Mécanisme monétaire

Mécanisme monétaire

se protéger du froid . subsistance. La prem de la spécialisation, s Avec la spécialisation spécialisation dit éch Mécanisme monétaire Premium By Nico-STel Oenpanq 05, 2015 Il paw_s Chapitre 1 : Les définitions de la monnaie C’est compliqué de définir la monnaie car elle n’a pas de définition fixe, on souhaite la mesurer. Les formes de la monnaie sont fluctuantes dans le temps, elles ont évolué depuis la 2ème GM. Il y a plusieurs manières d’envisager l’actif monétaire, autrement dit, plusieurs manières de la mesurer. On va définir la monnaie indirectement en essayant de comprendre les fonctions ue remplie un actif monétaire.

Section I : De la nécessaire émergence de la monnaie à sa définition fonctionnelle 1. L’activité économique en l’absence de monnaie L’autosuffisance a été une très longue étape (se nourrir (chasse), S to page t 1 p g r tous les actes de roissance va naitre pas de progrès. enter. Mais qui dit omique va naitre de la spécialisation, et de l’échange. a. L’économie de troc Il y a un échange de bien ou de service sans aucun intermédiaire (ni individu ni autre bien ou service). Le problème avec le troc, il faut de la compatibilité dans les besoins.

Il faut

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
réaliser la double coïncidence des besoins (il faut de longues recherches entraîne des coûts plus ou moins importants). Les échanges vont être freinés par le problème de l’indivisibilité de certains biens. Autre problème pour les échanges importants, certains bien son sont périssables (ex : tomates). Il faut également savoir évaluer les biens pour l’échange. b. Système centralisé et allocation Historiquement, c’est un système récent, tenté au XXème siècle, mais qui était voué à l’échec. Dans le cadre des économies planifiées. Oscar Lange l’a inventé.

L’idée reposait sur la entralisation, c’à dire centralisé les biens et les services puis, leurs allocations. Echec, car trop compliqué à avoir toutes les infos. L’Etat joue le rôle de super ordinateur et récolte tout. Ce système créé de l’insatisfaction car chaque unité de prod0 a l’impression de donner plus à l’Etat que ce qu’il reçoit, les unités en font moins entraine une chute du PIB Si on ignore les forces de marché, on réduit l’incitation à la production. 1. La définition fonctionnelle de la monnaie L’actif monétaire est censé favorisé la croissance économique.

Un problème du troc était d’évaluer un bien en fonction des autres. On aimerait exprimer le prix de chaque bien de manière unique. unité de compte • la monnaie remplis cette fonction d’unité de compte : on va donner une valeur monétaire à chaque bien et à chaque service. C’est la première fonction monétaire qui est apparu (3eme millénaire avant JC ou on se sen,’ait de l’or (de son poids) pour évaluer chaque bien) Intermédiaire de l’échange Sil n’y a pas coïncidence de besoins, il ne peut pas y avoir échange. La monnaie va faciliter grandement les échanges car il n’y a plus besoin de cette double coïncidence des besoins.

La monnaie est un équivalent énéral. Cela a été familiarisé par Clower : la monnai Il besoins. La monnaie est un équivalent général. Cela a été familiarisé par Clower : la monnaie achète les biens, les biens achètent la monnaie, mais les biens n’achètent pas les biens. Au 2ème millénaire, la monnaie était uniquement métallique, c’est un actif monétaire (Intrinsèque) cela concerne des biens ? valeur intrinsèque puisque la monnaie se concrétise dans cette quantité d’or ou d’argent Réserve de valeur Lorsque l’on réalise un échange, on peut avoir comme objectif de reporte dans le temps un pouvoir d’achat. ur chaque individu ne planifie pas au même moment, ses recettes et ses dépenses, c’est pour cela que la monnaie doit être un actif qui concerne sa valeur dans le temps. On va accumuler un stock, on rentre dans une logique d’accumulation patrimoniale, la monnaie est un actif patrimoniale qui, dans le temps, ne permet pas de bénéfices. Contrairement à un bien immobilier qui peut se revendre plus cher. L’avantage de la monnaie, c’est que la monnaie a une valeur nominale constante (pas de perte contrairement à une action par exemple).

