Memoires

Memoires

Correction DSTH2 Composition? : SUJET? : ?? M? moires de la Seconde Guerre Mondiale: guerre des m? moires???? Analyse du sujet? : Cadre chronologique => non pr? cis? mais suppose de la fin de la Seconde Guerre mondiale , soit le 8 Mai 1945 pour la partie europ? enne de la guerre ? nos jours Cadre spatial => non pr? cis? mais le chapitre portait sur les m? moires de la guerre en France M? moires? => il s’ag? t des m? moires collectives cad l’ensemble des souvenirs sp? cifiques d’une communaut? , d’un groupe ou d’une nation / le pluriel renvoie ? l’id? e quen fonction des groupes, des r? gions ou des id? s politiques il existe diff? rentes m? moires. La seconde Guerre mondiale => P? riode qui s’? tend de septembre 1939 ? Mai 1945 pour la partie europ? enne. Les sp? cificit? s de la chonologie en France? : la dr? le de guerre jusqu’au printemps 1940 – la guerre ? clair et la d? faite en Mai -Juin 1940 – L’occupation et la France de Vichy – La r? sistance ext? rieure et la r? sistance int? rieure – La Lib? ration ?? Guerre des

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
m? moires?? =; Il s’ag? t de relations conflictuelles, d’oppositions, de contradictions entre les diff? rentes lectures ????? =; il faut confirmer ou non cette id? e de ?? guerre des m? oires?? en montrant ses modalit? s et ses nuances. Poser une probl? matique Dans quelle mesure peut – on parler d’un conflit des m? moires de la Seconde guerre en France depuis 1945?? Plan d? taill? I. L’immediat apr? s – guerre? : la premi? re guerre des m? moires 1. le souvenir ecran de la liberation et la naissance du mythe resistancialiste Douleur de la d? faite et des ann? es d’occupation = traumatisme mais v? ritable volont? de tourner la page => Se souvenir simplement de la Lib? ration comme souvenir gommant, occultant les autres 1944-1946? : c? l? bration de la victoire et du deuil ( 11 Novembre 1945 – 15 d? ouilles sont r? unies autour de la flamme du soldat inconnu, incarnant les diff? rentes formes de Resistance et les diff? rentes victimes) R? sistancialisme consiste en la croyance que tous les Fran? ais furent des R? sistants 2. un mythe resitancialiste recup? re par des courants tres divers Dans un contexte de guerre froide naissante 1. Le r? sistancialisme gaulliste Volont? de recr? er une coh? sion nationale pour rendre la France gouvernable et permettre la reconstruction de la R? publique et du territoire => clemence de l’? puration l? gale notamment ? l’? gard des fonctionnaires

Valorisation de la France libre de Londres, du combat militaire et des FFL en particulier Valorisation de la France dans le camp des vainqueurs Vichy? : une parenth? se de l’histoire 2. Le r? sistancialisme communiste Volont? de montrer le r? le du PCF dans la R? sistance int? rieure et la lutte clandestine Volont? d’effacer la signature du Pacte germano – sovi? tique et l’entr? e tardive en r? sistance du PCF Image du parti martyr =; ?? parti des 75? 000 fusill? s?? qui extrapole les chiffres Valorisation du r? le du peuple, de la classe ouvri? re, des ?? sans grades?? qui contrairement aux ? lites n’ont pas collabor? . Le r? sistancialisme ?? mar? chaliste?? Lors du proc? s de P? tain, et surtout avec la naissance de la Guerre Froide, les avocats de P? tain et des intellectuels de droite ( livre de Robert Aron en 1954 ?? Histoire de Vichy?? ) dans les ann? es qui suivent vont d? velopper ?? le mythe du glaive et du bouclier??? : ainsi ? sa mani? re le Mar? chal P? tain aurait permis de prot? ger la France d’une situation bien pire en maintenant un Etat ind? pendant et aurait ? vit? ? la France de glisser dans la guerre civile sachant que la r? sistance int? rieure ? tait noyaut? e par les communistes Il s’ag? t de d? endre l’honneur du h? ros de Verdun 3. Des querelles politiques autour de la question de la memoire La question de l’? puration sauvage et de l’interdiction des milices patriotiques / La question de la cl? mence de la justice r? publicaine ? l’? gard de certains groupes sociaux en particulier ? lites ? conomiques et hauts fonctionnaires => opposition des m? moires en terme id? ologique Les lois d’amnistie de 1951-1953 concernant les faits de collaboration provoquent une querelle politique? : s? v? rit? ? l’? gard des SS et cl? mence ? l’? gard des Vichyssois, r? habilitation politique progressive de ces ? ites dans le contexte de guerre froide L’attitude face ? l’Allemagne? : hostilit? ou n? cessit? d’un rapprochement pour construire une paix durable II. deux decennies d’apaisement?? A. L’h? g? monie du resistancialisme semble apaiser les tensions memorielles M? moire collective qui semble s’? tre impos? e ? la communaut? nationale? : il nie la diversit? de la R? sistance, et oublie les divisions des ann? es noires H? ro? sation avec le m? morial de la France combattante en 1960 H? ro? sation se poursuit avec le transfert des cendres de Jean Moulin au Panth? on =; ?? grands hommes?? au service de la Nation.

