vous vous poserez. Ces reperages enrichiront votre comprehension de la structure du texte, de ses themes, vous aideront a decouvrir la vision du monde que l’? uvre construit. Votre travail sur le texte de l’? vre vous conduira constamment de l’analyse a la synthese : a partir de questions qu’on pose au texte ou qu’on se pose a son sujet, on effectue des observations, des reperages (analyse) : la mise en relation d’observations permet de degager des significations dans differents domaines (synthese). Eclairages Mais une ? uvre n’existe pas hors de l’espace et du temps : elle a ete produite par un etre humain particulier, dans une societe particuliere, pour un public determine qui l’a bien ou mal recue, qui s’y est reconnu ou a qui elle a donne a rever, a penser, a s’exprimer de facon nouvelle.

Notre reception a nous s’inscrit dans un autre contexte historique, economique, social, intellectuel, artistique. Bien la connaitre, c’est donc l’eclairer par des connaissances qui lui sont externes pour comprendre comment elle a ete comprise et comment nous, nous la comprenons. On l’eclaire alors par ses connaissances en histoire et histoire litteraire, des elements de la biographie de l’auteur, la connaissance d’autres ? uvres, du meme auteur et d’autres auteurs, contemporains et osterieurs, les points de vue critiques qu’elle a pu susciter… Votre culture vous fournit certains de ces elements, mais elle est aussi a enrichir par des lectures complementaires, la vision de films, l’observation de reproductions de tableaux… Vos choix peuvent etre divers et, vos cours, l’appareil critique de certaines editions peuvent etre precieux. Si vous manquez 28 Sequence 1 – FR01 de temps, preferez la lecture de textes (extraits des manuels, ? uvres integrales) a l’accumulation de lectures de commentaires de l’? vre que vous etudiez ou de resumes d’histoire litteraire. Bien entendu, il ne s’agit pas de tout connaitre de la biographie d’un auteur, du contexte dans lequel il a vecu et cree, mais d’identifier, dans sa vie et dans le contexte de production, ce qui peut eclairer son ? uvre ou l’un de ses aspects : il ne s’agit donc pas de retenir tout ce que votre cours en dit, mais d’essayer d’etablir des relations entre des elements donnes par le cours et le texte : une reponse a une question de synthese sera enrichie par l’appel a ces relations.

Vos connaissances anterieures, votre culture personnelle vous aident a entrer dans les ? uvres, a orienter votre questionnement. Vos cours consacres a chaque auteur vous apportent aussi des elements que vos lectures personnelles completeront : ainsi, les titres de votre programme ne seront plus des monuments isoles mais ils etabliront pour vous de multiples liens avec d’autres titres, contemporains, anterieurs, posterieurs, et ils enrichiront votre connaissance de concepts litteraires et de notions d’esthetique. Ce qu’il faut retenir L’etude d’une ? vre associe etude interne du texte, a l’aide d’outils d’analyse, et eclairages contextuels (historiques, sociaux, biographiques, litteraires, esthetiques) issus de la culture personnelle (lectures complementaires, films, tableaux…). C Schema d’une demarche generale de travail La lecture de votre cours peut preceder, accompagner ou prolonger votre lecture et votre etude methodique de l’? uvre. Prealable a la lecture, elle l’oriente et peut entrainer une lecture moins personnelle, mais en meme temps elle la facilite en la contextualisant.

En accompagnement de l’etude, elle la ralentit, mais elle permet d’eclairer, au fur et a mesure, tel ou tel aspect dont parle le cours. En prolongement de la lecture, elle peut corriger des erreurs d’interpretation et elle aide a enrichir la comprehension personnelle. A vous de choisir, donc, le moment qui vous parait le plus favorable pour cette lecture du cours, en fonction de vos habitudes de travail, mais peut-etre aussi en fonction des ? uvres du programme et de votre culture personnelle. L’essentiel reste neanmoins votre etude personnelle de l’? uvre. La demarche que je vous propose ici peut vous aider. Etude interne

Premiere phase = Avant lecture – Mobilisation de connaissances : que sait-on deja de l’auteur, du titre, du genre, etc. ? ? a quoi s’attend-on ? pourquoi ? – Interrogation du livre : quelles informations apporte-t-il par le titre, l’indication du genre, de l’auteur, par la citation d’un extrait, par un resume, etc. ? ? quelles attentes et hypotheses de lecture permet-il de formuler ? Ces attentes peuvent etre brievement notees ? elles traduisent une premiere approche, tres spontanee et elles pourront etre ulterieurement confrontees aux apports de l’etude : elles sont un instrument d’evaluation des acquis du travail.