Avantage de plus, la monnaie peut être utilisée mmédiatement, contrairement à un bien immobilier qui met du temps à se vendre par exemple. Le seul actif mobilisable ? chaque instant, sans risque de perte de capital, et pour un coût nul est la monnaie D la liquidité. Un actif monétaire est un actif liquide ! Paiements différés La monnaie permet d’utiliser des paiements différés. C’est obtenir un bien ou un service, et le payer que quelques temps après.

Le paiement différé ne peut reposer que sur la réussite des 3 conditions pr que quelques temps après. Le paiement différé ne peut reposer que sur la réussite des 3 conditions précédentes. Du fait de l’inflation, la valeur au jour 1 peut être différente de la valeur au jour 30. Exemple • Si je dois 50€ au jour 1 mais que je les paie le jour 30 mais qu’entre temps il y a eu une augmentation des prix, donc avec les 50€ on peut acheter moins de choses.

Lorsqu’une monnaie perd de la valeur, on cherche à réduire ses encaisses monétaire, soit on la dépense tout de suite, soit on achète des actions, soit on achète une autre monnaie 0 Fuite devant la monnale La monnaie est un instrument très puissant tant qu’elle ne perd pas l’une de ses fonctions. Si elle en perd une, on ne va plus l’utiliser. Cela amène vers les politiques monétaires : les banques centrales veulent préserver la valeur de la monnaie D lutter contre Pinflation Ex : paiement deux mois après l’utilisation, de la facture d’électricité. 1.

Les caractéristiques de l’actif monétaire La monnaie doit être acceptée par tous : Il faut que l’actif monétaire soit rigoureusement standardisé, car on ne doit pas pouvoir préférer une unité à une autre. Cette standardisation n’existe pas vraiment sur les pièces de monnaie : chaque pays frappe ses propres monnaies. La valeur de l’actif monétaire ne doit pas s’altérer dans le temps, elle doit être durable. Comme on doit pouvoir utiliser la monnaie dans n’importe quel échange, le transport de la monnaie ne doit pas être un obstacle à la transaction.

On va donc voir des évolutions au fur et à mesure que des problèmes vont apparaitre. L’actif monétaire 4 OF Il voir des évolutions au fur et à mesure que des problèmes vont apparaître. L’actif monétaire doit être parfaitement divisible. Actuellement, des actions sont cotées avec plus de deux chiffres après la virgule. Si ces conditions ne sont pas respectées, on risque de perdre confiance en la monnaie. Les pouvoirs publics vont donner une aleur légale à la monnaie, nous obligeant à utiliser cet actif monétaire.

Section Il : L’évolution des systèmes de paiement Les systèmes de paiement sont les mécanismes qui permettent de réaliser une transaction. On parle de formes monétaires. Il ne faut pas confondre ces formes monétaires avec les instruments qui permettent de faire circuler cette monnaie. 1. La monnaie métallique C’est un bien matériel qui possède un coût de production, plutôt élevé (extraction des métaux précieux, Cette monnaie métallique a une forte valeur intrinsèque. La valeur de la monnaie s’incarne dans cet objet physique.

Mais en réalité, avec leur acceptation par tous, c’est la valeur faciale (la valeur qu’on donne à la monnaie) qui prédomine. La valeur des pièces de monnaie est une valeur étalon, l’unité monétaire d’un pays peut être définie de manière arbitraire par une quantité de métal généralement mesurée par son poids. Par exemple, lors de la création du Franc en 1795 : 1 franc = Sg d’argent. On a créé afin de limiter les variations que peut subir la valeur de l’unité monétaire. N’importe qui ne peut pas emmètre de la monnaie.

