Marketing seniors

Marketing seniors

Marketing seniors La population française continue de vieillir sous l’effet de l’allongement de la durée de vie, de l’avancée en âge des générations du baby-boom, ainsi que de famélioration de la santé et des soins médicaux. De ce fait, les seniors sont devenus une cible privilégiée pour les entreprises et les marques, conscientes de l’enjeu que représente ce public de nos jours mais aussi ? l’avenir, car le nombre de seniors ne va cesser d’augmenter ces prochaines années. C’est ainsi qu’est né le marketing senior, une déclinaison du marketing global.

Ce dernier vise à développer des roduits et services a plus de 50 ans. Le te plus, c’est pourquoi s mieux toucher ce pu de nombreux critère santé. page consommateurs de talité des 50 ans et du marché pour s se différencient via ou encore l’état de C’est pourquoi, face à l’hétérogénéité de ce public nous pouvons nous demander si les produits et services spécialisés seniors atteignent vraiment leur cible et s’ils ne devraient pas être pensés autrement. Pour cela, il convient de s’intéresser dans un premier temps à la manière dont les seniors sont segmentés dans le monde du marketing.

Ensuite, nous nous demanderons si le arketing senior ne stigmatiserait pas plus

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
qu’il ne rendrait ser Sv. ‘ipe to service. Enfin, afin d’élargir le débat, nous nous interrogerons sur la fonction stigmatisante du terme « seniors Les seniors représentent un incroyable marché à exploiter de par son hétérogénéité mais aussi grâce au nombre important d’individus qu’il comprend. Néanmoins, communiquer auprès des seniors n’est pas chose facile, car tous se diffèrent les uns des autres et leurs attentes ne sont pas les mêmes selon leur âge.

C’est pourquoi les professionnels du marketing segmentent le arché des seniors selon des critères sociodémographiques, afin de s’adresser à chacun de la bonne manière, de concevoir des produits adaptés à chaque âge, et de conquérir l’ensemble de ce public. La manière la plus connue de diviser les seniors est celle de l’âge avec quatre grandes tranches : les 50-59 ans, les 60-74 ans, les 75-84 ans et les 85 ans et plus. Cette segmentation est réalisée en fonction des périodes charnières de la vie.

En effet, pour les 50-59 ans il s’agit de l’entrée dans une phase de transition entre la vie de jeunes adultes et la préparation à la vie e retraité. Concernant les 60-74 ans, il est question du départ ? la retraite et de l’adaptation à une nouvelle situation. C’est alors qu’apparaissent les problèmes de santé récurrents et parfois graves aux alentours de 75 ans, et que le risque de décès s’élève à partir de 80 ans pour être listé dans la catégorie du « grand âge » à 85 ans et plus. L’état de santé de nos seniors est 2 listé dans la catégorie du « grand âge » à 85 ans et plus.

L’état de santé de nos seniors est un autre critère qui permet la segmentation du marché. Nous pouvons évoquer ici les roblèmes de vue, les accidents cardio-vasculaires ou encore le cancer, qui bouleversent considérablement la VIe quotidienne et par là-même les comportements d’achat. Le mode de vie est une autre manière de segmenter le marché des seniors. Les activités professionnelles et personnelles, le lieu d’habitation, les relations sociales, la façon de se vêtir ou encore la manière de penser et de voir le monde, diffèrent d’un individu à un autre et modifient la façon de consommer divers produits et services.

Enfin, les revenus et postes de dépenses semblent être un autre oyen pour diviser le marché. En effet, les seniors ne bénéficient pas tous du même salaire s’ils sont encore en activité ou de la même retraite s’ils ne sont plus salariés. D’autre part, les dépenses ne sont pas réparties de manière identique lorsqu’on a 60 ou 80 ans. un senior âgé de 60 ans dépensera beaucoup dans les loisirs, alors qu’un individu de 80 ans aura davantage de frais de santé.

Ainsi, la segmentation du marché des seniors est établie selon les grandes étapes de la vie, et permet donc de catégoriser les seniors dans quatre tranches d’âge. Cependant, cette façon de segmenter le marché des seniors occulte le fait que dans chacune de ces tranches d’âge coexistent des personnes qui ne se re 3 occulte le fait que dans chacune de ces tranches d’âge coexistent des personnes qui ne se ressemblent pas et qui ne vivent pas les mêmes aléas de la vie de la même manière. Les représentations sociales permettent à chacun d’avoir un cadre de pensée et une identité sociale.

Toutefois, ces dernières ne stigmatiseraient-elles pas les individus niant l’humain pour privilégier une norme définie par notre société ? Les représentations collectives de la vieillesse sont associées à la décrépitude, à la maladie, à rinactivité et bien sûr à la mort. La vieillesse fait peur et rebute, cette frayeur est alimentée par notre société en mal de vieillir qui prône la jeunesse éternelle et qui finit par nous faire oublier que vieillir est une chance et que mourir jeune est une tristesse.