Deuxieme phase = Premiere lecture = lecture decouverte = lecture « naive » Cette lecture s’accomplit dans les conditions les plus proches des pratiques de lecture habituelles pour prendre connaissance du texte et identifier ses premiers effets. Sequence 1 – FR01 29 ? ecrire une premiere fiche * faire un bilan personnel de cette premiere lecture : resume, impressions dominantes, observations, releve de citations qui paraissent particulierement interessantes. * repondre aux questions suivantes en eclairant les reponses par des exemples precis du texte. qui le texte fait-il parler ? un « je » ? plusieurs locuteurs ? – quels buts semble viser le texte ? faire reflechir ? convaincre ? apitoyer ? faire agir ? par quels moyens ? – de quels textes deja connus peut-on le rapprocher ? * formuler des questions de synthese qui vont faciliter la definition d’axes d’etude. Troisieme phase = Etude methodique du texte Les modalites de cette etude seront en partie determinees par le genre auquel l’? uvre appartient, mais aussi par les questions que vous vous posez a son sujet. Neanmoins, il est fort utile d’en rediger un resume analytique selon un decoupage. Ce resume sera un outil de travail pour : – se reperer dans le texte pour y faire des parcours de lecture ; – etablir des comparaisons entre les textes ; – reviser le moment venu (relecture de passages clefs, par exemple). Pour etablir ce decoupage, on peut s’appuyer sur des indices du texte : mise en page, variations typographiques, indices textuels (connecteurs temporels, logiques, par exemple). enres narratifs : connecteurs temporels, temps verbaux (systeme du recit : imparfait/passe simple, systeme du discours : present), changements de narrateur (enonciation), etc. theatre : indices de mise en page (distribution en actes, scenes, tableaux, journees), entrees et sorties de personnages… recueil poetique : parties, sections, changements de types de strophes, de metres, themes apparents des titres… textes d’idees : connecteurs, enonciation, temps verbaux… ? confrontez votre propre decoupage a celui propose par votre cours. Ensuite, il est necessaire de pratiquer plusieurs parcours de lecture, avec des entrees differentes : cela suppose des relectures du texte, avec prises de notes ou surlignage. Les cours consacres a chacune des ? uvres vous aideront a definir vos parcours. Certains parcours sont des « passages obliges » de l’etude (etude de la structure d’ensemble, l’espace, le temps, les personnages dans les romans, nouvelles, films, pieces de theatre… ), les procedes caracteristiques de l’ecriture… D’autres sont determines en fonction du genre de l’? uvre, de ses caracteristiques particulieres et du projet d’etude que vous avez.

Ces parcours conduisent a identifier des passages privilegies a etudier de plus pres ; ce travail d’observation et d’analyse fait appel aux outils de lecture dont il a deja ete question : il s’agit d’un travail auquel vous vous etes familiarise en seconde et en premiere (preparation du commentaire compose, du sujet 3…). Chaque parcours donne lieu a une fiche de synthese qui releve les faits les plus marquants et indique des passages de reference ou des citations, qui seront autant d’exemples disponibles pour repondre a des questions le jour de l’examen. • bilan de l’etude interne

Formulez les points forts de votre etude et comparez vos conclusions a celles de votre premiere lecture : vous devez constater une evolution dans ce que vous avez compris : modifications de vos impressions et interpretations initiales. Eclairages Vous pouvez (re)lire les elements de votre cours – contexte biographique et historique, elements culturels en particulier les rapprochements suggeres par vos professeurs. 30 Sequence 1 – FR01 Si vous en avez le temps, vous pouvez aussi completer votre etude par la lecture d’un des ouvrages cites dans les bibliographies donnees par vos professeurs. Completez la synthese en etablissant les relations les plus fortes entre les principaux apports de votre etude interne et des elements precis de ces apports contextuels. Sur chaque fiche de l’etude interne, mettez-les typographiquement et/ou visuellement en relation (flechage, code de couleurs… ) avec vos conclusions et references, en notant des choses precises mais concises (un titre, une notion, une citation, une date, etc. , qui sont pour vous des elements evocateurs du rapprochement).