Ici on est dans un processus qui va permettre un éloignement entre a valeur faciale et la valeur intrinsèque cet écart s’appell qui va permettre un éloignement entre la valeur faciale et la valeur intrinsèque D cet écart s’appelle le seigneuriage. Cet écart ne va pas cesser de grandir ! Valeur intrinsèque (prix métaux + coût de fabrication) d’une pièce de 2€ : 13 centimes. de 0. 01€: 5-6 centimes. 3 problèmes de la monnaie métallique . Plus d’échange donc plus de production, or les métaux précieux ne sont pas inépuisables.

Echange internationaux, de long trajet, le métal est lourd (en grande quantité) et est donc pas facile à transporter. La sureté, coût associé au transfert de monnaie (sécurité), problème également pour celui qui stocke. Apparition des Banques (simple coffre-fort à l’époque), les gens déposent de l’argent dans une banque et reçoivent un certificat de dépôt. Apparition des premiers billets de banques. 1. La monnaie fiduciaire Valeur intrinsèque d’un billet : très faible es billets de banques sont la monnaie fiduciaire.

Plus tard, on trouve plus pratique de donner le certificat plutôt que de retirer à la banque pour payer. Pour plus de faciliter, il va falloir standardiser les valeurs (certificats de dépôts avec des valeurs standardisés). Ensuite on indique plus qui a déposé la somme afin de faciliter les échanges. On va ensuite passer des billets de banques aux billets de la banque. 1ère étape : L’Etat va imposer une valeur légale à ces billets. 2ème étape : la création des billets ne sera accordée qu’à un seul établissement : la Banque centrale.

Personne n’a le droit de refuser un billet émis par qu’à un seul établissement : la Banque centrale. Personne n’a le droit de refuser un billet émis par la BCE. 2. La monnaie scripturale Franchissement de la dernière étape de dématérialisation de la monnaie. Allusion à une forme de monnaie qui se présente sous la forme d’une écriture dans les livres (au sens comptable) d’une banque sur un compte affecté à un client constatant le montant d’un dépôt qui est pour la banque une dette. C’est un passif pour la banque.

Cette somme va ensuite circuler, c’est-à-dire être transféré d’un compte à un autre grâce à un certain nombre d’instrument (le chèque, la Carte Bancaire, le virement bancaire, avis de prélèvement, titre interbancaire de paiement). Chèque : ordre donné à sa banque par le débiteur de payer le créancier par une opération de jeu d’écriture. Débiter un compte pour en créditer un autre (utilisation de moins en moins fréquente). Virement : 13 % des opérations, mais 50 % en valeur ! On futilise pour les salaires.

Virements SEPA : Signal Euro Payments Area paiements uniques dans l’ensemble de la zone euro. Carte bancaire : instrument très récent : 1 985 : avant cette date, une carte bancaire était associée à une seule banque (on ne pouvait faire des transactions que dans la même banque). A cette date, on a mis en place l’interconnexion des réseaux permettant de payer partout. On l’utilise dans plus de 50 % des transferts retrait et paiements), mais en valeur c’est très petit, pour des montants très faibles (13 % du montant total).

Avis de prélèvement et le TIP (Titre Interbancaire de Paiement) : apparus en Fra montant total). Avis de prélèvement et le TIP (Titre Interbancaire de Paiement) apparus en France dans les années 50 à l’initiative d’EDF dans le but d’améliorer le recouvrement de ses quittances (réduire les coûts liés à la gestion des factures). TIP : systématiser les paiements, signer le TIP et le renvoyer. O, 5% des transactions ; O, 6 % des montants. Avis de prélèvement : montant directement prélevé sur le ompte, sans nécessité de signer à chaque prélèvement.

