MEMORA HUGO LAURAS

MEMORA HUGO LAURAS

L’impact des réseaux sociaux sur les entreprises a-t-il un rôle essentiel sur leur image ? Hugo Lauras Mémoire de spécialité Appliquée Année : 2012-2013 « Les propos tenus dans ce document n’engagent que leur auteur » Table des matières Introduction orag Sni* to View A. Le rôle des réseaux sociaux — L’arrivée du web 2. 0 . L’émergence des réseaux sociaux électroniques 8 Qu’est-ce qu’un réseau 6 Modification du comportement des entreprises De nouvelles opportunités . 8 Influence sur les ventes et la publicité Une expansion synergétique iii. Modification du management. Mais des risques otentiels . Risques de dégradation de l’image OF 16 20 21 . 23 23 sans les réseaux sociaux Concluslon . 34 Bibliographie 36 Glossaire — 40 33 L’évolution d’Internet a permis la création de nouveaux outils de communication et de travail pour les entreprises ainsi que pour les particuliers. Ce mémoire va se pencher sur une catégorie spécifique de ces outils : les réseaux sociaux.

Il faut bien différencier les réseaux sociaux non virtuels, qui existent depuis des siècles (appartenance à un parti politique, à un club sportif, à une fraternité, à une religion, ? un club de bridge, etc. , et les réseaux sociaux onlines, qui sont

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
exclusivement basés sur Futilisation d’Internet. Le Web 2. 0 a amené l’évolution des réseaux sociaux. Ils sont de plus en plus utilisés par les internautes qui naviguent sur Internet, et ils touchent un public extrêmement large.

Les étudiants et les adolescents ont été les premiers utilisateurs de ce genre de sites, faisant d’eux les précurseurs des réseaux sociaux actuels. Il faut également savoir qu’actue beaucoup d’internautes, PAGF 1. 85 milliards d’utilisateurs actifs au moins une fois par mois en 2014. Cette amplification fait des éseaux sociaux un marché de premier plan, qui ne peut plus être ignoré par les entreprises. Le monde de l’entreprise a vite compris l’intérêt d’utiliser les reseaux sociaux, a des fins financières et favorisant la gestion de leur e-réputation2.

Certaines entreprises ont décidé de les utiliser à des fins professionnelles, afin de faire particper leurs employés et parfois leurs clients à la vie de l’entreprise. Aujourd’hui, toutes les entreprises ont affaire aux réseaux sociaux, qui leur permettent de gérer leur image, de se développer financièrement et d’enrichir leur expérience sur le arché du web qui offre de toutes nouvelles opportunités, auparavant inexistantes. Selon une étude de eMarketer (2012) Voir glossaire [3] Les employés créatifs s’en donnent à cœur joie et on observe que des nouveaux métiers sont apparus avec Vavènement du web 2. 0 : social media manager, community manager, social media application manager, web content manager ou encore search engine mar iSt3. concepts, de modèles et de recherches empiriques, constitutifs de cette « sociologie des réseaux sociaux » : celle-ci consiste à prendre pour objets d’étude non pas les caractéristiques propres des ndividus (leur âge, leur genre, leur profession, etc. , mais les relations entre les individus et les régularités qu’elles présentent, pour les décrire, rendre compte de leur formation, de leurs transformations, et analyser leurs effets sur les comportements Cependant ce mémoire ne se focalisera pas sur l’étude de la sociologie des réseaux sociaux onlines, mais se concentrera exclusivement sur leurs usages concrets et les conséquences de leur utilisation dans le cadre du web 2. 0. Ce document va tenter de répondre à la problématique suivante « L’impact des éseaux sociaux sur les entreprises a-t-il un rôle essentiel sur leur image ?

Pour ce faire, nous allons dans une première partie expliquer le rôle des reseaux sociaux en ligne et expliquer d’où ils viennent. Dans une deuxième partie nous étudierons les conséquences des réseaux sociaux sur les entreprises, l’obligation d’une adaptation nécessaire qui leur offrira de nouvelles opportunités mais aussi des risques potentiels. Enfin dans une troisième partie nous répondrons directement à la problématique en analysant les conséquences directes sur les entreprises et sur les onsommateurs, 4 PAGF s OF les principaux réseaux sociaux utilisés par les entreprises ?

Quels sont les risques s’il y a de plus en plus de réseaux sociaux ? C] Y a-t-il des formatlons de personnel adéquates dans chaque entreprise sur l’utilisation de ces TIQ Quel est le lien avec la publicité ? Cl Les entreprises peuvent-elles contrôler tous les « buzz » informatiques ? Cl Les entreprises doivent-elles privilégier les réseaux sociaux (externes) ou les réseaux internes d’entreprises ? C] Quels sont les autres supports réels ou virtuels des entreprises pour entretenir on image ?