Synthese de l’etude Redaction de la fiche de synthese qui reunit les elements a retenir : il s’agit de ceux qui vous permettront de mobiliser vos connaissances, le moment venu ; cette fiche peut reunir quelques citations (de l’? uvre ou sur l’? uvre), formuler les deux ou trois questions qui vous paraissent fondamentales et, en une ou deux phrases, la reponse que vous leur donnez. Il doit en ressortir ce qui, a vos yeux, constitue les enjeux, les significations et la portee de l’? uvre, en prenant appui sur les etudes precedentes : – interet litteraire et artistique de l’? uvre ; – les valeurs et la vision du monde, de l’etre humain, etc. qui s’en degagent. Etablissez cette fiche a partir des fiches precedentes, du devoir que vous avez redige et de son corrige. Elle doit etre breve (un recto-verso A4 maximum) : avec une derniere relecture de l’? uvre, elle sera votre principal outil de revision : elle vous suffira pour mobiliser, le moment venu, les souvenirs necessaires pour repondre a une question. Autoevaluation : repondre a une meme question (juste apres la premiere lecture et apres l’etude) et comparer les deux textes produits ; cette demarche est applicable aux sujets de devoirs : premiere lecture de l’? uvre ? premiere redaction ? tude methodique en fonction de la question posee ? nouvelle redaction et comparaison des deux redactions. Sans doute, votre etude n’est-elle pas exhaustive : sa richesse est aussi fonction du temps que vous pouvez lui consacrer, et vous n’etes pas en train de preparer une these qui occupe un chercheur pendant plusieurs annees, quelquefois sur un seul titre. Mais, en procedant de la sorte, vous aurez acquis une grande familiarite avec le texte de chacune des ? uvres, vous en aurez fait une etude personnelle, vous aurez elargi votre culture litteraire au-dela des seuls titres du programme, pour les eclairer.

Vous serez donc arme : – pour repondre a des questions precises portant sur la composition, les significations de chaque ? uvre : vous pourrez vous demander, pour chaque question, quels elements de reponse apportent les parcours que vous avez realises et les passages sur lesquels vous vous etes particulierement penche ; – pour identifier la situation et les enjeux des documents sur lesquels vous serez interroge (extraits, documents annexes). D Etudier methodiquement un extrait En seconde et en premiere, vous vous etes initie a la lecture methodique de courts passages pour votre epreuve orale.

Cette annee, la lecture methodique, plus ou moins approfondie, de quelques passages choisis, vous aidera dans votre etude globale de l’? uvre (parcours, questions de devoirs). Elle vous aidera aussi a l’examen : – pour alimenter, argumenter et illustrer votre reponse a une question posee ; – pour bien identifier un passage (ses bornes, ce qui s’y passe, comment il fonctionne, sa place et sa portee dans l’? uvre) a propos duquel on vous interrogerait (voir sujet sur Hamlet 1995) ; – pour analyser un (ou plusieurs) document(s) propose(s) comme support a une question. Sequence 1 – FR01 1 Quels extraits etudier methodiquement ? – ceux proposes par vos professeurs dans leurs cours : meme si le passage est commente dans le cours, faites votre propre lecture methodique avant de lire leur commentaire. Celui-ci vous aidera a nuancer et enrichir votre lecture personnelle ; – ceux suggeres par votre cours : servez-vous du decoupage propose par votre professeur, reperez dans son cours les passages auxquels il fait souvent ou particulierement reference, qu’il signale comme importants ; – ceux que vous determinerez vous-meme en fonction de vos parcours de lecture personnels.

Ce sont, au demeurant, souvent les memes que ceux reperes par le professeur ! L’utilisation de votre resume analytique ou d’un synopsis fourni par le cours vous aide a retrouver rapidement le passage interessant pour votre parcours de lecture. Il est toujours profitable d’etudier l’ouverture, les premieres lignes d’un texte et sa cloture : l’etude de l’ouverture permet de formuler des hypotheses sur le genre de l’? uvre, sur les themes dominants, de commencer a cerner les caracteristiques d’un univers litteraire.

Schema general de la lecture methodique d’un extrait Elle est analogue a celle de l’etude de l’? uvre dans sa globalite. L’etude interne est eclairee par la connaissance de l’ensemble de l’? uvre et, eventuellement, par des donnees externes a celle-ci : on fait une sorte de gros plan pour observer et interpreter un detail, dans ses rapports avec l’ensemble : que lui apporte-t-il ? comment ? – projet de lecture et d’etude : pourquoi etudier ce passage-la ? quelles questions pourra-t-il apporter des elements de reponse ? – attente initiale et premiere decouverte : par exemple, lisant la premiere scene d’une piece de theatre, nous nous attendons a une scene d’exposition ou le discours du ou des personnages en scene va nous apporter des informations sur le genre, sur la situation initiale, sur les personnages en scene et sur des personnages a venir ; on y verra se dessiner des themes, se fixer un genre (comique, tragique… ).