LCR (lettre de change relevé)/BOR (billet à ordre relevé) : concerne principalement les entreprises. Relevé dématérialisé. Dans les deux cas, il s’agit d’un ordre de remettre un somme à quelqu’un, comme un chèque sauf qu’il s’agit ici d’un acte juridique. LCR émis par le débiteur, BOR émis par le créditeur. Sil y a un acteur incontournable dans la circulation monétaire est la banque, rôle incontournable. Cela n’a pas été le cas (lors de la monnaie métallique). Il ay a un aspect réglementaire qui découle de ceci.

Au regard de l’histoire, il y a une accélération nette dans l’innovation des formes monétaires et les instruments de circulation monétaire (ex : création de Monéo : ce n’est ni de la monnaie métallique, ni scripturale, ni fiduciaire). es enjeux aujourd’hui sont l’utilisation des téléphones portables comme instrument de paiement, mais d’un point de vue juridique cela n’implique qu’un transfert d’un compte à un autre, au contraire de Monéo. Section III : Définition statistique de la monnaie En quoi la quantité de monnaie dans l’économie exerce une influence.

Nous devons être influence. Nous devons être en mesure de quantifié la monnaie. Cette quantification de la monnaie va nous obliger à répondre ? deux questions : Quels sont les actifs que Fon va répertorier comme étant des actifs monétaires ? (on compte quoi ? ) Il faut savoir ce que l’on compte, et qui détient la monnaie ? 1. Le secteur de la monnaie : secteur émetteur/secteur détenteur Tout agent économique est potentiellement détenteur de monnaie. Mais en réalité on discerne 3 catégories d’acteurs qui nous permettent de différencier le secteur émetteur du secteur détenteur.

Ces 3 catégories d’acteurs vont être répertoriées ans le secteur émetteur de la monnaie : institutions financières monétaires (FM) Les banques centrales Les établissements de crédit résident (banques mais pas toutes) Les institutions financières résidentes (n’ont pas le statut de banque mais qui ont une activité qui consiste à collecter des dépôts et, soit à consentir des crédits en compte propre, soit à effectuer des placements en titre du marché monétaire, en France, la caisse des dépôts et consignations : elle centralise l’épargne collectés par les établissements bancaire (livret A, et accorde des crédits aux organismes HLM pour financer le ogement social) Ces 3 catégories sont appelés institutions financières monétaires Organisme de Placement Collectif en Valeur Mobilière(OPCVM) Bilan Actif Passif Titres du Marché Monétaire (Titre Créance Négociable) parts Il va rester l’ensemble des nanciers (ménages, Créance Négociable) Il va rester l’ensemble des agents non financiers (ménages, entreprises non financières, agents financiers qui ne font pas parti des IFM : Institution Financière Non-Monétaire (IFNM) (compagnie d’assurance, fond de pension). Tous ces agents forment les Agents non-monétaires résidents, et donc, ce que a chercher à quantifier la BC, c’est la monnaie détenue par les agents non-monétaires résidents.. L’Etat est considéré comme un agent neutre du point de vue monétaire 2. Le critère de liquidité Monnaie disponible, et sans coût ni risque de perte de capital. Avec les innovations, beaucoup d’actif sont proches de remplir ces deux critères. On va considérer qu’il n’y a pas qu’une unité de monnaie, mais plusieurs, définies par leur degré de liquidité (on exclut les actions, les actifs immobiliers) 3.

Les agrégats monétaires européens Ml M2 LI M3 La politique monétaire est supranationale (les décisions sont rises au niveau de la zone euro). Seule compte la quantité de monnaie utilisé en Europe. On a dû définir des agrégats homogènes en termes de liquidité, lors de la monnaie unique (même caractéristiques au niveau de la disponibilité et du risque) Pour la zone Euro, on a décidé trois agrégats : Ml, M2 et M3 Cindice évolue inversement du degré de liquidité mais dans cette progression le plus petit des agrégats et inclus dans celui qui le suit. Ml O M2 Monnaie fiduciaire dépôts à vue Dépôts à terme d’une durée inférieure ou égale à 2 ans dépôts remboursables av ieur ou égal à 3 mois 0 1