La présence des entreprises sur les réseaux sociaux est-elle vitale ? Comment les entreprises utilisent-elles ces réseaux à leur propre avantage ? D Où s’arrête la liberté d’expression et de communication des entreprises sur les réseaux sociaux ? Les entreprises pourraient-elles se développer aussi facilement si les réseaux sociaux n’avaient jamais existé ou disparaissaient ? A. Le rôle des réseaux sociaux L’arrivée du web 2. 0 La fin des années 80 se voit assortir d’une révolution dans le domaine de l’informatique et des déve PAGF 6 OF ternet.

Tim Berners-Lee, tilisés aujourd’hui), de l’élaboration de nouveaux langages informatiques, de la création des premiers logiciels et des premiers navigateurs tels que NCSA Mosaic, Lynx, Microsoft Internet Explorer, Netscape ou encore Mozilla. Le Web enregistre 26 Sites en 1992, plus de 600 Sites en 1993, plus de 10000 Sites en 1994 et pas moins de 45 millions de sites 2004. Le Web est devenu une plate-forme virtuelle ou les entreprises rachètent les logiciels développés par d’autres pour plusieurs milliards de dollars et où il règne une ambiance très concurrentielle.

Vers le milieu des années 2000 apparait le concept du « Web 2. Répandu par Tim O’Reilly en 2004, ce nouveau web est censé faciliter l’accès ? l’information aux utilisateurs ayant peu de connaissances techniques de s’approprier les nouvelles fonctionnalités du web. En effet, les notions de communication deviennent populaires, notamment grâce à l’utilisation répandue des blogs, des sites dédiés ? l’information libre appelés « pages wiki » (Encarta en 1993 puis Wikipédia en 2001) et bien entendu grâce à l’apparition des réseaux sociaux tels que Myspace en 2003, Facebook en 2004, etc.

Le contenu généré par les utilisateurs se épand et le concept se popularise à une vitesse très importante à partir de 2005. Les nouveaux « consom’acteurs » sont très friands de cette nouvelle conception du web car ils peuvent user de leur liberté d’expression, partager leur créativité, leur savoir ou 7 OF ou ce qu’ils pensent. De plus, de nombreux éditeurs de logiciels proposent sur leur site, de façon gratuite, simple et rapide de retoucher des images, de monter des vidéos..

Auparavant, de telles actions étaient été extrêmement onéreuses et nécessitaient d’avoir des compétences spécifiques dans ces domaines, mais ésormais il est très simple et presque toujours gratuit d’accéder à de telles actions afin de s’exprimer facilement. Dans son article « Le Web à la puissance 2 : le Web 2. 0 cinq ans plus tard Tim O’Rilley souligne en 2009 que « Le Web 2. 0 consiste à exploiter l’intelligence collective », notamment grâce à l’émergence des sites communautaires tels que Youtube, Facebook et Twitter car les internautes recherchent de la valeur créée par et pour leur communauté.

Selon le principe du « power law of participation » de Ross Mayfield, an est passé d’une intelligence collective (lire, enregistrer un ignet… ), à une intelligence collaborative (écrire, modérer… ). En effet, y a-t-il des personnes aujourd’hui qui ne cherchent pas à intégrer des communautés pour parler de sujets qui les intéressent ou pour partager leurs points de vue ou comportements avec des internautes qui ont les mêmes passions qu’eux ?

Et la révolution informatique a même été jusqu’au stade de l’apparition des smartphones, qui a déplacé le web de nos bureaux à nos poches. Les applications d’intelligence collective ne sont plus seulement activées par des humains tapant sur des cl e plus en plus, par des PAGF OF qu’ils regardent, à quelle vitesse ils se déplacent. En plus de bénéficier à de nombreux individus, le web 2. 0 est d’une utilité vitale pour les sociétés qui cherchent à s’y aventurer.

En effet, cet outil offre : des seNices, pas un package logiciel, avec des possibilités d’économie d’échelle [7] un contrôle sur des sources de données uniques, difficiles ? recréer, et dont la richesse s’accroit à mesure que les gens les utilisent le falt de considérer les utilisateurs comme des co-développeurs la possibilité de tirer parti de l’intelligence collective n accès sur le marché jusque dans sa périphérie à travers la mise en place de service « prêts à consommer de la souplesse dans les i ateurs, les modèles de noter que tous les domaines d’activité sont susceptibles d’être critiqués sur internet grâce ? cette liberté d’expression, que ce soit envers une personnalité (par exemple un homme politique), une opinion (comme l’avortement ou le mariage homosexuel), un évenement (un concert ou une manifestation), une réalisation artistique (un dessin, une photo ou une vidéo), etc.

L’émergence des réseaux sociaux électroniques Qu’est-ce qu’un réseau social ? Le terme de réseau social a été introduit pour la première fois en 1954 par John A. Barnes, membre du département d’anthropologie sociale de l’Université de Manchester, dans un article de Human Relations, un mensuel anglais sur les sciences sociales. Comme l’explique Pierre Mercklé5, « L’objectif de Barnes est de rendre compte de l’organisation soclale d’une petite communauté, ? travers l’analyse de l’ensemble des relations que ses membres entretiennent les uns avec les autres h. Pour ce faire, il distingue trais « cham s » sociaux : le premier, ? base territoriale,