L’etude – et le choix des outils d’analyse a privilegier – sont a determiner en fonction du parcours de lecture dans lequel elle s’inscrit ; – observation systematique du texte a partir d’entrees successives qui vont privilegier successivement des indices de nature differente. On cherche, en fait, des reponses a des questions simples en se livrant sur le texte a des reperages precis et, si possible, exhaustifs : par exemple, qui le passage fait-il parler ? ? formules designant les locuteurs, pronoms… ; de quoi ? ? releves lexicaux : identification des champs lexicaux dominants et de leur distribution, etc. – identification d’une organisation, d’une thematique et d’une ecriture particulieres par regroupements et mise en relation des observations ; – interpretation : construction de significations : significations du passage, relations avec d’autres passages (precedents, ulterieurs : quels indices preparent quoi ? ) ; – synthese finale : bilan de la lecture : enjeux et portee du passage dans l’economie generale de l’? uvre. Selon le temps dont vous disposez, vous approfondirez plus ou moins votre etude : une vingtaine de minutes permet de trouver beaucoup de choses quand on procede avec methode.

C’est le temps accorde a la preparation de l’oral de premiere, et quand vous travaillez, pendant l’annee, vous n’avez pas – sauf pour un devoir – a vous preoccuper des modalites de presentation de votre etude ! Peut-etre etes-vous effraye par la somme de travail que semble representer cette demarche ? Il va de soi que vous ne ferez pas tout ! D’une part, vous n’etes pas inculte, d’autre part, vous selectionnerez en fonction de votre temps, de vos besoins, de vos gouts : certains liront davantage, d’autres prefereront regarder davantage de films, d’autres encore feuilletteront des livres d’art…

Toute approche d’une ? uvre reste personnelle et quel qu’en soit le volume, vos parcours de lecture et vos decouvertes et coups de c? ur pour des livres ou des films enrichiront votre etude et vous enrichiront vous-meme. Les fiches que vous trouverez dans la suite de ce cours sont destinees a vous aider plus precisement a aborder ces ? uvres. Elles ne se substituent pas a votre manuel de techniques et methodes du Francais qui vous apportera, au besoin, des elements complementaires et vous proposera des exemples et des exercices pour les notions qui ne vous sont pas familieres.

Ces pistes ne se substituent pas non plus aux cours de vos professeurs : elles peuvent vous aider a traiter les questions qu’ils vous posent, a completer leurs propositions en vous offrant la possibilite d’approches personnelles. 32 Sequence 1 – FR01 Ecrire un texte en reponse a une question L’epreuve vous demande de repondre a deux questions, respectivement sur 8 points (question 1) puis 12 points (question 2). Vous allez donc vous livrer a plusieurs operations, qui ne sont d’ailleurs possibles que si vous avez lu et etudie les ? vres : – analyse de la question : cerner son champ, voir quels problemes elle souleve (? en degager l’implicite), – mobilisation et tri des connaissances (de l’? uvre et en rapport avec l’? uvre) qui permettent de repondre a la question, – definition de votre « these » = votre reponse a la question, – composition et redaction de votre reponse pour convaincre votre lecteur de la validite de votre « these ». A Ecrire un texte Quel type de texte ? Ce qui est attendu de vous, c’est un texte. Il vous faut donc vous exercer a l’ecriture de textes.

Votre copie sera jugee non seulement en fonction des idees que vous developperez et des connaissances que vous manifesterez, mais aussi en fonction de la maniere dont vous les communiquerez a votre lecteur. Dans votre preparation, il faut donc vous exercer aussi a la mise en texte et a la mise en mots de vos idees. Le type de texte attendu est un texte argumentatif, dans lequel s’inscrivent des sequences explicatives. Le texte explicatif vise a informer le lecteur, a lui rendre compte d’une certaine realite (ici, celle du texte ou d’elements du texte dont vous rendez compte dans votre reponse).