Discours d’Andr? Malraux, ministre des Affaires culturelles pr? sentant J. Moulin comme l’incarnation de toute la r? sistance et de son sacrifice, il a uni la R? sistance pour permettre l’unit? de la Nation, comme une pr? figuration du gaullisme Le PCF interpr? te cette c? r? monie comme la reconnaissance des valeurs de gauche de Jean Moulin, notamment en saluant le 1er pr? sident du CNR dont le programme comportait la nationalisation des banques et grandes entreprises. Le cin? ma va ? galement dans ce sens avec des films comme ?? Paris br? le – t – il???? ou ?? L’arm? e des ombres?? , qui h? ro? sent les R? istants quand les com? dies banalisent le souvenir de l’occupation (?? La travers? e de Paris?? en 1956 – ?? La grande Vadrouille?? en 1966) 2. en fait elle ne fait que les etouffer 1. Mettre en place une c? l? bration officielle pour mettre fin ? l’? clatement des m? moires Le 8 Mai 1945 proclam? f? ri? en 1953 tente d’unifier les comm? morations jusque l? ?clat? es entre le 11 novembre pour les militaires, le 6 juin, le 18 juin, le 25 Ao? t et de multiples monuments en l’honneur des d? port? s, des maquis, des Malgr? nous? cad des m? moires diff? rentes Les prisonniers de guerre ne peuvent pr? endre au prestige des Poilus et donc les associations d’Anciens Combattants pr? f? rent rester discr? tes Les enr? l? s du STO r? clament le statut de d? port? s mais ? tant soup? onn? s de l? chet? , on leur refuse. Les Malgr? Nous, ces alsaciens enr? l? s dans la Wehrmacht du fait du rattachement de l’Alsace au Reich, sont stigmatis? s et lors du proc? s des responsables du massacre d’Oradour sur Glane en 1953, ils seront condamn? s aux travaux forc? s et ? la prison avant d’? tre amnisti? s Finalement en ce 8 Mai ce n’est pas la victoire qui sera c? l? br? e d’autant plus que la France est entr? dans un processus de rapprochement avec la RFA dans la construction europ? enne. Il s’ag? t de ne pas c? l? brer l’? crasement de l’Allemagne et de dissocier Allemands et Nazis. 2. La question g? nante de la d? portation D? j? lors de la sortie de ?? la Bataille du Rail?? en 1945 , la volont? de la SNCF de financer ce film s’inclut dans cette lecture il s’ag? t de montrer la participation des cheminots ? la R? sistance alors que les trains et le personnel de la SNCF ont particip? aux convois de la d? portation En 1956? : sortie du film d’Alain Resnais, un film qui parle des camps, de l’extermination et du r? e de Vichy dans ce crime contre l’humanit? par la pr? sence d’un k? pi de gendarme fran? ais en faction devant le camp d’internement de Drancy. Il sera censur? en 1960 En fait la question des d? port? s d? range et ont du mal ? t? moigner. La faiblesse num? rique des d? port? s raciaux par rapport au d? port? s politiques et la sp? cificit? du g? nocide dans lequel Vichy porte une responsabilit? les emp? che d’? tre entendus. III. Depuis 1970? : la remise en cause de LA m? moire resistancialiste A. quand la culpabilite remplace l’hero? sme resistant Changement de contexte et de g? n? ration avec la mort des grandes figures de la R? istance en particulier DG en 1970 =; le recul devient possible + ouverture d’archives La sortie du film ?? Le Chagrin et la Piti? de Marcel Ophuls en 1971 provoque une v? ritable pol? mique et sera censur? jusqu’en 1981 car des Fran? ais t? moignent ouvertement de leurs actes de collaboration voir de leurs sympathie pour l’occupant. La confirmation de la collaboration fran? aise dans l’ouvrage de l’historien am? ricain Robert Paxton ?? LA France de Vichy?? en1973 marque la naissance d’une nouvelle p? riode de l’analyse historique de la p? riode La litt? rature et le cin? ma accompagnent ce mouvement de m? oires tues ou occult? es pendant 30 ans? : ?? Lacombe Lucien??? de Louis Malle en 1971 qui montre le choix de l’engagement d’un jeune homme dans la Milice parce qu’il est en qu? te de reconnaissance et que les mouvements r? sistants ne l’ont pas accept?. 2. lutter contre la complaisance, le revisionnisme et le negationnisme 1. De nouvelles lectures m? morielles qui scandalisent l’opinion publique 1971? : Scandale de la gr? ce pr? sidentielle de Paul Touvier, ancien chef milicien , en fuite , ayant b? n? fici? du soutien de l’Eglise D? fiance de l’opinion publique / dirigeants politiques trop complaisants (pol? ique sur la pr? sence de Georges Marchais , leader du PCF dans les ann? es 1970 au STO – Au d? but des ann? es 1990? : pass? de Mitterrand et son amiti? avec Bousquet -) 1978? : Darquier de Pellepoix, ancien responsable de Vichy d? clare ?? A Auschwitz , on n’ a gaz? que des poux?? Renaissance de la m? moire vichyssoise + n? gationnisme de Faurrisson + r? visionnisme + dvt de l’extr? me droite r? action des historiens qui se mobilisent contre ces mensonges =; Nombreux travaux historiques renouvellent la m? moire de cette p? riode, notamment sur la question de la politique anti – juive de Vichy 1990? Loi Gayssot condamne le n? gationnisme 2. Le r? veil de la m? moire juive permet d’enclencher des proc? s? : les conflits de la m? moire se r? glent devant les tribunaux M? moire juive se r? veille gr? ce au proc? s Eichman, gr? ce aux ? poux Klarsferld, gr? ce ? l’association ?? Fils et filles de d? port? s juifs?? qui a pour vocation de traduire en justice les responsables fran? ais de la d? portation et ? la ooi de 1964 sur l’imprescriptibilit? des crimes contre l’humanit? ( qd elle a ? t? vot? e, elle ne visait a priori que les anciens nazis) Manifestation du r? veil avec des film comme Shoah de Claude Lanzmann , en 1985.