L’avancée en âge devrait être perçue d’une autre manière car elle représente de nombreux avantages (plus de plaisirs pour moins de contraintes, être grands-parents, expérience, maturité, Les professionnels du marketing évoluent au sein de cette société qui rejette la vieillesse et qui n’en décrit que les côtés négatifs. C’est pourquoi, ces derniers stigmatisent les seniors, car ils ne tiennent pas suffisamment compte de l’hétérogénéité de ce public et s’attachent davantage aux représentations de la vieillesse.

Par exemple, à en croire la segmentation du marché établie par les professionnels du marketing senior, les plus de 85 ans n’ont plus qu’à attendre la mo 4 établie par les professionnels du marketing senior, les plus de 85 ans n’ont plus qu’à attendre la mort alors qu’encore un bon ombre d’entre eux aspirent toujours aux plaisirs de la vie. Qui plus est, une personne âgée entre 50 et 59 ans ne prépare pas seulement son passage à la retraite. En effet à cet âge-là, certains sont encore loin de cette idée et pensent davantage ? se reconvertir ou encore à assurer un bon avenir aux enfants qu’ils ont encore à leur charge.

Ainsi, tout ceci est très réducteur ! Comment le marketing senior peut-il donc atteindre de la bonne manière son public avec des produits adaptés à chacun ? Cela paraît incompatible avec notre société actuelle et ses représentations de la vieillesse. S’adresser directement aux seniors c’est donc prendre le risque de stigmatiser ce public et de générer une grande insatisfaction. C’est pourquoi privilégier une communication intergénérationnelle semble être la solution au problème pour un meilleur équilibre social.

Favoriser la communication intergénérationnelle permet non seulement de maintenir l’échange et le partage entre les générations, mais aussi d’éviter la stigmatisation. En effet, associer et rassembler les jeunes et moins Jeunes autour d’une même activité permet aux seniors de ne pas se sentir rattachés à l’image négative de la vieillesse, car eur sont proposés des prestations adaptées autant aux jeunes qu’à eux. Ainsi, le marketing senior stigmatise plus qu’il n S adaptées autant aux jeunes qu’à eux.

Ainsi, le marketing senior stigmatise plus qu’il n’approche de la bonne manière son public, en tenant plus suffisamment compte de ses représentations négatives que de son hétérogénéité. Pour approfondir notre discussion, nous pouvons aussi nous intéresser au terme même de « seniors N’est-il pas à lui seul stigmatisant ? Nous devenons seniors à l’âge de 50 ans et nous sommes même considérés comme jeunes seniors à partir de 45 ans. La définition du terme « senior » est donc principalement liée ? l’âge.

Alors qu’aujourd’hui l’espérance de vie s’allonge, être déjà un senior à 50 ans semble irréaliste quand on pense au nombre d’années qu’il nous reste à vivre. Se sent-on vraiment être un senior à cet âge-là ? Ressemblons-nous ce dont à quoi est associé ce terme ? Pour beaucoup c’est loin d’être le cas, certains ont une vie bien plus trépidante à 50 ans qu’à 20 ans. L’emploi du terme « senior » renvoie les individus ce dont à quoi ils ne veulent surtout pas être associés, ce mot les range dans quelque chose e définitif, d’irréversible et d’inéluctable.

Cette appellation les fait penétrer dans la dernière période de la vie qui ne rime plus avec tous les possibles et les secondes chances. Etre associé aux seniors provoque la peur de l’avenir et peut amener à des mécanismes de dévalorisation de soi et de perte de confiance. La vie professionnelle se complique également car les seniors ne sont pa de confiance. La vie professionnelle se complique également car les seniors ne sont pas toujours bien perçus et respectés dans le monde de l’entreprise, cela peut engendrer une anxiété sociale.

Ainsi, nous pouvons affirmer par ces quelques exemples que le terme « senior » a bien une fonction stigmatisante, catégorisant injustement les individus de par sa simple utilisation en ne tenant compte que de l’âge et non de l’humain qui est en chacun. Afin de communiquer envers les seniors et d’adapter au mieux les produits et services à leurs attentes, le marketing segmente le marché des seniors selon les périodes phares de la vie, et permet donc de catégoriser ces individus dans quatre grandes tranches d’âge.

Toutefois, cette division stigmatise davantage qu’elle ne ermet de bien cibler les seniors, car elle nie l’hétérogénéité de ce public pour se baser uniquement sur nos représentations collectives de la vieillesse. Le nom commun « senior » et sa définition suffisent même à eux-seuls pour stigmatiser les seniors. Ainsi, nous pouvons affirmer que les produits et services spécialisés seniors n’atteignent pas de la bonne manière le public auquel ils sont pourtant destinés. Les seniors, leurs attentes et ce dont ils ont réellement besoin, doivent donc être pensés autrement pour espérer conquérir et satisfaire ce public.