Le texte vise donc a donner l’impression de la generalite, de la validite scientifique de l’information. La subjectivite de son auteur disparait au profit d’une enonciation generale : emploi du on, de tournures impersonnelles, du present de verite generale ; les connecteurs manifestent la volonte d’organiser l’explication et permettent au lecteur de reperer ce qui est constat, presentation d’une cause ou d’une consequence. Le texte explicatif ou informatif se donne pour objectif, ce qui le rend convaincant.

Le texte argumentatif vise a convaincre le lecteur : il presuppose donc que ce lecteur ne partage pas a priori le point de vue qu’on defend et il anticipe, par l’ordre, le choix et le traitement des arguments, d’eventuelles contestations du point de vue qu’on defend. Il est marque par la subjectivite, la conviction de son auteur, meme quand celui-ci n’emploie pas la premiere personne, en particulier par des modalisations (emploi de termes a connotations positives / negatives, de termes valorisants ou devalorisants… ).

Certaines questions vous inviteront a une reponse nettement argumentative : par exemple, les questions qui vous demanderont d’evaluer la validite d’un jugement porte sur une ? uvre ou un personnage ; de telles questions vous invitent a rechercher sur quoi se fonde le jugement propose et a le discuter (= a voir ce qu’il ne prend pas en compte). Le pacte de lecture : les attentes du lecteur Votre lecteur est un examinateur, c’est-a-dire un enseignant de lettres : il est donc defini par un role social et ses attentes sont, en grande partie, determinees par ce role.

La definition de l’epreuve (reponses a des questions dans un texte compose et argumente avec une langue correcte) oriente ses attentes. Le pacte de lecture que vous lui proposez doit donc etre clair. On peut entendre, par pacte de lecture, les caracteristiques que celui qui ecrit donne a son texte pour que le lecteur comprenne quelle lecture on attend de lui, a quel type de texte il a affaire, pour preserver son interet, pour emporter son adhesion.

C’est aux premieres lignes d’un texte qu’on reconnait un roman ou un poeme, un texte fictionnel ou un texte referentiel : l’ecriture, d’une certaine facon, « programme la reception ». Le professeur qui vous Sequence 1 – FR01 33 lira attend donc un texte dont l’organisation, l’ecriture lui permettront de reconnaitre que vous savez ecrire un texte argumentatif (developpant une these) dans le domaine de reference (litteraire, l’? uvre sur laquelle vous etes interroge).

Votre texte doit donc etre pense en fonction des attentes de votre lecteur et de ses intentions : sa lecture aboutit a une note chiffree qui traduit, sous une forme synthetique, la plus ou moins grande satisfaction de ses attentes par rapport a ce qu’est capable d’accomplir un etudiant de Terminale : il n’attend pas un discours de specialiste, mais il attend tout de meme la manifestation de connaissances litteraires, d’une lecture approfondie du texte de l’? uvre, un texte qui utilise les codes de la communication scolaire et universitaire. Votre lecteur sera un autre lecteur des ? vres que vous avez etudiees. A ce titre, il partage avec vous une connaissance des textes dont vous parlez, meme si sa lecture ne coincide pas parfaitement avec la votre : cela impose de justifier vos assertions pour le convaincre de leur legitimite ; meme s’il ne partage pas totalement votre point de vue, il sera alors capable de le comprendre et de l’admettre. Mais, dans la mesure ou il a pour mission de verifier que vous maitrisez les savoirs et savoir-faire requis, il ne vous les presupposera pas et attendra de vous des informations et des explications qu’il connait deja.

Vous devez donc concevoir vos reponses comme si elles s’adressaient a un lecteur assez ignorant du sujet dont vous parlez. Ce lecteur-correcteur est un lecteur « normal » : son interet se lasse vite si le texte propose a sa lecture est difficile a dechiffrer ou confus, et ce d’autant plus qu’il doit corriger plusieurs dizaines de copies en peu de jours. Vous devez donc l’aider a entrer dans votre texte pour qu’il se montre ouvert a votre point de vue.

Sa lecture – et son attitude par rapport a votre argumentation – sera facilitee : – par la mise en page et la graphie : blancs, alineas, signalement des citations (a la ligne, entre guillemets), respect des conventions graphiques (titres soulignes), graphie aisee a lire : votre correcteur doit lire en quelques jours plusieurs dizaines de copies, une graphie lisible l’aidera a entrer dans votre raisonnement. – par la coherence semantique du texte et sa cohesion : votre texte doit manifester la rigueur de votre reflexion, vous ne pouvez donc vous contenter d’affirmations peremptoires, laisser irresolues des contradictions.

