marketing

marketing

ntroduction e développement durable Le développement durable, pour les entreprises, consiste ? pérenniser leur métier tout en produisant mieux, c’est-à-dire en conciliant performance économique, respect de l’environnement et des Individus. On parle de responsabilité sociale des entreprises Cette RSE concerne l’intégration des « 3 piliers » : économique, social, et environnem relations avec les pa Les parties prenante entreprise qui sont c le plan de la respons Svp to next page t au travers des base volontaire. ou externes à une nctionnement sur borateurs, clients, ournisseurs, administrations locales ou encore les actionnaires peuvent donc être des parties prenantes. La responsabilité sociale de l’entreprise La responsabilité sociale (ou sociétale) de l’entreprise (RSE) peut être définie comme sa contribution aux objectifs du développement durable et la « performance globale » est, dans les discours et la littérature managériale, un terme de plus en plus employé pour représenter cette contribution.

Cévaluation de la performance globale sort de la vision classique de l’entreprise, responsable de ses performances financières envers les seuls ctionnaires, pour adopter une vision de l’entreprise encastrée dans la société et ayant à rendre compte de ses comportements en matière sociale et environnementale à une multitude de parties prenantes au monde de l’entreprise, le développement durable se

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
traduit par la « Triple Bottom Line » qui conduit à évaluer sa performance sous 3 angles : • Environnemental : compatibilité entre l’activité de rentreprise et le maintien des écosystèmes, analyse des impacts de l’entreprise et de ses produits en termes de consommation de ressources, production de déchets, émissions polluantes.. ?? Social : conséquences sociales de l’activité de l’entreprise pour l’ensemble de ses parties prenantes : salariés (conditions de travail, niveau de rémunération, non-discrimination… ), fournisseurs, clients, communautés locales et la société civile. ?? Économique : performance financière « classique » mais aussi capacité à contribuer au développement économique de la zone d’implantation de l’entreprise et à celui de ses parties prenantes, respect des principes de saine concurrence (absence de corruption, d’entente, de position dominante… . Le terme de « Responsabilité sociale de l’entreprise » est couramment utilisé pour rendre compte de l’application de ces 3 dimensions. Les entreprises, qui engagent à long terme leur responsabilité d’acteurs de la société, orientent, de plus en plus, leur gestion et leur mode de production en appliquant les principes du développement durable, c’est-à-dire en conciliant le progrès économique et social avec le respect de l’environnement.

Ainsi par exemple, les entreprises peuvent tirer parti d’une démarche de développement durable à travers la maîtrise de leur consommation de ressources et le respect de l’environnement (énergie, eau, matières premières… ), – la motivation 2 ressources et le respect de l’environnement (énergie, eau, matières premières… ), – la motivation de leur personnel, l’amélioration du dialogue social (participation, droit à la formation, rémunération juste, égalité homme-femme… ), l’implication de tous les acteurs de l’entreprise (clients, fournisseurs, investisseurs et consommateurs). L’idée nouvelle, c’est que les entreprises ne sont pas seulement esponsables de leurs impacts sociaux et environnementaux devant leurs actionnaires, mais le sont devant l’ensemble de leurs parties prenantes.

Contrôle Le contrôle de gestion est une démarche permettant à une entreprise de produire des résultats voulus (généralement exprimés en termes de « performance »), en agissant pour atteindre ces résultats et en gérant les risques induits à la fois par les difficultés externes (liées notamment au marché, aux concurrents, au contexte économique et politique) et internes à l’organisation. En d’autres termes, le contrôle de gestion se définit comme le fait pour une entreprise de se donner des objectifs de performance et d’en maîtriser au mieux la réalisation progressive. C’est une démarche de pilotage de la performance de l’entreprise. Conclusion Cet article avait pour but de montrer que le développement durable à la réalité de l’entreprise peut souvent s’avérer complexe et floue. Cela est d’autant plus vrai au sein des PME qui manquent souvent de ressources humaines et financières, de temps, mais aussi d’expertise à consacrer au développement durable. 3