Ce documentaire s’appuie sur des t? moignages => sensibilisation de l’opinion publique Les proc? s mettent en ? vidence la collaborationnisme actif de Vichy et les complicit? s dont ont b? n? fici? es ces fonctionnaires ? la Lib? ration 1979? : Jean Leguay, responsable de la police en zone occup? e et , ordonnateur de la Rafle du Vel d’Hiv est le 1er Fran? ais inculp? pour crime contre l’Humanit? 1983-1987? : Proc? s de Klaus Barbie 1981? : lancement de l’affaire Papon mais jugement seulement en 1998 1993 et 1994 – proc? s Bousquet et Touvier. 3. une m? moire d’etat qui repare les blessures et apaise les conflits memoriels 992? : Mitterrand cesse d’aller fleurir la tombe de P? tain au 11 Novembre La comm? moration de la Rafle du vel d’Hiv (16-17 juillet 1942) devient un enjeu politique 1993 Mitterrand accepte qu’elle devienne la Journ? e Nationale du souvenir des pers? cutions racistes mais refuse d’assumer la Responsabilit? de la France dans le g? nocide – Pour Mitterrand, la position gaulliste de ?? Vichy n’est pas la France?? reste valide 1995 Jacques Chirac proclame la responsabilit? de l’Etat fran? ais dans ce crime contre l’humanit? et proclame ?? la dette imprescriptible?? de la France ? l’? gard des Juifs Aujourd’hui, Vichy a r? int? gr? a place dans la m? moire de la Seconde Guerre mondiale des Fran? ais avec tous les c? t? s sombres de cette p? riode. => r? paration de cette m? moire occultante par la r? paration des spoliations, par les excuses des Eglises, des institutions, par la poursuite des proc? s, par la cr? ation du M? morial de la Shoah . Toutefois, cela se fait dans un contexte d’antis? mitisme latent qui ravive r? guli? rement les pol? miques Enfin pour ce qui est du positionnement / Allemagne, en 2004,i inviter le chancelier allemand aux comm? morations du D Day est apparu comme une ? vidence alors qu’en 1994 cela avait suscit? certaines pol? iques. ConclusioN Une France qui a voulu oublier les aspects sombres de son pass? en se r? fugiant derri? re le mythe r? sistancialiste, occultant ainsi des souvenirs diff? rents et douloureux. Ce choix fut un choix politique dont les fran? ais s’accommod? rent pendant pr? s de 30 ans, m? me si des nuances apparaissaient. Un changement de g? n? rations qui a permis le r? veil des m? moires et donc un r? veil des tensions, n? cessaire D’autres pages du pass? fran? ais sont ainsi en d? bat? : quelles m? moires de la colonisation?? quelles m? moires d’une guerre d’Alg? rie qu’on a longtemps refuser d’appeler guerre officiellement??