La coherence se manifestera par les relations logiques que vous etablirez entre les paragraphes de votre argumentation : cette coherence est soulignee, en particulier par la cohesion du texte marquee par les procedes de reprise (usage de pronoms, d’adjectifs possessifs et demonstratifs, de termes englobants, de periphrases), l’emploi de connecteurs logiques qui soulignent les mouvements du raisonnement et signalent l’organisation du texte : a cet egard, vous ne pouvez proceder exclusivement par enumeration (d’abord, nsuite, et puis, et puis aussi… ). Rappelez-vous que le texte argumentatif vise a conduire son lecteur d’un etat initial de la pensee a un nouvel etat : il doit manifester une dynamique orientee vers ce but, d’ou l’importance de la problematique adoptee et explicitee dans l’introduction. par la clarte et la correction de la mise en mots : emploi du registre de langue adapte a la situation de communication (langue ecrite standard : ni gros mots ni grands mots), evitez la multiplication des parentheses, ecrivez des phrases complexes mais relativement breves, ne melangez pas les temps, veillez a ce qu’on identifie sans effort a quoi renvoient les pronoms que vous utilisez, respectez les normes orthographiques et les usages des signes de ponctuation, etc.

L’emploi pertinent de termes techniques (vocabulaire d’analyse litteraire) facilitera sa comprehension de votre point de vue en lui montrant votre maitrise des outils d’analyse litteraire. – par le respect des codes de la communication scolaire et universitaire en litterature : ce respect se traduit dans l’enonciation : effacement du je au profit du on, du nous, de tournures impersonnelles ou passives comme dans le texte explicatif ; si l’implication de celui qui ecrit se manifeste, c’est moins dans l’emploi de la premiere personne que dans celui du lexique (termes a connotations positives ou negatives, par exemple).

La proximite enonciative avec le texte explicatif contribue a donner une impression de verite ou de scientificite des points de vue developpes, comme l’emploi pertinent de termes techniques de l’analyse litteraire : evitez, par exemple, de confondre comparaison et metaphore ; evitez aussi la surabondance : l’exageration, en la matiere, peut donner une impression de pedantisme et de jargon !

Il va de soi que vous devez veiller a une orthographe correcte : si quelques erreurs, dans la situation d’urgence d’une epreuve d’examen, sont tolerables et tolerees, une orthographe tres fantaisiste, outre qu’elle gene la comprehension, ne peut que convaincre le lecteur de l’ignorance et de la desinvolture de l’auteur ! On vous pardonnera une ou deux erreurs dans l’accord du sujet et du verbe, en les 34 Sequence 1 – FR01 ttribuant a la situation d’examen, mais si vous ecrivez systematiquement le pluriel du verbe a la 3e personne du pluriel avec s ou le pluriel de l’adjectif qualificatif avec nt, votre correcteur concluera que vous ne maitrisez pas les accords. Votre texte visera donc a convaincre votre lecteur-evaluateur : • de la justesse de vos points de vue : argumentation explicite ; • de votre maitrise des savoirs (connaissance de l’? vre dont vous parlez, savoirs litteraires et culturels) et savoir-faire requis a l’examen : argumentation implicite. C’est la qualite de votre argumentation explicite (votre texte, dans toutes ses composantes) qui convaincra votre lecteur de votre maitrise du programme et de votre maitrise de l’expression ecrite (qui ne se reduit pas a la succession de phrases, meme correctement redigees). B

Le proces d’ecriture Chacun tend a developper des habitudes particulieres et, parfois fort personnelles, pour ecrire un texte. En gros, quand on ecrit, quelle que soit la maniere concrete dont on s’y prend (formaliser un plan de detail avant d’ecrire, ecrire un premier jet qu’on enrichit), le proces d’ecriture met en jeu trois grandes series d’operations intellectuelles, en partie inconscientes et interactives.

On designe par la formule proces d’ecriture, ce qui se passe probablement dans l’intelligence de celui qui ecrit pour arriver a produire un texte, et non une succession de phrases plus ou moins liees. Il va de soi que la connaissance du sujet, de la situation de communication et des attentes du lecteur, des genres et des types de textes qui fournissent des modeles ou des scenarii, contribuent a automatiser des conduites, de sorte que bien des operations deviennent intuitives, inconscientes.

On distingue habituellement, dans le proces d’ecriture, trois grandes series d’operations mentales qui interagissent entre elles, bien que chacune soit dominante a certains m